vendredi 20 avril 2018

Ali Aarrass saisit la Cour européenne des droits de l’homme

La Belgique doit lui porter assistance avec tous les moyens dont elle dispose
dans ACTIONS/AVOCATS/ORGANISATIONS POUR LES DROITS DE L'HOMME / FOR HUMAN RIGHTS par
(photo : les député(e)s bruxellois(es) pour Ali Aarrass)

Bruxelles, 12 avril 2018
Ali AARRASS à la Cour européenne des droits de l’homme : le Belgique doit lui porter assistance avec tous les moyens dont elle dispose
Depuis son incarcération en Espagne, en avril 2008, Ali AARRASS n’a pas cessé de solliciter l’assistance consulaire de la part des autorités belges.
Sous divers prétextes – d’abord la confiance mutuelle pour l’Espagne, puis sa double nationalité et enfin le « risque de réciprocité » – la Belgique a toujours refusé de l’aider. Elle s’est contentée, aux pires moments traversés par Ali d’adresser des « petits courriers » au Maroc. Cet État lui répondait que tout allait bien et la Belgique s’est contentée de ces réponses.
Ce n’est pas normal.
Ali AARRASS est un citoyen belge et un État dispose d’un certain pouvoir pour agir en faveur du respect des droits fondamentaux de ses ressortissants, même quand ils se trouvent à l’étranger.
C’est la Convention de Vienne sur les relations consulaires du 24 avril 1963 qui organise tout cela. La fonction consulaire se définit en effet comme étant celle visant à « a) Protéger (…) ses ressortissants, personnes physiques et morales dans les limites admises par le droit international ; (…) e) Prêter secours et assistance aux ressortissants, personnes physiques et morales de l’État d’envoi » (Art. 5).
Il entre généralement dans la mission des autorités consulaires : d’informer les proches ; d’aider à correspondre avec les proches ; d’avoir des contacts réguliers ; de veiller à ce que les conditions de détention respectent les droits de l’homme ; de veiller à ce que les soins médicaux soient donnés ; de faciliter l’achat des biens de première nécessité.
L’article 36 de cette Convention précise « les fonctionnaires consulaires ont le droit de se rendre auprès d’un ressortissant de l’État d’envoi qui est incarcéré, en état de détention préventive ou toute autre forme de détention, de s’entretenir et de correspondre avec lui et de pourvoir à sa représentation en justice. Ils ont également le droit de se rendre auprès d’un ressortissant de l’État d’envoi qui, dans leur circonscription, est incarcéré ou détenu en exécution d’un jugement ».
Le consul belge a donc le droit de rendre visite à Ali AARRASS, même détenu au Maroc, et de lui procurer toute l’aide possible pour améliorer sa situation.
Mais, pour Ali AARRASS, le Ministre des affaires étrangères n’a pas eu envie de demander l’application de cette Convention.
Un tel arbitraire est-il acceptable dans une société démocratique ? Ali AARRASS, ses proches et sa défense ne le pensent pas. Lorsqu’une personne démontre qu’elle fait l’objet de mauvais traitements à l’étranger, la Belgique doit essayer de l’aider dans toute la mesure de ses possibilités.
C’est la raison pour laquelle Ali AARRASS avait saisi les Cours et Tribunaux belges. Le premier juge lui a donné raison, le second également, mais, malheureusement, la Cour de cassation est revenue sur cette appréciation dans un arrêt du 11 octobre 2017.
Ce revirement paraît contraire à la Convention européenne des droits de l’homme. Celle-ci vise à protéger des droits concrets et effectifs et non théoriques et illusoires. C’est la raison pour laquelle Ali AARRASS a saisi, ce 29 mars 2018, la Cour européenne des droits de l’homme d’un recours contre la Belgique. À suivre…
Dounia Alamat et Nicolas Cohen, avocats d’Ali Aarrass

jeudi 19 avril 2018

Journée internationale des prisonniers politiques et enfants prisonniers palestiniens

Couverture Telquel : les affaires...avant les droits de l'Homme





L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout et texte

« Mains noires, Pizza berbère : un bijou qui m’a émerveillé », par Mohammed Belmaïzi




