Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

samedi 10 juillet 2010

De la spiruline découverte dans un lac à proximité d'El Aaiun


Un lac d’ algue de grande valeur nutritive découvert au Sahara Occidental occupé
 Par Amis du Peuple du Sahara Occidental, 9/7/2010
Un organisme microscopique vieux de 3 milliards d'années pourrait être le dernier soutien de l’occupation marocaine. Une nouvelle ressource naturelle don de vie vient d’être découverte dans les territoires occupés du Sahara Occidental.
L’algue appelée spiruline existe depuis qu’il y a de la vie sur terre. C’est une algue très concentrée en nutriments, composée de 60 à 70 % de protéines et très riche en vitamines, calcium, magnésium et en fer assimilable. Elle contient également des nutriments rares dans l’alimentation stimulant les défenses immunitaires. C’est un complément alimentaire capable de rééquilibrer un régime alimentaire peu varié, et très utile lors des problèmes de malnutrition et de maladie comme le sida. Elle est cultivée artificiellement avec des coûts encore trop importants du fait des éléments nécessaires à recréer ses conditions naturelles.
Ce lac naturel de spiruline découvert à proximité de El Aaiun au Sahara Occidental occupé est par lui-même un phénomène exceptionnel. Les principaux espaces naturels de spiruline au monde sont le lac Tchad, le lac du cratère de Lonar en Inde et le lac Texcoco au Mexique.
Selon les informations recueillies par APSO, des échantillons sont en cours d’analyse dans les laboratoires français.
Si sa qualité se révèle à la hauteur des espérances des chercheurs et scientifiques du CNRST qui l’ont étudiée, cet organisme pourrait être très important pour les Sahraouis souffrant de carence alimentaire. Une étude santé de 2008 montre qu’un enfant Sahraoui sur 5 vivant dans les campements de réfugiés en Algérie est dans un état de malnutrition.
Néanmoins, les propriétaires légitimes de cet aliment généreux, ne pourront pas en bénéficier. Ils vivent en exil, alors que la ressource se trouve dans la partie du territoire que le Maroc occupe. Les propriétaires de la terre sur laquelle la spiruline a été découverte ont été chassés de leur territoire en 1975, quand le Maroc a envahi le pays sous la condamnation des Nations Unies.
De façon similaire, le Maroc exploite déjà la riche ressource en poisson au large du Sahara Occidental, en vendant des permis de pêche aux gouvernements étrangers. Aucun des bénéfices, ni aucun de ces poissons ne finissent sur la table du peuple Sahraoui.
Sources : Chercheurs français d’APSO, Spirumanne (http://spirumanne.com), Spiruline Solidaire, http://www.lavieeco.com.
Nota : pour les autres ressources naturelles voir www.wsrw.org, www.fishelsewhere.eu
Photo : APSO

Arrêt de l'envoi des déchets nucléaires en Russie

Par Greenpeace, 9/7/2010
Aujourd’hui, 9 juillet 2010, Areva arrête officiellement d’envoyer des déchets nucléaires en Russie ! Le trafic de déchets radioactifs durait depuis 1972…
Greenpeace a mis fin à 38 ans de transports de déchets nucléaires français vers la Russie !
Greenpeace a découvert qu’Areva va prématurément cesser d’exporter ses déchets nucléaires en Russie. Alors que le contrat qui unit Areva et l’agence atomique russe Rosatom devait prendre fin en 2014 (1), les Russes ont décidé de rompre dès le 11 juillet prochain cette collaboration qui dure depuis 1972 ! (...)

Un scandale révélé par Greenpeace
Depuis les années 1980, Greenpeace dénonce les exportations de déchets nucléaires en Russie. En octobre 2009, la diffusion de l’enquête de Laure Noualhat et Éric Guéret, « Déchets : le cauchemar du nucléaire » relance la polémique. N’obtenant aucune explication satisfaisante de la part d’Areva, le ministre de l’Écologie et de l’Énergie saisit le Haut comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire qui ouvre une enquête. Prévus pour janvier 2010, les résultats devraient être rendus publics d’ici la fin du mois de juin. Plus de détails ici : http://bit.ly/d7ynKp
Les mensonges d’Areva…
Tout au long de cette bataille, Areva n’a cessé de mentir pour essayer de justifier ces exportations. Aujourd’hui l’industriel essaie de faire croire que l’arrêt des exportations était prévu de longue date… La journaliste de Rue89 qui a réalisé une enquête complète sur cette affaire a eu bien des difficultés pour obtenir des réponses. Son article sur le sujet est visible ici : http://bit.ly/cUrXJy
Un scandale qui s’arrête, une bonne nouvelle !
Greenpeace considère qu’exporter ces déchets en Russie est contraire à loi russe sur la protection de l’environnement datant de 1989 qui interdit les importations de déchets nucléaires. Mais aussi à la directive européenne de 2006, relative à la surveillance et au contrôle des transferts de déchets radioactifs et de combustible nucléaire usé (4).
Ce texte stipule que l’expéditeur de déchets nucléaires doit s’assurer des bonnes conditions de sûreté dans lesquelles ils vont être disposés dans le pays dans lequel il les envoie. Aujourd’hui, ni Areva, ni EDF, ni même les autorités françaises ne sont en mesure de contrôler les conditions de sûreté en Russie, comme l’a confirmé l’Autorité de sûreté nucléaire française (ASN). Greenpeace a donc porté plainte devant la Commission européenne car, en expédiant leurs déchets nucléaires en Russie, les industriels français ne respectent pas cette directive.
(1) voir lettre du ministre russe de l’énergie http://bit.ly/cYCz7u
(2) http://bit.ly/cOAWGz, dernier paragraphe page 14
(3) www.greenpeace.fr/rapport-dechets-russie
(4) à consulter sur http://bit.ly/bDkIo9

vendredi 9 juillet 2010

Miguel Ángel Moratinos ou l’hypocrisie de la diplomatie espagnole


par Miquel Cartró , 9/7/2010. Traduit par Fausto Giudice, Tlaxcala 
Original català: Miguel Ángel Moratinos, hipocresia diplomàtica espanyola
Ces jours-ci, Miguel Ángel Moratinos, ministre des Affaires étrangères de l’État espagnol, se rend à Cuba afin d’obtenir la libération des prisonniers politiques ou de conscience cubains. Moratinos apparait comme un ange médiateur entre l'Église cubaine - porte-parole de l'opposition interne au régime cubain - et Raúl Castro, et nous pouvons voir sa contrition devant la grève de la faim du dissident Guillermo Fariñas. Miguel Ángel Moratinos montre alors un visage humanitaire, sensibles aux droits humains, civiques, politiques et aux valeurs démocratiques. Un visage qui, si l’on regarde le parcours du ministre, est la face d'une fausse pièce, le gouvernement espagnol.
On pourrait être d'accord avec l'objectif de la visite à Cuba, mais, dans le mouvement de solidarité avec le peuple sahraoui nous savons le mépris que Miguel Ángel Moratinos et le gouvernement de Zapatero ont montré pour le peuple sahraoui. Le chef de la diplomatie espagnole n'a jamais pris la défense des militants des droits humains sahraouis détenus, torturés, emprisonnés ou qui ont disparu par l'action des forces d'occupation marocaines. Miguel Ángel Moratinos et le gouvernement de Zapatero ne condamnent pas le régime marocain, responsable de la poursuite des violations des droits humains au Sahara occidental. Le gouvernement de l'État espagnol considère le Maroc comme un pays ami, auquel il vend des armes, avec lequel il spolie le Sahara occidental de ses ressources naturelles, avec lequel il partage des intérêts économiques et stratégiques en tous genres.  Le gouvernement de l'État espagnol a décoré les plus hauts responsables militaires marocains accusés de génocide et récemment, il a organisé un sommet européen de coopération avec le Maroc. Comment pouvons-nous croire les bonnes intentions de M. Moratinos envers Cuba, alors qu’il partage une table avec le Maroc? Quelles valeurs démocratiques ou de droits humains Moratinos exige-t-il de Cuba? Il prône l’exemple du régime alaouite ? Il prône l’exemple des prisonniers et disparus sahraouis? Il donne en exemple sa non-médiation pour les prisonniers sahraouis en grève de la faim? La diplomatie espagnole a un nom et tout le monde le sait: l'hypocrisie.

