Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

samedi 23 janvier 2010

...pour ne pas se joindre aux dindons de la farce...

Par Ali Fkir, membre du Comité National d'Annahj Addimocrati, 22/1/2010

Le camarade Abdellah El Harif, directeur du journal "ANNAHJ ADDIMOCRATI" (la Voie démocratique) vient de recevoir un "appel" à l'organisation d'un "dialogue national élargi" relatif au rôle et à l'avenir des moyens d'information/communication... Le dit appel a été adressé au camarade par les "présidents des groupes parlementaires" du PI (dont le patron est les premier ministre actuel du Maroc), de l'USFP, du PPS, du MP, du RNI ( qui participent depuis 12 ans au gouvernement) et du PAM, le dernier rejeton du makhzen (enfanté en 2009 et devenu aujourd'hui le 1er parti "fort" du pays!!!).
ANNAHJ ADDIMOCRATI a rejeté "l'invitation". Pourquoi?
- Actuellement la presse non partisane est victime de persécution makhzenienne et de tracas administratifs. Or, nous constatons que le gouvernent à qui incombe la responsabilité d'assurer le droit inaliénables des citoyen-nes à l'information est, juridiquement et politiquement, responsable aujourd'hui des graves atteintes à ce droit en instaurant sur le terrain la censure, et en réprimant des journalistes non inféodés au makhzen ou aux dits partis.
Le PAM étant le "premier parti du Maroc", et qui préside en outre la "2ème chambre", n'a jamais manifesté son opposition à la politique de bâillonnement suivie par le gouvernement.
- Le gouvernement des 5 premiers partis a toujours cadenassé les moyens d'information/communication publics devant ANNAHJ ADDIMOCRATI, et cela malgré que ces moyens soient financés par l'argent du peuple marocain.
- Ces parlementaires, toutes tendances confondues, n'ont aucune légitimité populaire pour qu'ANNAHJ ADDIMOCRATI discute avec eux sur le rôle et l'avenir des mass médias. Ils sont le produit "d'élections" boycottées par le peuple, élections où l'administration et l'argent (achats de voix) étaient le seul réel "électeur".
- Ces parlementaires ainsi que leur partis ne sont pas fiables. Ils n'ont aucune crédibilité sérieuse. Tout le monde sait que l'élaboration des "politiques stratégiques" étatiques est du ressort du palais et de son entourage "privé".
Le rôle des partis parlementaires se limitent essentiellement à l'applaudissement des décisions royales.
Les parlementaires ont-ils un jour dénoncé la répression qui s'abat sur la presse?.
- d'aucuns se précipitent pour s'engager aveuglement dans des opérations de diversion, opérations initiées par des services spéciaux liés au centre makhzenien de décisions (Sahara, régionalisation, remaniement du gouvernement...). Ces messieurs ne font que jouer (honteusement) le rôle de piètres acteurs.
ANNAHJ ADDIMOCRATI a son agenda, et ce ne sont pas les tentatives de diversion makhzeniennes qui vont le détourner de sa VOIE de combat conséquent.
Comme il avait décliné hier l'invitation de Moatassim (conseiller du roi) à participer au "dialogue" sur le Sahara Occidental, ANNAHJ ADDIMOCRATI refuse aujourd'hui de se joindre aux dindons de la farce pour cautionner en fait la politique de censure dont est victime la presse, et la répression qui s'abat sur des journalistes qui essaient de faire honnêtement leur travail.
ANNAHJ ADDIMOCRATI, avance, lentement certes, mais sûrement.

--- En date de : Mer 20.1.10, kitabanahj a écrit :
الكتابة الوطنية للنهج الديمقراطي
رسالة مفتوحة حول الإعلام
توصلت جريدة النهج الديمقراطي في شخص مديرها الرفيق عبد الله الحريف برسالة موقعة من طرف رؤساء الفرق البرلمانية التالية : حزب الاستقلال و الاتحاد الاشتراكي والتقدم والاشتراكية والأصالة و والمعاصرة والأحرار والحركة الشعبية.
والرسالة هي عبارة عن نداء هذه الفرق" لتنظيم حوار وطني موسع حول دور ومستقبل وسائل الإعلام في المجتمع المغربي".......
وفي إجتماعها العادي ليوم 16/01/20010 ،تدارست الكتابة الوطنية للنهج الديمقراطي هذه الدعوة ،فقررت عدم مشاركتها في هذا الحوار مع توجيه هذه الرسالة المفتوحة في الموضوع للرأي العام الوطني ولجميع المهتمين بقطاع الإعلام ببلادنا.
إننا في النهج الديمقراطي نعتبر أن من الضروري توفير الشروط السياسية الأدنى قبل إطلاق أي حوار وطني حول الإعلام ببلادنا ،وذلك لكي نضمن لهذه المبادرة المصداقية والجدية..
1 - محنة الإعلام الديمقراطي بالمغرب
يعيش الإعلام ،وخاصة الديمقراطي منه ببلادنا في الفترة الراهنة ،وضعية القمع والتضييق والخنق .وهذه الوضعية تعد ترجمة ملموسة وتجسيدا لسياسة قمع حرية الرأي والتعبير بالمغرب.
فلا مفر من الاعتراف بواقع الحال هذا ومن أجل معالجته فورا وبدون تأخير.
* إننا في النهج الديمقراطي نرفض المشاركة في ذلك الحوار لأن الدعوة له صادرة عن قوى برلمانية مساهمة أو مساندة لحكومة مسئولة عن واقع القمع الذي يتعرض له الإعلام الديمقراطي أو الإعلام الغير موالي....إنهم يفعلون كمثل الذي يقتل الميت ويسير في جنازته ...إنها لعبة خلط الأوراق التي نرفضها وندعو باقي الفرقاء إلى عدم تزكيتها .إننا لم نسمع من هذه الفرق البرلمانية وأحزابها إستنكارا واضحا لهذه الأمواج المتلاطمة من القمع الذي يتعرض له الإعلام الديمقراطي ببلادنا...فكلامهم عن دعم الإعلام و...سيبقى بدون مصداقية.
* لفتح نقاش وطني جدي من أجل دعم الإعلام ببلادنا ومن أجل ترشيده، لابد من توفر الإرادة السياسية التي تحمي الحقوق الديمقراطية لشعبنا وعلى رأسها حرية التعبير وحرية إبداء الرأي بعيدا عن فزاعة المقدس. إن التطورات الأخيرة والإعتقالات والمحاكمات المنصوبة لجرائد وصحفيين مغاربة كافية للتدليل عن خطورة التراجعات عن تلك المكتسبات البسيطة التي إنتزعها شعبنا عبر تضحيات مناضليه وقواه الحية.
* فمن أجل إطلاق نقاش مسئول لابد من توفير الشروط السياسية الملائمة له وعلى رأسها إطلاق سراح الإعلاميين المعتقلين وإلغاء الأحكام الجائرة والمتابعات في حق منابر إعلامية وصحفيين...وإلتزام الدولة بتطبيق وإحترام حرية الرأي والتعبير.
2- الإعلام العمومي محتكر من طرف الدولة المغربية
فقبل الكلام عن الحوار بشان الإعلام ببلادنا ،لابد من تسليط الضوء على الخلل الفاضح والمتمثل في الاحتكار الذي تقوم به الدولة المغربية للإعلام العمومي .
إننا في النهج الديمقراطي ممنوعون من حقنا في الأعلام العمومي والذي نعتبره ملكا لشعبنا ولا يحق للدولة أن تحتكره لنفسها أو تسخره للأحزاب الموالية .والحالة هذه ، فإننا نرفض المشاركة في ذلك الحوار لأننا نرفض أن نكون كومبارس لمسرحية تستبلد ذكاء جماهير شعبنا أو تستغفل قطاع الإعلام الديمقراطي ببلادنا.
و من أجل توفير الشروط السياسية الملائمة لنقاش جدي حول وضع الإعلام ببلادنا وجب فتح مجالات الإعلام العمومي أمام النهج الديمقراطي وكل القوى المحرومة منه إلى حد الآن.
3- الإعلام الديمقراطي في المواجهة.
إن الإعلام الديمقراطي ببلادنا يخوض معارك ضارية ضد الرجعية وقواها القمعية ،وذلك مند بدايات سنوات الاستقلال الشكلي ،ولازال المشتغلون في هذا المضمار يؤدون ضريبة الدفاع عن المواقف النبيلة صونا لكرامة شعبنا ودودا عن حقوقه بالكلمة الشجاعة. لذلك لا يمكن لهذا الإعلام الديمقراطي إلا التعويل على نفسه و على القوى الديمقراطية الحقيقية من أجل إنتزاع الحقوق وصيانة المكتسبات .
ولهذا فإننا في النهج الديمقراطي نعتبر تلك الدعوة لن تثمر أية نتيجة لأنه سرعان ما سيطوي النسيان خلاصاتها لأنه ليس المهم الخلاصات بقدر ما يهمهم الكم الهائل من الندوات والحوارات .أليست هذه من آليات الديمقراطية الشكلية ديمقراطية الواجهة؟
لكننا في الوقت الذي نرفض فيه سلك طريق الحوارات الشكلية والعقيمة وخلط الأوراق والمساواة بين من يجلد الإعلام وبين الضحية ،فإننا ندعو جميع المسئولين عن المنابر الإعلامية وكل المشتغلين في مجال الإعلام الديمقراطي ببلادنا إلى تنظيم مناظرة وطنية تتوخى تناول مشاكل الإعلام ببلادنا وتسطير برنامج وخطة عمل تؤطر البرنامج المطلبي الذي يوجه للحكومة كمطالب وجب تحقيقها مع إعتماد الأدوات النضالية المناسبة.ومن أجل تجسيد ذلك ،فان النهج الديمقراطي يوجه نداء لتشكيل تنسقية تتولى الإعداد للمناظرة الوطنية للأعلام الديمقراطي ببلادنا.
عن الكتابة الوطنية

