Pages

samedi 5 décembre 2009

Aminatou

Dessin de Juan Kalvellido, Tlaxcala

Programme de lutte des victimes de licenciements de la SMESI

Par Ali Fkir, coordinateur du CSOS, 3/12/2009


L'assemblée générale des 850 ouvriers, victimes du licenciement abusif de l'OCP, ont décidé (voir le communiqué en arabe) d'observer:

- Le 08/12/2009, de 10h à 12h30, un sit in de protestation devant le pachaouia de la ville de Hattane, centre minier proche de Khouribga.
- 09/12/2009, de 10h à 12h30, un sit in de protestation devant le pachaouia de Boujniba, centre minier proche de la ville de Khouribga
- le 10/12/2009, de 11h30 à 17h, un sit in de protestation devant la direction des exploitations minières à Khouribga
- le 12/12/2009 de 15h à 18h, un sit in de protestation à la place d'almassira (Khouribga)
- 17 décembre 2009, de 11h à 16h, un sit in devant le siège du parlement à Rabat
- le 18 décembre 2009, de 10h à 15h, un sit in devant le ministère de l'énergie et des mines à Rabat
- les 22-23-24 décembre 2009, de 11h30 à 17h, des sit in quotidiens devant la direction des exploitations minières à Khouribga
- le 26 décembre 2009, de 15h à 18h, un sit in à la place almassira (Khouribga)
Ali fkir, le coordinateur du CSOS
Communiqué (en arabe)
du syndicat-UMT des ouvriers de SMESI
الاتحاد المغربي للشغل
نقابة عمال سميسي ريجي
بخريبڭة
نقابة عمال سميسي ريجي تخوض سلسلة من التحركات النضالية التصعيدية بكل من مدينة حطان، بوجنيبة، خريبڭة وامام البرلمان ووزارة الطاقة و المعادن بالرباط.
لازالت إدارة الفوسفاط تنهج سياسة اللامبالاة ازاء الطرد التعسفي لأزيد من 800 عاملا رغم أن النقابة راسلت مجموعة من الجهات على رأسها الوزارة الأولى، وزارة الداخلية، وزارة الطاقة و المعادن ووزارة العدل فضلا عن إدارة الفوسفاط محليا و مركزيا. وبالرغم مما نشر في العديد من المنابر الإعلامية لمأساة العمال و عائلاتهم الصامدة وتضامن العديد من الهيئات السياسية والحقوقية والجمعوية في الداخل والخارج لإرجاع العمال الموقوفين تعسفا وتلبية مطالبهم البسيطة والعادلة وطرح الملف من طرف مركزيتنا النقابية العتيدة للاتحاد المغربي للشغل على طاولة الحوار الاجتماعي مع الحكومة إلا أن مسؤولي قطاع الفوسفاط لازالوا يسبحون ضد تيار القوانين الجاري بها العمل من خلال تشغيلهم للمتقاعدين مكان هذه الشريحة العمالية الشابة مع العلم أن عددا كبيرا من المتقاعدين يشتغلون في العديد من المصالح خاصة المصلحة الاجتماعية ويتقاضون أجورا تفوق 6000 درهم تبعا لروابط الزبونية والمحسوبية والرشوة.
وفي ظل هذه الظروف والملابسات فان الجمع العام :
1- يؤكد عزمه على مواصلة النضال وفق خط تصعيدي يعكس الوضعية الاجتماعية المتدهورة للعمال.
2- يعتبر مراهنة السلطات المحلية على المقاربة الأمنية مراهنة فاشلة بالنظر إلى تجارب عرفتها بعض المناطق سابقا وأن المتابعات القضائية التي تستهدف ترهيب العمال لا يمكن أن تثنيهم عن الدفاع عن مطالبهم.
3- يدين سياسة التهميش والإقصاء اتجاه العمال رغم أنهم من أبناء المنطقة المتضررين بالإفرازات البيئية لمعامل الفوسفاط أو من أبناء عمال م.ش.ف أو من الذين انتزعت أراضيهم للاستغلال الفوسفاطي فضلا عن خبرتهم المهنية التي تتعدى 8 سنوات.
4- يستنكر سياسة القمع والمنع التي لازالت السلطات بخريبڭة تنهجها إزاء كل التحركات النضالية التي تدعوا إليها نقابتنا وضاربة عرض الحائط كل القوانين الوطنية و المواثيق الدولية.
5- يشيد بمؤازرة مجموعة من المحامين لإخواننا العمال الأربعة المتابعين اثر الاعتصام الذي كان مزمعا تنظيمه أمام إدارة الفوسفاط بخريبڭة يوم 15 شنبر 2009 والذي قوبل بقمع شرس وهمجي من طرف السلطات بخريبڭة والتي دحضت مرافعاتهم الادعاءات التي تضمنتها محاضر الضابطة القضائية و مرافعات النيابة العامة آملين من القضاء تبرئتهم.
6- يأمل من الإدارة العامة للم.ش.ف بأن تتعامل بايجابية مع مراسلة الوزير الأول المؤرخة بتاريخ 20 نونبر 2009 والتي دعا فيها إلى إيجاد حل للنزاع القائم بما يضمن حقوق العمال و احترام الحريات النقابية آملا من الحكومة الاستجابة الفورية للمطالب التي رفعتها مركزيتنا النقابية للاتحاد المغربي للشغل أتناء الحوار الاجتماعي.
7- يعلن تسطير برنامج نضالي تصعيدي على النحو التالي :
• تنفيذ وقفة احتجاجية يوم الثلاثاء 08 دجنبر 2009 من الساعة 10:00 صباحا إلى الساعة 12:30 زوالا أمام باشوية مدينة حطان.
• تنفيذ وقفة احتجاجية يوم الأربعاء 09 دجنبر 2009 من الساعة 10:00 صباحا إلى الساعة 12:30 زوالا أمام باشوية مدينة بوجنيبة.
• خوض اعتصام يوم الخميس 10 دجنبر 2009 من الساعة 11:30 صباحا إلى الساعة 17:00 بعد الزوال أمام مديرية الاستغلالات المنجمية بخريبڭة.
• تنفيذ وقفة احتجاجية يوم 12 دجنبر 2009 من الساعة 15:00 زوالا إلى الساعة 18:00 مساءا بساحة المسيرة بخريبڭة.
• تنفيذ اعتصام يوم الخميس 17 دجنبر 2009 من الساعة 11:00 صباحا إلى الساعة 16:00 بعد الزوال أمام مقر البرلمان بالرباط.
• تنفيذ اعتصام يوم الجمعة 18 دجنبر 2009 من الساعة 10:00 صباحا إلى الساعة 15:00 بعد الزوال أمام مقر وزارة الطاقة و المعادن بالرباط.
• خوض اعتصام يوم 22-23-24 دجنبر 2009 من الساعة 11:30 صباحا إلى الساعة 17:00 بعد الزوال أمام مديرية الاستغلالات المنجمية بخريبڭة.
• وقفة احتجاجية يوم 26 دجنبر 2009 من الساعة 15:00 زوالا إلى الساعة 18:00 مساءا بساحة المسيرة بخريبڭة.
2- يدعو جميع الهيئات السياسية، الحقوقية، المدنية، المنابر الإعلامية والفعاليات المناضلة لمساندة ودعم نضالات عمال سميسي ريجي في معاركهم النضالية.
عن الجمع العام، خريبكة فس 03 دجنبر 2009
عاشت وحدة العمال صامدة و مناضلة
عاش الاتحاد المغربي للشغل

Situation confuse au Sahara Occidental : autorisation accordée, puis refusée

Le Maroc interdit à Aminatou Haidar de rentrer au Sahara.