La Plataforma por un Referéndum para el Sahara Occidental de Tenerife convoca una gran manifestación para el sábado 10 de julio

por  Servicio de Comunicación Saharaui en Canarias (SCSC), 9/7/2010

     Foto de la manifestación celebrada el año pasado

    La marcha recorrerá las principales calles de Santa Cruz de Tenerife y saldrá de la Plaza Weyler a las 11,30 de la mañana
    Santa Cruz de Tenerife.- La Plataforma por un Referéndum para el Sahara Occidental de Tenerife, compuesta por los 4 sindicatos mayoritarios de la provincia, partidos, ONGs, comités locales de ayuda al pueblo saharaui de toda la Isla , organizaciones juveniles y la Asociación de Amistad con el Pueblo Saharaui, ha convocado una manifestación que tendrá lugar mañana sábado día 10, desde las 11,30 horas en Santa Cruz de Tenerife.
    La manifestación, que partirá de la Plaza Weyler de la capital tinerfeña para recorrer las calles principales de la localidad hasta la emblemática Plaza de La Candelaria y a su conclusión se leerá un manifiesto elaborado por la Plataforma para la ocasión en el que se condenará “la brutal  represión que ejerce Marruecos contra los civiles saharauis”, se pedirá de nuevo la celebración de un referéndum para que el pueblo saharaui decida su futuro y se exigirá que se detenga la explotación de los recursos saharauis tal y como exigen los dictámenes de Naciones Unidas al respecto.
    En la marcha, participarán también más de 100 de los 157 niños saharauis de los campamentos de refugiados de Tinduf (Argelia) que pasan el verano acogidos en familias de la provincia. Los niños exhibirán lemas y mensajes dirigidos a los niños del mundo solicitando su ayuda para poder regresar a una patria que ni conocen ya que su pueblo vive el exilio desde hace 34 años. Los pequeños también exigirán que cese la ola de violencia y detenciones contra sus hermanos y primos, niños también, del Sahara ocupado, la paz y que se evite la vuelta a la guerra con Marruecos.(SCSC)

La France délocalise-t-elle la torture de ses présumés terroristes ?

Par Human Rights Watch, 09.07.2010
La France et la torture
La France délocalise-t-elle la torture de ses présumés terroristes comme les Américains dans des États totalitaires ?… C’est l’organisation de défense des droits de l’homme, Human Rights Watch qui l’affirme. Selon l’ONG, la France comme l’Angleterre et l’Allemagne, utiliserait des informations obtenues sous la torture pratiquée par des services de renseignements étrangers. 
Le rapport de HRW cite notamment le cas d’un Algérien résidant en France, Mohamed Benyamina. En septembre 2005 Benyamina est interpellé à l’aéroport d’Alger, alors qu'il s'apprête à embarquer pour Paris. Selon son avocat, les policiers algériens lui expliquent qu'ils agissent en vertu d'un mandat d'arrêt délivré par la justice française. Ensuite Benyamina disparaît dans les geôles secrètes de la DRS, les services secrets algériens. Et sa famille restera sans nouvelles pendant près de six mois. Sous la torture, l’Algérien « dénonce » deux autre hommes, Nieto et Hadoux qui passent un an en détention provisoire avant d’être remis en liberté quand Benyamina reviendra sur ses déclarations dès sa comparution devant un juge algérien…
Dans les affaires de terrorisme, la coopération avec des États qui pratiquent la torture est elle justifiable ? Contrairement aux systèmes anglo-axons, le système judiciaire français accepte tous les éléments d'information, même s'ils proviennent d'interrogatoires menés dans des pays accusés par les organisations de défense des droits de l'homme de pratiquer la torture, sauf s'il est « démontré » qu'ils ont été obtenus par la torture. La France coopère dans l'antiterrorisme et le renseignement avec des pays comme le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, la Syrie. « On ne peut pas exclure une coopération au seul prétexte que le bilan de ces pays en matière des droits de l'homme est largement critiqué » a expliqué l'ancien juge d'instruction Jean-Louis Bruguière au journal le Monde…

Témoignage du combat d'une victime contre les antennes de téléphonie mobile

Les combats de James Collet
Par Véronique Parayre, l'Indépendant d'Argelès, 1/7/2010
Candidat aux cantonales de 2004 puis aux municipales en 2008, ce kiné-ostéopathe atteint d'un cancer généralisé lutte contre la mort. Préparé au pire, épaulé par sa soeur Krysthel, il évoque ses combats contre les antennes, pour le don d'organe.
SAINT-GENIS-DES-FONTAINES Il y a quelques jours, à l'agence de l'Indépendant d'Argelès nous recevions un mail intitulé : "le dernier message de James Collet". En quelques phrases, l'ancien kiné de Saint-Genis décrivait son état "dans le rouge", avec un ultime traitement et une chance infime de s'en sortir. Hospitalisé dans un service spécialisé à Marseille, c'est par l'intermédiaire de sa soeur Krysthel que James a accepté, avec fierté et courage, de répondre à nos questions. 
James, quand et comment s'est déclarée la maladie ?
C'était le 13 décembre 2008, foudroyant ! Tout a commencé avec des symptômes sur des organes périphériques : rate, plèvre, mediastin, amygdales, rhynopharynx et moelle osseuse. Dans mon cas, les symptômes étaient très particuliers car la tumeur médiastinale, située entre les deux poumons, me comprimait le coeur, la veine cave supérieure et l'artère aorte, il y avait urgence médicale. 
Selon vous, il y a des éléments troublants, quels sont-ils ? 
J'avais une hygiène de vie très stricte sur le plan alimentaire et physique (course à pied, marathon, VTT...). J'ai toujours été un gros consommateur de téléphonie mobile et j'étais exposé 12 h sur 24 h, sur mon lieu de travail à des champs électro magnétiques supérieurs à 1 voltmètre. Les antennes de différents opérateurs de téléphonie mobile étaient implantées à 50 m de mon lieu de travail à Saint-Genis-des-Fontaines.
Pensez-vous vraiment que ces antennes sont à l'origine de votre maladie ? 
 L'origine des leucémies n'est pas clairement définie, mais l'exposition à des radiations ionisantes et électromagnétiques, ainsi qu'aux pesticides, sont mis en cause par de nombreux experts indépendants comme le professeur Belpomme, président de l'Association de recherche sur les thérapies anti cancéreuses. La chose la plus troublante c'est que nous sommes plusieurs voisins très proches des antennes, à être atteints ou décédés, exactement de la même pathologie cancéreuse. Dans ma rue, une voisine a déclenché un cancer du sein, dans la maison à côté du centre médical, les trois occupants ont fait une leucémie, deux d'entre eux sont aujourd'hui décédés. Et nous avons relevé une vingtaine de cancers dans le périmètre de ces antennes. Troublant, non ! 
Vous avez assisté l'été dernier à une réunion publique contre l'installation d'une antenne de téléphonie mobile à Montesquieu, votre témoignage a été bouleversant, pourtant les opposants à ce projet ont perdu devant la justice, qu'en pensez-vous ? Aujourd'hui les règles d'installation des antennes relais de téléphonie mobile sont conformes à des données qui n'ont jamais été scientifiquement démontrées. Certaines antennes émettent jusqu'à 51 V/m (ndlr de Next-up organisation : légalement les antennes relais peuvent émettre à 61 V/m en UMTS soit 10 000 000 μW/m² suivant le décret 2002-775, cette valeur extravagante et folle qui est létale n’est évidemment jamais atteinte, néanmoins elle est opposable en droit, elle sert surtout à rassurer la population et les Maires puisque les mesures dites officielles sont immuablement très inférieures. L’essentiel étant qu’elles permettent de débouter la quasi-totalité des actions en justice intentées par les riverains, c’est "un mécanisme bien huilé" qui fonctionne à merveille depuis des années, c’est l’arme absolue des opérateurs. Ceux qui cautionnent de façons actives ou passives par leurs extériorisations ces normes dans le cadre de leurs responsabilités devront rendre des comptes à la justice des hommes, à juste titre nous considérons que ce sont des criminels, Roselyne Bachelot Ministre de la santé incluse) alors que tous les experts indépendants et notamment le rapport américain "BioInitiative" préconisent un maximum d'exposition à 0.6 volts / mètre. C'est pourquoi, avec l'Association pour une réglementation sur l'implantation des antennes de téléphonie mobile, nous réclamons des pouvoirs publics qu'ils appliquent le plus rapidement possible le principe de précaution pour tous. Surtout pour les enfants, avec interdiction d'installer des antennes près des écoles. Les leucémies chez les enfants sont en pleine explosion.  
Aujourd'hui, avec votre énergie exceptionnelle, un second combat est engagé : celui du don de moelle osseuse ?
Pour mon combat personnel je sais que la partie sera très difficile, j'ai le courage, la Foi, les meilleurs spécialistes me suivent mais je sais que cela ne servira à rien si on ne trouve pas de donneur de moelle osseuse compatible. Il faut savoir qu'aujourd'hui ce don de moelle osseuse, comme le don du sang, est indispensable dans les maladies hématologiques pour maintenir en vie les malades, voire les guérir définitivement. La demande a explosé ces 10 dernières années, également chez les enfants, tout le monde aujourd'hui doit savoir qu'il peut, sur simple décision personnelle, sauver une personne. Pour cela, il faut prendre contact avec l'hôpital ou le centre de transfusion sanguine ou demander conseil à son médecin traitant.
A la veille d'une nouvelle échéance pour vous quels messages souhaitez-vous faire passer ? 
Nous sommes en train de faire de ce paradis qu'est notre environnement, notre propre enfer. Nous avons perturbé les équilibres de la vie, aujourd'hui, nous sommes des millions confrontés au cancer. Il est plus qu'urgent de réagir et de rétablir les équilibres, faire enfin preuve de bon sens et d'empathie. Le problème est à la fois de santé publique, mais également social, économique et politique. 
Où puisez-vous cette force... pour la vie ?
La vie est un cadeau, elle est merveilleuse et personne n'a le droit, même dans les moments les plus difficiles, de renoncer. La force que l'on trouve en soi, est consolidée par toutes les pensées et les prières de ceux qui nous soutiennent et qui tissent tous les jours un cocon protecteur et rassurant autour des malades.
Pour conclure ? 
Je ne sais pas où je serai demain mais je voudrais que la vie soit une priorité, que les principes de précaution s'appliquent systématiquement le temps de démontrer scientifiquement les choses. Je remercie toutes les personnes qui comprennent ce message et qui se chargeront de le transmettre. Je veux dire à mes enfants que je suis en eux pour l'Eternité, que la vie est belle quand on en défend les valeurs.
Source :  Midi Libre