Haïti : la France doit aider à récupérer l'argent volé par Duvalier pour reconstruire le pays

Par Pierre Villard, mouvement de la Paix, 20/1/2010

Suite au séisme qui a ravagé Haïti le 12 janvier, le Mouvement de la Paix exprime sa compassion et sa solidarité au peuple d’Haïti, aux victimes et familles de victimes, à tous ceux qui sont toujours dans l’attente angoissée de nouvelles de leurs proches. Bien qu’incomplets, les premiers chiffres de plus 100 000 morts annoncent un désastre humanitaire pour cette île qui est l’une des plus pauvres du monde. La situation de catastrophe se trouve renforcée par les conséquences dramatiques de plusieurs siècles d’esclavage, du pillage des ressources, du colonialisme qui ne dit pas son nom, d’une occupation militaire et de gouvernement dictatoriaux et corrompus. 
La France continue d’accueillir l’ancien dictateur Duvalier dont la fortune indue, bien supérieure à la dette du pays, aurait probablement permis de construire des bâtiments anti-sismiques. Notre pays doit aider Haïti à récupérer l’argent volé.

  • Nous saluons le courage de la population haïtienne qui fait face courageusement. La solidarité internationale se met en place sur le terrain avec peine, dans une situation cauchemardesque où les communications et l’acheminement de l’aide sont difficiles. La population manque de tout, même d’eau. Ce sont plus de 60 pays qui apportent leur concours.
  • En France, c’est l’ensemble de la société qui s’est mobilisée dès les premières heures. Nous saluons cet immense mouvement et souhaitons qu’il ne donne pas lieu à des récupérations politiciennes, ni à la recherche d’enjeux de pouvoir ou de dominations militaires. Cette tragédie doit permettre d’ouvrir de nouveaux dialogues pour que les citoyens d’Haïti accèdent à plus de justice et de démocratie. En ce domaine, loin de tout hégémonisme humanitaire de quelque pays que ce soit, l’ONU doit jouer tout son rôle de coordination des secours et d’aide à la reconstruction du pays.
  • Le Mouvement de la Paix appelle toute la population à participer à l’élan de la solidarité lancée par de nombreuses organisations.

La répression, de l’ancienne à la nouvelle ère



Par Aziz El Yaakoubi , Le Journal Hebdomadaire, 20/1/2010
Témoignages. Les époques changent mais les pratiques restent les mêmes. Khadija Menebhi, sœur de la légendaire Saïda Menebhi, et Rachida Baroudi, mère de Rida Benothmane, un islamiste détenu à la prison de Salé, racontent leur calvaire avec l’Etat marocain. Un échange édifiant.
A pas discrets mais sûrs, Rachida Baroudi franchit la porte du bureau central de l’AMDH (Association marocaine des droits de l’homme). La mère de Rida Benothmane, un détenu islamiste incarcéré à la prison civile de Salé depuis 2007 dans le cadre de la loi anti-terroriste, connaît visiblement très bien les lieux. Il n’y a rien d’étonnant à cela. L’AMDH fait partie des rares associations qui plaident en faveur des détenus de la «nouvelle ère». Quelques minutes après, Khadija Menebhi, sœur de l’inoubliable Saïda Menebhi, de Aziz Menebhi et épouse de Aziz Loudiyi, tous victimes de la répression hassanienne, arrive à son tour. L’ex-membre d’Ilal Amam garde toute sa détermination.


L’énergique Abdelilah Benabdeslam, vice-président de l’AMDH, prépare une salle. Tout le monde s’installe, les deux femmes s’observent. Des ressemblances ? Toutes deux cinquantenaires aux cheveux courts, renvoient l’image de femmes émancipées. «Vous voyez, je suis la mère d’un islamiste et je ne porte pas de voile», annonce d’emblée Rachida Baroudi. Pour parler de leurs expériences, Khadija Menebhi prend les devants. La mère de Rida écoute. «C’est infinement douloureux», lance-t-elle. Pour commencer, elle préfère parler de 1977. Des derniers jours de sa sœur Saïda à l’hôpital Averroès à Casablanca. Faute de soins appropriés, elle succombe à une grève de la faim ayant duré 40 jours. Entamée le 10 novembre 1977 par le «groupe de Casablanca», arrêtée en 1976, cette grève est restée dans les annales. «J’étais juste là, à côté d’elle, durant toute la nuit, j’entendais son cœur, je criais, je pleurais et je n’ai rien pu faire», raconte Khadija, les larmes aux yeux.
"Un procès à l’amour"

