samedi 16 décembre 2017

Titres de Solidmar : moments importants de la semaine du 10 au 17 décembre 2017

Le Rif ne risque-t-il pas  de se vider de sa jeunesse ? Enfants et mineurs ne pensent qu'à quitter leur pays.

La France ne respecte pas son devoir de protection des jeunes migrants.
Europe

"One Planet Summit" in Paris : L'extravagant bilan carbone du roi du Maroc !


  • One man for "One Planet Summit" in Paris produces more carbon dioxide than all guests ! : Le solide bilan carbone du roi du Maroc !

    Bus électriques, bateaux-mouches également non polluants, la France a soigné, dans les moindres détails, le transport des chefs d’Etats présents ce mardi 12 décembre à Paris, pour le sommet sur le climat. Il s’agit d’être exemplaire en matière d’émissions de carbone.
    La tonalité n’est pas tout à fait la même pour les conditions de l’arrivée du roi du Maroc. 

     L’avion de Mohammed VI a été précédé par quatre appareils C 130 des forces royales marocaines qui se sont posés sur l’aéroport du Bourget. Dénommées «Hercule», ces machines ne passent pas vraiment inaperçues puisqu’elles mesurent 30 m de long pour une envergure de 40 m. Dans une note en date du 10 décembre, le service du protocole de l’ambassade du Maroc indique que ces avions transportent «les effets personnels de sa majesté le roi et de son altesse le prince héritier». Pas vraiment ce qui s’appelle voyager léger.
    Ces volumineux bagages doivent en outre être transportés. Les autorités marocaines ont donc demandé que le tarmac de l’aéroport du Bourget soit accessible pour qu’une cohorte de pas moins de 21 voitures puissent charger «les effets personnels» de la famille royale et les emmener dans leur résidence.

    Bizarrement, ni Aéroports de Paris, gestionnaire du Bourget, ni la préfecture de Roissy, ni l’ambassade du Maroc n’ont souhaité réagir à cet important déploiement de moyens pour l’arrivée d’un seul chef d’Etat, parmi la cinquantaine présent durant ces deux jours à Paris. (Franck Bouaziz)

La France doit reconnaître, sans délai, l'État de Palestine.

Adressée à Emmanuel Macron

La France doit reconnaître, sans délai, l'État de Palestine.


Je suis, depuis longtemps, engagé pour le respect des droits du peuple palestinien. J’ai décidé de lancer cette pétition car si on suit les déclarations de Donald Trump et Benyamin Netanyahou, le monde se dirigera vers la négation totale de ces droits et vers la guerre.
Il ne suffit pas de parler, il faut des actes : la France peut beaucoup !
Monsieur le Président, Israël viole depuis des décennies les résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU au sujet de Jérusalem: 252, 267, 271, 298, 462, 465, 476, 478. La décision de M. Trump de reconnaître, lui aussi, Jérusalem comme capitale d'Israël risque de lancer une nouvelle guerre du Moyen-Orient, dont les conséquences meurtrières sont incalculables.
Federica Mogherini, chef de la diplomatie de l'Union européenne a déclaré, s’appuyant sur les décisions de l’ONU, que "Jérusalem doit être à la fois la capitale d'Israël et d'un futur État palestinien". Vous vous êtes prononcé dans le même sens.
Il faut à présent passer des déclarations aux actes. La France peut beaucoup et sera écoutée si elle agit.
Nous vous demandons d'agir sans délai pour que la France reconnaisse l'Etat palestinien, avec Jérusalem-Est comme capitale
Cette pétition sera remise à:


Le Maroc maintient en prison des dizaines d'adolescents pour participation aux manifestations dans le Rif

El Mundo : le Maroc maintient en prison des dizaines d'adolescents pour les manifestations dans le rif


Par Lucas de la chaux Nador (Rif) 15 déc. 2017 




  - Les militants du mouvement rifain affirment que la police marocaine arrête de nombreux mineurs pour participation aux manifestations

- Les plus jeunes disent : " si la répression continue, nous n'arrêterons pas de nous lancer dans des embarcations de fortune vers l'Espagne

 