(Photo Mohammed Belmaïzi)
Le livre « Mains noires, Pizza berbère » est un bijou qui m’a vraiment émerveillé. Un livre joliment écrit, habilement ficelé, renvoyant à cette nostalgie d’antan, saturée d’humanisme et de si belles rencontres. Ce genre de livre doit être utilisé comme manuel de français pour à la fois apprendre la langue, l’amitié et la solidarité qui lient les peuples, ainsi que l’état des lieux où se trouve le Maroc…
Tout cela, Marie-Jo Fressard a su le mettre dans un moule où s’agencent récit romanesque, humour, Histoire, imaginaires et mémoire commune !
Je vois ce petit livre en grande format, avec ses beaux dessins, et la boucle sera bouclée… un jour !
De toute façon, ce petit livre doit être  catalogué comme un événement précieux qui redonne sa dette de sens à la solidarité et l’amitié franco-marocaine !
Toutes mes félicitations ma chère Marie-Jo, et bravo!
Soleil fraternel !
Mohammed






mercredi 18 avril 2018

Syrie : À la recherche de la vérité dans les ruines de Douma - et les doutes d'un médecin sur une attaque chimique






Robert Fisk

Traduit par  Chronique de Palestine


Par Robert Fisk
C’est l’histoire d’une ville appelée Douma, un lieu ravagé et puant d’immeubles détruits – et d’une clinique souterraine dont les images de souffrance ont permis à trois des nations les plus puissantes du monde occidental de bombarder la Syrie la semaine dernière. Il y a même un avenant docteur en blouse verte qui, quand je le trouve dans la même clinique, me dit avec plaisir que la vidéo sur le « gaz » qui a horrifié le monde – malgré tous les sceptiques – est parfaitement authentique.
Les histoires de guerre, cependant, ont l’habitude de devenir de pire en pire. Le même médecin syrien âgé de 58 ans, raconte quelque chose de profondément dérangeant : les patients, dit-il, ont été vaincus non pas par le gaz, mais par le manque d’oxygène dans les tunnels et les sous-sols où ils vivaient, de gros bombardements ayant provoqué une tempête de poussière.
Alors que le Dr Assim Rahaibani me fait part de cette conclusion extraordinaire, il vaut la peine d’observer qu’il est de son propre aveu pas un témoin oculaire lui-même et, comme il parle bien anglais, il se réfère deux fois aux combattants djihadistes de Jaish el-Islam à Douma en tant que « terroristes » – le mot employé par le régime pour ses ennemis, et un terme utilisé par de nombreuses personnes à travers la Syrie. Est-ce que j’entends bien ? Quelle version des événements devons-nous croire ?
 
Par malchance, les médecins qui étaient de service ce soir-là, le 7 avril, étaient tous à Damas, témoignant dans une enquête [des Nations Unies] sur les armes chimiques qui tentera de fournir une réponse définitive à cette question dans les semaines à venir.
La France, quant à elle, a déclaré avoir des « preuves » d’utilisation d’armes chimiques, et les médias américains ont cité des sources affirmant que des analyses d’urine et de sang le démontraient également. L’OMS a déclaré que ses partenaires sur le terrain traitaient 500 patients « présentant des signes et des symptômes compatibles avec l’exposition à des produits chimiques toxiques ».
Dans le même temps, les inspecteurs de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) sont actuellement retardés dans leur venue eux-mêmes sur le site de l’attaque de gaz présumée, apparemment parce qu’ils n’ont pas les bons permis des Nations Unies.

Avant d’aller plus loin, les lecteurs doivent savoir que ce n’est pas la seule histoire à Douma. Il y a beaucoup de gens à qui j’ai parlé au milieu des ruines de la ville qui m’ont dit qu’ils n’avaient « jamais cru » aux histoires sur les attaques au gaz – qui étaient généralement racontées, selon eux, par les groupes islamistes armés. Ces djihadistes ont survécu sous le blizzard des bombardements en vivant dans les maisons des autres et dans de vastes et larges tunnels creusés à même la roche par des prisonniers sur trois niveaux sous la ville. J’ai parcouru trois d’entre eux hier, de vastes couloirs qui contenaient encore des fusées russes – oui, russes – et des voitures incendiées.
Donc, l’histoire de Douma n’est pas seulement une histoire de gaz – ou d’absence de gaz, selon le cas. Il s’agit de milliers de personnes qui n’ont pas opté pour l’évacuation de Douma dans les bus qui sont partis la semaine dernière, aux côtés des hommes armés avec lesquels ils ont dû vivre comme des troglodytes pendant des mois pour survivre.