«Aucun médecin n’était près d’elle, c’est la hogra. L’Etat marocain est coupable», tranche-t-elle avec une rage exacerbée. Elle a vu le cœur de sa sœur s’arrêter sur la machine, le corps vivant se transformer en cadavre. Puis en légende. Une autre bataille est engagée pour récupérer la dépouille. Les responsables se renvoient la patate chaude. «Le directeur de la prison m’a informée que c’était l’hôpital qui était désormais responsable, les médecins répliquaient qu’il fallait une autorisation des hautes sphères», se souvient-elle. Le régime finit par céder. La dépouille est livrée à la famille et le statut de détenus politiques est accordé aux autres grévistes. C’était l’histoire d’un groupe de jeunes qui voulaient renverser la monarchie alaouite et qui revendiquaient le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui. Presque toute la famille était concernée. Ses membres étaient tous militants de l’Union nationale des étudiants du Maroc (UNEM) et de l’organisation Ilal Amam.
«Le régime est impitoyable avec les révolutionnaires, l’Histoire l’a démontré», analyse Khadija Menebhi. «Si Saïda avait parlé sous la torture, j’aurais été la première à être incarcérée.» Son mari a été arrêté en 1972 et condamné à 10 ans de prison ferme, laissant sa fille aînée âgée d’à peine un mois. Pour lui rendre visite, il fallait une autorisation du juge d’instruction auprès du tribunal de Casablanca. «J’allaitais ma fille et je ne pouvais l’emmener avec moi. Je suis arrivée chez le juge et le lait coulait de mes seins, j’étais toute trempée», se souvient-elle. Mais le juge a refusé de donner l’autorisation tout en prononçant une phrase digne du Moyen-Age : «Vous avez de la chance, on ne fait pas de procès à l’amour.» «Cela aurait été un honneur», avait répondu la jeune femme.
Le même jour, son frère Aziz réussit à s’échapper du même tribunal. Il disparaît pendant un an avant de réapparaître à la cité universitaire de Rabat. Les forces de l’ordre l’attrapent ce jour-là puis le tribunal le condamne par contumace à perpétuité, alors qu’il était détenu dans le tristement célèbre bagne de Derb Moulay Cherif. «Le régime n’a pas voulu reconnaître que Aziz Menebhi était entre ses mains», mentionne-t-elle. Après un an et demi de détention secrète, les détenus de la prison de Casablanca le retrouvent un beau matin parmi eux. Deux ans après, en 1976, le tribunal finit par le libérer en prononçant le non-lieu.
Les procès kafkaïens commencent et les trois membres de la famille finissent derrière les barreaux. Le calvaire n’en est qu’à ses débuts. «Je me rappelle qu’à chaque fois qu’on partait leur rendre visite, les responsables de l’administration pénitentiaire refusaient sous différents prétextes.» Toutes les raisons sont bonnes pour humilier la famille Menebhi. «Après quelques années, Fadwa, ma fille, commençait à me poser des questions sur son père, je répondais qu’il était quelque part en train de défendre les gens pauvres », indique-t-elle. Mais la petite fille n’acceptait pas : «Moi aussi je suis pauvre, et je le veux à côté de moi». Et d’ajouter : «De voir un être qu’on aime, qu’on voit tous les jours, disparaître d’un coup, est tout simplement insupportable.» Le regard de Rachida Baroudi plonge dans le vide. Elle sait certainement de quoi Khadija Menebhi parle…
"Une mère ne se contrôle pas"
Une femme de l’AMDH entre dans la salle, elle offre du thé à tout le monde. Rachida Baroudi fait signe pour dire qu’elle est prête à prendre la parole. «C’était un choc. Quand ma belle-fille m’a appelée pour me dire que mon fils a été arrêté, je ne l’ai d’abord pas crue. Je me suis dit qu’il s’agissait forcément d’une erreur», raconte-t-elle. Rachida Baroudi explique qu’elle s’entend très bien avec son fils : «Il a d’abord arrêté de fumer et de boire, puis il s’est laissé pousser la barbe, mais rien n’a changé dans son comportement.» C’était en 2007. Le lendemain de son arrestation, elle a fait le tour des commissariats de Rabat. Aucune trace. Saisie d’un désespoir qui frôla la folie, elle prit une décision courageuse : se rendre au centre de détention de Témara, censé être secret. «Une mère ne se contrôle pas quand il est question de ses enfants. Je peux vous le dire car j’en ai fait l’expérience.»
Elle arrive à Témara mais elle ne sait pas où exactement. Elle interroge un agent de la circulation. «Le policier m’a répondu que j’étais folle. Mais je n’avais plus peur», ajoute-t-elle. En persévérant, elle finit par trouver le centre de détention. «J’ai pris une route isolée, il n’y avait personne à part une verdure presque sauvage.» A quelques kilomètres, une dizaine de policiers l’entoure. «Ils ont commencé à me crier dessus, m’ordonnant de rebrousser chemin et en me disant que je n’avais pas le droit d’être là.» Mais la mère résiste. Elle voulait absolument avoir des nouvelles de son fils. «J’ai la chance d’avoir fait des études, je lis les journaux et je suis au courant de ce qui se passe dans ce centre. Le fait que mon fils soit enchaîné dedans me rendait folle de rage.»
Devant son insistance, les responsables de la DST (Direction de la sécurité territoriale) se défilaient. Tantôt en la menaçant, tantôt en la suppliant de partir. Tous disaient que les journaux racontaient des mensonges et que seule la police judiciaire a le droit d’arrêter les gens, et que personne n’est interné chez eux. «Le dernier m’a presque convaincue que mon fils n’était pas chez eux, mais en même temps, il m’a promis que mon fils allait m’appeler le lendemain.» Rachida Baroudi a alors quitté les lieux certaine que son fils était détenu à la DST. Il m’a aussi informée que mon fils était accusé d’appartenir au groupe jihadiste connu sous le nom d’Ansar Al Mahdi. «Je ne sais pas si ma visite inattendue avait changé quelque chose.» Après deux jours, la police judiciaire de Casablanca l’appelle pour l’informer que son fils était à la préfecture de police de la ville de Casablanca, et finalement Rida Benothmane n’a passé que trois jours dans le centre de Témara.
Condamné pour donner l’exemple
Après avoir confisqué son ordinateur, le juge d’instruction n’arrêta pas de lui demander pourquoi il visitait un site Internet, apparemment géré par des salafistes. «C’était la seule preuve qu’ils avaient», indique-t-elle. Il n’empêche. Il est condamné à deux ans de prison ferme en première instance, sur la base de l’article 218 de la loi antiterroriste. L’article en question parle de tout individu ayant fait l’apologie d’acte terroriste dans un lieu public ou dans les médias. En appel, il écope du double «pour donner l’exemple». «D’ailleurs c’est écrit noir sur blanc dans le verdict», témoigne Abdelilah Benabdeslam. «Ses avocats m’ont déclaré qu’ils étaient devant un précédent : un être condamné pour donner l’exemple.» La famille ne l’a vu que 17 jours après sa disparition, à la prison civile de Salé. «La première fois, en voyant sa fille il a fondu en larmes», raconte sa mère.
Pendant son séjour à Témara, Rida Benothmane a raconté à sa mère qu’il n’a subi que de la torture morale. Il entendait toute la journée les cris de personnes torturées. Il ne savait pas si c’était des enregistrements ou des cris réels. Il était tout le temps menotté et les yeux bandés. Il a aussi entendu un supérieur demandant aux subalternes de le jeter dans la fosse à serpents. En 17 jours, la maman déclare avoir perdu 6 kg. D’un paquet de cigarettes en trois jours, elle est passée à deux par jour. «Je lui rends visite régulièrement en prison, et je peux vous dire que le traitement dans les prisons marocaines est inhumain. Les fonctionnaires de l’administration pénitentiaire font tout pour humilier les familles des détenus.» Des attentes interminables, du harcèlement et des insultes… «Une fois, un garde a voulu souiller la soupe de mon fils en la vérifiant avec une barre de fer toute rouillée.»

Pendant ce temps, Khadija Menebhi écoute, mais prend aussi des notes. Elle intervient parfois : «Nous sommes tellement sous-développés que la plupart des personnes croient que les visites sont un privilège accordé par l’administration pénitentiaire et non un droit.» «Nous avons constaté que la peur est toujours présente, les gens se laissent faire devant la brutalité des fonctionnaires des prisons, et même dans les cas de disparitions forcées», témoigne pour sa part Abdelilah Benabdeslam. Rachida Baroudi continue son récit : «Ma petite-fille vit un véritable calvaire, elle pose sans cesse des questions sur son père. Pour elle, le soleil montait et se couchait avec lui. Maintenant, à chaque fois que je sors de la maison, elle me demande si je reviendrai. Elle a déjà vu son père disparaître. Elle se méfie.» Les larmes prennent le dessus. Khadija Menebhi fait un geste pour la consoler. Cette dernière analyse la situation : «Pour nous, les victimes des années de plomb, toute la société marocaine était de notre côté. La communauté internationale aussi. Avec les détenus islamistes, c’est différent. Personne ne bouge le doigt, alors que l’injustice crève les yeux. Même les associations de droits de l’homme, comme le Forum vérité et Justice.» Les deux femmes se perdent dans les échanges, sous le regard du vice-président de l’AMDH. Rachida Baroudi finit par résumer : «Quand je pense à tout ça, ce que les gens ont subi et continuent de subir, ça me laisse perplexe. Que faire pour que les choses changent ?» Tout le monde est appelé à trouver une réponse.
source :bellaciao de Diaspora Sahraoui

Photo : Rachida Baroudi, mère du détenu islamiste Rida Benothmane. Khadija Menebhi, soeur de Saïda Menebhi (Le Journal Hebdomadaire)

Les reconqérants de l'Andaousie à l'ombre pour de longues années


Ils étaient 15, tous de condition modeste et travaillant dans le secteur informel, âgés de 25 à 30 ans, et originaires d'Agadir, Essaouira, Casablanca et Sefrou. Leur chef Rachid Zerbani était un tailleur de 29 ans. Ils ont été arrêtés en août 2008 et accusés d'avoir préparé des attentats à Agadir et à El Ayoune. Le nom de leur groupe était tout un programme : Fath El Andalous, littéralement (Re)conquête de l'Andalousie. Leur procès n'a mobilisé aucun défenseur des droits humains. Voici la dépêche officielle de l'agence MAP du 9 janvier 2010 annonçant leurs condamnations:
Quatorze membres de la cellule terroriste Fath Al Andalous ont été condamnés à des peines allant de 4 à 15 ans de prison ferme, jeudi 7 janvier par la Chambre criminelle de premier degré chargée des affaires de terrorisme à l'annexe de la Cour d'appel à Salé. Le principal prévenu, Rachid Zerbani, a été condamné à 15 ans de réclusion criminelle et à une amende de 500.000 dhs. Kamal Zaïmi, Abdelmoula Amara et Abderrahim El Aoufi ont été condamnés à 10 ans de prison ferme et à 500.000 dhs d'amende chacun, alors que Lahcen Aït Abed, Abdelaziz Herram et Mohamed Boulehfa ont écopé de 8 ans, assortis d'une amende de 500.000 dhs.
La même juridiction a également condamné Mohamed Aydoun, Khalid Aqeddar et Mustapha Aït El Houcine à 8 ans de prison ferme et à 4 ans de prison ferme Rachid Zitouni, Rachid Jemmal et Mohcine Merkado.
Pour sa part, Mohamed Afellous, poursuivi en état de liberté provisoire, a été condamné à une amende de 5.000 dhs.
Lors de son réquisitoire, mercredi, le procureur avait demandé des peines allant de 10 à 30 ans de prison à leur encontre, affirmant qu'ils avaient tissé des liens opérationnels avec des dirigeants d'organisations terroristes en Algérie, en Mauritanie, en France, en Espagne et au Proche Orient.
Selon lui, les préparatifs avaient atteint un stade avancé et les éléments de cette cellule avaient entamé le repérage des cibles, en l'occurrence des infrastructures touristiques à Agadir et une caserne militaire à Laâyoune.
La défense des accusés avait plaidé leur acquittement, arguant de l'absence de preuves matérielles et demandant le rejet des procès verbaux de la police judiciaire.
Les membres de la cellule, démantelée fin 2008, étaient poursuivis, chacun en ce qui le concerne, pour "constitution d'une bande criminelle en vue de préparer et commettre des actes terroristes dans le cadre d'une entreprise collective visant à porter gravement atteinte à l'ordre public par l'intimidation et la violence, financement du terrorisme, participation, fabrication et détention d'explosifs, atteinte aux valeurs sacrées et réunions publiques non autorisées".
Selon des sources policières, cette cellule "terroriste" était active dans plusieurs villes du royaume et disposait de matières chimiques et du matériel électronique entrant dans la fabrication d'explosifs.