Par Bellaciao et APSO 4 /12/ 2009 (22h18) 
Le Maroc a interdit ce soir vendredi, à la militante pro-Polisario Aminatou Haidar de rentrer au Sahara Occidental par avion, après lui en avoir donné dans un premier temps l’autorisation, a indiqué à l’AFP le ministère espagnol des Affaires étrangères.
"Le gouvernement espagnol a demandé dans l’après-midi un permis de survol et d’atterrissage" pour un avion qui devait reconduire Mme Haidar au Sahara occidental depuis l’aéroport de Lanzarote (Canaries), a indiqué une source de ce ministère.
"Le Maroc a concédé ce permis ainsi qu’un sauf conduit" pour Mme Haidar, "mais il a retiré son autor isa tion peu avant le décollage", a ajouté cette source.

Une députée socialiste espagnole, Delia Blanco, qui avait pris place à bord de l’avion devant ramener la militante sahraouie au Sahara occidental, avait juste auparavant fourni la même version des faits à la chaîne d’information espagnole CNN+.
Mme Haidar a entamé une grève de la faim le 15 novembre à l’aéroport de Lanzarote, après avoir été expulsée du Sahara occidental par les autorités marocaines qui lui ont retiré son passeport marocain avant de l’expulser.
Elle avait mis fin à sa grève de la faim juste avant l’annonce de son départ imminent, avait indiqué à l’AFP une source policière à l’aéroport de Lanzarote.
Les informations en provenance de El Aaiun, capitale occupée du Sahara Occidental font état d’une grande tension et grande confusion dans la population.
Les Sahraouis attendent le retour de leur porte-parole et entendent fêter son retour à la hauteur de son courage.
Le volte-face du gouvernement Marocain est incompréhensible ou pour le moins incohérente, sauf à y voir le reflet des méthodes inhumaines du pouvoir colonisateur en pratique quotidienne à El Aaiun et dans les territoires à l’encontre des défenseurs des droits de l’homme et des partisans du respect du droit international à l’autodétermination.
Une nouvelle forme de torture psychologique, contre une femme très fragilisée dans son corps, mais inébranlable dans sa conviction.


Communiqué
Par ASM (Association le Sahara Marocain) 4 /12/2009
Dans une action hostile et provocatrice au Maroc, le gouvernement espagnol voulant ‘’forcer la main au gouvernement marocain’’ a voulu organiser ce soir le soit-disant retour d’Aminatou Haidar à Laâyoune.
A bord d’un avion médicalisé de la croix rouge espagnole, la traitre aminatou Haidar, une députée espagnole du Psoe Delia Blanco, un médecin et un représentant du ministère des affaires étrangères se sont envolé de l’aéroport de Lanzaroté pour se diriger vers le Maroc et après quelques minutes de vol l’avion est revenu pour atterrir de nouveau à l’aéroport sous prétexte que le Maroc ne leur a pas donné l’autorisation d’atterrir à Laâyoune.
Un véritable scandale de la part du gouvernement espagnol qui doit s’expliquer sur son action.

Position officielle du royaume du Maroc sur l’ »affaire » Aminatou Haidar
Par Taïeb Fassi Fihri, 3/12/2009
Les composantes de la société marocaine sont prêtes à riposter aux des ennemis du Royaume, a assuré mercredi le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, M. Taïb Fassi Fihri.
Dans une déclaration à la presse à l'issue d'un entretien avec la ministre mexicaine des Affaires étrangères, Mme Patricia Espinosa, M. Fassi Fihri a indiqué que le Gouvernement et de la classe politique nationale rejettent catégoriquement toutes ces par les ennemis de l' du Royaume dans l'objectif de nuire au processus de négociations et de consacrer le non aboutissement d'un règlement définitif de la question du Sahara.
Depuis que le Maroc a proposé le plan d' autonomie visant à trouver une solution définitive à ce conflit , il est parvenu à réaliser une entre les résolutions de l'Assemblée des Nations Unies et celles du Conseil de Sécurité, qui appuient l'option de la recherche d'une solution consensuelle et négociée, dans un esprit de réalisme qui écarte complètement l'option de l'indépendance, a-t-il ajouté.
Abordant le comportement de Aminatou Haidar qui a renié, le 13 novembre dernier, sa nationalité et failli au respect dû à la patrie et à ses symboles, le ministre a rappelé l'unanimité de la classe politique marocaine qui a dénoncé ces agissements. "Il est inadmissible que le passeport marocain fasse l'objet de mépris ou de dénigrement", a-t-il martelé.
A. Haidar, qui a profité du passeport marocain durant de longues années, a décidé volontairement de rendre ses titres de voyage et d'identité nationale, a rappelé M. Fassi Fihri, soulignant que conformément aux lois en vigueur et aux normes internationales, notamment le code de l'aviation civile internationale, l'intéressée est retournée là d'où elle venait, à savoir les Iles Canaries en Espagne, un pays dont elle détient une carte de séjour valide

Le cri de la liberté


Mobilisation et soutien de la population sahraouie à Aminatou Haider
Par M.T., El Moudjahid, 3/12/2009
«Sahara Vencera », un cri qui a retenti hier des fins fonds du Sahara occidental et des camps de réfugiés sahraouis. Un cri pour briser le silence assourdissant de la communauté internationale et faire part au monde des souffrances qu'endure ce peuple qui aspire à vivre, un jour, en paix et libre dans son pays.

Hier, le peuple sahraoui d'El Ayoun à Bojador en passant par Awsserd et Dakla est sorti pour joindre son soutien au combat d'Aminatou Haider, militante des droits de l'homme sahraouie et lauréate d'une multitude de prix humanitaires décernés par de prestigieuse institutions internationales, expulsée depuis un mois, par les autorités marocaines, sur l'île Lanzarote dans les îles Canaries. Ces femmes ont aussi affiché leur mobilisation pour la libération des sept autres militants arrêtés à l'aéroport d'El Ayoun et dont le seul tort et d'avoir rendu visite à leurs proches dans les camps de réfugiés. Ces gardiennes des traditions, vêtues en noir et brandissant des bannières sahraouies, ont tenu a marquer cette journée par une forte mobilisation. Telle une traînée de poudre, le mot d'ordre a parcouru l'ensemble des territoires pour se transformer en message clair, réconfortant pour Mme Aminatou Haider qui entame sa troisième semaine de grève de la faim, et en position déterminée à la face du monde pour signifier l'inexistence d'autres alternatives pour la fin de ce conflit que, l'autodétermination dans le cadre des principes onusiens. Dans le camp des réfugiés du 27 février l'atmosphère était pleine d'émotions et chargée d'une volonté de fer. Assises en tailleur, sur la « Place de l'emblème », située au centre du camp, elles ont décidé d'observer, et cela sous une chaleur accablante, 24 heures de jeûne. « C'est pour notre sœur Aminatou », lancent elles.
Tôt le matin, une marche silencieuse a eu lieu à travers les dédales du camp. Dans d'autres villes à l'image d'Al Ayoun occupée la population sahraouie a décidé de boycotter la rue pendant plus de cinq heures. Une attitude ponctuée par des manifestations et des marches malgré la répression marocaine. Selon les autorités cette campagne de soutien se poursuivra jusqu'au 22 décembre avec la ferme intention d'accentuer plus l'Intifada dans les territoires occupés ou règne quotidiennement un climat de terreur.
Le jeune Hamad, que nous avons rencontré dans le camp du 27 février en sait longuement sur les pratiques d'intimidations, d'arrestations arbitraires et de violation des droits de l'homme pratiquées par le Makhzen. Agé de 28 ans, il nous confie que le sahraoui dans les territoires occupés n'a aucun droit. « Nous survivons grâce au travail de nos femmes qui confectionnent des produits artisanaux et qu'elles écoulent parfois sur le marché », précise-t- il avant d'ajouter que « il y a des familles dont le revenu journalier n'atteint pas 1 dollar ». A l'heure où les droits de l'homme sont une notion non négociable, les grandes puissances continuent de verser dans la politique de deux poids deux mesures.

