samedi 8 avril 2017

La scolarisation et les études des jeunes Sahraouis dans les camps de réfugiés

D'après la publication de Barbara Weingartner, 8/4/2017

Malgré la chaleur dans les camps de réfugiés, la jeunesse sahraouie est très bien scolarisée, mais sans perspectives pour l'avenir. 60 % des Sahraouis dans les camps ont moins de 30 ans.


À 9.00 h du matin les enfants commencent à se rendre à l’école où ils reçoivent l'éducation gratuite et obligatoire, assurée par le Front Polisario depuis 42 années de survie près de Tindouf (Algérie ), depuis le départ de l'Espagne du Sahara Occidental, sans l’avoir décolonisé. Le Sahara a alors  été envahi par le Maroc.

Dans la Hamada Noire (désert rocailleux) vivent environ 180.000 réfugiés, dont 60 % en dessous de 30 ans, selon l'agence pour les réfugiés des Nations Unies (HCR). Le Front Polisario assure que 100 % des enfants sont scolarisés et que l'absentéisme est "quasi inexistant".

Le Petit Prince traduit en Hassanya, le langage du peuple sahraoui

Inusable, le chef d'œuvre d'Antoine Saint Exupéry, Le PETIT PRINCE célèbre le 90e anniversaire de la présence de l'auteur à Cap Juby Tarfaya avec une 300e traduction. "C'est en Hassanya, le langage du peuple sahraoui, que de la plus célèbre œuvre d'Antoine de Saint-Exupéry vient d'être traduite pour la 300ème fois ! http://www.liberation.fr/…/le-petit-prince-parle-hassanya_1…
J’aimeAfficher plus de réactions
Commenter
Commentaires

La réunion à huis-clos au Conseil de sécurité sur le Sahara reportée à une date ultérieure





Politique Publié  07/4/2017 


L’escalade militaire en Syrie a visiblement contraint le Conseil de sécurité à reporter à une date ultérieure l’examen de la question du Sahara. Il était prévu que Christopher Ross et Kim Bolduc présentent deux rapports sur le sujet.
Photo d'illustration. / DR














La réunion à huis-clos du Conseil de sécurité sur la Minurso, initialement prévue ce vendredi 7 avril, comme indique le programme mensuel rendu public par la présidence américaine, n’aura pas lieu. Aujourd’hui, les Quinze ne prévoient aucune rencontre.
«Les longues heures passées, hier, dans l’examen de trois projets de résolution sur l’attaque chimique en Syrie ont apparemment fatigué les représentants des pays membres du Conseil», avance une source proche du dossier.

Les prochains jours seront l’occasion pour inscrire la Minurso sur l’agenda du CS à moins que les frappes américaines sur une base de l’armée de Bachar Al Assad n’éclipsent encore la question qui intéresse le Maroc, d’autant que la Russie a appelé aujourd’hui à une réunion urgente du Conseil pour discuter de la situation en Syrie.

Dernier baroud d’honneur de Christopher Ross
De retour à la réunion sur la Minurso, il était prévu que Christopher Ross présente son dernier rapport sur le conflit du Sahara occidental. «Le texte auquel nous avions accès est un réquisitoire dressé contre le Maroc», nous confie une source au Sahara.

Lire l'article:
https://www.yabiladi.com/articles/details/52634/reunion-huis-clos-conseil-securite-sahara.html

Mohamed VI s’en va en vacances chez l’ennemi


reseauinternational.net
  • twitter-logo
Si le Maroc a un ennemi en Amérique Latine c’est bien Cuba. Or c’est justement dans cet archipel que le roi Mohamed VI a entamé, ce vendredi 7 avril, des vacances en famille. L’information a laissé stupéfaits bon nombre de diplomates qui suivent de près l’actualité politique marocaine.