La Grande Mosquée de Cordoue, dans l'Andalousie qui suscite des rêves de reconquête

vendredi 22 janvier 2010

Le racisme en Italie : Un programme de gouvernement


par le Pr Chems Eddine CHITOUR, Ecole Polytechnique, Alger, 22/1/2010
« Le racisme, le manque de tolérance caché sous l’arrogance, les guerres et leurs conséquences, marquent l’histoire de nos pays. »
Günter Grass, (Prix Nobel de Littérature)

Il ne se passe pas de jours sans que l’on apprenne le destin tragique d’Africains tentés par l’eldorado européen. Comme on le sait, l’une des « réussites » de l’Union européenne c’est de déclarer une guerre sans merci aux candidats malheureux à l’immigration dite « clandestine » dans le jargon occidental. Chacun se rappelle les centaines de morts sans sépulture et les épaves humaines échouées sur les plages de Lampedusa et les plages espagnoles après avoir déjoué les radars sophistiqués du Sive et pu passer dans des « pateras » de fortune. Les rares survivants qui arrivent à accoster rasent les murs et rentrent dans la clandestinité. Pour survivre, ils acceptent de travailler au noir, pour un salaire de misère pour les propriétaires sans état d’âme, sous l’oeil complice des autorités. Cela rappelle l’achat d’esclaves sur les places publiques, ce que faisait un certain Mora le Négrier qui venait enrôler au Maroc des travailleurs pour les mines de charbon du Nord de la France, un tampon vert était synonyme d’acceptation, un rouge de refus.
C’est donc une banalité voire on lasse à force de ressasser une détresse ordinaire, une souffrance muette. La nouveauté nous vient d’Italie, où on nous parle de la chasse à l’homme dans un petit village « tranquille ». Ecoutons Sakho Jimbira en parler : « Après nous avoir une fois de plus gratifié d’un piètre spectacle de racisme, hélas ! devenu ordinaire, à l’encontre d’ouvriers agricoles originaires d’Afrique, l’Italie de Silvio Berlusconi semble persister dans son mépris, désormais assumé, et son racisme, quasi institutionnalisé, contre les immigrés africains. A l’origine de ces nouveaux incidents, des travailleurs immigrés, qui rentraient tranquillement de leur travail, se sont faits sauvagement canarder à la carabine par de jeunes Italiens en voiture. Sérieusement commotionnés, ces ouvriers agricoles ont manifesté leur dépit en brûlant des voitures pour dénoncer les actes racistes dont ils sont régulièrement les cibles. C’est en représailles à cette réaction que la population elle-même a mené de véritables expéditions punitives dans leurs rangs, faisant de nombreux blessés graves. »(1)
L’Italie aussi
« En vérité, pour bien apprécier l’ironie de cette situation, il faut avoir à l’idée les grandes vagues d’immigration de travailleurs italiens tout au long de l’histoire du siècle dernier. Déjà en 1931 la France était l’un des premiers pays d’immigration du monde, avec 2,7 millions d’étrangers pour 42 millions d’habitants, on recensait 808.000 Italiens. La première vague d’immigrants avait quitté l’Italie entre 1871 et la fin du XXe siècle, pour fuir la pauvreté, comme beaucoup d’immigrés africains actuellement. 5 millions d’Italiens immigrèrent dans le Nord de la France et surtout à Marseille, pour y trouver du travail. Cette première vague connut des conditions de vie extrêmement difficiles et la ségrégation dans des ghettos en périphérie des grandes villes comme Paris ou Marseille, sans parler de la promiscuité dans les baraques ouvrières des villes industrielles du Nord, à l’image du sort de beaucoup d’émigrés africains d’aujourd’hui. Ces travailleurs étaient surexploités, acceptant les tâches les plus rudes et des salaires dérisoires, ce qui ne les mettait pas à l’abri de rixes parfois très violentes avec les ouvriers français. (...) Ce racisme anti-italien atteindra son point culminant avec la tragédie d’Aigues-Mortes, le 17 août 1893, qui vit des altercations entre travailleurs italiens et français dégénérer en véritable émeute, durant laquelle la foule excitée poursuivit les Italiens, armée de fourches et de pioches, provoquant un véritable massacre. Mais, ce qui est inquiétant aujourd’hui en 2010, c’est le silence assourdissant des dirigeants européens, notamment de la Cour européenne des Droits de l’homme et des institutions de l’Union, dont l’Italie fait partie. (...) Les gouvernements africains, pourtant bien au fait de la situation de leurs ressortissants en Italie, sont quant à eux restés muets face à ces incidents répétitifs. Or, l’on sait tout le tollé que susciterait ce type de traitement, infligé à des ressortissants européens en terre d’Afrique ! »(1)
« Ces incidents semblent symptomatiques d’un mal beaucoup plus profond, qui ronge l’Italie et que le régime de Berlusconi n’a cessé d’aggraver. Le pays semble véritablement renouer avec ses vieux démons, exhumant de sombres pages de son histoire et actualisant le sinistre legs du Duce. (...) Dirigeant le plus populiste que l’Italie ait connu depuis Mussolini, Berlusconi n’hésite d’ailleurs pas à recourir aux recettes jadis utilisées par son funeste maître, en faisant croire à son peuple que les immigrés sont responsables de tous leurs maux. Rien d’étonnant alors si aujourd’hui dans les rue italiennes, les propos racistes et les actes xénophobes soient entrés dans l’ordinaire du quotidien. » (1)
Qu’est-ce que le racisme qui semble justement sous-tendre toute l’action du gouvernement italien ? Le racisme justement est une idéologie consistant à classifier des groupes naturels humains, désignés souvent sous le terme de races, à partir d’attributs naturels, visibles ou non (physiques, psychiques, culturels, etc.), des caractéristiques morales ou intellectuelles s’appliquant à l’ensemble de ce groupe. Cette idéologie peut entraîner une attitude d’hostilité systématique à l’égard d’une catégorie déterminée de personnes. Ces actes d’hostilité se traduisent par la discrimination, une forme de xénophobie ou d’ethnocentrisme. Gaston Méry, collaborateur à La Libre Parole, le journal d’Édouard Drumont, est la première personne connue à avoir utilisé le mot « raciste » en 1894. Toutefois, l’adjectif « raciste » et le nom « racisme » s’installent dans le vocabulaire général dans les années 1930.
La question de l’antériorité ou de la postérité du racisme au développement de l’esclavage dans les colonies européennes fait l’objet de nombreux débats. Le consensus s’établit néanmoins au sujet du rôle joué par le développement de l’esclavage sur le durcissement et la diffusion de l’attitude raciale. Le « racisme scientifique », ou « racialisme » (ou « raciologie »), classifie les êtres humains d’après leurs différences morphologiques en application d’une méthode héritée de la zoologie. Les théoriciens du racialisme comptent des personnes tel que Arthur de Gobineau, célèbre pour son traité sur « l’inégalité des races ». La position mixophobe radicale est le corollaire de la construction du mythe de la pureté de la race qui affirme la supériorité des races pures sur les races dites métissées. Les promoteurs du mythe de la race aryenne - Vacher de Lapouge, Chamberlain, et plus tard Adolf Hitler- voient dans la « race germanique » la survivance à l’état pur de la « race indo-européenne ».
La suprématie de la race blanche ou caucasienne est un postulat sur lequel s’accordent très largement les scientifiques et hommes politiques du XIXe siècle. Combiné avec la mission civilisatrice, le suprématisme blanc est un élément fondamental de l’idéologie coloniale. Une fois opérée la conquête, il constitue aussi le principe justificatif des législations opérant des distinctions de droit sur une base raciale. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle les politiciens recourent à l’autorité des scientifiques, pour légitimer leurs décisions. Selon cette conception, la lutte que se livreraient depuis l’origine les différents groupes humains doit conduire à la domination des races les plus aptes et à la disparition inexorable des races inférieures. Après la conquête de l’Algérie par la France, les médecins français, constatant la baisse de la population « indigène », n’y verront que la confirmation d’une extinction prochaine et prévisible de la race arabe, qu’ils considèrent inadaptée aux nouvelles conditions de leur temps. (...) Le succès des zoos humains constitue pour Pascal Blanchard, Nicolas Bancel et Sandrine Lemaire, l’une des modalités de transmission du « racisme scientifique » à une large partie de la population.(2).
« Franchement racistes »
Juste retour des choses ; les Italiens font subir aux immigrés ce que leurs parents ou grands-parents ont subi. S’agissant des « ratonnades » anti-Noirs, pour Alain Morice, anthropologue, « on peut se demander si la mafia locale n’est pas derrière les premières exactions, qui ont déclenché une "chasse à l’immigré" dans le sud de l’Italie, faisant soixante-sept blessés Dans certains pays d’immigration ancienne, comme la France, on se souvient, notamment des Belges recrutés pour la récolte des betteraves dans le nord de la France, ou des Italiens dans la région marseillaise pour le maraîchage, ou encore des Espagnols pour les vendanges. (....) L’idée est toujours que ces étrangers ne doivent pas s’installer durablement car, disent les exploitants, s’ils séjournent à l’année, alors ils deviendront des ´´bras cassés´´ sans ardeur à la tâche et surtout soucieux de toucher les aides sociales. Le racisme est ici un levier de l’exploitation de ces saisonniers migrants. (...) En Italie du Sud, le recrutement se fait surtout de façon informelle, sous le contrôle des mafias locales (par exemple la Ndranghetta, en Calabre), qui ont la haute main sur le système administratif, ce qui garantit une impunité aux employeurs. Recrutés sur des mensonges ou, parce que sans papiers, par peur d’être arrêtés, des Africains et des ressortissants des pays de l’Est sont surexploités et pratiquement emprisonnés, sous la surveillance de capos ("chefs"). »(3)
Dans l’atmosphère délétère des années trente, souvenons-nous des lois raciales, en italien Leggi razziali, qui précisent les mesures prises en Italie vers la fin des années 1930 pendant la période du régime fasciste contre les personnes de religion juive mais aussi d’autres. Benito Mussolini en fait la proclamation le 18 septembre 1938 : « Il est temps que les Italiens se proclament franchement racistes. » Toute l’oeuvre qui jusqu’à présent a fait le régime en Italie est au fond le racisme. Dans les discours du Chef, la référence aux concepts de la race a toujours été très fréquente. Les fondements et les prémisses sont basés sur des considérations scientifiques erronées destinées à établir l’existence de la race italienne et son appartenance au groupe des races aryennes. Le décret royal, loi du 5 septembre 1938 - qui fixe les « mesures pour la défense de la race dans les écoles fascistes »(4).
On l’aura compris, s’agissant de la politique gouvernementale actuelle par rapport à celle de l’Italie fasciste, il n’y a pas de rupture, mais une continuité : l’Italie de 2010 est dans la lignée de celle de 1930. L’Italie n’aura, aucune gêne à adopter des lois drastiques contre les immigrés avec un catalogue des délits. Alain Hubler écrit : « Alors que le Cavaliere capte l’attention des médias grâce à ses frasques tout en slalomant entre les juges et la mafia, l’Italie a connu samedi dernier l’entrée en vigueur de la loi visant à lutter contre l’immigration clandestine et qui en fait un délit. Carrément. Dans le pays des belles et des bonnes choses, le decreto sicurezza met l’Italie à la pointe du racisme européen et la rejette au niveau des Leggi razziali de la fin des années 30. Et je n’exagère pas. Jugez plutôt de son contenu synthétisé par Celestissima. L’étranger qui, violant la loi, "entre ou séjourne sur le territoire italien" sera condamné à une amende allant de 5000 à 10.000 euros (délit de clandestinité). Celui qui louera un bien immobilier à un clandestin encourra une peine de prison allant de 6 mois à 3 ans. Le séjour des clandestins dans les Centres d’identification et d’expulsion (CIE) pourra désormais durer 6 mois. L’obtention du permis de séjour sera soumis à une taxe dont le montant n’est pas encore fixé mais il sera compris entre 80 et 200 euros. L’argent obtenu sera destiné à couvrir les frais de rapatriement des migrants irréguliers. Taxe aussi, de 200 euros, pour qui voudra obtenir la citoyenneté italienne. Mais il y a bien pire : les enfants nés en Italie d’une mère clandestine ne pourront pas être déclarés sur les registres d’état civil. Ils n’auront pas d’identité. Ils seront invisibles. Si la mère n’a pas de passeport elle ne pourra même pas reconnaître son enfant qui deviendra immédiatement adoptable. Ces effroyables mesures s’accompagnent du fichage des sans-abri par la création d’un registre national et de la légalisation des rondes de citoyens destinées à assurer la sécurité des quartiers, mais surtout à traquer et à dénoncer les clandestins. Il semblerait que 60% des Italiens applaudissent ces nouvelles dispositions qui semblent pourtant parfaitement satisfaire aux caractéristiques du fascisme. »(5)