Soutien du Parlement suisse, le 30/11/2009

Par John-Calame Francine, 30/11/2009
Aminatou Haidar est une activiste pour la défense des droits de l'homme au Sahara Occidental. L'Etat marocain l'a arrêtée à sa descente d'avion le 13 novembre dernier à l'aéroport d'Elaayun. Le discours officiel du roi du Maroc tenu le 6 novembre laisse craindre le pire, car il a affirmé vouloir prendre des mesures sévères contre les ennemis de l'unité territoriale.
Que pense ou peut entreprendre la Suisse pour Aminatou Haidar et faire avancer le dossier des Saharaouis auprès de l'ONU?

Source : revue de presse Sahara Occidental, ahmedtefor@yahoo.com

vendredi 4 décembre 2009

Nouveaux témoignages de soutien à Aminatou Haidar


Le Sénat espagnol exige du Maroc le retour d'Aminetou Haidar chez elle à El Aaiun occupée
Madrid, 03/12/2009  La commission de coopération pour le développement du Sénat espagnol a exigé du Maroc le retour dans son pays de la militante sahraouie des droits de l'homme, Aminetou Haidar, qui a entamé jeudi son 18ème jour de grève de la faim pour protester contre son expulsion par le Maroc d'El Aaiun, la capitale sahraouie occupée.
Dans une déclaration approuvée à l'unanimité des groupes parlementaires, la Commission demande ainsi au gouvernement marocain "la restitution du passeport de Haidar, de retourner librement chez elle, et de s'engager à garantir la liberté, l'intégrité et les droits de l'homme de la militante sahraouie".
Les sénateurs ont appelé également le gouvernement espagnol à effectuer "toutes les démarches nécessaires" auprès des autorités marocaines pour une "solution juste et positive de cette crise"
Le texte a été introduit par le président de la Commission, le sénateur Jordi Guillot de la coalition Entesa, pour exprimer la solidarité de la Chambre haute du Parlement avec l'activiste sahraouie.
Aminetou Haidar, considérée comme la "Gandhi sahraouie" pour sa lutte pacifique en faveur des droits de l'homme et pour l'exercice du droit sahraoui à l'autodétermination au Sahara occidental, a été arrêtée le 13 novembre à El Aaiun occupée, à son retour de New York où elle a reçu le "Prix du Courage Civil" décerné par la Fondation John-Train, avant d'être expulsée de manière illégale vers l'Ile de Lanzarote (archipel espagnol des Canaries).(…)
Aminetou Haidar continue de recevoir le soutien de l'ensemble de la classe politique, de la société civile et des institutions en Espagne qui se sont mobilisés autour d'elle, et dénoncé aussi bien le Maroc que le gouvernement espagnol pour sa "complicité" avec ce pays dans la déportation de la militante sahraouie.

Le président sahraoui appelle la Ligue arabe à intervenir pour sauver la vie de Aminatou Haider

Bir Lahlou, 2/12/2009 (SPS) - Le président sahraoui, M. Mohamed Abdelaziz, a appelé le secrétaire général de la Ligue arabe, M. Amr Moussa, à "intervenir" pour sauver la vie de la militante sahraouie des droits de l'Homme, Aminatou Haider, en grève de la faim depuis 16 jours à l'aéroport de Lanzarote (Espagne), après son expulsion du Sahara Occidental par les autorités marocaines .
"Nous vous demandons d'intervenir en urgence pour sauver la vie de la citoyenne Aminatou Haider dont l'état de santé s'est détérioré", a souligné M. Abdelaziz dans une lettre adressée mercredi au secrétaire général de la Ligue arabe, dont la SPS a obtenu une copie.
Le président sahraoui a insisté dans sa lettre sur "l'intervention urgente" du secrétaire général de la Ligue arabe auprès des autorités marocaines et espagnoles "afin qu'elles permettent à cette simple citoyenne arabe de jouir de l'un de ses droits élémentaires qui est de retourner dignement dans son pays et retrouver sa famille".
Aminatou Haider "sollicite l'aide de la nation arabe en ces moments difficiles", a indiqué M. Abdelaziz, soulignant qu'elle "est une citoyenne arabe honorable et une fervente militante des droits de l'Homme qui a passé de longues années dans les pénombres des prisons et centres de détention secrets".
Le président Abdelaziz a relevé que les revendications de la militante sahraouie sont "simples et légitimes" et se résument en la restitution de ses documents personnels, confisqués par les autorités marocaines.

Un collectif d'ONG appelle le ministre des AE belge à agir pour le retour d'Aminetou Haidar chez elle
Bruxelles, 03/12/2009 Un collectif regroupant plus d'une centaine d'associations et de syndicats belges a exprimé sa préoccupation quant à l'état de santé d'Aminetou Haidar, en grève de la faim depuis le 15 novembre dernier à l'aéroport de Lanzarote (Iles Canaries), et a demandé au ministre des Affaires étrangères, M. Steven Vanackere, d'agir pour son retour chez elle.
"Le CNCD-11.11.11 est préoccupé de l'état de santé d'Aminetou Haïdar et demande au ministre des Affaires étrangères belge, M. Steven Vanackere, de tout faire pour que les autorités marocaines lui rendent ses documents d'identité et lui permettent de retourner chez elle, à El Aaiun", écrit le Centre de la coopération au développement dans cette lettre.
Le CNCD-11.11.11 craint également que "cette expulsion d'une défenseur des droits humains reflète une intolérance grandissante" .(…)
Dans son Mémorandum 2009, le Centre appelle l'Union européenne à appliquer le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui dans le cadre du Plan de paix des Nations Unies et limiter aux frontières marocaines internationalement reconnues le rehaussement du statut du Maroc dans son partenariat avec l'UE, ce qui revient à en exclure le Sahara Occidental. (SPS)

Aminatou Haider, la dame de fer sahraouie
Par Salah Raiss « Jeune Indépendant »,
L'Espagne, prise de panique par la détermination d'Aminatou Haider, botte en touche et s'en remet au secrétaire général de l'ONU. (…)
Dans le monde où un nombre impressionnant de personnalités, dont beaucoup de prix Nobel suivent, avec attention, l'évolution de dame Aminatou.
Le dernier en date, le Nobel José Saramago appelle l'ONU à «imposer au Maroc ses résolutions sur le Sahara occidental» et à permettre à la militante détenue aux Canaries de regagner son pays, le Sahara occidental.
Par son courage, sa combativité et son histoire, Aminatou Haider a confondu les gouvernements marocain et espagnol. Il est vrai que Madrid tente de trouver une solution pour ne pas perdre la face. Ban Ki-moon sauvera-t-il Zapatero (…)
Source : revue de presse journalière sur le SO :ahmedtefor@yahoo.com

SOPHACA : Victimes de l'arbitrairedu patron et de la complicité de l'État

Victimes de l'arbitraire du patron -Victimes de la complicité de l'Etat 

Par Ali Fkir, 3/12/2009
Au Maroc, dans le "monde de travail", c'est l'arbitraire patronal qui prédomine dans les relations "sociales". La seule chose qui intéresse les patrons reste la maximisation du profit, la dite maximisation qui ne peut être atteinte que par l'extorsion effrénée de la plus-value. Par la surexploitation de la force de travail et avec la bénédiction de l'Etat qui n'est là que pour imposer "la paix sociale".
Les dizaines d'ouvriers et d'ouvrières de SOPHACA (Sidi Maârfouf, Casablanca), société de distribution des produits pharmaceutiques, sont aujourd'hui victimes de décisions arbitraires et d'agissements illégaux du capitaliste.

