Pages

مدوّنة شبكة التضامن مع الشعب المغربي والصحراء الغربية في الخارج. تأسست هذه الشبكة في فبراير 2009 بمبادرة من التضامن مع المغرب 05، AZLS و شبكة تلاكسكالا.
للاتصال بنا أكتبوا إلى solidmar05@gmail.com

jeudi 7 avril 2016

Hassan Dah et ses codétenus suspendent la "soit-disant grève de la faim" selon la presse du palais...


Par Marie-Jo Fressard, solidmar, 6/4/2016


 C'est aujourd'hui, au 37ème jour de grève de la faim de Hassan et de  ses 12 codétenus, que le groupe Gdeim Izik a décidé d'interrompue la grève en attendant que se réalisent les promesses données par le CNDH, à l'issue de cette longue épreuve.

 La presse aux ordres parle de "soi-disant" grève de la faim, même insulte qu'on pouvait  lire dans cette même presse à propos de la grève de la faim d'Ali Aarrass. Perdre 10, 15, 20 kilos n'est que simulation pour ces spécialistes de la détention...

Les autres prisonniers de ce groupe de 21 ont dû renoncer à y participer, trop affaiblis, trop abimés par les traitements inhumains dont ils ont été  victimes depuis qu'ils sont détenus par le colonisateur marocain..


Photo de Hassan Eddah.
Hassan Dah


 Hassan est un journaliste sahraoui qui lutte pour que soit organisé au plus vite  le référendum d'autodétermination. Depuis qu'il a 18 ans il connait les arrestations, les séjours en prison, de plusieurs heures à plusieurs jours, la torture sous toutes ses formes,  brûlures de cigarettes, diverses suspensions, simulations  de noyade, suffocation à l'eau sale et à l'urine, viols à la bouteille, au bâton, à la matraque... 

Il a participé à de nombreuses  grèves de la faim en guise de protestation 10 jours, 20 jours, ou plus...

Mais au moins, à chacune de ces dures épreuves,  il pouvait imaginer la fin, une date de la fin, même si les journées étaient interminables.

Mais comment imaginer la fin d'un calvaire de 20 ans , 30 ans ? Et la perpétuité ? Les juges et ceux qui donnent les ordres, ont-ils des enfants ? Peuvent-ils imaginer leurs enfants dans ces ignobles situations ? Pour avoir lutté pour un avenir plus humain pour leur peuple  ?

Salek, un autre prisonnier sahraoui, condamné à perpétuité pour un meurtre qu'il nie avoir commis, m'a écrit : "Rester en prison pendant toute la vie, ce n'est pas possible, ça ne peut pas durer toujours ! C'est contre nature ! Il en est à sa 11ème année de détention.



Ce gâchis de jeunes vies est à mettre sur le compte des bienfaits octroyés par Sidna à Son cher peuple et à "Son" Sahara...L'Histoire ne devra pas oublier.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.