Pages

مدوّنة شبكة التضامن مع الشعب المغربي والصحراء الغربية في الخارج. تأسست هذه الشبكة في فبراير 2009 بمبادرة من التضامن مع المغرب 05، AZLS و شبكة تلاكسكالا.
للاتصال بنا أكتبوا إلى solidmar05@gmail.com

samedi 6 août 2016

Au Maroc, les viols représentent 6% de l'ensemble des cas de violences faites aux femmes





VIOLENCES - Le premier rapport annuel relatif à la violence faite aux femmes (2015) a révélé que les taux de la violence physique demeurent les plus élevés par rapport aux autres formes de violence et que les femmes âgées entre 18 et 45 ans sont les plus vulnérables à la violence sous toutes ses formes. 

Le rapport, présenté vendredi lors d'une rencontre présidée par la ministre de la Solidarité, de la Femme, de la Famille et du Développement social, Mme Bassima Hakkaoui, souligne que sur le plan de la ventilation géographique de la violence, les données font ressortir que les milieux urbains connaissent une hausse significative de la violence à l'égard des femmes par rapport aux milieux ruraux. 

Le document, élaboré par l'Observatoire national de violence à l'égard des femmes (ONVEF) sur la base des données recueillies lors de l'accueil des femmes victimes de violence au niveau des différentes juridictions du royaume, des hôpitaux, des centres de police et de la gendarmerie royale, note que les femmes au chômage sont plus vulnérables à la violence physique et sexuelle, tandis que les agressions physiques et sexuelles dans les lieux publics enregistrent des taux élevés par rapport à celles recensées au sein du domicile conjugal et des lieux de travail. 

Hausse du taux de violence physique
Le rapport, avec à l'appui des statistiques sur la violence physique, sexuelle et économique fournies par le ministère de la Justice et des Libertés, souligne une hausse à 63.3% des taux de violence physique à l'égard des femmes en 2014 contre 54.8% un an auparavant, relevant que les agressions ont été commises, principalement, par les hommes avec un taux de 88% en 2014, tandis que seulement 11.4% des femmes majeures ont commis des actes de violence physique contre les femmes lors de la même année.
Le document fait état également d'une évolution remarquable de la structure de la violence faite aux femmes entre 2013 et 2014, d'autant plus que les cas de violence physique ont atteint 8.33% en 2014 par rapport à 2013, alors que les autres formes de violence ont baissé d'environ 23.75% lors de la même période, d'où une baisse générale de la violence de moins 6.17% en 2014 par rapport à 2013.
Les données enregistrées par le ministère de la Justice et des Libertés précisent également que 8.6% des cas enregistrés concernent des violences sexuelles, affirmant que ces agressions ont été commises essentiellement par des hommes majeurs (98%), tandis que 1.7% des cas ont été attribués à des mineurs de sexe masculin. Le viol a représenté, quant à lui, 6% de l'ensemble des cas de violence faite aux femmes en 2014 (8% en 2013), fait savoir le rapport.

Plus de 5.000 affaires de violence économique
Le nombre total des cas enregistrés en 2014 dans le domaine de la violence économique, sur la base des données du ministère de la Justice et des Libertés, est de l'ordre de 5.218 affaires (6.406 cas en 2013), soit une baisse de 18.5%, précise la même source, indiquant que cette forme de violence représente plus de 31% des cas enregistrés en 2013 et plus de 27% en 2014.
S'exprimant à cette occasion, Mme Hakkaoui a passé en revue les efforts consentis par le Maroc en vue de lutter contre la violence à l'égard des femmes à travers le développement de l'arsenal législatif, soulignant à cet égard les nouveautés importantes apportées par le projet de loi de lutte contre la violence faite aux femmes, approuvé, récemment, par la chambre des représentants.
Elle a formulé le voeu de voir la chambre des conseillers adopter, à son tour, ce texte de loi étant donné son importance capitale dans la lutte contre ce phénomène, relevant les efforts déployés en matière de développement des programmes de sensibilisation et de conscientisation, de consolidation des mécanismes préventifs et de développement du système informatique y afférent. 

Les recommandations de l'ONVEF
Le premier rapport annuel de l’ONVEF a appelé, par ailleurs, à accélérer l’adoption définitive du projet de loi relatif à la violence faite aux femmes, avec la prise en compte de la violence morale exercée à leur égard, au développement des moyens de preuve et à l’amélioration des conditions de mise en œuvre du code de la famille.
Il a également préconisé la poursuite de la coordination institutionnelle avec les différents intervenants et la mise en place d’indices nationaux unifiés entre les différents secteurs relatifs au phénomène de la violence à l’égard des femmes et des filles et à l’institutionnalisation et la généralisation des cellules d’écoute et de médiation au sein des établissements scolaires.

LIRE AUSSI:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.