jeudi 8 juillet 2010

Droits de l'Homme au Sahara occidental : 526 Sahraouis portés disparus


Par Wassim Benrabah, la tribune des Lecteurs, 8/7/2010
Dans un rapport de 17 pages publié à l'occasion de la journée mondiale contre la torture, le Bureau exécutif du Collectif des défenseurs sahraouis des droits de l'Homme (CODESA) demande au Maroc une enquête indépendante sur la torture qu'auraient subie des détenus civils et d'opinions sahraouis dans ses prisons. Le Maroc est appelé à réactiver les plaintes déposées par ces derniers devant ses tribunaux. Enfin, d'après le rapport, il est question d'indemniser ces victimes, juger et arrêter les tortionnaires, selon les critères internationaux.
Des Nations unies, ledit Bureau attend qu'elles diligentent une enquête sur les pratiques tortionnaires qu'auraient subies des Sahraouis dans des lieux marocains de détentions sécrètes. Il souhaite, en plus, une autre visite du Haut commissariat de l'ONU des droits de l'Homme au Sahara occidental, afin de constater les violations marocaines de ces droits à l'encontre de civils sahraouis. L'ONU, selon toujours le rapport, est sollicitée pour mettre en place un dispositif dans la région qui protégerait les civils sahraouis. Elle est, aussi, invitée à faire pression pour que la torture soit criminalisée dans la procédure pénale marocaine.
Le 26 juin 2010, c'était la date marquant la commémoration de la Journée mondiale contre la torture et la solidarité envers ses victimes. Une journée où les organismes et ONG humanitaires, ainsi que la société civile profitent pour condamner, encore, la pratique tortionnaire dans la plupart des pays. Lesquels devraient, pourtant, redoubler d'efforts pour punir les responsables de violations de la dignité humaine, quelle que soit leur fonction, conformément aux résolutions de l'ONU relatives à la lutte contre la torture.
Cependant, constate le rapport, malgré la mobilisation des acteurs contre la torture, cela n'aurait pas empêché le Maroc, sa police et son armée de maltraiter des civils du Sahara occidental, annexé par le Maroc depuis le 31 octobre 1975.
Par contre, le Maroc, à partir de cette date, mène une vaste campagne d'enlèvements de civils dans des villes du Sahara occidental et du sud du Maroc. Conséquences : 526 citoyens sahraouis seraient, aujourd'hui, portés disparus et 50 autres devenus martyrs. En plus, des centaines de Sahraouis seraient victimes de tortures, autant sur le plan psychologique que corporel, dans des commissariats de police marocains. Des Sahraouis seraient aussi séquestrés, par le Maroc, dans des lieux de détention secrète. Des pratiques qui auraient, aujourd'hui, engendré des pertes de fécondité, de privations de droits, de liberté de circulation et d'enseignement chez le Sahraouis, d'après le rapport.
Étalant des exemples plus précis, le rapport rappelle le cas de Hammadi Lembarky. Un jeune Sahraoui qui aurait été publiquement torturé à mort, le 30 octobre 2005, par les autorités marocaines. Un assassinat dont les auteurs verraient leur peine réduite par la cour d'appel marocaine de dix (10) à deux (2) ans de prison ferme, malgré le flux de témoins.
Il y a, aussi, le cas de Sidi Mohamed Daddache, qui aurait été interpellé, puis condamné à mort devant un tribunal militaire de Rabat. Il serait, ensuite, transféré dans la prison centrale de Khouneïtira, où il aurait subi 14 ans de tortures. Sidi Mohamed Daddache, condamné donc à mort en 1994, aurait, après, eu sa peine remise en perpétuité avant d'être libéré en novembre 2001. Depuis lors, le jeune Sidi porte les séquelles de 23 années de torture.
Un autre exemple, celui de 17 jeunes Sahraouis qui auraient été interpellés en mai 2005, à El Aâyoune, au Sahara occidental. Ces jeunes auraient vécu 72 heures de supplices dans un commissariat marocain, avant d'être jugés, puis infligés des peines allant de 4 à 20 ans de prison ferme.
Encore, des jeunes universitaires, des enfants et des femmes, tous Sahraouis, auraient été torturés pendant 15 jours à 6 mois par le Maroc avant d'être arbitrairement jugés et emprisonnés à des peines allant jusqu'à 5 ans de prison ferme.
Par cette terreur, le rapport indique que le Maroc voudrait obliger les civils sahraouis à se démarquer des organisations secrètes du Front Polisario, qui luttent pour l'indépendance du Sahara occidental. Quant aux Sahraouis rescapés de cesdites tortures, ils imputent la responsabilité aux services secrets, à la police, à la gendarmerie, à l'armée, et aux paramilitaires du Royaume. Ces tortionnaires recevraient d'ailleurs des ordres directs du ministre marocain de l'Intérieur. Celui-ci, d'après le rapport, contribuerait, dans la terreur et menaces de mort, aux opérations d'enlèvement et d'humiliation de citoyens sahraouis depuis des années.
Pire encore, ces violations, le Maroc les commettait sous l'œil de l'ONU, présente au Sahara occidental, depuis 1991, dans le cadre de l'organisation du référendum d'autodétermination de la région.
Ces violations seraient aussi commises, en dépit des manifestations pacifiques enclenchées au Sahara occidental, depuis mai 2005, en faveur de l'autodétermination.
D'ailleurs, elles (les manifestations) auraient radicalisé les autorités marocaines. Ainsi, des policiers marocains en uniforme ou en tenue civile perquisitionneraient les domiciles de Sahraouis. Lesquels continueraient à subir arrestations et enlèvements, même dans des services d'urgence de l'hôpital Hassan Ben Mehdi d'El Aâyoune.
En plus, le Maroc poursuit la confiscation de documents civiques de militants sahraouis de Droits de l'Homme. Il aurait même expulsé El Mamy Ammar Salem, un Sahraoui, vers la Mauritanie.
Le rapport dresse une liste de plus de 25 formes de tortures que les autorités marocaines pratiqueraient contre des détenus sahraouis. On a eu note le fait d'éteindre la cigarette sur des parties sensibles du corps, défigurer le visage par des objets tranchants, dresser des chiens contre les détenus, parfois nus, tremper leur tête dans de l'eau, et entre autres.
Le rapport déballe une autre liste exhaustive de personnalités marocaines, civiles et militaires qui seraient derrière ces pratiques tortionnaires.
Malheureusement, le rapport déplore que seul un nombre infime parmi les centaines de plaintes déposées par les victimes aurait atterri sur la table du Parquet général marocain. Et même ce nombre insignifiant n'aurait que peu de chance pour aboutir. Car, souligne-t-il, la justice marocaine prétend douter de l'existence de tortures en garde à vue dans les commissariats marocains et n'aurait pas reconnu que les services secrets marocains commanditeraient des enlèvements de Sahraouis.
A noter que le rapport, publié en arabe, illustre, en images parfois choquantes, des personnes présentées comme Sahraouies, exposant des traces de tortures sur différentes parties de leur corps.