Autre trait marquant de monsieur Berlusconi, son crédo de la supériorité de la civilisation occidentale. On se souvient que le 26 septembre 2001, à Berlin, Silvio Berlusconi a à la fois exalté la « supériorité » du modèle occidental, réclamé que « l’Europe se reconstitue sur la base du christianisme ». Dans Le Figaro du 28 septembre 2001, on rapporte les propos suivants du président du Conseil italien : « On ne peut pas mettre sur le même plan toutes les civilisations. Il faut être conscient de notre supériorité, de la supériorité de la civilisation occidentale. L’Occident continuera à occidentaliser et à s’imposer aux peuples. » On croirait entendre Jules Ferry un autre chantre des races supérieures, « qui ne sont cependant pas valables dans nos colonies (sic) » « A peine, est-il rapporté dans un éditorial du Monde du 29 septembre 2001, commençait-on à oublier la malheureuse formule de George W.Bush appelant à la "croisade" contre le terrorisme qu’un autre dirigeant occidental, Silvio Berlusconi, tenait à son tour des propos inacceptables en affirmant la "supériorité" de la civilisation occidentale, qui tendent à idéaliser les valeurs de l’Occident tout en démonisant celles du reste du monde ; et qui relancent l’idée dangereuse d’un "choc des civilisations" dont le christianisme et l’Islam seraient deux des protagonistes. »
Est-ce que tous les Italiens sont racistes et aussi sûrs qu’ils appartiennent à une civilisation supérieure ? Non !! Cependant, on peut comprendre que la situation sociale se dégradant, les sociétés occidentales se sentant fragilisées, elles se tournent vers le maillon faible, l’allogène, l’étranger qui « mange le pain des Français », aurait dit Fernand Reynaud dans son fameux sketch du "douanier". De ce fait, justement, l’étranger sert de « variable d’ajustement » des politiques sociales du gouvernement pour gagner du temps, garder le pouvoir tout en flattant les pulsions les plus basses de la population. La responsabilité des gouvernants est totale.

1.Sakho Jimbira : Immigration en Italie : Agoravox 14 janvier 2010
2.Racisme : Wikipédia, l’encyclopédie libre.
3.Alain Morice : En Italie, « le racisme est un levier » interview. Claire Ané. Le Monde.fr 11.01.10
4.Lois raciales fascistes. Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.
5.A. Hubler : Le gouvernement italien et le racisme http://www.paperblog.fr/2199860/
L'auteur
Chems Eddine Chitour est professeur de thermodynamique à l’Ecole Polytechnique d’Alger . Il est ingénieur en génie chimique de la même école, ingénieur de l’Institut Algérien et de l’Institut Français du pétrole. Il est titulaire d’un Doctorat-Ingénieur de l’Université d’Alger et d’un Doctorat es-Sciences de l’Université Jean Monnet de l’Académie de Lyon (France). Il a été professeur associé à l’Ecole d’Ingénieurs de génie chimique de Toulouse. Le professeur Chitour a fait soutenir plusieurs dizaines de thèses de magister et de doctorat es sciences. Il est l'auteur d’une centaine de publications et de communications scientifiques. Il a, enfin, rédigé plusieurs ouvrages dans le cadre de ses enseignements de chimie physique et de raffinage. Par ailleurs, le professeur Chitour a publié des ouvrages sur l’Energie et les enjeux géostratégiques. Enfin, en pédagogue, il tente d’expliquer l’histoire et les mutations du monde. A ce titre, il a écrit plusieurs essais sur l’histoire de l’Algérie, l’éducation et la culture, la mondialisation, les défis de l’Islam et l’émigration.
Bibliographie :
 1- Algérie, le passé revisité (Essai) - Casbah Editions, Alger, ISBN : 9961641000, 1998 || 2- L'islam et l’Occident chrétien, pour une quête de la tolérance (Histoire) - Casbah Editions, Alger, 2001 || 3- Mondialisation, l’espérance ou le chaos (Essai) - Editions ANEP, Alger, 2002 || 4- Sciences, foi et désenchantement du monde (Essai) - Editions OPU, Alger, 2003


Le CCDH, pourquoi faire ?

Par Mohamed Belmaïzi, 22/1/2010

Maintenant que cet organisme étatique donne signe de vie et fait entendre de lui –toujours en mauvais et en négatif– nous devons toujours garder à l’esprit, dans quel contexte historique, il a été créé : l’opinion nationale et internationale a fait pression sur ce régime coupable de tant d’exactions, de torture, d’assassinats et de disparitions. Le livre déterminant de Gilles Perrault « Notre ami le roi » a joué son rôle pour agiter l’opinion française et secouer l’hypocrisie d’une certaine élite française au pouvoir, bien habituée aux Zarda somptueuses dans les palais et les hôtels prestigieux du Maroc.


Et nous voilà devant une histoire rocambolesque : un Etat qui a toujours violé la paix sociale et piétiné les libertés fondamentales, se proclame, soudainement, détenteur des valeurs suprêmes des droits humains. Une audace unique dans l’histoire de l’humanité et de la répression. Une conversion miraculeuse qui, apparemment, a subjugué tant de militants politiques marocains qui étaient, eux-mêmes, victimes de la tyrannie des décennies qui n’en finissent pas de nous poursuivre, comme un mauvais sort.
Une aberration historique s’est déclenchée et nombre de militants se sont piégés par cupidité et profit (ta3mir achkayr) ou par naïveté et « bonne volonté ».