Il y a un quartier en haut de la ville d'Al alhoceima où les jeunes jeunes ont mûri avec la même hâte que les oranges de l'automne marocain. Dans les rues bosselées de Buyibar, l'innocence de l'adolescence s'est transformée depuis longtemps en haine envers un système qui les a noyés sous le joug d'une justice qui ne distingue pas l'âge. De l'autre côté du Whatsapp, Hamza, 16 ans, l'explique assez bien. " dans mon groupe d'amis, il y en a 17 qui sont en prison depuis des mois pour avoir participé aux émeutes.  Tout le monde est mineur ", raconte ce garçon qui, en sortant de l'école, travaille quelques heures à la réception d'une pension. Nous voulons économiser 500 euros pour une place vers une nouvelle vie loin de notre terre. "

La Cour des comptes française demande de bannir les prisons en partenariat-public-privé (PPP). Et en Belgique ?

15 décembre 2017 Communiqué de presse HarenObservatory.net
Prisons en partenariat-public-privé : la mégaprison de Bruxelles est officiellement un projet ruineux ! La Cour des comptes française demande de bannir les prisons PPP.
Charles Michel veut les multiplier et refuse deux audits de la Cour des comptes belge

Ce 13 décembre 2017, la Cour des comptes française a remis un rapport accablant sur les Partenariats-Publics-Privés (PPP) dans la politique immobilière de la Justice. 
Les PPPs carcéraux sont principalement visés. 
Cette analyse vient appuyer les critiques sur la gestion calamiteuse du projet de mégaprison de Bruxelles/Haren, déjà présentés dans le document « genèse d'un crime »1.

La Cour des comptes française, photo Europe1
Tout y passe : les hypothèses initiales favorisant les PPP sont peu réalistes, le manque de transparence sur les coûts, l'absence de données chiffrées, la fausse complexité des projets qui sont dus à la technicité obscure des contrats PPP et pas aux projets de construction eux-mêmes, les surcoûts exorbitants lors des modifications de contrats ou travaux intercurrents, etc. 
Au final, les PPPs s’avèrent être plus chers et moins efficaces que les marchés classiques.

http://familiesfriendsassociation.blogspot.be/2017/12/la-cour-des-comptes-francaise-demande.html

DICI TV: immersion à Gap dans le quotidien des jeunes migrants et des bénévoles qui les accompagnent

Publié par Laurie Charrié le jeu, 14/12/2017 - 22:06

image: https://www.dici.fr/sites/dici.fr/files/styles/homepage_une_big/public/2017/12/14/1087911-migrants.jpg?itok=SvEBKFyP
De l’extérieur, tout paraît calme. A l’intérieur, c’est une véritable ruche.
En plein cœur de Gap, avenue commandant Dumont, près de la gare, préfecture des Hautes-Alpes, voila des dizaines et dizaines de mineurs venus de Côte d’Ivoire, de Guinée et de tant d’autres pays africains.
Autour d’eux des bénévoles, ceux du secours catholique.
Chacun son rôle. Certain les réconfortent avec un café et quelques biscuits, d’autres leur apprennent le français. Certain les renseignent sur les démarches administratives, mais surtout tous cherchent à les écouter.
Certains ne disent pas un mot, d’autres racontent ce terrible parcours : quitter leur pays et leur famille, traverser dans les conditions que l’on connaît la Méditerranée, remonter l’Italie puis passer la frontière en pleine montagne à 1600 m au col de l’Échelle. Fuir les gendarmes ensuite, quitte à passer « par la brousse » comme ils l’appellent.
Contourner les forêts qui vont leur permettre d’aller jusqu’à Briançon. Là, les habitants, militants ou simplement solidaires, les accueillent.
Puis, s’ils se déclarent mineurs, direction Gap pour procéder à ce qui est appelé l’évaluation, c’est-à-dire la vérification qu’ils le sont bien.
En attendant, ce sont des centres d’hébergement, comme on l’a vu à Ancelle, Champtercier, Embrun et plus récemment à la Baie Saint Michel à Chorges.
Et le parcours de ces jeunes reconnus comme mineurs ne s’arrête pas là : une fois leurs papiers en main, ils sont dirigés vers Marseille où, faute de place ou à cause de problèmes administratifs, on les laisse à la rue.
Alors, nous sommes allés les rencontrer ainsi que tous les bénévoles du secours catholique qui les entourent, pour mieux comprendre.
Loin des grands débats de fond sur le sujet, loin des postures pour anti-migrants, on découvre là la violence de ce que vivent ces jeunes et ces gestes quotidiens que tous ces bénévoles considèrent comme naturels et qui incarnent si bien la solidarité montagnarde. Si certains devaient en douter, Sylvie, Christophe, Sophie, Alain… démontrent chaque jour qu’elle existe plus que jamais.