Pétition pour un étudiant marocain, Moussa Lamdaour, mis en rétention

Un étudiant marocain, Moussa LAMDAOUR, inscrit, a Paris 7, dans le  L3 de Mathematiques appliquées , a ete interpelllé , vendredi 2 juillet, et placé en centre de rétention  a GEISPOLSHEIN, près de Strasbourg. Il s'etait rendu en Alsace pour passer un entretien dans une école d'ingénieurs (ENSISA, Mulhouse). Il est admissible dans cette école et cet entretien comptait pour l'admission.
Venu en France en 2009 avec le projet de passer Polytechnique, ou il n'a pas été reçu, il a poursuivi le L3 de Paris 7 et passé différents concours d'écoles d'ingénieurs ou il a étéadmissible. S'il était en liberté, il pourrait passer d'autres entretiens d'admission dans ces écoles .
Il a fait l'objet d'une obligation de quitter le territoire (OQTF) qu'il dit ne pas avoir reçue quand elle  a été émise et il n'a donc pas pu introduire un recours devant le tribunal administratif (le délai est d'un mois).
Sa mise en rétention le met sous la menace d'une expulsion qui pourrait être imminente.
Nous demandons la libération de Moussa LAMDAOUR  et l'annulation de son OQTF afin qu'il puisse introduire une nouvelle demande de visa et ou de titre de séjour étudiant et avoir le droit de continuer ses études, bien entamées, en France.
Une pétition a été mise en ligne (adressée entre autres au préfet du Cher qui a émis l'OQTF)

Ait Aziz Said Ouhaddou, défenseur des cèdres du Moyen Atlas, innocenté

Par Ali Fkir, 8/7/2010
Le paysan Aït Ouziz Saïd Ou Haddou  poursuivi en "justice" pour avoir dénoncé la mafia responsable de la déforestation ( détruisant notamment la cédraie, la fierté de la population du Moyen Atlas) vient d'être innocenté par le tribunal de la ville de Midelt.
Grâce au courage de ce paysan amazigh, grâce à la courageuse section de Khénifra de l'AMDH, qui a su tenir hissé l'étendard de la lutte contre les abus et autres injustices, qui a défendu les victimes de l'arbitraire (rappelons l'épopée de la résistance contre la terrible tante maternelle du roi qui a tout fait pour consolider sa mainmise sur la région en exploitant son titre de "princesse"), grâce à tout cela, l'affaire de la cédraie du Moyen Atlas a eu des échos à l'étranger ( France 24, Al jazeera...),
Félicitation Saïd Ou Haddou, militant de l'AMDH
Félicitations AMDH, section Khénifra


--- En date de : Jeu 8.7.10, aziz akkaoui a écrit :


تبرئة المناضل أيت اعزيز اسعيد أوحدو
توصل المناضل أيت اعزيز اسعيد اوحدو مناضل الجمعية المغربية لحقوق الانسان فرع خنيفرة – اللجة المحلية بأيت احنيني- باستدعاء من السيد نائب وكيل الملك يوم الثلاثاء 06 يوليوز 2010 بميدلت ليخبره وهو بصحبة مناضلين آخرين من فرع خنيفرة للجمعية بأنه وبأمر من السيد وزير العدل قد تم إسقاط المتابعة في حقه بتهمة المقدسات وأخبره أنه يعلم عن انتمائه للجمعية المغربية لحقوق الانسان ودفاعه عن شجرة الأرز خصوصا و الثروة الغابوية عموما وأنه سيتوصل بكتاب بخصوص إسقاط المتابعة .
وللتذكير فالمناضل ايت اعزيز اسعيد أوحدوا هو فلاح أمازيغي مناضل بالجمعية المغربية لحقوق الانسان يتكلم اللغة الأمازيغية فقط وقرر أن يجعل من الدفاع عن الأرز ضد المافيا المتعددة الرؤوس هما له رغم كل التهديدات والاغراءات التي تلقاها وكان آخرها محاولة الزج به في السجن بشكاية كيدية – المس بالمقدسات –
ايت اعزيز اسعيد أوحدو أصبح أيقونة النضال ضد المافيا الغابوية
أجرى حوارات بهذ الخصوص مع قنوات الجزيرة – فرانس 24 – ومستقبلا مع راديو ألمانيا والقناة التانية الفرنسية علاوة على مجموعة من الجرائد ومنها "تيل كيل"
فهنيئا للجمعية المغربية لحقوق الانسان وفرعها بخنيفرة على هذا الانتصار الجديد

Ait Aziz said Oihaddou innocenté
Le militant amazigh de l’AMDH khenifra, notre camarade Ait Aziz said Ouhaddou a été convoqué par le substitut du procureur à Midelt le mardi 06 juillet 2010 pour l’informer que les poursuites contre lui pour atteintes aux valeurs sacrées sont tombées par instructions du
Ministre de la justice 
Le militant Ait Aziz est devenu l’icône de la lutte de la mafia du cèdre
Il été interviewé à ce sujet par des chaines internationales « al jazeera » « France 24 »
Et d’autres organes de presse dont « telquel »
Par ailleurs ,la radio allemande ARD et France 2 préparent des reportages à ce sujet
Bravo AMDH pour cette nouvelle victoire
La lutte continue !

