Pages

مدوّنة شبكة التضامن مع الشعب المغربي والصحراء الغربية في الخارج. تأسست هذه الشبكة في فبراير 2009 بمبادرة من التضامن مع المغرب 05، AZLS و شبكة تلاكسكالا.
للاتصال بنا أكتبوا إلى solidmar05@gmail.com

vendredi 5 août 2016

L’archevêque de Rouen salue «ses frères musulmans venus comme bâtisseurs de paix»


Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte
le 1/8/2016

La mort brutale du père Jacques Hamel, égorgé mardi 26 juillet à l’âge de 86 ans, devant trois religieuses et un couple de paroissiens, leur est à tous insupportable.

Depuis cinq jours, catholiques et musulmans tentent de surmonter ensemble le traumatisme de cet acte commis au nom de l’organisation Etat islamique. Après la venue de chrétiens pour la prière du vendredi à la mosquée de Saint-Etienne-du-Rouvray, c’était au tour des musulmans d’aller dans les églises des catholiques pour communier ensemble à la mémoire du prêtre assassiné.
«Nous accueillons particulièrement ce matin nos amis musulmans, nos frères venus dans notre cathédrale comme bâtisseurs de paix, a déclaré l’archevêque de Rouen, Dominique Lebrun. Vous affirmez ainsi que vous refusez les morts et les violences au nom de Dieu.»


Une centaine de musulmans ont répondu, à Rouen, à l’appel du Conseil français du culte musulman (CFCM) qui a invité responsables de mosquées, imams et fidèles à se rendre dimanche à la messe pour exprimer «solidarité et compassion». La Conférence des évêques de France avait appelé les paroisses à leur réserver un «accueil fraternel». Dans les rangs de la nef, des mines graves et fatiguées, une émotion retenue, quelques têtes voilées. Ce geste de compassion et de solidarité dans la peine, l’archevêque de Rouen le perçoit comme «l’espérance en marche» en réponse à «la barbarie».
Le président du Conseil régional du culte musulman de Haute-Normandie et représentant de la mosquée de Saint-Etienne-du-Rouvray, Mohamed Karabila, s’est félicité de ce nouveau rassemblement entre communautés meurtries par le terrorisme : «Je suis heureux que les imams et les fidèles aient répondu présents à l’appel du CFCM, a-t-il déclaré à la presse sur le parvis. Le sang qui a coulé, ce sera le ciment qui rassemble nos deux communautés.»

«Je suis rassurée»
Si le message est clair du côté des instances religieuses, il ne l’est pas forcément pour tous les paroissiens. Certains sont sceptiques sur la force de l’union affichée depuis quelques jours. Marie, Rouennaise de 65 ans, craint que la fraternité affichée dans ce moment grave s’essouffle une fois l’émotion de l’attentat retombée : «C’est sûr, c’est bien que (des musulmans) soient venus ce matin, mais dans quelques jours, chacun sera de son côté. »
Pour Irène, 25 ans, «c’est au contraire un geste très noble de la part des musulmans» qui «renforce sa propre foi». Etudiante en droit, elle est venue avec son père, son mari et leur bébé d’un an assister à la messe. «C’est dans les épreuves qu’elle traverse que l’humanité se dépasse», assure-t-elle.
Anissa, elle, a assisté à sa première messe ce dimanche. La jeune fille de 19 ans, le visage entouré d’un voile immaculé, a été touchée par l’accueil et la bienveillance des chrétiens à Saint-Etienne-du-Rouvray. «Ça leur a fait plaisir que l’on vienne, je suis rassurée», explique-t-elle pudiquement. Pour Malik, 56 ans, de confession musulmane également, c’était tout simplement une évidence de se rassembler aujourd’hui «pour une communion entre tous les Français».
Par Juliette Branciard
In le Monde.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.