Pages

مدوّنة شبكة التضامن مع الشعب المغربي والصحراء الغربية في الخارج. تأسست هذه الشبكة في فبراير 2009 بمبادرة من التضامن مع المغرب 05، AZLS و شبكة تلاكسكالا.
للاتصال بنا أكتبوا إلى solidmar05@gmail.com

jeudi 30 juin 2016

ONU : Les nouveaux élus du Conseil de sécurité ne font pas les affaires du Maroc

Politique Yabiladi,  29/6/2016 


L’élection de quatre nouveaux membres non-permanents au Conseil de sécurité ne devrait pas trop plaire au Maroc. Non seulement le royaume a vu le départ de son allié espagnol, mais il devra aussi composer avec l’élection de la Suède pour la zone Europe occidentale. En revanche pour l’Afrique, Rabat garde, au moins jusqu’au 31 décembre 2017, une avance sur le Polisario.

L’Assemblée générale des Nations Unies a élu quatre nouveaux membres non-permanents au Conseil de sécurité pour la période 2017-2019. Une cinquième place n’a pas encore attribuée. Elle est au cœur d’une bataille entre l’Italie et les Pays-Bas. La composition du nouveau tour de table de l’instance onusienne devrait donner du souci à la diplomatie marocaine, notamment avec l’arrivée de représentants de la zone d’Europe occidental peu enclins à appuyer la position du royaume sur le Sahara.
 
La Suède, qui était à deux doigts de reconnaitre l'autoproclamée « RASD » en octobre 2015, a remporté haut la main son siège. Elle remplace l’Espagne dont le mandat arrivera à terme le 31 décembre 2016. La coalition de gauche qui gouverne depuis octobre 2014 à Stockholm soutient toujours un élargissement des prérogatives de la Minurso à la surveillance des droits de l’Homme au Sahara occidental. Le deuxième ticket ouest-européen est au cœur d’une bataille entre Rome et La Haye. Mais vue de Rabat, aucun des deux prétendants ne fera l’affaire. Le Polisario possède en effet de solides relais au niveau des parlements néerlandais et italien.

Pour la zone Afrique, le Maroc garde son avance
Pour l’Afrique, l’Angola a cédé le témoin à un autre Etat qui reconnait la « RASD », à savoir l’Ethiopie. Les positions qu’adoptera Addis-Abeba sur la question du Sahara au Conseil de sécurité seront un véritable indicateur sur sa volonté d’ouverture sur le royaume. En mai 2015, elle avait envoyé à Rabat ses ministres des Affaires étrangères et des Finances pour y effectuer une visite de travail de deux jours. Il s’agissait d’une première dans les relations froides entre les deux pays.
Les deux autres sièges du continent sont détenus, jusqu’au 31 décembre 2017, par l’Egypte et le Sénégal ; deux alliés du royaume ayant fermement appuyé le Maroc, en mars et avril, en plein pic de la crise avec le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon.

Le Venezuela remplacé par la Bolivie
En Amérique Latine, le Polisario maintient son avance sur le Maroc. Le départ du Venezuela est compensé par l’arrivée de la Bolivie d’Evoa Morales. Celui-ci se revendique comme l’héritier de la pensée d’Hugo Chavez.
 Le royaume devra composer avec cette réalité à moins que les fortes tensions sociales que connait actuellement ce petit Etat et les ambitions du président de tenter de nouveau un referendum pour rester le plus longtemps possible au pouvoir, après l’échec de sa première tentative en février 2016,  ne finissent par emporter le régime de Morales.
En plus de la Bolivie, l’Uruguay, un autre pays qui reconnait la « RASD », continuera à sièger au Conseil de sécurité jusqu’au 31 décembre 2017
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X
Politique Publié Le 29/06/2016 à 14h10