C’est un journal numérique hispanophone qui se consacre au tourisme dans les Caraïbes, Caribbean News Digital, qui a annoncé la nouvelle le weekend dernier en se trompant un peu sur la date de son arrivée. Le journal en ligne marocain le plus proche du Palais, Le 360, l’a confirmée six jours après. Le souverain, de 53 ans, et sa famille ont quitté Casablanca peu après la prière du vendredi pour se rendre à Cuba.
Mohamed VI ira d’abord à Cayo Santa María, une île paradisiaque de 21 kilomètres carrés. C’est là que la famille royale devrait fêter ce samedi l’anniversaire du prince héritier Moulay Hassan qui aura 14 ans. Sa mère, la princesse Lalla Salma, et sa sœur, la princesse Lalla Khadija, 10 ans, seront également de la partie. Après Cuba le monarque se déplacera probablement, en visite de travail et sans sa famille, dans un autre pays d’Amérique Latine.
Le 360 laisse entendre que le roi a bien mérité ces vacances car « son agenda a été des plus chargés ». Depuis l’automne il a, en effet, effectué trois longues tournées africaines -la dernière a duré 45 jours- et à son retour, fin mars, il a eu de nombreuses activités au Maroc. Les périples africains ont cependant été émaillés de brefs séjours de repos dans les pays qu’il visitait.
Le 360 et les autres médias marocains qui donnent l’information ne mentionnent pas que le Maroc n’entretient pas de relations diplomatiques avec Cuba depuis 1980. Même du temps ou les deux pays avaient des relations, elles n’étaient pas cordiales à cause, notamment, du soutien diplomatique et militaire que le président Fidel Castro fournit à l’Algérie pendant la guerre des Sables (octobre 1961-février 1964).

Lire l'article

Sahara Occidental : Voilà pourquoi le Maroc ne veut pas lâcher prise


Que les richesses naturelles du Sahara Occidental sont la raison principale qui a poussé le Maroc à envahir l’ancienne colonie espagnole, c’est quelque chose plus que connue. Il n’y a que les citoyens marocains qui avalent le discours de l’intégrité territoriale.

Voici les déclarations de Mohamed El Kadiri, Secrétaire Général du Groupe Office Chérifien des Phosphates (OCP) faites le 12 juillet 2012, au cabinet du ministre marocain des affaires étrangères dans lesquelles il met en exergue l’importance des phosphates dont regorge le Sahara Occidental.
« Les phosphates sont des matières premières à la fois, stratégiques, vitales pour la vie et constituent une part essentielle de la sécurité alimentaire mondiale. Cette matière première est plus importante que le pétrole dans le sens où « l’on peut se passer de voitures, mais pas de nourriture », a-t-il dit.
Il souligne que “en 2011, la production marocaine de  phosphates a été de 28 millions de tonnes, plaçant le Maroc au 3ème rang mondial.  De cette production, le Maroc exporte 20 millions de tonnes, ce qui fait de lui le 1er exportateur mondial de phosphates”.



Les mines sur le Mur au Sahara occidental font de nombreuses victimes

L'ONG britannique SOAV action (forces armées de la violence) chiffre les victimes des mines et des bombes à fragmentation , depuis le début du conflit avec le Maroc, à 1400 victimes parmi la population civile. Près de 450 personnes ont dû accepter l'amputation.
 Ces chiffres pourraient bien être plus élevés, car les mines sahraouies dans la zone contrôlée par le Maroc  ne sont enregistrées jusqu'à présent dans aucune statistique.
 Les SOAV travaillent sur le terrain en étroite collaboration avec le Front Polisario et l'association Sahraoui ASAVIM(Association Sahraoui des Victimes des mines). Depuis 2005, le Front Polisario, avec l'aide de i'ASAVIM ont détruit 10 000 mines anti personnel

Photo : Emma de Stechlin

vendredi 7 avril 2017

Gap : NOUVELLE TENTATIVE D’EXPULSION D'ELIZARDO PLUMER MOBILISONS NOUS POUR SA LIBÉRATION


Nouveau rassemblement ce vendredi 7 avril 18 h Place de la République à Gap
rass
Ce mardi 4 avril 2017 , Elizardo Plumer, artiste peintre originaire de Cuba, a été arrêté et envoyé au centre de rétention administratif de Marseille. Arrivé en France en 2009, a tissé de nombreux liens dans les Hautes-Alpes et ses œuvres sont appréciées et largement reconnues

Déjà l’an dernier, une large mobilisation avait permis de stopper l’expulsion. Soyons nombreux pour une nouvelle fois, exiger sa libération du centre de rétention administratif de Marseille et sa régularisation définitive.

 
Des associations et des individus continuent à se mobiliser pour lui apporter leur soutien et dire à nouveau publiquement leur indignation face à la violence de ce procédé.