L’enseignement au Maroc : Un secteur noyé dans ses réformes


Beaucoup d’encre a coulé à propos d’un domaine stratégique qu’on traite avec une légèreté inadmissible. Les lois du marché d’un côté,la privatisation, la lourdeur administrative, l’irresponsabilité,les protocoles vides de tout sens, le mensonge, tout ces facteurs sont autant de boulets choisis pour lester le cadavre, afin qu’il ne refasse plus surface et pour que les requins se partagent sa dépouille morbide au fond de l’océan de l’ignorance où il s’enfonce un peu plus chaque jour...
L’enseignement est incontournable, c’est grâce à lui qu’on prépare les compétences de l’avenir et forme les élites dirigeantes de la nation.Son échec est synonyme de déchéance de tous les autres secteurs qui déterminent le développement.
Au Maroc il serait indéniable que tout le monde s’accorde sur le fait que notre institution scolaire est défectueuse quelque part,la meilleure preuve est le plan d’urgence instauré pour sauver ce qui peut encore l’être.La multiplication des réformes et des directives et des commissions qui se sont succédé depuis l’indépendance n’ont jamais réussi à remettre la motrice sur la bonne voie.
En 1957 c’est la formation de la haute commission à l’enseignement,suivie en 58 de la commission royale de réforme de l’enseignement.En 59 c’est le conseil suprême de l’enseignement,puis c’est le symposium de Maâmora en 64.Le projet Benhima en 67, les deux conférences d’Ifrane en 70 et 80 ,la commission nationale de l’enseignement en 94,la commission royale de l’éducation et de la formation 99,la commission spéciale de l’éducation et de la formation,et enfin le plan d’urgence 2009-2012.Une quantité énorme de travail qui n’a pas réussi à débusquer la pierre du Graal de l’enseignement Marocain. Pourquoi ?
Parce que à chaque fois qu’une réforme est entreprise,nonobstant ses soubassements théoriques et idéologiques,les véritables acteurs de l’opération ,la pierre de voûte sans laquelle l’édifice ne pourrait tenir,n’a jamais fait l’objet d’aucune consultation,ni d’aucune mise à niveau théorique .Tout ce que l’administration entreprend pour mettre l’enseignant dans le bain de sa nouvelle réforme consiste souvent à charger un inspecteur d’improviser une rencontre de deux jours où il leur parle de choses que lui même ignore et se limite à lire des explications en arabe ,pour des enseignants de français.
Voilà comment,durant un quart de siècle ,depuis 1985,se sont passées les multiples réformes de l’enseignement sur le terrain.La pédagogie par objectifs,qui a longtemps été la bible du ministère a été abandonnée ,sans évaluation de pertinence au profit de la pédagogie du projet ,puis par l’approche par les compétences,avant qu’on n’entende un nouveau discours sur la pédagogie de l’intégration,considérée peut-être comme le remède,vu la paronymie,contre l’intégrisme naissant.Oui pour l’intégration mais pas dans un système de valeurs étranger, sachant que sur le plan académique toutes ces approches se rejoignent ,se recoupent et se complètent et sont unanimement décriées dans leur terre d’origine où elles sont réellement mises à l’épreuve.Que dire alors de leur efficacité pour des élèves culturellement et psychologiquement différents.Mais personne n’a jamais pris la peine d’éclairer les enseignants,censés appliquer ces approches,sur leurs avantages et leurs défauts et la raison de leur abandon.Non personne et les rares qui se cultivent dans ce domaine gardent leurs impressions loin de l’accès des autres.Personne dans un domaine aussi sensible ne veut partager ses connaissances ni ses expériences , après l’on criera tous à l’échec de l’enseignement.
Les décideurs en matière de politique pédagogique se placent au dessus de la mêlée et se croient intouchables ,alors que leurs erreurs successives touchent justement un nombre toujours croissant de nos enfants.A ce propos on tient un discours totalement paradoxal .C’est que d’un côté (officiel)l’on ne cesse de crier à hue et à dia l’attachement au principe de la décentralisation,qui consiste à accorder aux institutions scolaires plus d’autonomies dans la prise de décision ,alors que la réalité est tout à fait autre.Partout au Maroc tout le monde vous confirmera qu’aucun directeur d’établissement n’est capable de prendre la moindre petite décision au profit de "son" établissement,sans l’avis préalable de la hiérarchie supérieure.Eh bien qui osera encore parler de décentralisation et d’autre clichés bon seulement pour la consommation extérieure ?Et pour masquer le manque de vision projective et prospective de l’avenir qui caractérise les différentes réformes passées ,les responsables accusent les enseignants essentiellement de laxisme et cherchent à les surcharger de travail .
Comme si ce pauvre corps enseignant n’est pas déjà assez saigné ,voilà qu’il sert de bouc émissaire et de victime exutoire à sacrifier devant l’autel de la réussite pour qu’elle daigne illuminer les têtes noires de nos petits écoliers ,et s’il lui en reste de nos universitaires aussi. Pire encore ils profitent de la moindre bavure pour resserrer l’étau sur le cou de cette catégorie de fonctionnaires de l’État qui ,somme toute travaillent plus que tous les autres employés des autres secteurs réunis.La moindre infiltration de sujets d’épreuves est imputée à l’enseignant avant l’enquête,l’indiscrétion du moindre agent d’exécution est prise comme prétexte pour prendre des mesure contre tous les fonctionnaires.Ceci est visible lors des examens où un air de suspicion est volontairement installé vis à vis des enseignants,même et surtout lors de leur séance de surveillance . Après l’on s’inquiétera de ce que les élèves n’accordent que peu de respect à leurs profs,un respect que personne ne lui témoigne ,à commencer par l’organisme avec le quel il s’est engagé à vie.
Il est désolant de voir qu’une administration qui ne cesse de parachuter ses directives,ses notes et ses instructions de toutes sortes concernant la P.P.O,la pédagogie projective et tout le barda des théories importées stylo en main ;toute cette administration verticale n’use jamais, elle, de démarche projective ,ni n’entreprend de véritables études sur l’environnement social de l’élève qu’elle vise par ses réformes.La preuve c’est que l’improvisation est la maîtresse incontestée dans la gestion du secteur.L’urgence n’est que sur les papiers,alors que nous sommes aujourd’hui le 28 septembre ,15 jours après la rentrée officielle et encore rien,pire la rentrée scolaire n’a jamais été aussi en retard qu’en cette année des urgences.On a une forte impression que l’enseignement est malheureusement traité comme le parent pauvre de l’État,qui veut s’en débarrasser graduellement en l’ouvrant au marché privé encore plus qu’il ne l’est actuellement .Ceci dans la logique d’une recherche de la solution la plus simple,et pas toujours la plus efficace,du moment que ce secteur est jugé trop coûteux pour le budget étatique ,sachant que l’État ne le subventionne qu’à hauteur de 51%.
Une opération de bradage aggravée par une stratégie de la terre brûlée qui consiste à détruire les assises de l’enseignement public pour accélérer sa déchéance .Au mieux garder un certain pourcentage d’établissements vraiment incassables pour s’en servir dans la quête des subventions étrangères de moins en moins généreuses. Ceci sans cesser de faire le jeu des institutions et des firmes étrangères qui œuvrent par tous les moyens à déstabiliser les institutions éducatives pour avoir accès aux cerveaux des jeunes et les exploiter au profit d’une idéologie et d’un agenda qui leur est propre .

Pétition adressée par des citoyens marocains à Hillary Clinton, pour le respect de la liberté de culte et de conscience.