Le fameux Premier ministre de l’Alternance Abderrahmane Youssoufi qui qualifiait les exactions du régime d’Hassan II, de « crime contre l’humanité », est une figure monumentale qui a donné le ton à cette aberration unique dans l’histoire de la répression. D ’autres militants du côté de la cause du peuple marocain, sincères ou naïfs, se sont laissés aller dans le sillage d’une moussala7a « chi bass ma kayne », pourvu que les choses changent !!! Et en catimini… que leur salaires faramineux se versent régulièrement…

Parmi eux, il y en a qui sont allés jusqu’à gérer les contentieux d’un Etat coupable et aux abois, pour le défendre et enterrer sciemment les revendications qu’ils n’ont cessé de crier (Une Constitution nouvelle ; Séparation des pouvoirs ; un Etat de Droit). Mais que dit l’instable Harzenni à ce sujet ?

Des militants d’antan sont devenus des tyrans à leur manière, noyant le pays dans une impunité ravageuse (disparitions non élucidées : Ben Barka comme exemple !) qui n’en finit pas de ruiner notre pays.

Maintenant que les années de plomb reviennent et tentent de nous sombrer dans la déprime, les injustices, l’arbitraire des arrestations et violations… et ce dossier ne finit pas de s’amplifier…, on ne comprend pas pourquoi des militants « de bonne volonté » au sein du CCDH, qui ont, peut-être, cru bien faire, ne démissionneraient- ils pas ??!!!

En tout cas, la conscience vive de notre pays et les énergies de la société civile plus alerte que jamais, ne désarmeront pas, et restent toujours vigilantes et critiques, avec nos yeux pointus sur les méfaits des opportunistes et des incultes arrogants qui n’ont aucune vision, et donc aucun avenir.

Washington approuve la construction du mur égyptien à la frontière avec Gaza

Par AFP, 20/1/2010
WASHINGTON, Les États-Unis ont soutenu formellement mardi la construction de la barrière anti-tunnels égyptienne à la frontière avec la bande de Gaza, arguant qu'elle empêcherait la contrebande d'armes.
"Nous pensons que la contrebande d'armes doit cesser et que des mesures pour y mettre fin peuvent être prises", a déclaré Gordon Duguid, un porte-parole du département d'Etat.
"Nous soutenons aussi un meilleur accès à Gaza pour les fournitures humanitaires", a-t-il ajouté: "Il y a des canaux établis pour ce faire, et ces canaux ne doivent pas être entravés par le Hamas, ni par aucun parti à Gaza".
L'Egypte bâtit un mur métallique souterrain à sa frontière avec Gaza, censé empêcher la contrebande des marchandises via des centaines de tunnels.
Le Caire est un allié proche des Etats-Unis dans la région, et l'un des principaux intermédiaires du processus de paix entre Israël et les Palestiniens. Ahmed Aboul Gheit, le chef de la diplomatie égyptienne, a été reçu vendredi 8 janvier à Washington par la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton.

jeudi 21 janvier 2010

Programme de la poursuite de la lutte des mineurs licenciés par l'OCP

Par Ali fkir, coordinateur du Comité de solidarité avec les ouvriers de SMESI-Maroc,21/1/2010


Les 850 prolétaires licenciés abusivement par l'OCP ne baissent pas les bras. Ils sont décidés à continuer et à radicaliser leur lutte légitime. Leur assemblée générale tenue le 17 janvier 2010 au local de leur syndicat UMT (union de Khouribga) a arrêté le programme des actions à entreprendre au cours de la dernière semaine de janvier 2010.
Programme:
- Vendredi 22/01/2010 de 11h à 18h30 : sit in devant la direction d’exploitation minière de l’OCP à Khouribga.
- Samedi 23/01/2010 de 14h à 20h : sit in à la Place d’Almassira (centre de la ville de Khouribga)
- Dimanche 24/01/2010 de 14h à 20h : sit in à la Place des Moujahidines à Khouribga
- Lundi 25/01/2010 de 11h à 18h30 : sit in devant la direction de l’exploitation minière de l’OCP à Khouribga
- Mardi 26/01/2010 de 11h à 14h : sit in au chantier « COZ » de l’OCP situé près de la ville de Oued Zem
- Le mercredi 27/01/2010 de 11h à 14h : sit in au centre d’extraction du phosphate Ibnou Idir près de la ville Hattane
- Jeudi 28 janvier et vendredi 29 janvier 2010, de 11h à 14h : sit in devant le ministère de l’énergie et des mines à Rabat (près de 300km de Khouribga).

Communiqué en arabe des victimes de l'arbitraire:
الاتحاد المغربي للشغل
نقابة عمال سميسي ريجي
خريبكة

نقابة عمال سميسي ريجي بخريبكة يواصلون تحركاتهم النضالية التصعيدية بالإدارة المحلية و بأوراش المجمع الشريف للفوسفاط والرباط ويطالبون المسؤولين بإنصافهم
في خضم مجموعة من التفاعلات التي يعرفها ملف سميسي ريجي، انعقد يوم 17 يناير 2010 بمقر الاتحاد المغربي للشغل جمع عام وذلك للوقوف على المسار الذي تعرفه المعارك النضالية التي يخوضها العمال مند ما يزيد عن نصف سنة وتحديد أفاقها النضالية، وقد سجل الجمع العام بارتياح شديد الحضور العمالي الجماهيري الكبير خاصة في الوقفات الاحتجاجية التي ثم تنفيذها قرب معمل "بني ادير" و "مرح الحرش" رغم الإنزال القوي لآلة القمع الذي حال دون وصول العمال إلى أماكن الاعتصام. إن سلوك السلطات المحلية و الإقليمية اتجاه نضالاتنا تؤكد استمرارها في الانحياز السافر لإدارة الفوسفاط من خلال قمعها و منعها الممنهج لكل الصيغ النضالية المقررة
وقد حيا الجمع العام أخانا وأختنا اللذين قدما حججا دامغة حول ارتباط العمال بشركة "سميسي" كفرع للمجمع الشريف للفوسفاط والظلم الكبير المسلط عليهم و على عائلاتهم من خلال توقيفهم التعسفي، في حين بدت الوزيرة في وضع لا تحسد عليه بحيث اكتفت بترديد الاسطوانة المشروخة لإدارة الفوسفاط حول عدم ارتباط العمال بالمجمع، لكنها تداركت ذلك أثناء التعقيب لاعترافها بعلاقة العمال بشركة "سميسي"، وبالمناسبة نتوجه بالتحية لإخواننا في الأمانة العامة و مجموعة الاتحاد المغربي للشغل بالبرلمان على دورهم في الضغط من أجل حل الملف، وعلى هذا الأساس فانه:
يطالب الرئيس المدير العام للمجمع الشريف للفوسفاط بتفعيل المذكرة PDG-I-01 الصادرة بتاريخ 23 يونيو2008 والتي تدعو إلى إدماجنا و ترسيمنا بوضوح و جلاء لا لبس فيه، ووضع حد لهذا الاحتقان الاجتماعي الذي يضر بصورة المجمع كرائد عالمي في ميدانه، و لإعطاء مصداقية للشعارات المرفوعة من طرفه من قبل كونه "مقاولة مواطنة" تساهم في التنمية الاجتماعية والاقتصادية للمنطقة، بدل المساهمة الفعلية في بروز ظواهر اجتماعية خطيرة كالتفكك الأسري و الهدر المدرسي و الهجرة الغير الشرعية...
يدعو عامل الإقليم مرة أخرى إلى الاضطلاع بدوره كمسؤول وذلك برفع الحيف والظلم عن عمال سميسي ريجي و عائلاتهم الصامدة بعد ما قدموه من خدمات للقطاع أدت إلى الرفع من مردوديته بدل فتح أبوابه أمام الوافدين الجدد وفق عقلية قبلية مناطقية قائمة على روابط الزبونية والمحسوبية و الرشوة.
يؤكد تشبث العمال بحقوقهم وعلى رأسها إرجاع الجميع إلى العمل دون قيد أو شرط وإدماجهم و ترسيمهم في إطار المجمع الشريف للفوسفاط، ويعلن تسطير البرنامج النضالي على النحو التالي:
* خوض اعتصام يوم الجمعة 22 يناير 2010 من الساعة 11:00 صباحا إلى الساعة 18:30 بعد الزوال أمام مديرية الاستغلالات المنجمية بخريبكة.
*خوض اعتصام يوم السبت 23 يناير 2010 من الساعة :00 14 زوالا إلى عة :00 20 مساء بساحة المسيرة بخريبكة
*خوض اعتصام يوم الأحد 24 يناير 2010من الساعة :00 14 زوالا إلى الساعة :00 20 مساء بساحة المجاهدين بخريبكة .
*خوض اعتصام يوم الاثنين 25 يناير 2010 من الساعة 11:00 صباحا إلى الساعة 18:30 بعد الزوال أمام مديرية الاستغلالات المنجمية بخريبكة.
خوض اعتصام بورش الكوز ((COZ التابع للمجمع الشريف للفوسفاط المتواجد قرب مدينة وادي زم يوم الثلاتاء 26 يناير 2010 من الساعة 11:00 صباحا إلى الساعة 14:00 زوالا.
* خوض اعتصام بورش بني ادير التابع للمجمع الشريف للفوسفاط المتواجد قرب مدينة حطان يوم الأربعاء 27 يناير 2010 من الساعة 11:00 صباحا إلى الساعة 14:00 زوالا.
خوض اعتصامين يومي الخميس والجمعة 28-29 يناير 2010 من الساعة 11:00 صباحا إلى الساعة 00:14 بعد الزوال أمام مقر وزارة الطاقة و المعادن بالرباط.
وفي الأخير يدعو جميع الهيئات السياسية، الحقوقية، المدنية، المنابر الإعلامية والفعاليات المناضلة لمساندة ودعم نضالات عمال سميسي ريجي في معاركهم النضالية "وما ضاع حق ورائه مناضل".
الجمع العام
عاشت وحدة العمال صامدة و مناضلة خريبكة، في: 18 يناير 2010

