Pages

مدوّنة شبكة التضامن مع الشعب المغربي والصحراء الغربية في الخارج. تأسست هذه الشبكة في فبراير 2009 بمبادرة من التضامن مع المغرب 05، AZLS و شبكة تلاكسكالا.
للاتصال بنا أكتبوا إلى solidmar05@gmail.com

mercredi 13 avril 2016

Manuel Valls à Alger : le Sahara occidental, ce "boulet" entre la France et l'Algérie

"L'Algérie a l'intention de faire sortir la France de ses retranchements et de son appui feutré au Maroc", estime la politologue Khadija Mohsen-Finan.

Céline LussatoCéline Lussato, 9/4/2016

Manuel Valls se rend en Algérie les samedi 9 et dimanche 10 avril, avec une dizaine de ministres, pour un voyage officiel au cours duquel est notamment programmée une rencontre avec le président algérien Abdelaziz Bouteflika. Le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault est, lui, retenu à une réunion des chefs de la diplomatie du G7.
La question du Sahara occidental sera évoquée lors de ce voyage. Pour Khadija Mohsen-Finan, politologue spécialiste du Maghreb (*), la France, "engagée au Maghreb" est "obligée d'avoir un rôle" dans le règlement de la question sahraouie. Interview.
La question du Sahara occidental devrait être abordée lors des rencontres ministérielles franco-algériennes. Pourquoi cette problématique marocaine interfère-t-elle dans les rapports entre les deux pays ?
  • C'est une sorte de boulet entre la France et l'Algérie. La question a toujours été présente dans la relation entre les deux pays, qui ne sont pas sur la même longueur d'onde sur la résolution du conflit sahraoui. La France a fait le choix d'appuyer la position marocaine et le plan d'autonomie proposé par Rabat en 2007, qu'elle trouve "sérieux". Plusieurs raisons expliquent le choix de la France. Elle a peut-être une proximité de vue avec les Marocains, mais elle a également le souci de soutenir le Maroc pour des raisons d'équilibre géopolitique régional. Enfin la France n’a jamais cru en un Etat sahraoui indépendant qui constituerait un Etat supplémentaire dans la région.

L'Algérie, elle, demande une autodétermination des populations intéressées. Elle est elle-même devenue ainsi indépendante, elle continue de soutenir cette manière de faire. Mais ce n'est pas tout. De façon très politique, l'Algérie saisit aussi ce dossier pour affaiblir le Maroc au niveau régional. Le contentieux entre Alger et Rabat remonte à l’indépendance de l’Algérie (1962) et portait initialement sur la question des frontières.
Mais la donne géopolitique a désormais changé et la France a besoin des deux grands acteurs régionaux du Maghreb. Elle dépend de l'Algérie dans son engagement au Mali, notamment pour le survol de son territoire ; et du Maroc, notamment pour les questions d'immigration en Méditerranée. Or, les solutions proposées par le Maroc et Front Polisario soutenu par Alger sont antagonistes et irréconciliables. Elles ne laissent aucune place à la négociation.

Pourquoi ce conflit vieux de 40 ans ressurgit aujourd'hui au niveau international ?
- Il y a plusieurs raisons. Tout d'abord, Ban Ki-Moon termine son mandat à l'ONU et part avec un sentiment d'échec sur ce dossier. Il veut peut-être attirer l'attention de la communauté internationale sur son engagement dans ce dossier, qui reste malgré tout bloqué. Il souhaite aussi mettre en avant les limites du travail de l'ONU, poussé d'ailleurs en cela par son envoyé spécial au Sahara, Christopher Ross.
Le donne géopolitique actuelle exige la résolution de ce conflit lattant. Depuis quelques années, les deux grands acteurs du djihadisme international - l'organisation Etat islamique et al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) - sont actifs dans la région. Ils ont bénéficié du chaos libyen, de la porosité des frontières et de l'affaiblissement des Etats pour se développer.

Pour la France, le problème de ce djihadisme est sa proximité avec l'Europe. Pour mieux circonscrire, il ne faut pas donner à ses acteurs la possibilité d'utiliser les éléments du Front Polisario, militants qui maîtrisent la région et sont aguerris au plan politique. Le cocktail pourrait être explosif, même s'il ne l'est pas encore : le Maroc affirme qu'il y a des connexions mais elles ne sont pas avérées. Cette hypothèse ne peut en tout cas pas être écartée.
En outre, les deux capitales du Maghreb souhaitent traditionnellement avoir Paris pour allié exclusif dans les dossiers considérés comme clés. Le Maroc part du principe que la France est acquise à ses thèses sur le Sahara... et il n'a pas tort. Et l'Algérie voudrait profiter de deux éléments pour retourner la position française ou tout au moins faire en sorte qu’elle ne soit plus inconditionnellement favorable au Maroc :
- les besoins de la France dans la région pour ses opérations militaires de lutte contre le djihadisme d'une part ;

- et d'autre part, ce qui est moins avoué, l'écart entre la position française sur le Sahara occidentale, tranchée, déjà expliquée, et celle de François Hollande. Je pense en effet que le président français n'adhère pas totalement à la position française sur le sujet. Il serait partagé entre une consultation des populations par voie référendaire, et la fidélité aux engagements de la France, défendue par ses équipes.
Enfin, ce conflit revient sur le devant de la scène en raison des changements internes en Algérie, notamment au niveau du Renseignement intérieur, l'ex-DRS. Il est en effet possible que les nouveaux acteurs aient changé de méthode et veuille rendre visible la position algérienne. Cela s'est senti récemment avec les jets de pierres sur les voitures du Secrétaire général des nations unies lors de sa visite à Tindouf.

La France peut-elle vouloir jouer un rôle dans la résolution de ce conflit ?
- La France est obligée de jouer un rôle. Le Maghreb est son arrière-cour. Elle n'a pas son mot à dire sur le conflit israélo-palestinien, mais elle ne peut se désengager du Maghreb. Et même si elle le voulait elle est beaucoup trop engagée et sollicitée par les acteurs de la région. L'Algérie avec ses nouvelles méthodes dans sa politique saharienne, veut faire sortir la France de ses retranchements et de son appui feutré au Maroc.
Les relations franco-algériennes sont empoisonnées par cette situation. La France ne peut se permettre de montrer une préférence marocaine : elle est présente sur le plan économique, politique, militaire et stratégique en Algérie ; la communauté algérienne est très importante en France ; et Alger est un acteur de premier plan dans la lutte contre le djihadisme. Les acteurs algériens l'ont bien compris.
De plus, la position de la France dans ce conflit pèse d'autant plus lourd qu'elle est membre du Conseil de sécurité. C'est bien le véto français qui a bloqué les choses jusqu'à présent. La France a adopté de manière inconditionnelle la position marocaine, y compris ses contradictions, optant tantôt pour l’autodétermination, tantôt pour l’autonomie du Sahara. Les Algériens veulent faire sauter ce verrou, et cela pourrait bien se produire au moins partiellement. Jean-Marc Ayrault était récemment à Alger et a une nouvelle fois affirmé que la situation était délicate, qu'elle méritait réflexion… Mais la France ne pourra pas continuer longtemps à s'en sortir avec quelques petites phrases.
Propos recueillis par Céline Lussato
(*) Khadija Mohsen-Finan enseigne à Paris-1 Panthéon-Sorbonne et a récemment publié un dossier sur le Sahara dans le journal en ligne "Orient XXI".
 http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20160408.OBS8114/manuel-valls-a-alger-le-sahara-occidental-ce-boulet-entre-la-france-et-l-algerie.html

Garanti sans virus. www.avast.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.