Pour poser leurs problèmes et discuter avec la direction de la société de leur situation catastrophiques (pas de SMIG dans plusieurs cas, non rémunération des heures supplémentaires, non déclaration à la CNSS, absence d'assurance contre les accidents de travail, remplacement illégal des "uséEs" par des "vierges"...), les ouvriers et les ouvrières de SOPHOCA ont rejoint le 25/10/2009 le syndicat UMT, ont élu leur bureau selon la loi en vigueur. La réaction du patron ne s'est pas faite attendre. Allergique, comme la plupart des patrons marocains au syndicalisme, le patron refuse de discuter avec les représentants des salariés, multiplie ses actes répressifs.
Aujourd'hui des dizaines d'ouvriers et d'ouvrières sont en sit in légitime devant les locaux de la société. Les administrations de l'Etat auxquelles incombe la charge de l'application de la législation de travail sont complices du patron, puisqu’elles ne font rien pour imposer au dit- patron le respect du code de travail malgré ses nombreuses tares.
Condamnons l'arbitraire patronal
Dénonçons la connivence Etat-patrons
Exprimons notre solidarité avec les prolétaires, victimes de cette connivence
LA SOLIDARITE NOUS INTERPELLE

Nouveaux témoignages de soutien à Aminatou Haidar


La commission d'Afrique au sénat américain adhère à la campagne internationale pour le retour d'Aminetou Haidar au Sahara Occidental

"Nous joignons nos voix à la campagne internationale pour exprimer notre profonde préoccupation à la militante sahraouie, Aminetou Haidar, lauréate du prix Robert F. Kennedy des droits de l'Homme pour l'année 2008, qui poursuit sa grève de la faim pour la troisième semaine de à l'aéroport de Lanzarote (îles Canaries)".
"Nous sommes préoccupés non seulement pour la santé de Mme Haidar, mais aussi sur le danger de cette situation, qui pourrait saper tout espoir de négociations en cours sous les auspices de l'envoyé personnel du SG de l'ONU au Sahara Occidental, Christopher Ross," ajoute le communiqué.
Ils ont en outre lancé un appel au Roi Mohammed VI du Maroc et au gouvernement marocain de respecter la demande de Mme Haidar pour le retour de son passeport et lui permettre de rentrer chez elle au Sahara Occidental, conformément au Pacte international relatif aux droits civils et politiques".
MM. Russ Feingold et Donald Payne ont également exhorté le Front Polisario et le Maroc à s'engager de bonne foi dans les négociations, estimant la tenue d'un nouveau round dans les plus brefs délais.

Un sénateur américain demande de faire pression sur le Maroc pour permettre le retour d'Aminetou Haidar au Sahara Occidental

 Le sénateur américain, Patrick Leahy, a demandé mercredi au Congrès américain de faire pression sur le Maroc pour permettre le retour d'Aminetou Haidar au Sahara Occidental, appelant à la cessation des violations des droits de l'homme contre les Sahraouis.
Le sénateur a estimé, dans une déclaration devant le Congrès, que le Maroc ne pouvait continuer à commettre ces violations sans avoir à en répondre exhortant son pays à "revoir sa position concernant l'élargissement des prérogatives de la MINURSO (mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental) pour y inclure la protection des droits de l'Homme.
Le sénateur, qui avait remis en 2008 à Mme Aminetou Haidar le prix Robert F. Kennedy, a noté que "rien de positif ne sera réalisé tant que les autorités marocaines dénient les droits fondamentaux de Mme Haidar et la liberté de circulation et de déplacement des autres sahraouis".
Il a, par ailleurs, estimé que "la répression récente contre Mme Haidar et les autres Sahraouis qui continuent d'appeler à un référendum sur l'autodétermination suggère que la surveillance des droits de l'homme est nécessaire et devrait être sérieusement envisagée lors du renouvellement du mandat de la MINURSO en avril prochain".
Il a en outre rappelé les difficultés endurées par Aminetou Haidar, notamment durant ses multiples arrestations et les mauvais traitements subis dans les prisons marocaines, ainsi que son attachement ferme à défendre le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination.
M. Leahy a estimé d'autre part que "si le Maroc est un allié des Etats-Unis cela ne signifie pas que ces derniers renoncent à leur devoir de défendre les droits de l'Homme au Sahara Occidental".

Des parlementaires britanniques condamnent l'escalade des violations des droits de l'homme contre les militants sahraouis des droits humains
Londres, 02/12/2009 Un groupe interpartis de députés britanniques ont déposé mardi une motion au Parlement condamnant l'escalade des violations des droits de l'homme contre les militants sahraouis des droits de l'homme, notamment en octobre et novembre dernier, dont l'arrestation des sept prisonniers de conscience.
La motion signée par les parlementaires des trois principaux partis politiques, a exprimé leur préoccupation quant à l'intention des autorités marocaines de juger ces prisonniers devant un tribunal militaire où ils risquent la peine de mort.
Les signataires se sont dits consternés après l'expulsion de l'éminente activiste sahraouie des droits de l'homme et lauréate du Prix du Courage civil pour l'année 2009, Aminetou Haidar du Sahara Occidental.
Ils ont également exprimé leur inquiétude pour l'empêchement des autorités marocaines aux activistes sahraouis des droits de voyager à l'étranger, dénonçant les violations systématiques des droits de l'homme contre ceux qui résistent pacifiquement à l'occupation du Sahara Occidental.
Enfin, ils invitent le gouvernement britannique à condamner fermement ces actes et à exhorter les Nations Unies à garantir la protection et la surveillance des droits humains dans les territoires occupés du Sahara Occidental
Source : revue de presse sur le S.O. ahmedtefor@yahoo.com