ONU : Les nouveaux élus du Conseil de sécurité ne font pas les affaires du Maroc

L’élection de quatre nouveaux membres non-permanents au Conseil de sécurité ne devrait pas trop plaire au Maroc. Non seulement le royaume a vu le départ de son allié espagnol, mais il devra aussi composer avec l’élection de la Suède pour la zone Europe occidentale. En revanche pour l’Afrique, Rabat garde, au moins jusqu’au 31 décembre 2017, une avance sur le Polisario.
L’Assemblée générale des Nations Unies a élu quatre nouveaux membres non-permanents au Conseil de sécurité pour la période 2017-2019. Une cinquième place n’a pas encore attribuée. Elle est au cœur d’une bataille entre l’Italie et les Pays-Bas. La composition du nouveau tour de table de l’instance onusienne devrait donner du souci à la diplomatie marocaine, notamment avec l’arrivée de représentants de la zone d’Europe occidental peu enclins à appuyer la position du royaume sur le Sahara.
La Suède, qui était à deux doigts de reconnaitre l'autoproclamée « RASD » en octobre 2015, a remporté haut la main son siège. Elle remplace l’Espagne dont le mandat arrivera à terme le 31 décembre 2016. La coalition de gauche qui gouverne depuis octobre 2014 à Stockholm soutient toujours un élargissement des prérogatives de la Minurso à la surveillance des droits de l’Homme au Sahara occidental. Le deuxième ticket ouest-européen est au cœur d’une bataille entre Rome et La Haye. Mais vue de Rabat, aucun des deux prétendants ne fera l’affaire. Le Polisario possède en effet de solides relais au niveau des parlements néerlandais et italien.
Pour la zone Afrique, le Maroc garde son avance
Pour l’Afrique, l’Angola a cédé le témoin à un autre Etat qui reconnait la « RASD », à savoir l’Ethiopie. Les positions qu’adoptera Addis-Abeba sur la question du Sahara au Conseil de sécurité seront un véritable indicateur sur sa volonté d’ouverture sur le royaume. En mai 2015, elle avait envoyé à Rabat ses ministres des Affaires étrangères et des Finances pour y effectuer une visite de travail de deux jours. Il s’agissait d’une première dans les relations froides entre les deux pays.
Les deux autres sièges du continent sont détenus, jusqu’au 31 décembre 2017, par l’Egypte et le Sénégal ; deux alliés du royaume ayant fermement appuyé le Maroc, en mars et avril, en plein pic de la crise avec le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon.
Le Venezuela remplacé par la Bolivie
En Amérique Latine, le Polisario maintient son avance sur le Maroc. Le départ du Venezuela est compensé par l’arrivée de la Bolivie d’Evoa Morales. Celui-ci se revendique comme l’héritier de la pensée d’Hugo Chavez.
Le royaume devra composer avec cette réalité à moins que les fortes tensions sociales que connait actuellement ce petit Etat et les ambitions du président de tenter de nouveau un referendum pour rester le plus longtemps possible au pouvoir, après l’échec de sa première tentative en février 2016,  ne finissent par emporter le régime de Morales.
En plus de la Bolivie, l’Uruguay, un autre pays qui reconnait la « RASD », continuera à sièger au Conseil de sécurité jusqu’au 31 décembre 2017


...Suite : http://www.yabiladi.com/articles/details/45482/nouveaux-elus-conseil-securite-font.html
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X
Politique Publié Le 29/06/2016 à 14h10

ONU : Les nouveaux élus du Conseil de sécurité ne font pas les affaires du Maroc

L’élection de quatre nouveaux membres non-permanents au Conseil de sécurité ne devrait pas trop plaire au Maroc. Non seulement le royaume a vu le départ de son allié espagnol, mais il devra aussi composer avec l’élection de la Suède pour la zone Europe occidentale. En revanche pour l’Afrique, Rabat garde, au moins jusqu’au 31 décembre 2017, une avance sur le Polisario.
L’Assemblée générale des Nations Unies a élu quatre nouveaux membres non-permanents au Conseil de sécurité pour la période 2017-2019. Une cinquième place n’a pas encore attribuée. Elle est au cœur d’une bataille entre l’Italie et les Pays-Bas. La composition du nouveau tour de table de l’instance onusienne devrait donner du souci à la diplomatie marocaine, notamment avec l’arrivée de représentants de la zone d’Europe occidental peu enclins à appuyer la position du royaume sur le Sahara.
La Suède, qui était à deux doigts de reconnaitre l'autoproclamée « RASD » en octobre 2015, a remporté haut la main son siège. Elle remplace l’Espagne dont le mandat arrivera à terme le 31 décembre 2016. La coalition de gauche qui gouverne depuis octobre 2014 à Stockholm soutient toujours un élargissement des prérogatives de la Minurso à la surveillance des droits de l’Homme au Sahara occidental. Le deuxième ticket ouest-européen est au cœur d’une bataille entre Rome et La Haye. Mais vue de Rabat, aucun des deux prétendants ne fera l’affaire. Le Polisario possède en effet de solides relais au niveau des parlements néerlandais et italien.
Pour la zone Afrique, le Maroc garde son avance
Pour l’Afrique, l’Angola a cédé le témoin à un autre Etat qui reconnait la « RASD », à savoir l’Ethiopie. Les positions qu’adoptera Addis-Abeba sur la question du Sahara au Conseil de sécurité seront un véritable indicateur sur sa volonté d’ouverture sur le royaume. En mai 2015, elle avait envoyé à Rabat ses ministres des Affaires étrangères et des Finances pour y effectuer une visite de travail de deux jours. Il s’agissait d’une première dans les relations froides entre les deux pays.
Les deux autres sièges du continent sont détenus, jusqu’au 31 décembre 2017, par l’Egypte et le Sénégal ; deux alliés du royaume ayant fermement appuyé le Maroc, en mars et avril, en plein pic de la crise avec le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon.
Le Venezuela remplacé par la Bolivie
En Amérique Latine, le Polisario maintient son avance sur le Maroc. Le départ du Venezuela est compensé par l’arrivée de la Bolivie d’Evoa Morales. Celui-ci se revendique comme l’héritier de la pensée d’Hugo Chavez.
Le royaume devra composer avec cette réalité à moins que les fortes tensions sociales que connait actuellement ce petit Etat et les ambitions du président de tenter de nouveau un referendum pour rester le plus longtemps possible au pouvoir, après l’échec de sa première tentative en février 2016,  ne finissent par emporter le régime de Morales.
En plus de la Bolivie, l’Uruguay, un autre pays qui reconnait la « RASD », continuera à sièger au Conseil de sécurité jusqu’au 31 décembre 2017


...Suite : http://www.yabiladi.com/articles/details/45482/nouveaux-elus-conseil-securite-font.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.