Pages

مدوّنة شبكة التضامن مع الشعب المغربي والصحراء الغربية في الخارج. تأسست هذه الشبكة في فبراير 2009 بمبادرة من التضامن مع المغرب 05، AZLS و شبكة تلاكسكالا.
للاتصال بنا أكتبوا إلى solidmar05@gmail.com

mardi 6 septembre 2016

Escalade marocaine dans la zone d’Alguergarat

l'Eucoco dénonce de "nouvelles agressions" et des "violations graves"

 Afficher l'image d'origine

Bruxelles, 05 sept 2016 (SPS) La Conférence européenne de coordination et de soutien au peuple sahraoui (Eucoco) a dénoncé lundi les "nouvelles agressions" contre le peuple sahraoui, qualifiant les incursions militaires marocaines dans la zone tampon d’Alguergarat au sud-ouest du Sahara occidental de "violations graves" de l'accord de cessez-le-feu signé le 6 septembre 1991 sous les auspices des Nations Unies.
"Ces nouvelles agressions contre le peuple sahraoui constituent de graves violations des accords signés le 6 septembre 1991 sous les auspices des Nations Unies, qui prévoyaient, sous contrôle onusien, la fin des hostilités afin de permettre le déploiement de la Minurso (Mission des Nations Unies pour l’organisation du référendum d’autodétermination au Sahara occidental)", a écrit le président de l'Eucoco, Pierre Galand, dans un communiqué.

Rappelant que cet accord a été ratifié par les deux parties au conflit, le Front Polisario et le Maroc, le président de l'Eucoco a souligné qu'en août 2016, à plusieurs reprises, les forces d’occupation marocaines au Sahara occidental ont outrepassé le mur de séparation qu’elles ont érigé au sud d’Alguergarat au Sahara occidental.
Selon l'Eucoco, "cette reprise d’opérations militaires d’envergures inquiète à plus d’un titre". Elle survient alors que le Conseil de sécurité a condamné le Maroc pour avoir exigé le départ de la composante civile de la Minurso des territoires occupés, le Conseil de sécurité a aussi fixé un agenda précis pour son redéploiement complet, a expliqué son président dans le communiqué.
Le Maroc, a-t-il poursuivi, vient en outre de subir plusieurs revers diplomatiques en Europe, à l’Union Africaine et à l’ONU.
Pierre Galand a rappelé, à ce titre, que la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) a annulé le 10 décembre 2015, l’accord agricole conclu dans le cadre de l’accord d’association avec le Maroc au motif que l'accord agricole ne respecte pas les frontières internationalement reconnues du Maroc.
Il a fait remarquer, en outre, que le Maroc vient de se faire recadrer à l’Union africaine qu’il "prétendait vouloir rejoindre à la condition que la République arabe sahraouie démocratique en soit exclue". Il a souligné que l'UA a réservé une fin de non-recevoir à sa demande.
L'Eucoco a relevé également la réaction du Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon qui a chargé son envoyé personnel, Christopher Ross, de relancer des négociations pour une proposition formelle", rappelant que l’ONU considère le Sahara occidental comme "territoire non autonome" dont il a la responsabilité, notamment d’y conduire un référendum d’autodétermination.
Soutenant la demande du Président de la République arabe sahraouie et SG du Front Polisario, Brahim Ghali qui a appelé  l’ONU à forcer par "des mesures immédiates et décisives" l’arrêt des agressions marocaines, le retour de toute la composantes de la Minurso et la mise en place d’un poste de contrôle de la Mission à Alguergarat, l'Eucoco a exhorté le Conseil de sécurité à "agir d’urgence".
L'Eucoco a ainsi plaidé pour qu’une solution pacifique, conforme au droit international "permette sans retard la libre expression du peuple sahraoui" dans un contexte sécurisé par les Nations Unies, conformément aux résolutions de l’Assemblée générale et du Conseil de sécurité des Nations unies.(SPS)
093/090/700

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.