Pages

مدوّنة شبكة التضامن مع الشعب المغربي والصحراء الغربية في الخارج. تأسست هذه الشبكة في فبراير 2009 بمبادرة من التضامن مع المغرب 05، AZLS و شبكة تلاكسكالا.
للاتصال بنا أكتبوا إلى solidmar05@gmail.com

samedi 29 octobre 2016

Internet comme outil journalistique au Maroc : entre opportunité et contrainte




Octobre 2016 - Hicham Mansouri et Abdessamad Ait Aicha (Samad Iach)
Abdessamad Ait Aicha (Samad Iach) et Hicham Mansouri le 26 octobre 2016 à Paris, CC-BY Berlin Sur Seine

Ce mercredi, deux journalistes en ligne manquent à l’appel devant le tribunal de Rabat au Maroc. Hicham Mansouri et Abdessamad Ait Aicha (Samad Iach) sont à Paris et témoignent de leurs conditions de travail en tant que journalistes d’investigation au Maroc.
Pour nombre de journalistes marocains, internet est une mine d’or en termes d’informations. Accessible et rapide, il donne accès à un nombre incalculable d’informations. « Presque tous les citoyens marocains sont en ligne et publient des informations rapidement qu’il est facile de relayer » explique Hicham Mansouri. Source d’information à laquelle il font confiance, internet est le média le plus utilisé par les jeunes (entre 18 et 24 ans).


Les réseaux sociaux ont aussi leur importance: Facebook est très populaire et utilisé par un nombre très important de marocains. Quant à Twitter, il est considéré comme un outil important par Samad Iach qui affirme cependant qu’il reste moins utilisé que d’autres réseaux sociaux.
Ces réseaux sociaux sont le terreau de nombreux mouvements protestataires à commencer par le Mouvement du 20 février (en 2011) connu également sous le nom de « Printemps arabe ». En plus de rassembler et d’informer, les médias sociaux et les journaux en ligne mettent en évidence les dérives du gouvernement marocain. Hicham Mansouri rappelle que lors des manifestations récentes contre le parti des islamistes, les réseaux sociaux ont dévoilé que ces manifestations avaient été montées de toutes pièces.
L’activisme en ligne marocain a également permis le réemprisonnement de Daniel Galvan, pédophile et espion libéré par le roi.
Réelle opportunité en termes d’investigation, les journalistes marocains rappellent qu’internet est à utiliser avec précaution. Depuis ces mouvements contestataires de 2011, les contraintes du journalisme en ligne se sont, en effet, endurcies au Maroc: plus surveillée, l’utilisation de ces médias peut s’avérer dangereuse. Hicham Mansouri et Samad Iach ont été inquiétés par le gouvernement marocain à cause de leurs pratiques journalistiques sur internet. Voulant promouvoir ce qu’ils appellent le « journalisme citoyen », ils ont mis en place une application smartphone accessible, où tous pouvaient rendre compte de l’actualité du Maroc. Ils ont alors été accusés « d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat », les autorités estimant que le journalisme citoyen est susceptible d’ébranler la confiance des marocains en leur institution. Selon Amnesty International, l’objectif de cette accusation est « la répression de la liberté de la presse ». Une représsion qui va en grandissant si l’on en croit un article de L’Obs datant de 2015. Il y est écrit que Mustapha El Khalifi, ministre de la communication au Maroc (et islamiste) avait pour projet de réformer le code de la presse et de criminaliser certaines pratiques journalistiques. Une criminalisation du journalisme en ligne qui est loin d’être la première: Ali Anouzla, fondateur du site Lakome, a été arrêté après avoir publié sur son site une vidéo d’Al Qaïda appelant au jihad contre le Maroc et son roi. Inculpé, il risque jusqu’à 20 ans de prison pour « aide matérielle, apologie du terrorisme et incitation au terrorisme».
Le Maroc semble donc reculer en termes de libertés de la presse sur internet et les points positifs sont moins nombreux que les négatifs. Les réseaux sociaux et certains sites en lignes servent en effet à espionner les journalistes indépendants et vérifier les contenus de ce qu’ils publient. La loi de 2002 sur la presse donne droit au gouvernement d’arrêter toute publication portant « atteinte à l’islam, la monarchie, l’intégrité territoriale ou l’ordre public ». Un recul dans le respect des droits des citoyens marocains.
Marine Vazzoler
Plus d’informations sur les méthodes de travail des deux journalistes ici.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.