Par Zineb El Rhazoui,5/7/2010
Voici une pétition adressée par un groupe de Marocains à Hillary Clinton, au sujet de la liberté de culte et de conscience au Maroc. Elle est rédigée en deux langues : arabe et anglais. Prière de bien lire le texte avant de signer. Les non Marocains sont priés de ne pas signer, mais leur soutien est le bienvenu. Ils peuvent établir une pétition parallèle pour exprimer leur soutien à cette initiative. Prière de diffuser auprès de tous ceux qui rêvent d'un Maroc qui respecte la diversité religieuse, pour un Maroc laïc.

http://www.libertymorocco.info/
مغاربة من أجل الحريات الدينية والمدنية
عريضة إلى الخارجية الأمريكية في موضوع الحريات الدينية والمدنية بالمغرب
إلى وزيرة خارجية الولايات المتحدة الأمريكية،
السيدة هيلاري رودهام كلينتون.
حضرة الوزيرة:
بمناسبة كشف الرئيس أوباما مؤخرا عن تقرير الأمن القومي لسنة 2010، و بمناسبة إصدار وزارتكم قبل ذلك بشهرين لتقريرها السنوي عن الممارسات الدولية في مجال حقوق الإنسان، خصوصا فيما يتعلق بالمغرب،
وبما أن بلدنا، المملكة المغربية، صديق استراتيجي للولايات المتحدة الأمريكية في منطقة شمال إفريقيا والشرق الأوسط،
وايمانا منا أن هويتنا الوطنية هي امتداد لانتمائنا للأمة البشرية جمعاء في إطار المواثيق الدولية لحقوق الإنسان،
واعتبارا للدور الملزَم بلا مناص والمسؤولية التاريخية للولايات المتحدة في دعم حقوق الإنسان عالميا، بالنظر لحجم بلادكم الدولي،
وقناعة منا بوهمية دمقرطة المؤسسات وتأسيس حقوق الإنسان، بمفصل عن التأسيس العلماني للحريات الدينية ،في أي قطر تواق بصدق للنمو والاندماج الكوني،
نبلغكم نحن، مواطنون ومواطنات مغاربة من شتى العقائد الدينية والقناعات الفكرية والفئات الاجتماعية، مسلمون وغير مسلمين، أكاديميون و حقوقيون وعمال ومعطلون وطلبة وغير ذلك، قلقنا البالغ بسبب التدهور المضطرد في وضعية الحرية الدينية بشكل خاص، و الحريات المدنية بشكل عام، في المملكة المغربية خلال السنتين الفارطتين. نعبر لكم أيضا عن قلقنا بخصوص ما نراه من نقص خطير في الجهد الديبلوماسي الأمريكي المستثمر في الضغط على حكومتنا من أجل احترام التزاماتها في مجال الحقوق والحريات المتعارف عليها كونيا.
في 2009 و 2010، سجل المغرب حملات حكومية متتالية لكبح الحريات الأساسية. فقد قامت الحكومة، على سبيل المثال، بمصادرة وتغريم ومنع عدد غير مسبوق من الصحف المستقلة، كما تعرض عدد من الصحفيين والمدونين لاضطهادات قضائية بسبب آراء شتى رأت الحكومة أنها غير مقبولة سياسيا. كما كان بعضهم ضحية اجتياح بوليسي مارق عن القانون لحياتهم الخاصة في محاولات فاضحة لتشويه أشخاصهم. هذا وقد تعرضت الحريات الدينية على الخصوص لاضطهاد حكومي شرس.
فخلال شتنبر 2009، تم توقيف مواطنين حاولوا القيام باحتجاج رمزي مسالم على فرض الحكومة للصيام العلني خلال شهر رمضان على كافة المغاربة بغض النظرعن قناعاتهم الدينية. تعرض المشاركون لتشهير سياسي وإعلامي عنيف، بإيعاز مباشر من ممثلين عن الحكومة والقصر الملكي، وتم كذلك احتجازهم لفترات طويلة واستنطاقهم حول قناعاتهم الدينية، ومنع بعضهم مؤقتا من مغادرة التراب الوطني. كما توعدت الحكومة هؤلاء المواطنين، الذين لايعتنق جلهم الديانة الرسمية للدولة، بالمتابعة القضائية بناء على قانون ينص على سجن وتغريم "كل من عرف باعتناقه الدين الإسلامي" إذا تغذى أو شرب أو دخن علنا خلال شمس شهر رمضان.
وخلال ذات السنتين، نفذت السلطات أيضا هجومات على اجتماعات صلاة ودراسة مسيحية واعتقلت المسيحيين المغاربة المشاركين فيها. كما قامت الحكومة بطرد عشرات الأجانب المسيحيين المقيمين بشكل قانوني، في حملات متواترة، بتهمة ما أسمته بـ"التبشير". وتعرض بعض المغاربة المسيحيين للضرب وآخرون للضغط السيكولوجي الحاد خلال استنطاقات مطولة. علاوة على هذا، تبقي الحكومة المنع جاريا لحد الآن على تأسيس معابد للمغاربة غير المسلمين (أو غير اليهود بالولادة) وتحذر باستمرار كنائس الجاليات الأجنبية من استقبالهم. كما تبقي الحكومة على تطبيق قانون الأسرة الإسلامي على هؤلاء المغاربة بدون تمييز. هذا وقد صرح مسؤولون حكوميون في مناسبات عدة أن الحرية الدينية لا تشمل حرية مغادرة الإسلام إلى دين آخر، وأن الإسلام، مثل المؤسسة الملكية، غير قابل للنقد.
للأسف يا حضرة الوزيرة، فإن زيارتكم للمغرب في نونبر 2009، أربعة أسابيع فقط بعد أحداث رمضان، و بعد موجة شرسة موازية من الحملات الحكومية على الصحافة المستقلة، لم تشتمل على أية تصريحات علنية من جانب فريقكم بخصوص هذه المواضيع. وفي زيارة لاحقة لبلدنا من جانب عضو الكونجرس السيد كيث إليسون، امتدح هذا الأخير "نموذج" المغرب في "التسامح الديني" و"التفاهم المتبادل بين الأديان". وفي أبريل الماضي، منح حضرة السفير الأمريكي بالمغرب، السيد صموئيل كابلان، حوارا لقناة ديبلوماسية أمريكية موجهة للمشاهدين العرب، صرح فيه في سياق حديثه عن عملية السلام في الشرق الأوسط أن "المغرب تدير شؤونها الداخلية بطريقة جيدة" بالنظر إلى "التعايش في المغرب بين مختلف الانتمائات الدينية والاعتدال الذي يظهر في المغرب" و "النموذج ]المغربي[ الممتاز الذي يمكن أن نطبقه" في الشرق الأوسط.
و لما شجب حضرة السفير الأمريكي في وقت لاحق طرد حكومتنا لعشرات المسيحيين الأجانب، انصب تعليقه حصرا على مسألة معاملة المغرب للقاطنين الأمريكيين في تلك الأحداث، ولم يشر إلى مشكلة الحرية الدينية التي كان ولايزال وقعها المحوري أوسع و أشد على الحياة اليومية لآلاف مواطني وقاطني المملكة المغربية. إن آلاف المغاربة المتضررين من السياسة الدينية لحكومتنا، والذين يأملون أن تصبح الولايات المتحدة ذات يوم حليفا صادقا للحقوق والحريات الانسانية الأساسية عالميا، شعروا مؤخرا بخيبة أمل حقيقية من مضمون تصريحات المسؤولين الأمريكيين في المغرب، أو من غياب تلك التصريحات أصلا عند أمس الحاجة إليها في بعض الأحيان.
نحن نعتقد بقلق أن عدم تركيز الولايات المتحدة على الحريات الدينية كأولوية ديبلوماسية لها في منطقة شمال افريقيا والشرق الأوسط، ليس بفأل حسن لمستقبل التنوع البشري في هذه المنطقة، ولا لعافية المنطقة ثقافيا واجتماعيا، ولا لاستقرارها على المدى البعيد، ولا، بالتالي، للمصالح الأمنية للولايات المتحدة والأسرة البشرية جمعاء. نعتقد أنه من اللازم أن تبرهن الولايات المتحدة على أنها صديق استراتيجي للشعب المغربي قاطبة على تنوعه العقائدي والفكري، وليس فحسب حليفا تكتيكيا لقادتنا السياسيين. من العاجل يا حضرة الوزيرة أن تضغط الإدارة الأمريكية بوضوح على حكومتنا كي ترفع القيود بدون رجعة أو تحفظ عن الحرية الدينية لمواطني المملكة المغربية، و كي تحترم كافة التزاماتها الحقوقية أمام المجمع الدولي، وتبدأ الخطو بجدية نحو علمنة القضاء والدستور المغربيين.
يحدونا الأمل في أن تقوم وزارتكم، و كافة الأطراف المختصة والمهتمة في الإدارة الأمريكية الحالية، بتسليط أضواء صريحة على تعدي الدولة المغربية على الحريات الدينية والمدنية لمواطنيها، وأن تستقصوا، عن قرب وباستمرار، أداء المغرب في مجال الحرية الدينية لمواطنيه، مع استعمال وزنكم الديبلوماسي حثيثا من أجل دفع المغرب إلى إصلاح صادق و مستديم في هذا المجال، غير الإصلاح الاستعراضي الكاذب من قبيل ما اصطلح على تسميته بالمهرجان الدولي للموسيقى الروحية.
نعتقد أيضا بضرورة الادماج الصريح لمبدأ دعم الحريات الدينية في برامج المساعدات الأمريكية الموجهة للمملكة المغربية. فمؤخرا، على سبيل المثال، أشار السيد كابلان إلى حزمة مهمة من المعونات الأمريكية المخصصة للمساعدة في تدريب المدرسين المغاربة بهدف تقليص معدلات مغادرة الدراسة في المراحل المتوسطة من النظام التعليمي المغربي. من المعقول التساؤل، بهذا الصدد، عما إذا كانت المعونات الدولية مهما بلغ حجمها، قادرة بالفعل على تحسين الأداء الكمي أو الكيفي لنظام مدرسي معيب جذريا يصر، من بين أشياء أخرى، على فرض التربية الدينية الإسلامية، سواء بسواء على التلاميذ أبناء العائلات المغربية المسلمة والمسيحية والبهائية، من التعليم الأولي حتى الباكالوريا.
في سياق تقديمه لتقرير الأمن القومي لسنة 2010، قال الرئيس أوباما أن أمن الولايات المتحدة على المدى البعيد يجب أن يكون نتاج قدرة الولايات المتحدة على مخاطبة آمال وتطلعات شعوب العالم. إن تطلعنا، نحن المغاربة الموقعون والموقعات، هو إلى مغرب تعددي علماني على المستوى التشريعي، مقر ومعزز للتنوع الديني لمواطنيه الذين ليسوا جميعا مسلمين أو يهودا بطبيعة الحال، بل منهم أيضا أعداد غير محصورة، وأجيال متواترة من المغاربة الملحدين واللاأدريين والبهائيين والمسيحيين على طوائف عدة، وغيرهم. هذا فضلا عن المسلمين غير السنة، والمسلمين الليبراليين، والمسلمين غير الممارسين. يجب أن يتمتع كافة المغاربة بحرية التعبير عن قناعاتهم الدينية وممارستها علنا، أفرادا أو جماعات، سواسية في إطار القانون المغربي الذي يجب أن يقوم راعيا وحاميا لحقوق وحريات كافة المواطنين من دون تمييز مبني على اختياراتهم الدينية أو اللادينية.
وأخيرا، نؤكد لكم من جديد قناعتنا بأن وجود مغرب يحترم الحريات الدينية والمدنية لمواطنيه لا يمكن إلا أن يصب في المصالح المشروعة للمنطقة العربية والولايات المتحدة والأمة البشرية جمعاء. ونعتقد بالمقابل أن مغربا يصر على كبح الحريات الأساسية والتنكر عنادا للتنوع الديني لمواطنيه، إنما يبقى جزء من نزعة جهوية حثيثة تنعش التطرف بجميع ألوانه وتفاقم كارثة هوية ثقافية لن يزداد وقعها إلا قسوة على العالم أجمع، ماطال زمن الغزل الديبلوماسي ودفن الرأس في الرمال في علاقات المجتمع الدولي بالبلدان المسماة "معتدلة" في منطقة شمال افريقيا والشرق الأوسط، مثل وطننا العزيز.
وتقبلوا خالص سلامنا،
مغاربة من أجل الحريات الدينية والمدنية