Proposition : que des Marocain viennent du Maroc et des Algériens de l'Algérie pour se retrouver à la frontière .

Yahia Hadjer   On invite les médias du monde. Les Algériens rentrent au Maroc et le Marocains rentrent en Algérie donc nous les peuples fiers, nous cassons les frontières . Qui est partant ????? Date à déterminer plus tard ensemble .

Des jeunes Algériens de la ville frontalière Maghnia se sont rassemblés à la frontière de Bin-Lajraf pour demander la réouverture des frontières avec le Maroc et exprimer leur fraternité avec leurs voisins ! Bravo !

 

Au mépris de deux arrêts de la CJUE, l'UE va négocier avec le Maroc de nouveaux accords de pêche, y compris le SO


Au mépris de deux arrêts de la cour de L'Union Européenne, les états membres de l'ue ont aujourd'hui autorisé la Commission européenne à négocier avec le Maroc un nouveau protocole de pêche qui couvrira également le Sahara occidental occupé.

Deux mois après que la cour de justice de L'Union Européenne (CJUE) a décidé qu'aucun partenariat de pêche entre l'ue et le Maroc ne peut être appliqué au Sahara Occidental, le conseil de l'UE a voté en faveur de la négociation d'un nouveau protocole de pêche avec le Maroc qui inclut les eaux. Du Sahara occidental occupé.

La Commission de l'UE a annoncé son intention de commencer les pourparlers avec le Maroc il y a un mois. Le texte du mandat de négociation a été publié en même temps, déclarant que l'ue considère qu'"il est possible d' étendre les accords bilatéraux avec le Maroc au Sahara Occidental sous certaines conditions", mais que l'arrangement fait l'objet d'une résolution de la Un conflit dans un contexte de l'ONU.

La Suède a déclaré qu'elle s'oppose à un mandat pour un nouveau protocole en février 2018 " parce que la Suède considère que le mandat proposé ne répond pas aux exigences du droit international."

Le 27 février de cette année, la cour de justice de L'Union européenne a décidé que l'accord de partenariat entre l'ue et le Maroc n'est juridiquement valable que s'il n'est pas appliqué au Sahara Occidental. La décision était conforme à la décision précédente de la cour de décembre 2016, concluant qu'aucun accord de commerce ou d'association de l'ue ne pouvait être appliqué au Sahara occidental - en raison de son statut "Distinct et distinct" - sans le consentement du peuple de ce pays. Territoire.
· L'ue va négocier avec le Maroc de nouveaux accords de pêche, y compris le Sahara occidental

mardi 17 avril 2018

Claude Mangin-Asfari, encore refoulée du Maroc, entame une grève de la faim illimitée



Communiqué
 
Claude Mangin-Asfari vient d’annoncer qu’elle entre en grève de la faim illimitée à partir de demain, mercredi 18 Avril, après que les autorités marocaines lui ont interdit l’entrée sur le territoire marocain, le lundi 16 avril 2018, sans aucun motif. Elle venait rendre visite à son mari Naâma Asfari, prisonnier politique sahraoui, détenu depuis novembre 2010

remise-prix-naamaa-claude
Photo de Joséphine Delvolvé / ACAT(Photo en arrière plan d’Anthony Jean)
Le 17 / 04 / 2018 