Elles considèrent aussi que l'expulsion d'un artiste est, symboliquement et politiquement, une atteinte à la liberté d'expression et invitent tous ceux qui sont troublés ou atterrés par cette arrestation à participer massivement aux actions de solidarité qui seront mises en œuvre.
 
Il est possible d'envoyer par mel une lettre à son avocat et au centre de rentention soutenant Elizardo PLUMER en donnant quelques éléments qui font que vous le connaissez, qu'il vit ici, qu'il reste ici.

 
Jusqu'à la libération d'Elizardo PLUMER, RDV TOUS LES JOURS  PLACE DE LA REPUBLIQUE 18H A GAP


jeudi 6 avril 2017

Maroc - Le problème des démocrates marocains réside dans le fait que leur mémoire est tombée en pane.

Réflexion de fin de journée
Par Ali Fkir, communiste marocain 5/4/2017

 61 ans d'entourloupettes makhzeniennes et certains continuent à faire aujourd'hui l'éloge de la "nouvelle ère", à "promouvoir" une marchandises périmée.

Du gouvernement M'barek El Bakkai, jusqu'au gouvernement d'El Othmani, le palais n'a jamais fait autre chose que "choisir" l'Homme du moment, l'homme qui répond aux besoins des dominants et jamais aux aspirations du peuple.


Le gouvernement d'Abdellah Ibrahim? Il fallait mater le soulèvement des rifains, il fallait interdire le parti communiste, il fallait "casser" le Parti de l'istiqlal, il fallait
emprisonner les bahayines, il fallait enterrer l'armée de libération...Une fois assouvi, le makhzen répudia l'équipe d'Abdellah Ibrahim. Ce sont là des vérités historiques que tous les acteurs politiques feignent d'ignorer.

Ceux et celles qui prêchent aujourd'hui la possibilité d'améliorer les choses de l'intérieur des instituions makhzeniennes constituent les véritables cales devant les roues de la locomotive de l'Histoire. Ils portent les habits de cheminots alors qu'ils ne sont là que pour promouvoir les moyens de transport moyenâgeux.

"L’intelligentia" du bled est amnésique, pour ne pas dire morte! Les mouvements sociaux en cours, la résistance populaire... enfanteront certainement une nouvelle génération d'intellectuels organiques.

Quant aux marocain-es libres, ils continuerons à refuser de marcher aux pas. Ils refuseront toujours d'être le dindon de la farce. Le changement ne viendra que de la
rue.

Sahara Occidental / Processus de négociation avec le Maroc : L’UE tiendra désormais compte de l’arrêt de la CJUE


L’Union européenne (UE) tiendra désormais compte, dans tout processus de négociation avec le Maroc, de l’arrêt de la Cour européenne de justice (CJUE) qui a conclu le 21 décembre dernier que les accords d’association et de libéralisation UE-Maroc ne sont pas applicables au Sahara occidental, a affirmé la commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström.
PUBLIE LE : 06-04-2017 

D.R
«A l’avenir, la Commission tiendra dûment compte de l’arrêt du 21 décembre 2016 dans tout processus », a-t-elle écrit dans sa réponse, au nom de la Commission européenne, aux députés européens qui l’exhortaient à exclure le Sahara occidental des négociations de l’accord de libre échange complet et approfondi entre le Maroc et l’UE conformément à la décision de la CJUE. Dans une question écrite adressée à la Commission européenne, de nombreux eurodéputés dont Jill Evans, Takis Hadjigeorgiou, Kostadinka Kuneva, Lola Sanchez Caldentey et Patrick Le Hyaric ont appelé la Commission à confirmer qu’ « en vertu des principes établis par la CJUE, le Sahara occidental sera exclu des négociations avec le Maroc » sur cet accord. Les députés européens ont appelé également l’exécutif européen à assurer que cet accord de libre échange complet et approfondi, en négociation entre l’UE et le Maroc depuis 2013, « ne sera pas applicable, de jure ou de facto, aux territoires sahraouis occupés sans le consentement du peuple du Sahara occidental ». Selon la commissaire européenne, les négociations avec le Maroc visant à élargir l’accord commercial bilatéral existant dans la perspective d’un accord de libre-échange approfondi et complet « sont actuellement suspendues et aucune date n’a encore été fixée en vue de leur reprise ». «Les institutions de l’Union européenne procèdent parallèlement à un examen approfondi de l’ensemble des implications de l’arrêt de la CJUE », a-t-elle souligné. Elle a rappelé, à ce titre, que l’UE soutient les efforts déployés par le Secrétaire général des Nations unies en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental dans le contexte d’arrangements conformes aux principes et aux objectifs de la charte des Nations unies. Le Commissaire européen chargé de l’action pour le climat et de l’énergie, Miguel Arias Canete a assuré, de son côté, que l’UE tiendra désormais compte du statut « distinct et séparé » du territoire du Sahara occidental dans ses échanges avec le Maroc en matière d’énergie renouvelable.