En savoir plus sur https://www.dici.fr/actu/2017/12/14/dici-tv-immersion-gap-quotidien-jeunes-migrants-benevoles-accompagnent-1087911#OUkA6kA2CBrLhrW5.99

Rencontre « France-Maroc : réseaux, clientélisme et censure »

Rencontre « France-Maroc : réseaux, clientélisme et censure »

Mercredi 20 décembre
à l’IreMMO
7, rue des Carmes
75005 Paris
Rencontre avec :
- Omar Brouksy, universitaire et journaliste, enseignant à l’université de Settat. Il a été journaliste au Journal hebdomadaire de 1997 à 2000, puis correspondant pour l’Agence France Presse. Il est l’auteur de La République de Sa Majesté. France-Maroc, liaisons dangereuses (Nouveau monde éditions, 2017) ;
- Hicham Mansouri, journaliste et membre de l’association marocaine de journalisme d’investigation. Il a notamment travaillé pour le journal Machahid et a collaboré avec Free Press Unlimited.

Le débat sera modéré par Khadija Mohsen-Finan, membre du comité de rédaction d’Orient XXI, universitaire à Paris 1.
Participation de 8€ ; 5€ pour les étudiants et demandeurs d’emploi

vendredi 15 décembre 2017

Conférence-débat à Nice ce 18/12/17 : « L’accueil, des solution concrètes pour un enjeu de civilisation »




A l’occasion de la journée internationale des migrants, le 18 décembre 2017 « Solidarité Migrants-Collectif 06 » organise une conférence-débat sur le thème :
« L’Accueil, des solutions concrètes pour un enjeu de civilisation».
Trois maires, respectivement Mme Régine Ailhaud-Blanc de Champtercier (04), M. Philippe Bouissou d’Ivry (94), M. Damien Carême de Grande-Synthe (59), viendront témoigner des projets qu’ils ont fait aboutir dans leurs communes. L’architecte Cyrille Hanappe, de l’association « Actes et Cités », rendra compte de son expérience concrète dans ce domaine.
L’historien Yvan Gastaut apportera son éclairage d’universitaire spécialisé dans l’histoire des migrations dans l’espace méditerranéen et la notion d’accueil, et ouvrira des perspectives sur l’enjeu qu’il représente dans un monde en devenir.
Des acteurs associatifs très impliqués dans le département feront part de leurs pratiques, de leurs attentes, de leurs projets.
Les Maires des Alpes-Maritimes, tous invités à ce débat, nous éclaireront sur la réaction de leurs administrés devant cette question et pourront tirer profit de cette réflexion.
Splendid Hotel
50 bd Victor Hugo
06000 Nice
Entrée libre
contact : somico06.contact@gmail.com

Ahmed Zefzafi à Lyon puis à Montpellier

jeudi 14 décembre 2017

Un tribunal alaouite condamne 20 activistes Rifains à des peines allant jusqu'à 3 ans de prison


Tribunal marroquí condena a 20 activistas rifeños a penas de hasta 3 años
Un tribunal alaouite condamne 20 activistes Rifains à des peines allant jusqu'à 3 ans de prison


Alhoceima (Rif), 12 déc.- La cour d'appel de la ville d'Alhoceima, dans le nord du Maroc, a condamné la nuit dernière vingt activistes à entre un et trois ans de prison pour leur participation aux émeutes de cette année, dans la région du Rif, ils l'ont appris aujourd'hui des sources judiciaires.