  Décidée à poursuivre son action pour pouvoir rendre visite à son mari, qui a reçu récemment le prix des droits de l’homme de la Fondation de l’ACAT, elle vient d’annoncer qu’elle entre en grève de la faim illimitée à partir de demain, mercredi 18 Avril 2018.
Ce quatrième refoulement en moins de deux ans de Claude Mangin-Asfari est une énième représailles exercée par le Maroc à l’encontre de son époux Naâma Asfari, détenu depuis novembre 2010 et condamné à 30 ans de prison pour avoir défendu l’autodétermination du peuple sahraoui.  
Torturé, battu, humilié, pendant sa garde à vue en 2010, il avait signé des aveux sous la contrainte. En décembre 2016, le Maroc a été condamné par le Comité de l’ONU contre la torture dans le cadre de la plainte déposée par l’ACAT et le cabinet Ancile-avocats au nom de Naâma Asfari.
Arrivée le lundi 16 avril à 15h à l'aéroport de Rabat, Claude Mangin-Asfari a été remise dans l'avion pour Paris le même jour. Ce refus d'entrée sur le territoire marocain constitue une atteinte constante et grave à son droit à une vie privée et familiale et au droit des prisonniers aux visites familiales.
Dans la mesure où Claude Mangin-Asfari ne représente aucune menace, l’ACAT demande aux autorités marocaines :
  • La levée de l’interdiction de l’entrée au territoire, au titre du droit humanitaire
  • La libération immédiate des prisonniers politiques de Gdeim Izik, condamnés à de lourdes peines en juillet 2017, à l’issue d’un procès inéquitable marqué notamment par la prise en compte d’aveux obtenus sous la torture.
  • En attendant leur libération,  l’ACAT demande  leur transfert immédiat dans une prison située en territoire occupé, conformément à l’article 76 de la 4ème convention de Genève
Contact Presse: Mariam Chfiri/ mariam.chfiri@acatfrance.fr

ZAD . 1000 CRS contre des manifestants à Nantes

Greta Alegre et Mechkar Elmostafa ont partagé la vidéo de Nantes Révoltée.

 
 Nantes est sous occupation. La manifestation du samedi 14 avril, contre l'expulsion militaire de la ZAD, en est un nouvel exemple. 1000 CRS contre des manifestants...
 

 Michel Degros. NANTES REVOLTEE 

 Nantes est sous occupation. La manifestation du samedi 14 avril, contre l'expulsion militaire de la ZAD, en est un nouvel exemple. 1000 CRS contre des manifestants. Mille CRS ! Des canons à eau à chaque coin de rue. Un hélicoptère. Des centaines de tirs de grenades et de balles en caoutchouc. Une manifestation interdite de fait. On nous signale de très nombreux blessés, souvent graves, depuis samedi. Ce gouvernement est en guerre contre sa population. Il cherche à blesser, tuer, terroriser.
"Hubris : Du grec ancien ὕβρις, húbris (« excès, démesure, orgueil »).
Chez les Grecs anciens, orgueil inacceptable de la part d’un mortel. Toute prétention à une supériorité insolente parmi les hommes doit donc entraîner une punition cruelle de la part des dieux immortels.
(Par extension) Confiance excessive en soi, qui peut conduire à des erreurs fatales."

Zone tampon au Sahara occidental: une campagne du Maroc pour trahir ses engagements (RASD)

http://www.spsrasd.info/ne…/…/articles/2018/04/14/14954.html
Bir Lahlou (territoires sahraouis libérés), 14 avr 2018 (SPS)

 La campagne "mensongère" orchestrée par le Maroc, à propos de la zone tampon, vise avant tout "à trouver un alibi, même fabriqué, pour trahir ses engagements" conclus dans le plan de règlement du conflit du Sahara occidental, a indiqué samedi le ministère sahraoui des Affaires étrangères, dans un Mémorandum.
Le ministère sahraoui soutient, également, que ce "tapage intervient aussi dans un climat de blocage marocain des efforts onusiens ainsi que le rejet de Rabat du travail de la mission technique de l’ONU qui devrait solutionner le problème résultant de la violation du cessez-le-feu par le Maroc dans la zone d’El-Guergarat par l’ouverture d’un passage dans le mur de défense".
"Le Maroc a orchestré ces jours-ci un tapage médiatique et diplomatique sans précédent qui a atteint le stade de l’hystérie", a affirmé le MAE sahraoui, soulignant que "le Royaume a même brandi la menace d’engager une action militaire pour annexer les zones libérées".
"Ce tapage de Rabat a été accompagné par une campagne de désinformation sur la réalité qui existe sur le terrain en semant la confusion sur les données géographiques acceptées d’un commun accord par les deux parties, le Front Polisario et le royaume du Maroc", a-t-on encore ajouté dans ce document.
 Ainsi et selon ce Mémorandum, "l’Accord Militaire N 1 organisant l’opération du cessez-le-feu entre le Front Polisario et le Maroc stipule que le mur de défense est la ligne de démarcation entre les deux armées jusqu’a à la tenue du référendum et connaitre le statut définitif du territoire, avec la création d’une zone tampon à l’Est du mur large de 5 km sur 2700 km de long". L’Accord évoque, aussi, "la création d’une zone de 30 km de profondeur à l’Ouest du mur de défense et 25 km à l’Est et au Sud du même mur marocain".