mercredi 5 avril 2017

Mariage des mineures au Maroc : Une affaire sordide à Azilal

Société Publié Le 31/3/2017 

 

C’est une étude menée par l’association La Voix de la Femme Amazighe qui a mis en lumière un fléau longtemps mis de côté : le mariage des mineures. Le rapport a permis à l’association de montrer qu’aujourd’hui aucun aspect du Code de la famille en vigueur depuis 2004 n’est respecté concernant la question. Détails.
Al’origine de ce rapport,  l’association La Voix de la Femme Amazighe, qui œuvre dans le cadre des droits des femmes au Maroc et le renforcement de capacités à travers différents programmes. L’étude, qui avait pour but de «[diagnostiquer le] phénomène de mariage des filles mineures entre législation, jurisprudence et pratique», a concerné les jeunes filles de la province d’Azilal, au centre-nord du royaume. Une province où il est de coutume de marier des filles dès leur plus jeune âge et en prononçant seulement la sourate «Fatiha», un mariage oral et sans aucune valeur juridique donc, leur sapant ainsi tout droit.

Lire l'article :
 

mardi 4 avril 2017

Témoignage de Bachir Khada

Bachir Khada : " avec honneur et fierté j'appartiens au groupe médiatique équipe media et, pour le travail professionnel que nous faisons, dans l'organisation dont je suis l'un des cofondateurs, beaucoup de mes camarades de EM ont été arrêtés par la police d'occupation. Je suis membre du comité de protection des prisonniers.

Il a commencé sa déclaration en dénonçant les jugements de l'occupation et a donné une salutation spéciale à L'Armée Populaire Sahraoui ; il dit :" je profite de l'occasion pour féliciter les mères sahraouies et aussi toutes les femmes du monde pour leur résistance et leur militantisme. Qu' ils reposent en paix, les martyrs qui sont tombés dans le camp de gdeim gdim".

Il était avec ses compagnons Hassan Dah et Mohamed Tahlil, la police marocaine a arrêté les trois Sahraouis par l'intermédiaire d'un talkie-walkie. "Ils nous ont amenés à la préfecture de police et nous ont séparés de Hassan Dah, nous restons avec Mohamed Tahlil. Nous avons connu toutes les formes de torture qui existent, avec les yeux bandés et ils m' ont interrogé sur mes activités politiques et médiatiques".

Lire le témoignage :
http://www.emsahara.com/article3065.html?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook


Le procès des 25 de Gdeim Izik, paradigme de l'impunité marocaine

 par Jon S. Rodriguez Forrest (responsable Moyen-Orient et Maghreb de Gauche Unie), Amaia Arenal (conseillère municipale d'UdalBerri/ Bilbao en Commun), Unai Orbegozo (conseiller municipal d'Irabazi Zumarraga), Jesús Guerra (conseiller de quartier d'Ahora Madrid à Arganzuela) et Alex Sanz (conseiller de quartier d'Ahora Madrid à Villa de Vallecas).