La plupart des prévenus, quatorze, ont été condamnés à deux ans d'emprisonnement, tandis que trois autres ont été condamnés à deux ans et demi de prison.

La source a précisé que deux des condamnés ont été condamnés à trois ans d'emprisonnement, alors que le dernier a été condamné à douze mois d'emprisonnement.

Ces militants ont été traduits en justice pour les crimes visant à créer des obstacles sur la voie publique, à manifester sans autorisation et à humilier des agents de sécurité.

Deux ans et demi de prison ferme pour l'infirmier Najib Bouzembou pour avoir été témoin

C'est là que nos rêves ont commencé

la photo de profil de Cheja Freesahara SaharauiPar Cheja Freesahara Saharaui, 13/12/2017


"Tout a commencé ici. D'en haut, on voit de petites maisons, mais à l'intérieur, il y a de grandes personnes avec de grands rêves. C'est là que je suis né et j'ai vécu pendant 20 ans. Dans ces camps de réfugiés sous des tentes et des maisons d'argile, j'ai fait grandir mes rêves au milieu du désert.

La ligne rouge dans l'image est le chemin de l'école que j'ai dû parcourir chaque jour pendant quatre ans (9 ans après j'ai étudié en internat)

Nous ne pouvons pas blâmer nos conditions de vie pour justifier que nous n'avons pas atteint nos rêves. En fait, ces conditions pourraient être la raison principale pour nous de suivre nos rêves, et c'est ce que j'ai fait depuis lors : ne pas garder mes rêves dans le cerveau, mais les faire réaliser..."



mercredi 13 décembre 2017

Retour sur la situation dans les Hautes-Alpes, quand la police traque les migrants

paru dans lundimatin#126, le 11 décembre 2017 
On sait que la traversée des frontières est de plus en plus difficile de nos jours pour qui n’est pas un riche touriste. Mais elle devient quasi impossible lorsqu’il s’agit de franchir des cols enneigés à -15 degrés sans connaître parfaitement son chemin. c’est pourtant ce que font tous les jours plusieurs dizaines de migrants entre Bardonecchia et Briançon, traqués par des gendarmes munis de lunettes thermiques et autres famas. Face à cette situation, des formes de résistance s’esquissent qui impliquent un certain courage ainsi qu’un rapport constant à l’illégalité. Nous publions ici le compte-rendu d’une discussion ayant eu lieu le 18 novembre dernier à Menglon, dans la Drôme.
Les témoignages de cette brochure sont retranscrits tels quels.
Les copains et copines présent-e-s sont tout-e-s membres de collectifs actifs dans les Hautes-Alpes (05) et le haut diois (26), ainsi que des camarades qui viennent d’arriver. Ces collectifs se sont créés suite à la situation d’urgence, tant au niveau de l’accueil, que de l’accompagnement administratif, médical, vital, humain, de plusieurs dizaines, centaines de migrants qui traversent la frontière avec l’Italie par Briançon. Majoritairement des hommes venus d’Afrique de l’ouest. Beaucoup de mineurs dont certains de moins de quinze ans.
L’idée de cette retranscription est avant tout d’informer les habitant-e-s des départements directement concernés par la situation, qui pour beaucoup ne sont pas au courant de ce qui se passe à leur porte. C’est une stratégie claire et nette de l’État : invisibiliser, taire, étouffer la réalité et aujourd’hui, il n’est plus possible de se laisser faire.
Au moment où j’écris ces mots, une église à été occupée à Marseille, pour revendiquer la négligence de la prise en charge de plusieurs cinquantaines de mineurs (et bien plus en réalité) qui depuis de nombreuses semaines, nombreux mois, dorment dans la gare. Une situation qui n’est pas nouvelle. Au moment où j’écris ces mots, sept salles d’une fac à Nantes ont été occupées pour loger également des mineurs sans prise en charge qui auront un toit au-dessus de leur tête au moins pour quelques nuits. Nous amenions encore des mineurs de moins de 15 ans à l’ASE (Aide Sociale à l’Enfance) ce matin, sans savoir comment ils seront pris en charge, et avec un goût amer dans la bouche et les larmes dans les yeux de savoir pertinemment que l’État français traque, dans les mots, dans les souvenirs, des camarades qui ont déjà un lourd parcours derrière eux.
Cette situation n’est pas nouvelle, elle fait partie de la lourde réalité qui s’opère depuis maintenant plus de deux ans, à la Roya, à Vintimille, à Menton, à Nice, Marseille, et maintenant, dans les Hautes-Alpes. En réalité, depuis bien plus longtemps .…
Alors comme les flics obéissent sagement aux ordres en ramenant sans cesse, dans le froid, sans humanité, des camarades, comme l’État renouvelle encore son droit à militariser les frontières, comme nous vivons encore des scènes de délation de personnes qui feraient mieux d’éteindre leur télévision et d’ouvrir les yeux, il est urgent et vital de dire ce que nous pensons, et d’agir en reprenant nos droits, pas ceux qui nous sont dictés par des lois insensées, ceux qui nous sont dictés par notre cœur et notre bon sens.
Parce que personne ne laisserait dormir son gosse de moins de 15 ans dans la rue en hiver .... et même s’il était moins jeune, et même si c’était l’été, on ne joue pas avec la vie d’êtres humains. Point.
Bonne lecture !