Le Maroc perd son sang-froid


Par Mohamed Touati, Lexpressiondz, 3/12/2009


L'appel signé par les 150 élus européens, en faveur du retour de la militante sahraouie des droits de l'homme au sein de sa patrie, n'a pas du tout été apprécié par les autorités marocaines.
Rabat a vu rouge! Son ambassadeur auprès des communautés européennes a été chargé de le faire savoir.
«Le Maroc rejette totalement les allégations de certains milieux qui se sont empressés de recourir à la désinformation, faisant état notamment d'enlèvement, d'arrestation, de pression ou encore de violation de la légalité internationale» , a écrit Menouar Alem dans une correspondance adressée aux différentes institutions européennes, selon une dépêche rapportée par l'agence de presse officielle du Royaume, MAP.
La diplomatie marocaine, visiblement à court d'argument, s'emmêle les pinceaux. Elle voit dans la démarche de cet important groupe d'élus européens, encore une fois, la main...d'Alger. La capitale algérienne a bon dos ces jours-ci. «Cette campagne est inscrite dans le cadre de la stratégie d'obstruction méthodiquement mise en œuvre par l'Algérie et le Polisario», a ajouté le diplomate marocain. Menouar Alam pousse sa paranoïa jusqu'à voir dans cette interpellation du gouvernement marocain par les 150 eurodéputés, le résultat d'une connexion entre les responsables sahraouis et algériens. Il semble tomber des nues tout en manifestant son regret au sujet de ces «démarches des membres d'un intergroupe informel constitué au sein du Parlement européen contre le Royaume du Maroc, et qui s'affairent laborieusement, depuis plusieurs jours, à démarcher des eurodéputés sur la base d'informations erronées faisant état de mauvais traitements qu'auraient subis des citoyens marocains dans les provinces du Sud».
Ce que tente d'escamoter le diplomate marocain, ce sont les visées expansionnistes du Royaume alaouite qui veut annexer par la force le Sahara occidental en foulant aux pieds la légalité internationale. Ces citoyens marocains dont il fait mention ne sont, en fait, que des Sahraouis, qui vivent dans des territoires occupés par les forces armées royales: ils symbolisent la lutte du peuple sahraoui pour son indépendance. Ils sont l'objet d'une répression féroce pour les faire renoncer à leur droit consacré par les résolutions votées par le Conseil de sécurité à disposer librement de leur destin, à travers la tenue d'un référendum d'autodétermination sous l'égide des Nations unies. Ce message délivré par Aminatou Haïdar et tous les défenseurs des droits de l'homme sahraouis, a été reçu cinq sur cinq par la communauté internationale.
Les 150 parlementaires européens s'en sont fait l'écho. «Nous, parlementaires européens, appelons instamment les autorités marocaines à permettre, sans aucun délai, le retour d'Aminatou Haïdar auprès des siens», ont demandé aux autorités de Rabat les élus européens qui ont aussi souhaité la libération des sept militants sahraouis des droits de l'homme arrêtés le 8 octobre 2009 à l'aéroport de Casablanca après leur retour d'une visite qu'ils avaient effectuée dans les camps de réfugiés sahraouis de Tindouf, ainsi que celle de tous les prisonniers politiques sahraouis.
L'ambassadeur marocain auprès des communautés européennes fait la sourde oreille. Il s'enfonce dans la stratégie, désormais usée, adoptée par son pays qui consiste à faire de l'Algérie sa principale cible dès que le Royaume est épinglé sur la question des droits de l'homme au Sahara occidental. Pour lui, ces militants des droits de l'homme ne sont que «des individus qui ont rencontré des responsables "de premier rang" des services de sécurité algériens et des officiels du Front Polisario. La gravité des faits qui leur sont reprochés ne permet plus aucune marge de tolérance.
Des éléments de réponse édifiants peuvent certainement être trouvés du côté de l'Algérie qui prodigue son appui financier et son encadrement diplomatique et médiatique à ces actions dont les protagonistes n'en sont en fait que des exécutants». D'un trait de crayon, Menouar Alem veut élargir les frontières du Royaume et réduire le noble combat du peuple sahraoui pour son indépendance à une affaire de «délinquance politique».
La réponse appropriée à ce chapelet d'injures et de calomnies est venu par le biais d'une déclaration du prix Nobel de littérature. «Il est temps que la communauté internationale, représentée par l'ONU, impose au Maroc l'obligation de respecter les résolutions onusiennes.. .», a souligné José Saramago.

Procès des quatre ouvriers de SMESI

Comité de solidarité avec les ouvriers de SMESI (CSOS)
COMMUNIQUE

Par Ali Fkir, Coordinateur du CSOS, 3/12/2009
Le procès des 4 ouvriers (qui font partie des 850 prolétaires licenciés arbitrairement par l'OCP, géant économique étatique), s'est déroulé le mardi, premier décembre 2009. Le verdict sera connu le mardi 15 décembre. Des centaines d'ouvriers, des dizaines d'avocats, d'amis, de militants syndicaux et de droits humains étaient présents en solidarité avec les victimes de la répression.
Le procès a duré 7 heures (de 13h à 20h)
Nous dénonçons ce procès
Nous condamnons l'arbitraire dont sont victimes ces prolétaires
Nous condamnons énergiquement la connivence Etat - OCP
Nous réitérons notre solidarité avec les 850 ouvriers de SMESI (filiale de l'OCP) et leurs familles.
Nous exigeons l'acquittement pur et simple
LA SOLIDARITE NOUS INTERPELLE

NB: Les 850 ouvriers victimes de l'arbitraire ont établi un nouveau plan d'actions militantes qui auront lieu essentiellement à Rabat, capitale du Maroc (à plus de 200km de Khouribga).
Les détails seront communiqués par la suite
Communiqué de l'UMT-Khouribga (en arabe):

تقرير عن محاكمة عمال سميسي ريجي الأربعة بخريبكة
يوم الثلاثاء 01 دجنبر 2009

شهدت رحاب المحكمة الابتدائية بخريبكة يوم الثلاثاء 01 دجنبر 2009 محاكمة أربعة عمال من نقابة عمال سميسي ريجي التابعة للاتحاد المغربي للشغل بخريبكة والمتابعين بتهم " التجمهر غير المرخص له"و "العصيان" و "التحريض"، وذلك على إثر التدخل العنيف الذي قامت به مختلف أجهزة القمع المحلية والمستقدمة من مدن أخرى (بني ملال، لكفاف، مراكش ... ) يوم الثلاثاء 15 شتنبر 2009 لمنع الاعتصام الذي كام مزمعا خوضه من طرف 850 عاملا مدعومين بالاتحاد المحلي لنقابات خريبكة والجمعية المغربية لحقوق الإنسان أمام إدارة المجمع الشريف للفوسفاط بخريبكة للمطالبة بإرجاع العمال الموقوفين تعسفا عن العمل، واحترام الحريات النقابية، وإدماج وترسيم العمال في المجمع الشريف للفوسفاط.
وقد غصت القاعة بالعمال الذين حجوا للمحكمة بكثافة بحيث بقي العشرات منهم خارجها، كما حضر مسؤولون عن الاتحاد المحلي لنقابات خريبكة ومناضلون من الجمعية المغربية لحقوق الإنسان ضمنهم رئيس الفرع بخريبكة، كما أن حضور الأجهزة البوليسية السرية والعلنية كان لافتا للنظر.
هذا، وقد استغرقت المحاكمة مايزيد عن 8 ساعات تخللتها فترات قوية من المشادات بين هيئة الدفاع المكونة من محامين تطوعوا للدفاع عن العمال من جهة والنيابة العامة من جهة أخرى، وقد ركز المحامون في دفوعاتهم الشكلية على العيوب المسطرية التي شابت عملية الاعتقال والوضع تحت الحراسة النظرية وتحرير المحاضر، وأبانت مرافعات الدفاع في الجوهر واستنطاق العمال المتابعين عن الخروقات التي شابت عملية الاعتقال العشوائي وانتقاء المتابعين الأربعة، إذ أن السلطات المحلية والأمنية قامت بمنع اعتصام استوفى جميع الإجراءات القانونية كما شهد على ذلك قرار المنع الذي أدلت به النيابة العامة والذي لم يبلغ لواضعي التصريح بمحلات سكناهم كما ينص على ذلك القانون، وتبين أن جميع المتابعين اعتقلوا قبل الساعة العاشرة أي قبل موعد الاعتصام وفي أماكن بعيدة عن المعتصم، وقد دعم الدفاع ذلك بتقديم صور عن عمال محاصريم من طرف أجهزة مختلفة من البوليس والقوات المساعدة في أماكن تبعد بأزيد من كيلومترين من المعتصم وضمنهم أحد المتابعين، كذلك لم تتخد الأجراءات القانونية المفترض اتخادها حين تفريق التجمعات، وقد فضح العمال ظروف الاعتقال وعمليات الضغط والإكراه التي تعرضوا لها لتوقيع محاضر منعوا من الاطلاع عليها، والكيفية العشوائية التي تم انتقاؤهم بها من ضمن عشرات المعتقلين.
وأيضا تناول الدفاع الظروف المأساوية التي يعيشها العمال وأسرهم إثر توقيفهم تعسفا من طرف المجمع الشريف للفوسفاط وعمليات الاحتيال التي قام بها بتواطؤ مع شركات وهمية للوساطة، وجريمة تشغيل متقاعدين محل العمال الموقوفين وطالبوا النيابة العامة بفتح تحقيق في الموضوع ومتابعة المتلاعبين بحقوق العمال، كما دحضوا التهم الموجهة للعمال واحدة واحدة وعلى رأسها التجمهر الذي يختلف كليا عن الوقفة والاعتصام وهو ممنوع بحيث لايحتاج لا إلى تصريح ولا إلى ترخيص ويتم بشكل عفوي،والعمال المتابعون منظمون بشكل قانوني في إطار نقابي، بل أن قضيتهم طرحت في المفاوضات الجارية بين المركزيات النقابية والحكومة، وهم بذلك ليسوا ب "جوقة" جاءت لإثارة الفوضى والفتنة داخل المدينة حسب تعبير ممثل النيابة العامة، إذ لم يسجل قط اعتداؤهم على أي أحد أو على أي ممتلكات، بل أن انضباطهم أثناء التحركات النضالية مشهود عليه من طرف الجميع بما فيهم رجال الأمن. وقد وجدت النيابة العامة نفسها في ورطة وارتباك إذ لم تجد شيئا تبرر به عملية تكييفها لتلك التهمة، كما أنها لم تجد تبريرا لتهمة التحريض خاصة أن العمال اتخدوا قراراتهم داخل الاتحاد المغربي للشغل بشكل جماعي وبحضور الجميع، فكيف يمكن الكلام عن تحريض الآخرين خاصة وأن 3 من المعتقلين ليسوا مسؤولين بالمكتب، وانطلاقا من الوقائع وتصريحات المتابعين تبين أنه لم تصدر أية أوامر حتى يمتثل لها العمال، لأن ما تلقوه في الواقع هو هروات قوات القمع التي طبعت أجساد عدد هام منهم، وهو ما قدمه الدفاع عبر صور تظهر وحشية ما تعرضوا له من قمع.
والملاحظ أن ممثل النيابة العامة الذي كان مرتبكا طوال أطوار المحاكمة تجاوز حدود مسؤولياته إذ في جل الأوقات كان يحاول استفزاز المحامين، وتوجه إلى العمال داخل القاعة ناصحا أياهم بالابتعاد عن النضال وعن المسؤولين النقابيين والمتاضمنين الذين يحرضونهم على عدم طاعة أولي الأمر الذين يعني بهم أجهزة الأمن والسلطات المحلية، ناعثا أياهم بمحاربي الله ورسوله وبالمفسدين في الأرض الذين يجب صلبهم وقتلهم، واعتبرهم هم أعداءه الحقيقيون !!! ؟؟؟
وقد رفعت الجلسة في حدود الساعة الثامنة والنصف ليلا، على أساس أن يتم النطق بالحكم يوم الثلاثاء 15 دجنبر 2009.
عن الاتحاد المحلي
الكاتب العام
عبد الله حسبي