النص العربي Citizens of Morocco ONLY please click here to sign
Petition on the Issue of Religious and Civil Liberties in Morocco
To the Secretary of State of the United States of America,
Ms. Hillary Rodham Clinton:
Madam Secretary,
On the occasion of President Obama’s recent unveiling of the 2010 National Security Report, and the 2009 release of the USDOS Country Reports on Human Rights Practices,
Whereas Our home country, the Kingdom of Morocco, has been a strategic friend of the United States in the Middle East and North Africa (MENA) region,
Whereas We firmly believe that Our national identity is continuous with Our broader membership in the whole human family, under international human rights covenants,
Whereas We consider that the global impact of your nation allots it a special share of responsibility of advocacy for human dignity worldwide,
Whereas We judge as spurious all procedural democracy that fails to affirm, or represses, the secular liberties of religion, conscience, and expression, in any genuinely developing nation,
We, Moroccan citizens, of diverse Muslim and non-Muslim religious beliefs, political leanings, and social strata, including academics, human right workers, laborers, unemployed, students, and others,
Hereby relay Our deepest concerns regarding the steady deterioration of the status of religious freedom in particular, and civil liberties in general, in the Kingdom of Morocco over the past two years . We are especially concerned that US diplomatic efforts to pressure Our government to honor its commitment to human rights and liberties, have been disturbingly lacking.
In 2009 and 2010, Morocco registered serious government crackdowns on basic freedoms. An unprecedented number of independent print media, for instance, have been arbitrarily seized, fined or banned, and several journalists and bloggers have endured arbitrary persecution as a consequence of opinions that were deemed politically unorthodox. Some journalists suffered predatory police invasions of their private lives in blatant smear attempts. Government crackdown on religious freedom has been especially drastic.
In September 2009, during the Muslim month of Ramadan, authorities arrested Moroccans who attempted a low-key daytime picnic in protest of the imposition of public fasting on all citizens regardless of their religious convictions. Would-be picnickers endured a violent media lynching campaign that top-level government and palace officials openly incited. Although most of the participants do not adhere to the official religion, they were lengthily detained, interrogated about their religious beliefs, temporarily banned from international travel, and threatened with prosecution based on a law that stipulates imprisonment and a fine for persons, “commonly known to be Muslim,” who fail to publicly observe the month-long daylight abstinence from all eating, drinking and smoking.
In 2009 and 2010, authorities also illegally raided bible studies, detained Moroccan Christians, and deported foreign Christians en masse, in successive waves, for supposed acts of “proselytism”. Some Moroccan Christians were beaten and/or subjected to heavy psychological pressures during lengthy interrogations. Moroccan non-Muslims (except Jewish-born) are not allowed to have public houses of worship of their own and are de facto banned from the ones that serve non-Muslim expatriates in Morocco. The government constantly pressures expatriate churches against receiving Moroccan converts or seekers, and continues to fully subject Moroccan Christians and Baha’is to Muslim family law. On various occasions, Moroccan officials asserted that religious freedom did not include the freedom to convert away from Islam, and that Islam, like the monarchy, was off-limits for critique.
Unfortunately Mrs. Secretary, your visit to Morocco in November 2009, only four weeks after both the Ramadan events and a wave of major government crackdowns on independent media, did not involve any public comments by your team on such events. Congressman Keith Ellison, during a later visit to Morocco, praised Morocco’s “model” of “religious tolerance” and “mutual understanding between religions”. Last April, when Ambassador Samuel Kaplan gave an interview to a US public diplomacy satellite channel directed at Arab viewers, he stated in the context of a discussion of the Middle East peace process that “Morocco manages its domestic affairs very well,” given “the coexistence of different religious groups and the [religious] moderation manifested in Morocco”, making Morocco “an excellent model that can be applied” in the rest of the MENA region.
When Ambassador Kaplan commented at a later point on Morocco’s deportations of foreign Christians, he merely aired disappointment with Morocco’s expulsion of a small number of US citizens, failing to highlight the fundamental issue of religious freedom which impacts the daily lives of thousands in Morocco, especially Moroccan citizens. Moroccans like us, who are harmed by Our government’s religious policy, and who would rather see the United States become a candid ally of basic human rights and liberties worldwide, felt very disappointed by the content of recent statements by US officials, or the absence of such statements altogether in cases when they were very much called-for.
We are concerned that under-emphasizing religious freedom as a top US policy concern for the Middle East and North Africa will augur very poorly for the region’s human diversity, for its cultural well-being, for its long-term stability and, and consequently for US and the entire human family’s security interests. It is absolutely critical that the US government demonstrate that it is a strategic friend of the diverse body of the Moroccan people, not merely a tactical ally of Our leaders, and a guardian of immediate US citizen interests in Morocco. It is urgent, Mrs. Secretary, that the US administration unequivocally pressures Our government to lift restrictions on the religious freedom of its citizens, unreservedly and irreversibly, to honor its human rights commitments, and to take truthful steps towards judicial and constitutional secularism. This will benefit Morocco, the MENA region, the United States, and the world to the fullest.
It is Our hope that your Department, and all pertinent branches of the current US administration, will publicly highlight Morocco’s violation of the religious and civil liberties of its citizens, in no uncertain terms. We also hope that you will probe Morocco’s performance in those areas more closely and more frequently than before, while aggressively implementing US diplomatic leverage, in order to promote genuine and sustainable citizen-oriented religious freedom reforms in Morocco that go beyond the spurious parading of world spiritual folklore at the annual Fes Festival.
We also believe that pressures for the respect of religious freedom should be explicitly incorporated in US aid policy for Morocco. Recently for instance, Ambassador Kaplan pointed out substantial US spending on Moroccan teacher training aid aimed at lowering middle school drop-out rates in Morocco. In that context, however, it is very reasonable to wonder whether any amount of foreign aid can actually help improve the output and quality of a radically flawed K-12 Moroccan school system in that, among other things, forces Islamic religious education on children of Moroccan Muslim, Moroccan Christian, and Moroccan Baha’i families alike.
When he introduced the 2010 National Security Report, President Obama stated that America’s long security will come through America’s capacity to speak to the hopes of the peoples of the world. Our hope, the undersigned Moroccans, is for a freely pluralistic, and judicially secular Morocco that fully affirms the inexorable religious diversity of its citizens who, obviously, are not all Muslim or Jewish-born, but who also include generations of agnostics, atheists, Baha’is, Christians of several denominations, and others. This is not to mention Morocco's untold numbers of non-practicing, liberal, and non-Sunni Muslims. Moroccans who are neither Muslim nor Jewish-born should be guaranteed the right to openly express and practice their specific religious convictions, individually or collectively. Moroccan law should be the indiscriminate steward of the rights and liberties of all citizens, irrespective of their specific religious choices, or the lack thereof.
Finally, We strongly reaffirm Our conviction that a Morocco that respects the basic religious and civil liberties of its citizens, can only consonantly help advance legitimate US, MENA, and global interests. We conversely believe that a Morocco that restricts those liberties, in obdurate denial of its domestic diversity, will only be part of a regional trend that continues to foster extremism and feed a tragic identity crisis whose injurious universal consequences will likely intensify. We foresee an increasingly distressing future for as long as unreflective diplomatic banter persists as the norm of world ties with disingenuously “moderate” MENA states, such as Our beloved country.