Tous à la « Marche de l’hospitalité » à Gap le samedi 28/4/2018

                              Tous à la « Marche de l’hospitalité »
           Le samedi 28 avril 2018 à   partir de 10H30
                Départ à la gare SNCF de Gap

                                                   
                Son but est de dénoncer les parcours migratoires des personnes exilées et de mettre en valeur la solidarité et l’hospitalité des citoyens.
                Cette marche est organisée en écho à la marche nationale Vintimille/Calais
          http://www.roya-citoyenne.fr/2018/01/la-marche-citoyenne-vintimille-douvres-30-avril-breil-roya-vintimille-1er-mai-7-juillet-2018-calais-douvres/


                                                                                      

               Amenez vos foulards de couleur, habillez-vous gaiement, la diversité c'est notre richesse !!!

 Pique-nique et scène ouverte à partir de 13H sur la place Saint Arnoux

                              Faites tourner dans vos réseaux          

lundi 16 avril 2018

Joan Miro - Très beau !

Francine Engelbach Andreieff et Arts&Emotions ont partagé la vidéo de Arts&Emotions.
  • Revoir
  • Partager185 vuesArts&Emotions
    Joan Miró.1893-1983.Spain!!!
    Considered one of the greatest representatives of the surrealism and abstract
    Joan Miró. 1893-1983. Espagne !!!
    Considéré comme l'un des plus grands représentants du surréalisme et de l'abstrait
     

Mobilisation - Déclaration à la Presse de Claude MANGIN-ASFARI expulsée du Maroc pour la 4e fois !


Jola Brouté <jola_broute@hotmail.com>

Pièces jointes 23:14 (Il y a 3 minutes)



À Jola
De : bur.aarasd <bur.aarasd@wanadoo.fr>
Envoyé : lundi 16 avril 2018 14:48
À : bur aarasd
Objet : Mobilisation - Déclaration à la Presse de Claude MANGIN-ASFARI expulsée du Maroc pour la 4e fois !

 
Contact Presse :06 70 31 2497 bur.aarasd@wanadoo.fr
Appel à mobilisation et Déclaration à la Presse de Claude Mangin -Asfari expulsée du Maroc pour la quatrième fois
Madame Mangin-Asfari vient à nouveau d’être interdite de visiter de son mari, prisonnier d’opinion sahraoui ! La mobilisation autour d’elle et pour le respect d’un droit humain élémentaire est urgente et indispensable !
Aussi nous vous appelons à nous rejoindre ce mardi 17 avril 2018 à deux rendez-vous :
  • Dès 12h à l’aéroport d’ORLY Sud, hall des Départs porte C
  • Entre 16h30 et 17h au métro Invalides 
A ces deux moments,  Madame Mangin -Asfari  nous annoncera sa prochaine initiative et appellera à se mobiliser avec elle pour imposer son droit de visite.
Aux Invalides nous serons aux côtés des citoyens qui ont à cœur de célébrer la Journée Internationale dédiée aux prisonniers politiques.
Association des Amis de la RASD
Facebook : Amis de la République Sahraouie

 --------------------------------------------------------

Pour la quatrième fois en moins de deux ans,
Claude Mangin-Asfari a été refoulée ce 16 avril
du Maroc où elle était venue rendre visite à son 
mari, Naâma Asfari, prisonnier politique sahraoui.
Les associations sahraouies et de soutien à la 
cause sahraouie appellent à un rassemblement
 à partir de 16h30 Place des Invalides mardi 17 avril, 
journée internationale des prisonniers politiques,
pour demander que le droit de visite de Claude Mangin 
soit respecté et que les prisonniers politiques sahraouis 
soient libérés

Jean Paul LE MAREC