Pages

مدوّنة شبكة التضامن مع الشعب المغربي والصحراء الغربية في الخارج. تأسست هذه الشبكة في فبراير 2009 بمبادرة من التضامن مع المغرب 05، AZLS و شبكة تلاكسكالا.
للاتصال بنا أكتبوا إلى solidmar05@gmail.com

mercredi 11 mai 2016

Salaheddine Mezouar critique les États-Unis à demi-mot

Rabat réagit enfin à la résolution de l’ONU sur le Sahara Occidental

©D. R.
Après un long silence, le chef de la diplomatie marocaine a fini par revenir sur l’adoption par le Conseil de sécurité de la résolution prorogeant le mandat de la Minurso, en dénonçant “l’anarchie créative” des États-Unis, tout en prenant le soin de ne pas les citer directement.
Intervenant à l’occasion du congrès extraordinaire de son parti politique, le ministre marocain des Affaires étrangères a donc dénoncé, samedi, sous la casquette de président du “RNI”, l’“ingérence de parties internationales dans le conflit artificiel autour du droit du Maroc dans son Sahara et ce en le plaçant dans un cadre géostratégique”. Il est clair que ce sont les États-Unis qui sont visés par ces propos, car étant les initiateurs du projet de résolution soumis et adopté par l’organe exécutif des Nations unies après une légère modification.


Mais n’ayant pas le courage de s’attaquer directement à Washington, Salaheddine Mezouar a critiqué la position de l’administration Obama sur le dossier du Sahara occidental lors de son traitement par le Conseil de sécurité, tout en se gardant de la citer nommément. Le ministre marocain des Affaires étrangères a affirmé que “certains aveuglés par l’illusion du leadership régional” jouent cette carte “pour affaiblir le royaume”, avant d’ajouter : “Il y a certains qui n’acceptent pas que le Maroc soit un État respecté, influent et très apprécié dans la région.” Les adeptes de l’“anarchie créative veulent détruire le Maroc”, a-t-il martelé. Faisant allusion au chaos qui prévaut en Libye, à l’instabilité de la Tunisie, Salaheddine Mezouar a déclaré : “Alors que d’autres adeptes de l’anarchie créative, qui a mis le feu au Machrek sous prétexte du Printemps arabe, tentent d’élargir le champ de leur théorie pour détruire ce qui reste de cette zone géographique.” Il faut dire que ces déclarations sont beaucoup plus directes, bien que le patron du “RNI” prenne le soin de ne pas citer les États-Unis, alors que Rabat s’était limité à de timides critiques le 29 avril, jour de l’adoption de la résolution du Conseil de sécurité sur le Sahara occidental. Pour rappel, Salaheddine Mezouar s’était limité à écrire dans un communiqué rendu public : “Le royaume du Maroc regrette que le membre du Conseil de sécurité, qui a la responsabilité de la formulation et de la présentation du premier projet de résolution, ait introduit des éléments de pression, de contraintes et d’affaiblissement, et agi contre l’esprit du partenariat qui le lie au royaume du Maroc.” N’ayant d’autres choix que de subir cette nouvelle prise de position des États-Unis sur le conflit du Sahara occidental, qui rappelle étrangement celle de 2015, lorsque la représentante américaine avait présenté un projet de résolution incluant le contrôle des droits de l’homme dans les attributions de la Minurso avant de le retirer à la dernière minute suite aux pressions de la France, le Makhzen laisse passer la tempête dans l’espoir de rebondir plus tard.
Merzak Tigrine

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.