jeudi 3 décembre 2009

Aminatou Haidar, militante sahraouie, lance un appel aux députés européens

Par l'APSO, 3/12/2009

Mme Aminatou Haidar est Sahraouie. Son pays le Sahara Occidental est occupé par le Maroc depuis 1975. Les exactions de tous ordres contre la population Sahraouie se multiplient depuis lors, dans le silence international et malgré les positions claires de l’ONU. Mm Aminatou, expulsée de son pays, privée de titre de transport et retenue en Espagne, poursuit une grève de la faim illimitée depuis le 14 novembre 2009 pour le respect de ses droits et la cause de son pays.

Lettre d’Aminatou Haidar aux députés européens.


Je vous écris aujourd’hui dans l’urgence depuis Lanzarote (Espagne) où je mène une grève de la faim illimitée pour défendre mes droits inaliénables à la liberté et à la dignité, surtout mon droit à être rapatriée immédiatement dans mon pays le Sahara Occidental, précisément à la ville d’El Aaiun où je réside régulièrement.
J’ai été arrêtée à l’aéroport d’El Aaiun le 13 novembre 2009, au retour d’un voyage aux Etats-Unis, où j’ai reçu le prix Civil Courage des droits de l’homme de la Train Foundation .
Pendant 24 heures, j’ai subi interrogatoires et humiliations, mon passeport et mon téléphone ont été confisqués, puis j’ai été expulsée manu militari par les forces d’occupation marocaines, le 14 Novembre 2009, sans mon passeport, vers Lanzarote (Iles Canaries, Espagne). Je m’y trouve actuellement contre ma volonté. Les autorités espagnoles compétentes m’empêchent, elles aussi, de repartir vers le Sahara Occidental où vivent les miens. Je languis de retrouver ma famille, surtout mes 2 enfants (Hayat, 15 ans, et Mohamed, 13 ans), ma mère et mes soeurs desquels je suis séparée de force.
Chaque fois que je suis venue au Parlement européen j’ai été accueillie chaleureusement.C’est au siège du Parlement européen que le « Prix Silver Rose » m’a été octroyé par SOLIDAR.
Les amis du PE m’ont toujours manifesté leur solidarité, mais actuellement où je suis en grève de la faim illimitée, où je reçois des soutiens du monde entier, dont ceux des Prix Nobel de la Paix Rigoberta Menchu et Ramos Horta, ainsi que le Prix Nobel de littérature José Saramago, j’attends toujours que le Parlement Européen intervienne pour me soutenir dans ce combat pour la dignité et la liberté..
Les parlementaires Européens, au nom des valeurs qu’ils ont toujours défendues, ne peuvent rester passifs devant cette attaque frontale contre les droits de l’homme au Sahara Occidental : moi-même expulsée, 7 autres militants des droits de l’homme, parfaitement pacifiques, qui attendent d’être déférés devant un tribunal militaire, plus de 40 Sahraouis qui sont actuellement prisonniers dans les geôles marocaines pour leur seule opinion.
Il est temps pour les parlementaires de réagir, et d’œuvrer en toute urgence au niveau du Parlement européen pour faire connaître mon cas et obtenir des députés la condamnation de ces actes contraires au respect des droits humains, à la dignité, aux conventions internationales et au droit international.

Ce que je revendique :
-Mon rapatriement immédiat dans mon pays, le Sahara occidental, précisément dans la ville d’El Aaiun où je réside régulièrement.
-Le respect de ma dignité en tant que personne humaine, la restitution de tous mes documents confisqués dont mon passeport.
-la condamnation sans appel de l’occupation illégale du Sahara Occidental par le Maroc et de sa politique de violations systématiques des droits.
Je compte sur vous pour m’y aider.

L'accord d'association entre l'Union européenne et la Tunisie doit être suspendu

 par William Bourdon, Hélène Flautre, François Gèze, Le Monde, 2/12/2009
                                            La scandaleuse condamnation de Ben Brik.