عاش الاتحاد المغربي للشغل



Le journaliste tunisien Fahem Boukadous condamné à 4 ans de prison

19 janvier 10
Paris-Copenhague-Genève, le 18 janvier 2010 - Le Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme (REMDH) et l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, un programme conjoint de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), expriment leur profonde inquiétude suite à la poursuite des actes de harcèlement judiciaire à l’encontre des journalistes indépendants en Tunisie.
Le 13 janvier 2010, le Tribunal de première instance de Gafsa (sud de la Tunisie) a condamné M. Fahem Boukadous, correspondant de la télévision satellitaire Al Hiwar et du journal en ligne Al Badil, à quatre ans de prison pour « participation à une entente visant à préparer et à commettre des agressions contre des personnes et des biens ». La décision n’a pas été accompagnée d’une décision d’incarcération, dans l’attente de la décision de la Cour d’appel, fixée au 23 février 2010.
En décembre 2008, M. Fahem Boukadous avait été condamné par contumace à une peine de six ans d’emprisonnement durant la vague de procès sanctionnant les manifestations pacifiques des habitants dans la région minière de Gafsa-Redeyef, après qu’il eut publié une série d’articles et de reportages décrivant la mobilisation des habitants de cette région. La procédure intentée contre M. Boukadous visait explicitement à sanctionner son travail de journaliste. Cette décision avait été confirmée en appel le 5 février 2009. Suite à la répression du mouvement de protestation de Gafsa-Redeyef et de leurs relais, M. Boukadous était entré en clandestinité. Après la libération conditionnelle des prisonniers du bassin minier de Gafsa-Redeyef à la veille des élections présidentielles et législatives en novembre dernier, M. Boukadous s’était présenté aux autorités de police pour que sa cause soit entendue en justice, bien que les autorités n’avaient annoncé aucune mesure de clémence en sa faveur [1].
Le déroulement de l’audience du 13 janvier a été marqué par de graves violations des dispositions de droit interne tunisien et des standards internationaux relatifs au procès équitable. Le juge a ainsi omis d’énoncer les charges qui pèsent contre le journaliste, se contentant de lui adresser une question sur sa "relation avec le bassin minier" avant de lever la séance pour délibération. Les demandes de renvoi présentées par les avocats de M. Boukadous, fondées sur l’absence du bulletin des antécédents judiciaires du prévenu dans le dossier criminel ont été ignorées. Le procès aura duré au total une dizaine de minutes.
Cette décision intervient alors que nos organisations ont été informées de plusieurs nouvelles mesures de représailles à l’encontre de deux journalistes condamnés à des peines de prison ferme pour avoir dénoncé des violations des droits de l’Homme. Ainsi, M. Zouhair Makhlouf sera détenu jusqu’à l’examen de l’affaire en appel, le 20 janvier [2], soit au delà du 18 janvier, terme de la peine qui avait été prononcée le 1er décembre 2009 par le Tribunal de première instance de Grombalia. Depuis sa condamnation, les avocats de M. Makhlouf se sont vu empêchés de rendre visite à leur client en prison.
Par ailleurs, M. Taoufik Ben Brik demeure emprisonné à la prison de Siliana suite à sa condamnation le 26 novembre 2009 à une peine de six mois de prison ferme. Depuis cette date, l’administration pénitentiaire s’oppose arbitrairement à la visite de ses avocats, et restreignent abusivement les visites de la famille. Par ailleurs, l’état de santé de M. Ben Brik, qui est atteint d’une maladie rare du système immunitaire, s’est considérablement dégradé depuis son incarcération, et il ne bénéficie actuellement pas des soins médicaux adéquats dont il a un besoin vital. L’audience du procès en appel a été fixée au 23 janvier 2010.
Mme Azza Zarrad, la femme de M. Ben Brik, qui mène depuis le 6 janvier avec plusieurs membres de sa famille une grève de la faim pour protester contre la détention de son mari, participera à une délégation mandatée conjointement par le REMDH et l’Observatoire à l’occasion de la session plénière du Parlement européen à Strasbourg du 18 au 21 janvier durant laquelle se tiendra un débat sur la Tunisie.
Nos organisations appellent à la cessation de toutes les procédures intentées abusivement à l’encontre de MM. Fahem Boukadous, Taoufik Ben Brik et Zouhair Makhlouf, ainsi qu’à la libération immédiate et inconditionnelle de ces deux derniers, et demandent une nouvelle fois aux autorités tunisiennes de mettre un terme au harcèlement des défenseurs des droits de l’Homme et des journalistes indépendants et de se conformer à ses engagements internationaux et régionaux.
En vue du débat sur la Tunisie organisé dans le cadre de la prochaine session plénière du Parlement européen, nos organisations invitent enfin les parlementaires européens à adopter une résolution demandant :
* à ce que l’ouverture d’éventuelles négociations sur un « statut avancé » UE-Tunisie soit strictement conditionnée par une amélioration concrète de la situation des droits de l’Homme en Tunisie ; * à la Tunisie la libération immédiate des défenseurs des droits de l’Homme en Tunisie emprisonnés ; * à la Tunisie de garantir l’exercice de la liberté d’expression et de la liberté d’information, notamment sur Internet, et de mettre un terme aux actes de harcèlement, en particulier judiciaire, contre les défenseurs des droits de l’Homme et les journalistes indépendants, conformément aux instruments internationaux et régionaux ratifiés par la Tunisie ; * une mise en œuvre effective des lignes directrices de l’Union européenne sur les défenseurs des droits de l’Homme.
Pour plus d’information, merci de contacter :
* REMDH : Mathieu Routier +33 1 48 18 06 86
* OMCT : Delphine Reculeau : + 41 22 809 49 39
* FIDH : Gaël Grilhot / Karine Appy : + 33 1 43 55 25 18
[1] M. Mohieddine Cherbib, président de la Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR), reste également sous le coup d’une condamnation par contumace à une peine de deux ans et deux mois de prison prononcée lors des procès de Gafsa Redeyef.
[2] En application du Code de procédure pénale, lorsque le ministère public fait appel d’une décision, le prévenu reste sous l’effet du mandat d’arrêt.

Palestine : Lettre ouverte à M. Bernard Kouchner, Ministre des affaires étrangères


Demande d’audience au sujet de la répression contre la résistance non-violente en Cisjordanie

Par Nicole Bouexel, responsable du groupe travail Proche Orient, Mouvement de la Paix, 7/1/2010


Monsieur le Ministre
Un nouveau pas vient d’être franchi par Israël dans la répression contre la résistance non-violente menée en Cisjordanie en particulier à Bil’in. Dans la nuit du 8 au 9 décembre, l’armée israélienne s’est livrée à une véritable provocation en kidnappant Abdullah Abu Rahma, instituteur à l’école du patriarche latin de Birzeit, coordonnateur du Comité Populaire de Bil’in. Les soldats israéliens ont arraché Abdullah de son lit en pleine nuit, sous les yeux de sa famille, agissant en toute illégalité sur le territoire palestinien.
Vous savez que le village de Bil’in mène depuis plus de 5 ans une résistance non-violente contre le mur, la colonisation et pour la reconnaissance des droits du peuple palestinien. Cette forme de résistance se développe dans toute la Palestine et fait peur au gouvernement israélien, car elle est reconnue largement maintenant comme une réponse politique pour obtenir le règlement du conflit israélo-palestinien, sur la base de l’application des résolutions internationales de l’ONU et la création de l’état palestinien sur les frontières de 1967.

Ce rapt fait suite à une longue série d’actions de répression contre la population de Bil’in (assassinat d’un jeune militant lors d’une manifestation non-violente hebdomadaire en avril, raids toutes les nuits contre le village pendant l’été avec l’arrestation de 31 habitants du village) L’armée israélienne cherche à criminaliser l’action des habitants et du comité populaire de Bil’in. Mais ce sera impossible à justifier car les habitants de Bil’in ont le droit pour eux : l’arrêt de la Cour internationale de justice déclarant le mur illégal, et celui de la Haute Cour de Justice israélienne qui leur a donné raison et demande que le tracé du mur soit modifié.
Les nombreuses délégations étrangères qui participent aux manifestations peuvent témoigner de l’absence totale de charges à retenir contre Abdullah et les dirigeants du comité populaire qui, bravant les tirs des soldats israéliens, agissent avec un grand courage pour empêcher même les jets de pierre des habitants du village qui pourraient servir de justification à la violence des soldats israéliens. Abdullah Abu Rahma et Mohammed Katib ont reçu en 2008, au nom du comité populaire de Bil’in, le prix des droits de l’homme de la fondation allemande Carl Ossietski.