Le 13 mars dernier a commencé le procès au Maroc des 25 militants sahraouis de Gdeim Izik  devant le Tribunal de première instance de Salé. Lundi, le procès a été reporté au 8 mai et reste donc ouvert, mais il est devenu un cas paradigmatique de la lutte quotidienne du peuple sahraoui pour son droit à l'autodétermination.
Tout d'abord, parce que les crimes dont ils sont accusés auraient été commis lors de l'expulsion par les forces marocaines de ce qui a été connu comme le Campement de la dignité. Installé à la périphérie d'El Ayoune, le camp de Gdeim Izik camp a rassemblé  entre octobre et novembre 2010 des dizaines de milliers de Sahraouis qui exigeaient  le respect de leurs droits sociaux et nationaux. Cette expression de la dignité fut durement réprimée par le Royaume du Maroc.
En deuxième lieu, parce que le procès a connu une série de reports inexpliqués, après que la première sentence contre les 25 de Gdeim Izik, il y a presque sept ans, avait été annulée pour avoir été émise par un tribunal militaire.
Ce dernier fait pourrait sembler une décision naturelle, vu que tous les détenus sont des civils et que les crimes présumés dont ils ont été accusés n'ont rien à voir avec les structures militaires du pays. Mais le niveau de répression auquel le Maroc fait taire les voix du peuple sahraoui, fait que, dans la monarchie alaouite, personne ne se souciait de ce détail et tout le monde a accepté un procès militaire qui n'a débouché sur rien grâce à la pression internationale.
Lire la suite

Élection du président du FIDA : Le Maroc s’oppose au candidat de l’Union africaine



Le Maroc n’est pas près d’accepter l’application des décisions de l’Union africaine. Le comportement de cet Etat lors de l’élection du nouveau président du Fonds international pour le développement agricole démontre qu’il refuse de se conformer pleinement à son statut de membre de l’organisation continentale.
Les 14 et 15 février 2017 se déroulait à Rome la 40e session du Conseil des gouverneurs, la plus haute instance du Fonds international pour le développement agricole. Les membres de ce Conseil étaient réunis pour élire le nouveau président du Fida. Les pays africains avaient un candidat : Gilbert Fossoum Houngbo, ancien ministre togolais.
Sa candidature avait été approuvée par l’Union africaine lors du 27e Sommet de l’UA qui s’était déroulé à Kigali en juillet 2016. La Suisse, la République dominicaine, le Mexique, l’Indonésie, l’Italie et la Turquie ont également présenté des candidats. Mais Gilbert Fossoun Houngbo doit aussi affronter une prétendante, pourtant du même continent que lui : la Marocaine Ismahane Elouafi.
La logique aurait voulu que le Maroc ne présente pas de candidat puisqu’il était désormais membre à part entière de l’Union africaine. Son adhésion officielle à l’UA avait été entérinée à peine quinze jours avant la tenue à Rome de la 40e session du Conseil des gouverneurs du Fida. Lors du premier tour du scrutin, le candidat togolais arrive premier avec 39,9% des voix tandis que la Marocaine est arrivée à l’avant-dernière position avec à peine 5% des voix. Seuls trois pays restent en lice pour le second tour, le Togo, l’Italie et l’Indonésie. Les autres Etats se retirent et apportent leur soutien à un des trois candidats restants… à l’exception du Maroc. Ce dernier opte pour un «retrait neutre». Il refuse d’accorder son soutien au Togolais, violant, pour la seconde fois consécutive, les principes de solidarité de l’UA. Une décision qui a provoqué incompréhension et colère au sein des délégations africaines.
Pour ce premier grand évènement international en qualité de membre de l’Union africaine, il était attendu que le Maroc fasse preuve de discipline et de solidarité. Il n’en fut rien, le Maroc reste braqué dans sa logique «makhzenienne» qui consiste à imposer ses choix politiques à la majorité.


lundi 3 avril 2017

5000 ans de dette comme arme de dépossession

L’endettement privé a servi depuis le début de l’Histoire, il y a 5 000 ans, à asservir, à spolier, à dominer, à déposséder les classes populaires (au sein desquelles, les femmes sont au premier rang des victimes), les classes travailleuses : petits paysans, artisans, pêcheurs, jusqu’aux salariés modernes et aux membres de leur foyer (les étudiants qui s’endettent pour poursuivre des études).
Le processus est simple : le prêteur exige de l’emprunteur que celui-ci ou celle-ci mette en gage ce qu’il possède. Il s’agit, par exemple, de la terre possédée et cultivée par le paysan, ou des outils de travail s’il s’agit d’un artisan. Le remboursement du prêt se fait en nature ou en monnaie. Comme le taux d’intérêt est élevé, pour rembourser le prêt, l’emprunteur est obligé de transférer au prêteur une grande partie du produit de son travail et s’appauvrit. S’il entre en défaut de paiement, le prêteur le dépossède du bien qui a été mis en gage. Dans certaines sociétés, cela peut aboutir à la perte de la liberté du débiteur et/ou de membres de sa famille. C’est l’esclavage pour dette. Aux États-Unis et dans certains pays européens, le défaut de paiement pouvait être sanctionné par la loi par des mutilations physiques jusqu’au début du 19e siècle. Jusqu’à aujourd’hui, le non-paiement de dettes est passible de peines d’emprisonnement que ce soit en Europe ou ailleurs.