L'atroce comédie en quatre actes se déroule sous nos yeux, mais, en haut lieu, personne ne bouge.
Acte I : le 25 octobre 2009, le général Zine el-Abidine Ben Ali est "réélu" pour un cinquième mandat à la tête de la Tunisie avec 89,62 % de suffrages exprimés, s'attirant aussitôt les "sincères" félicitations du président français Nicolas Sarkozy
Acte II : le même jour, à 16 h 45, le journaliste Taoufik Ben Brik, infernal trublion depuis plus de dix ans – et qui depuis des semaines distillait ses billets assassins contre le régime tunisien sur de nombreux sites Web –, fait l'objet d'une provocation, qu'il dénonce immédiatement par des posts aux sites Web français : alors qu'il va chercher sa fille de dix ans à l'école, il est violemment pris à partie par une automobiliste, qui l'accuse contre toute évidence d'avoir heurté son véhicule et de l'avoir agressée.
Acte III : le 29 octobre, Ben Brik est placé sous mandat de dépôt pour "atteinte aux bonnes mœurs", "diffamation", "agression" et "détérioration des biens d'autrui".
Acte IV : après un simulacre de procès de quelques heures le 19 novembre, le journaliste est condamné, le 26 novembre, à six mois de prison ferme.
Réaction officielle de la France, a minima, par la voix du porte-parole du Quai d'Orsay : "Nous regrettons cette décision et rappelons notre attachement à la liberté de la presse en Tunisie comme partout dans le monde."
Réaction officielle de l'Union européenne : aucune.
Et pourtant, la "punition" de Ben Brik est loin d'être un acte isolé : dès le lendemain de sa réélection, Ben Ali a brusquement intensifié les actes d'agression et de harcèlement à l'encontre de nombreux journalistes et opposants. Au-delà de ces victimes, cette série de provocations très calculées, frappant notamment un symbole historique de la révolte, vise à l'évidence un double objectif.
En premier lieu, adresser un avertissement aux foyers d'opposition internes à la dictature, de plus en plus nombreux. Ceux du peuple, dont témoignent notamment les émeutes du bassin minier de Gafsa en 2008, durement réprimées. Mais aussi ceux qui se font jour au sein de la bourgeoisie, de plus en plus bousculée par la vaste entreprise de prédation des richesses du pays conduite depuis plusieurs années par la famille de Leila Trabelsi, l'épouse du président, qualifiée par certains de "régente de Carthage".
Et en second lieu, "tester" la réponse de la communauté internationale des États à ce durcissement répressif. Dans l'attente qu'elle continuera à "couvrir", comme elle l'a fait depuis l'arrivée au pouvoir de Ben Ali en 1987, les violations des droits de l'homme qui sont le cœur de cette "si douce dictature" que dénonçait Ben Brik dans son livre publié en 2000.
A ce jour, le test est malheureusement positif, comme en témoignent les "non-réactions" que nous avons évoquées. Et cela, en tant que citoyens européens, nous ne l'acceptons pas. Car c'est en notre nom que l'Union européenne a signé avec la Tunisie un "accord d'association", entré en vigueur le 1er mars 1998, pour développer les échanges économiques entre les deux partenaires. Un accord dont l'article 2 stipule : "Les relations entre les parties, de même que toutes les dispositions du présent accord, se fondent sur le respect des principes démocratiques et des droits de l'homme qui inspirent leurs politiques internes et internationales et qui constituent un élément essentiel de l'accord."
La violation de cette clause par Carthage aurait dû de longue date entraîner, de la part des États membres de l'Union européenne, et de la France au premier chef, la suspension de l'accord d'association. L'atroce comédie dont est victime aujourd'hui Taoufik Ben Brik, même s'il devait être gracié par Ben Ali – ce que nous souhaitons évidemment –, montre à quel point cette clause semble n'être qu'un chiffon de papier pour ceux qui prétendent nous représenter. Il est plus que temps d'en finir avec cette hypocrisie, par la suspension, au nom de la violation de son article 2, de l'accord d'association entre l'Union européenne et la Tunisie, jusqu'à la libération de Ben Brik et de tous les prisonniers d'opinion et à l'engagement formel du gouvernement tunisien de pleinement respecter les clauses de la Déclaration universelle des droits de l'homme.
Premiers signataires : William Bourdon, avocat ; Hélène Flautre, députée européenne ; François Gèze, éditeur ; Jean-François Julliard, secrétaire général de RSF ; Noël Mamère, député ; Gilles Perrault, écrivain ; Éric Sottas, secrétaire général de l'OMCT ; Marie-Christine Vergiat, députée européenne : Jean Ziegler, sociologue.

Le tribunal de Casablanca confirme en appel la condamnationà une peine de trois ans de Chakib El-Khayari

Par l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, 2/12/2009

Le programme conjoint de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et de l’Organisation mondiale contre la Torture (OMCT), a reçu de nouvelles informations et vous prie d’intervenir d'urgence à propos de la situation suivante au Maroc.
L’Observatoire a été informé par l'Organisation marocaine des droits humains (OMDH) de la condamnation en appel de M. Chakib El-Khayari, président de l'Association du Rif des droits de l'Homme (ARDH) et membre du Conseil fédéral du Congrès mondial amazigh (CMA), à une peine de trois ans de prison et à une amende de 750 000 dirhams.
Selon les informations reçues, le 24 novembre 2009, le Tribunal de Casablanca a confirmé en appel la condamnation de M. Chakib El-Khayari à trois ans de prison et à une amende de 750 000 dirhams (environ 68 500 euros), pour "outrage à corps constitué", en vertu des articles 263 et 265 du Code pénal, pour avoir révélé à des sources étrangères des informations visant des hauts fonctionnaires de l'Etat, et pour avoir, en vertu des dahirs de 1948 et 1959 organisant les changes, ouvert un compte bancaire à Melilla, en Espagne, sans autorisation de l’Office des changes, afin de percevoir une rémunération de 220 euros de la part du quotidien espagnol El Pais en rémunération d'un article. M. Chakib El-Khayari est détenu depuis son arrestation, le 18 février 2009, dans le complexe pénitentiaire de Oukacha, à Casablanca.
L’Observatoire considère que cette condamnation représente une atteinte à la liberté d'expression de M. Chakib-El-Khayari, et craint que celle-ci ne vise uniquement à sanctionner ses activités de défense des droits de l’Homme, notamment en matière de la lutte contre la corruption et le trafic de drogue.
L’Observatoire dénonce le caractère disproportionné et inique de la décision rendue, notamment au regard du manque de preuves, ainsi que la détention arbitraire de M. El-Khayari pendant toute la phase d'instruction, alors que ce dernier disposait de toutes les garanties pour être maintenu en liberté.
Rappel des faits :
Le 18 février 2009, M. El-Khayari a été arrêté par les services de police sur ordre du parquet de Casablanca, après avoir répondu à une citation à comparaître émise par la brigade nationale de la police judiciaire. Le jour de son arrestation, une équipe de la police judiciaire s'est rendue au domicile de M. Al-Khayari à Nador et a confisqué son ordinateur.
Le 21 février, après avoir été entendu par le juge d'instruction de la Cour d'appel de Casablanca, M. El-Khayari a été informé de poursuites à son encontre pour “atteinte à corps constitué”. A partir de cette date, M. Al-Khayari a été maintenu en détention à la prison de Oukacha à Casablanca.
Cette arrestation est survenue à la suite de plusieurs déclarations faites par M. El-Khayari dans des médias marocains et étrangers, qui dénonçaient l'implication de personnes occupant des postes importants au sein d'institutions étatiques dans un réseau de trafic de drogue dans la région du Rif. Le 28 janvier 2009, il avait également participé à une rencontre internationale à Madrid portant sur l'augmentation des substances illicites et leurs conséquences sur les populations locales.
Le 20 février 2009, le parquet a publié un communiqué indiquant que les déclarations de M. Chakib El-Khayari étaient dénuées de tout fondement et qu'elles ont été faites à “d'autres fins inavouées tendant à porter atteinte à l'image des autorités publiques et judiciaires nationales suite aux efforts déployés dans le cadre de la lutte contre le trafic de drogue (...)”. Un second communiqué a affirmé que M. El- Khayari avait perçu des fonds “de parties étrangères” pour mener cette “campagne médiatique” visant à nuire et discréditer les autorités compétentes.
Le 24 juin 2009, le Tribunal de Casablanca a condamné M. El-Khayari à trois ans de prison et à une amende de 750 000 dirhams.
Actions requises