Le Maroc a perdu la bataille du Sahara Occidental




Selon le mouvement républicain marocain, la participation du roi du Maroc au Sommet UE-UA d’Abidjan est une reconnaissance de la RASD. Une reconnaissance sanctionnée par la pose de Mohammed VI aux côtés du président sahraoui dans la photo de famille clôturant le Sommet.
Le régime marocain joue avec le temps pour faire accepter la normalisation des relations entre le Maroc et la RASD. Tout comme la normalisation avec l’Etat sioniste, ajoute la même source. Dans le cadre de cette normalisation rentre la photo de Bourita avec le ministre sahraoui des affaires étrangères.
Les républicains marocains se demandent pourquoi les thuriféraires du régime ne questionnent pas Mohammed VI sur sa présence à côté du Polisario. Ils n’hésiteront pas à dire qu’il s’agit soit d’un montage photoshop ou d’une offensive menée de l’intérieur de l’Union Africaine.

 maroc-leaks.com/maroc-a-perdu-bataille-sahara-occidental/


mardi 12 décembre 2017

Plusieurs centaines de responsables sanctionnés par le roi Mohammed VI

Rachid Oufkir et 2 autres personnes ont partagé un lien.
"Rien de tout cela ne nous affectera, ne nous fera reculer, ni ne nous fera oublier nos camarades en prison, et ce pourquoi ils se sont battus !
Cela ne doit pas nous détourner non plus de l‘essentiel :
• La libération des détenus politiques du mouvement,
• La satisfaction de sa plateforme revendicative
• La traduction devant la justice de tous les responsables gouvernementaux de l’approche sécuritaire et du cycle de violence policière et militaire engagé dans le RIF
• Les réparations de tous les dommages moraux et matériels causés à la population et aux détenus."
déclaration du CSMR PARIS, au meeting Où va le Maroc ? Paris 09 décembre 2017

Ahmed Zefzafi, ambassadeur itinérant de la cause du Mouvement Citoyen dans le RIF, est en tournée en France :

Ahmed Zefzafi, ambassadeur itinérant de la cause du Mouvement Citoyen dans le RIF, est en tournée en France :
>>PARIS
DATE Mercredi 13 décembre 2017
HEURE 19H - 22H30
ADRESSE CICP 21ter rue voltaire 75011 Paris, métro "rue des boulets" ou "nation"
ORGANISATION : CMSR PARIS, atmf, amdh asdhom et AMF
_____

>>LYON
DATE Vendredi 15 décembre 2017
HEURE 18H30
ADRESSE: salle Mairie 1er arrondissement, 2 place Sathonay, 69001( métro hôtel de ville)
ORGANISATION : CMSR Lyon
 

La police marocaine envahit les services d'urgence de l'hôpital !

Moises Ponce de Leon


Lettre de l'association des droits de l'homme au Sahara Occidental. La police marocaine envahit les services d'urgence de l'hôpital !

·