Dettes privées à travers les âges
Depuis 5 000 ans, les dettes privées jouent un rôle central dans les relations sociales. La lutte entre les riches et les pauvres, entre exploiteurs et exploités, a pris très souvent la forme d’un conflit entre créanciers et débiteurs. Avec une régularité remarquable, des insurrections populaires ont commencé de la même manière : par la destruction rituelle des documents concernant la dette (tablettes, papyrus, parchemins, livres de comptes, registres d’impôts…).
La nouvelle crise internationale qui a commencé en 2007 a mis à nu le comportement frauduleux des banques. Suite aux expulsions massives de logements qui ont suivi aux États-Unis, en Espagne et ailleurs, de plus en plus de personnes remettent en question les dettes dans des pays où habituellement l’obligation de rembourser un crédit était incontestée. Ada Colau, élue maire de Barcelone en 2015, a rassemblé autour de sa personne, à partir de 2012, un important soutien populaire en participant activement à la plate-forme contre les expulsions de logements réalisées par les banques à l’encontre des familles incapables de continuer à payer leurs dettes hypothécaires. Quelques années auparavant, il aurait été inimaginable qu’une femme ou un homme soit élu à de hautes fonctions après avoir organisé des occupations illégales de banques pour défendre des familles ayant suspendu le paiement d’une dette. Aux quatre coins de la planète, des mouvements sociaux remettent en cause le paiement des dettes privées illégitimes, qu’elles soient hypothécaires ou étudiantes, qu’elles soient réclamées par de grandes banques privées ou par des agences de microcrédit.
Voici, à grands traits, quelques étapes historiques du « système dette privée » au Proche-Orient, en Europe et dans des parties du monde conquises par des puissances européennes. Il faudrait compléter avec ce qui s’est passé en Asie, en Afrique, dans les Amériques précoloniales, mais le tableau brossé ici est déjà très éloquent.

Les annulations générales de dette se sont échelonnées sur 1 000 ans en Mésopotamie

Lire l'article( 1ère partie)


Al Hoceima : De hauts cadres du ministère de l’Intérieur limogés et remplacés par des rifains

Publié Le 01/04/2017

Résultat de recherche d'images pour "manif al hoceima"Après quatre mois ponctués de marches et de sit-in dans la province d’Al Hoceima, l’Etat s'est résolu à modifier sa politique dans la région. Il compte désormais s’appuyer plus sensiblement sur des compétences rifaines pour diriger les secteurs clés. 
Résultat de recherche d'images pour "al hoceima manifestation 2017"
Rabat s’apprête à opérer un changement radical dans sa politique vis-à-vis de la contestation au Rif, qui a repris suite au décès du marchand de poisson Mohcine Fikri, dans des conditions tragiques le 29 octobre 2016.
La nouvelle approche commence à prendre forme sur le terrain. Deux jours après le départ de Mohamed Hassad et Charki Draiss d’Al Hoceima, les autorités marocaines ont lancé une vague de limogeages sans précédent dans les rangs de hauts représentants de l’administration territoriale, la police et la Protection civile. Le ministère de la Santé s’est également rallié à cette campagne. D’autres départements devraient s’engager dans cette dynamique.
Tous les pachas de la province d’Al Hoceima opérant à Bni Bouayach, Imzouren, Al Hoceima, Ajdir et Targuist auraient été remerciés, indique un média local qui cite des sources à la préfecture. Ils auraient été substitués par des cadres originaires du Rif.
Cette «rifinisation» suffira-t-elle à contenir la colère des habitants ?
Lire l'article

https://www.yabiladi.com/articles/details/52452/hoceima-hauts-cadres-ministere-l-interieur.html