Cette violence qui se déchaine également contre toute la population palestinienne à Jérusalem-Est et à Gaza toujours soumise à un blocus meurtrier, est particulièrement désastreuse, au moment où la reconnaissance des droits des palestiniens à vivre dans un état sur les frontières de 1967 avec Jérusalem comme capitale de deux états vient d’être réaffirmée très nettement dans un texte approuvé par les 27 dirigeants du Conseil de l’Union européenne. C’est aussi au moment où le rapport Goldstone, adopté par l’Assemblée générale des Nations Unies, va commencer à se concrétiser par des mises en accusation des responsables des crimes de guerre commis par Israël lors de l’agression lancée en décembre 2008 contre Gaza. Enfin la campagne demandant des sanctions contre Israël trouve un écho grandissant partout dans le monde…
Monsieur le Ministre, une délégation de plus de 40 organisations avait déjà été reçue par des membres de votre cabinet durant le mois d’Août au sujet de la répression à Bili’n.
Nous demandons de nouveau à vous rencontrer. Quelle intervention envisagez-vous en faveur de la libération immédiate de Abdullah Abu Rahma, des habitants de Bil’in injustement emprisonnés et plus généralement pour favoriser les pourparlers en cours pour la libération de prisonniers ?
Recevez, Monsieur le Ministre, l’expression de toutes nos salutations

Organisations signataires
AFPS (association France-Palestine solidarité),
AFRAN-SAUREL (Association de soutien aux réfugiés palestiniens du Liban
ANECR (Association nationale des élus communistes et républicains
Collectif Judéo Arabe et Citoyen pour la Paix)
CGT (Confédération générale du travail)
CPPI Saint-Denis,
Femmes en noir
Forum pour un autre monde
GAIC (Groupe d'Amitié Islamo-chrétienne)
Enseignants pour la paix
LIFPL-France
MAN (Mouvement pour une alternative non-violente)
Mouvement de la paix ,
MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples)
PCF parti communiste français
UAVJ (Une autre voix juive),
UJFP (Union juive française pour la paix)
Avec le soutien de la Plateforme des ONG pour la Palestine
PJ : Lettre envoyée à l’Ambassade d‘Israël


Ministère des affaires étrangères
37, Quai d’Orsay
75351 Paris

mercredi 20 janvier 2010

Sit-in interdit pour les victimes des intempéries

Les victimes des intempéries, victimes de l'État despotique

Par Ali Fkir, 18/1/2010
Suite à la décision prise par les victimes des intempéries et de la négligence administrative, au cours de l'assemblée générale tenue le 13 janvier 2010 au local d'ANNAHJ ADDIMOCRATI (la Voie Démocratique), la décision qui consiste à organiser un sit-in de protestation devant le wilaya du Grand Casablanca et ce, le lundi 18 janvier à partir de 14h, des centaines de citoyens et citoyennes de plusieurs quartiers populaires s'étaient dirigé-es effectivement vers la place du sit-n qu'ils n'ont pas pu atteindre. La place et les rues avoisinantes étaient quadrillées par les diverses forces de répression. On fit comprendre aux victimes que le sit-in était interdit et que l'ordre d'utiliser la matraque a été donné.
Pour éviter une confrontation sanglante où les premières victimes ne pourraient être que les femmes, les enfants et les personnes âgées, le comité de suivi a demandé aux protestataires de rejoindre le local d'ANNAHJ ADDIMOCRATI pour débattre de la situation. Le local était encerclé, mais les victimes des intempéries et de la marginalisation makhzénienne ont tenu leur assemblée générale et scandé des slogans anti-répression.
L'assemblée a:
- Condamné l'interdiction du sit-in
- Dénoncé l'arrestation du correspondant du JOURNAL HEBDOMADAIRE
- Décidé l'organisation d'un sit-in le lundi 25 janvier à la même place et à la même heure.
LA SOLIDARITE NOUS INTERPELLE
Ci-joint:
- le communiqué du "du comité de suivi" composé de 11 personnes dont 7 victimes (3 femmes et 4 hommes)

لجنة متابعة ملف سكان المدينة القديمة

بالــدار البيضــاء

بــلاغ إلــى الــرأي العــام

على إثر الجمع العام المنعقد يوم الأربعاء 13 يناير 2010 ، الذي تقرر فيه تنظيم وقفة احتجاجية يوم الاثنين 18 يناير 2010 ابتداء من الساعة الثانية عشر زوالا أمام مقر ولاية الدار البيضاء الكبرى احتجاجا على الوضعية الخطيرة و المزرية التي يعيشها سكان المدينة القديمة جراء انهيار منازلهم أو التي على وشك الإنهيار و باقي الأحياء المهمشة، و كما كان منتظرا نزلت جماهير مدينة البيضاء إلى الوقفة التي دعت إليها لجنة متابعة ملف سكان المدينة القديمة و ضمنها الجمعية المغربية لحقوق الإنسان. حضر بالموقع المحدد سكان عرصة بن سلامة و حي بوطويل و المقبرة اليهودية و أحياء أخرى من المدينة القديمة ، بالإضافة إلى سكان كريان سنطرال بالحي المحمدي و دوار السكويلة بحي البرنوصي و بعض سكان منطقتي عين السبع و دوار اولاد بوعبيد التابع لسيدي معروف .

لقد فوجئنا بإنزال أمني مكثف شرع قبل التحاق المتظاهرين في تفريق المواطنات و المواطنين و احتلال ساحة الأمم المتحدة بهدف منع هذه التظاهرة . و بعد مناقشات و مشادات بين مسؤولي رجال الأمن و منتدبين عن لجنة المتابعة و أمام الجماهير و الصحافة المكتوبة و بعض الإذاعات الوطنية ، تمحورالنقاش حول أسباب و أهداف الوقفة و شرعيتها باعتبار المنع انتهاك سافر للحقوق المدنية و السياسية و خاصة الحق في الاحتجاج و التظاهر و أنه الشفوي و غير قانوني و يكذب بالملموس الشعارات الزائفة حول"دولة الحق و القانون" و" العهد الجديد " و" المفهوم الجديد للسلطة" و " المبادرة الوطنية للتنمية البشرية" و أنه من العار أن يتمادى المسؤولين في تماطلهم و استهتارهم بالوضعية اللاإنسانية التي يعيشها المواطنات و المواطنون بحيث أصبحوا يقطنون في العراء تحت الأمطار و البرد القارس و لا تغمض جفونهم طوال الليل بسبب وضعية منازلهم الآيلة للسقوط التي تهدد حياتهم ( نموذج الطفل سعد الذي بثرت رجله و هو في الثامنة من العمر) . و لما اتضح لنا أن السلطة عازمة على استعمال العنف ضد الشيوخ و النساء و الأطفال الذين حضروا الوقفة ، و استحضارا من لجنة المتابعة بتأثير هذا العنف على الوضعية النفسية و الصحية لهذه الفئة من المواطنات و المواطنين ، تدخل منسق اللجنة و أدان منع الوقفة ووضح للمتظاهرين أن الهدف و الرسالة المتوخاة منها قد تحقق و أنه لا داعي للدخول في مواجهة مع رجال الأمن . آنذاك تم اقتراح تحويل الوقفة إلى جمع عام طارئ بمقر جريدة النهج الديمقراطي الذي كان مراقبا من طرف الأجهزة طيلة هذه الفترة


لقد عرف الجمع العام حضورا جد مكثف و حماسا نضاليا خالصا تخللته شعارات هادفة من قبيل : "تحية نضالية للجماهير الشعبية" و " بالوحدة و التضامن اللي بغيناه يكون يكون" و " سوا اليوم سوا غدا حق السكن و لا بد " و " مبادرة وهمية لا سكن لا تنمية " و "كلنا فدا فدا للجماهير الصامدة " و " شوفوا المغرب الجديد مغرب القمع و التشريد " ...
و في عرس نضالي التحمت فيه أصوات الجماهير الكادحة بالمناضلين المرتبطين بهمومها خلص الجمع العام إلى ما يلي :

1- التنديد بالمنع الذي تعرضت له الوقفة.

2- التضامن اللامشروط مع صحفي جريدة لوجورنال LE JOURNAL HEBDOMADAIRE ) ( و التنديد باعتقاله من داخل الوقفة .

3- تنظيم نفس الوقفة في نفس المكان و الزمان الأسبوع المقبل أي يوم الاثنين 25 يناير 2010 ابتداء من الساعة الثانية زوالا أمام مقر مجلس المدينة و ولاية الدار البيضاء الكبرى .

4- تكثيف التعبئة طيلة هذا الأسبوع داخل الأحياء المتضررة .

عــــن الجمــــــــــع العـــــــــــــام

حرر بالبيضاء في : 18/01/2010