Merci d’écrire aux autorités marocaines afin de leur demander de :
i. Garantir en toutes circonstances l’intégrité physique et psychologique de M. Chakib El-Khayari et de l’ensemble des défenseurs des droits de l’Homme au Maroc ;
ii. Procéder à la libération immédiate de M. Chakib El-Khayari en ce que sa détention est arbitraire étant donné qu'elle semble viser à sanctionner ses activités de défense des droits de l’Homme ;
iii. Mettre un terme à toute forme de harcèlement à l’encontre de tous les défenseurs des droits de l’Homme au Maroc, afin qu’ils puissent mener leurs activités de défense des droits de l’Homme librement et sans entrave ;
iv. Se conformer aux dispositions de la Déclaration sur les défenseurs des droits de l’Homme adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 9 décembre 1998 et plus particulièrement à son article 6.b. et c. qui dispose que « (b.) Chacun a le droit, individuellement ou en association avec d'autres: Conformément aux instruments internationaux relatifs aux droits de l'homme et autres instruments internationaux applicables, de publier, communiquer à autrui ou diffuser librement des idées, informations et connaissances sur tous les droits de l'homme et toutes les libertés fondamentales; et, (c)D'étudier, discuter, apprécier et évaluer le respect, tant en droit qu'en pratique, de tous les droits de l'homme et de toutes les libertés fondamentales et, par ces moyens et autres moyens appropriés, d'appeler l'attention du public sur la question ;
v. Se conformer en toutes circonstances aux dispositions de la Déclaration universelle des droits de l’Homme et des instruments internationaux relatifs aux droits de l’Homme liant le Royaume du Maroc.
Adresses:
• Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Ibn Al Hassan, Roi du Maroc, Palais Royal, Rabat, Maroc, Fax : + 212 37 73 07 72
• M. Abbas El Fassi, Premier Ministre, Bureau du Premier Ministre et Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, Palais Royal, Rabat, Maroc, + Fax : 212 37 76 99 95 / 91 95 / 77 68 37
• M. Abdelwahed Radi, Ministre de Justice, Ministère de la Justice, Place Mamounia, Rabat, Maroc, Fax: +212 37 73 07 72/ +212 37 72 37 10
• M. Chakib Benmoussa, Ministre de l’Intérieur, Quartier Administratif, Rabat, Maroc, Fax : 212 37 76 20 56
• M. Taieb Fassi Fihri, Ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Ministère des Affaires étrangères et de la cooperation, avenue Franklin Roosevelt, Rabat, Maroc. Fax: +212 37 76 46 79/ +212 37 76 55 08, Email: mail@maec.gov.ma
• M. Ahmed Herzenni, Président, Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (CCDH), Place des Chouhada, B.P. 1341, Rabat, Maroc. Fax : + 212 37.72.68.56. E-mail: ccdh@ccdh.org.ma
• Mission permanente du Royaume du Maroc auprès des Nations unies à Genève, Chemin François-Lehmann 18a, Case postale 244, 1218 Grand-Saconnex, Suisse, E-mail : mission.maroc@ties.itu.int, fax: +41 22 791 81 80
• Mission diplomatique du Royaume du Maroc à Bruxelles, 2 avenue F.D. Roosevelt, 1050 Bruxelles, Belgique, Fax : + 32 2 626 34 34.
Prière d’écrire également aux représentations diplomatiques du Maroc dans vos pays respectifs.
**

Merci de bien vouloir informer l’Observatoire de toutes actions entreprises en indiquant le code de cet appel.
L’Observatoire, programme de la FIDH et de l’OMCT, a vocation à protéger les défenseurs des droits de l’homme victimes de violations et à leur apporter une aide aussi concrète que possible.
L’Observatoire a été lauréat 1998 du Prix des Droits de l’Homme de la République Française.
Pour contacter l’Observatoire, appeler La Ligne d’Urgence:
• E-mail : Appeals@fidh-omct.org
• Tel et fax FIDH : + 33 1 43 55 20 11 / 33 1 43 55 18 80
• Tel et fax OMCT : +41 22 809 49 39 / 41 22 809 49 29

Le journaliste tunisien Makhlouf Zouair condamné à trois mois de prison ferme


L'OBSERVATOIRE POUR LA PROTECTION DES DEFENSEURS DES DROITS DE L'HOMME - REMDH
COMMUNIQUE DE PRESSE


Paris-Genève-Copenhague, 2 /12/2009.
L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, un programme conjoint de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), et le Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme (REMDH) dénoncent fermement la condamnation de M. Zouhair Makhlouf.
Le 1er décembre 2009, la chambre correctionnelle du Tribunal de première instance de Grombalia a reconnu M. Zouhair Makhlouf, journaliste tunisien indépendant, secrétaire général de « Liberté et équité » et candidat du Parti démocrate progressiste (PDP) lors des élections législatives du 25 octobre 2009, incarcéré depuis le 21 octobre 2009 à la prison de Mornaguia près de Tunis, coupable d'"avoir nui à un tiers au moyen d'un réseau public de télécommunication" (article 86 du Code des télécommunications). Il a été condamné à trois mois de prison ferme, à 200 dinars (environ 104 euros) d'amende et au versement de 6 000 dinars (environ 3 114 euros) de dommages et intérêts au plaignan.

M. Said El Jazi, qui avait accompagné M. Zouhair Makhlouf dans la réalisation d’un reportage sur la zone industrielle de la ville de Nabeul et qui était poursuivi pour les mêmes faits, a quant à lui été relaxé.

L'Observatoire et le REMDH dénoncent la décision de justice prononcée à l'encontre de M. Zouhair Makhlouf, et craignent qu'elle n'ait été rendue dans le but de sanctionner de façon directe ses activités de défense des droits de l'Homme.(1)

L'Observatoire et le REMDH rappellent en outre que lors de la dernière audience qui s'était déroulée le 24 novembre 2009, plusieurs violations du droit à un procès équitable avaient été relevées (cf. communiqué de presse de l'Observatoire et du REMDH du 26 novembre 2009).

Ce verdict contre M. Makhlouf s'inscrit dans la série d'actes de harcèlement judiciaire à l'encontre des journalistes ou des personnes qui ont été en contact avec des journalistes internationaux envoyés en Tunisie pour couvrir les élections du 25 octobre 2009.

L'Observatoire exprime également sa préoccupation quant aux conditions de détention de M. Taoufik Ben Brik, journaliste et co-fondateur du Conseil national pour les libertés en Tunisie (CNLT), condamné le 24 novembre à six mois de prison ferme dans une affaire manifestement montée de toutes pièces, en grève de la faim depuis le 25 novembre, récemment transféré à la prison de Siliana à 200 km de Tunis, et privé d'une partie des médicaments qui lui sont nécessaires afin de traiter une maladie dont il est atteint.

L'Observatoire et le REMDH dénoncent fermement cette politique de répression contre les défenseurs des droits de l’Homme et appellent à la libération immédiate et inconditionnelle de MM. Zouhair Makhlouf et Taoufik Ben Brik, arbitrairement détenus, ainsi qu’à une réaction vive de la communauté internationale. L'Observatoire et le REMDH appellent tout particulièrement à une réaction de l'Union européenne, sur la base des lignes directrices sur les défenseurs.

Pour plus d’information, merci de contacter :
• FIDH : Gaël Grilhot / Karine Appy : + 33 1 43 55 25 18
• OMCT : Delphine Reculeau : + 41 22 809 49 39
• REMDH : Marc Degli : +33 1 45 32 64 17 16

---------------------------------------------------------------------------

[1] M. Makhlouf avait été convoqué par la police le 13 octobre 2009 suite à la plainte de M. Mourad Ladib, riverain de la zone industrielle de Nabeul pour avoir utilisé son image sans son consentement. M. Ladib, interviewé en toute connaissance de cause par M. Makhlouf, avait dénoncé la responsabilité de l’Etat dans la dégradation de l’environnement dans cette zone.