Pages

مدوّنة شبكة التضامن مع الشعب المغربي والصحراء الغربية في الخارج. تأسست هذه الشبكة في فبراير 2009 بمبادرة من التضامن مع المغرب 05، AZLS و شبكة تلاكسكالا.
للاتصال بنا أكتبوا إلى solidmar05@gmail.com

jeudi 12 mai 2016

L'indice de confiance des ménages marocains au plus bas depuis 2008

MOROCCAN SUPERMARKET
ImprimerSOCIÉTÉ - Coup de blues dans les foyers marocains. L'indice de confiance des ménages (ICM) est au plus bas depuis 2008, annonce le Haut-commissariat au Plan (HCP) dans une enquête de conjoncture publiée mercredi 11 mai et couvrant le premier trimestre 2016.
Selon les résultats du HCP, l'indice de confiance a connu une baisse de 5,5 points par rapport au quatrième trimestre de 2015 et de 2,1 points par rapport au même trimestre de l’année dernière. C’est ainsi qu’au premier trimestre de 2016, l'ICM s’établit à 71,6 points contre 77,1 points un trimestre auparavant et 73,7 points le même trimestre de l’année 2015.

"Forte détérioration"
Concernant l'indice de perception du niveau de vie, les ménages ressentent "une forte détérioration", note le HCP. Même vision négative concernant les perspectives d’évolution du niveau de vie, qui atteignent leurs niveaux les plus bas cette année, passant de 15 points en 2008 à -15 points en 2016.

Il faut dire que les perspectives d'emploi ne sont pas réjouissantes, alors que le nombre de chômeurs au Maroc s’est accru de 12.000 personnes au premier trimestre 2016, pour atteindre 1.169.000 personnes soit 10% de la population active (contre 9,9% un an auparavant).
Aussi, 75,2% des ménages s’attendent à une hausse du nombre de chômeurs pour les douze mois à venir contre 7,5% qui pensent le contraire, indique le HCP. Avec un niveau négatif de -67,7 points, le solde de cet indicateur s’est détérioré de 3,6 points par rapport au dernier trimestre 2015 et de 2,5 points par rapport au même trimestre l'année dernière.

34% des ménages disent s'endetter
Une conjoncture perçue comme moins propice à l’achat de biens durables: un peu plus de la moitié des ménages marocains considèrent que le moment n'est pas opportun pour faire de tels achats.
Et pour cause: la situation financière des ménages n'est pas au beau fixe, puisque 34% d'entre eux disent s’endetter ou puiser dans leur épargne et 6,8% seulement affirment pouvoir épargner une partie de leur revenu. Aussi, la même tendance à la morosité plane sur la perception de l’évolution future de la situation financière des ménages, qui baisse de 6,4 points par rapport au trimestre précédent.
Même niveau de pessimisme concernant la capacité à épargner: près de 85% des ménages estiment ne pas pouvoir mettre de l'argent de côté au cours des douze prochains mois. Enfin, plus de 86% d'entre eux estiment que les prix des produits alimentaires ont augmenté durant l'année passée et 80,2% pensent qu’ils continueront à augmenter dans le futur contre 18,8% qui prévoient leur stagnation et 1% leur baisse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.