mercredi 7 juillet 2010

Maroc: les mineurs de SMESI ne baissent pas les bras !

SMESI: le combat continue
Par Ali Fkir, coordinateur du CSOS, 6/7/2010
Les centaines de prolétaires (mineurs de phosphate) de SMESI licenciés abusivement par l'OCP (1er groupe économique marocain, groupe étatique), ont établi leur plan de lutte pour la première quinzaine de juillet. Ils sont plus que jamais déterminés à imposer la libération des 15 détenus (condamnés injustement à 4 mois de prison ferme et 500 dh d'amende).
- le 07/07/2010 de 9h à 17h: sit in devant le siège de la préfecture
- le 08/07/2010 de 10h à 18h: sit in devant les locaux administratifs de l'OCP à Khouribga
- le 10/07/2010 de 14h à à 19h: sit in à la Place des Moujahidines
- sit in continu de 19 h de samedi 10/07/2010 à 21h de dimanche 11/07/2010, à la Place d'Al Massira
- le 13/07/2010 de 9h et durant le déroulement du procès des 15 détenus (en appel)
- le 15/07/2010 de 10h à 20h: sit in devant les locaux administratifs de SMESI à près de Hattane
Mobilisons-nous pour imposer:
- la libération des 15 détenus
- la réintégration des 850 ouvriers licenciés abusivement apr l'OCP
- leur titularisation au sein de l'OCP
- le respect de leur choix syndical
La solidarité nous interpelle!

Le siège de Gaza : "intenable" ? Non, catastrophique !



Par Miko Peled, France-Palestine Solidarité  21 ter Rue Voltaire   75011 Paris,5/7/2010


Etant moi même juif et israélien, ayant un père qui fut général dans l’armée israélienne et y ayant moi même servi, je dis ceci : nier ou justifier les actions israéliennes équivaut à nier ou défendre tous les crimes contre l’humanité
Il subsiste un doute dans l’esprit de gens sérieux quant à l’attaque israélienne contre la flottille de Free Gaza et les événements qui ont entraîné la mort de 9 des militants qui se trouvaient à bord. Ce n’est pas vraiment surprenant puisque le commandant de la marine israélienne, l’Amiral Eliezer Marom, affirme que la mission a pleinement réussi.
Selon lui, grâce à la retenue dont ont fait preuve les soldats israéliens, aucun civil innocent n’a été blessé, les soldats sont rentrés à leur base sains et saufs et "9 terroristes ont été tués." Aussi y a-t-il des gens -vous en connaissez peut-être - qui pensent que l’on devrait « lâcher un peu Israël ». Eh bien, je dis non !
Les gens qui étaient à bord de la Flottille de Free Gaza étaient des militants pacifistes courageux et si je n’en avais pas été empêché par mon travail, j’aurais été parmi eux sur cette flottille. Les affirmations selon lesquelles ils sont liés à des organisations terroristes ne valent pas un clou.
Ils avaient trois objectifs : amener à Gaza l’aide humanitaire dont elle a grandement besoin, provoquer et embarrasser Israël, et attirer l’attention du monde sur la crise humanitaire à Gaza. Neuf de ces militants ont donné leur vie pour parvenir à ce but.
Que des commandos israéliens armés aient attaqué la flottille dans des eaux internationales est un acte de piraterie. Les gens qui étaient à bord du vaisseau ont fait ce que tout officier de marine vous dirait avoir été leur devoir : ils ont défendu héroïquement leur navire et sa cargaison et, comme nous le savons, neuf d’entre eux ont laissé la vie dans cet action héroïque. Les commandos israéliens, paniqués, ont par lâcheté tiré sur une foule sans armes, tuant neuf personnes et transformant ainsi une opération ratée en une tragédie innommable.
Si j’avais pu me joindre à la Flottille de Free Gaza cela aurait été ma troisième tentative pour pénétrer dans la bande de Gaza assiégée où Israël emprisonne et affame lentement 1.4 million de civils dont 800 000 enfants.
Les Palestiniens n’ont jamais eu d’armée, de chars, d’avions, et pourtant ils sont soumis à un blocus et à des attaques constantes qui entraînent des victimes civiles innombrables, des maladies horribles et un malheur inexcusable.
Certains disent que les militants de la Flottille de Free Gaza voulaient provoquer Israël et qu’ils n’étaient pas de simples militants pacifiques innocents. Mais, le militantisme c’est fait pour provoquer. Un militant ne reste pas tranquillement assis à regarder le monde avancer autour de lui. Contrairement au mythe auquel beaucoup d’Américains blancs voudraient croire, quand Rosa Parks est montée dans un bus et s’est assise à une place réservée à des blancs, elle n’était pas qu’une Afro-américaine fatiguée. Elle était une militante en mission : elle était là pour provoquer un système qui avait ses racines dans le crime de ségrégation raciste systémique dont des parties de ce pays étaient coupables.
Quand quatre étudiants afro-américains organisèrent l’action de Greensboro en février1960, ils ne se sont pas assis pour déjeuner au comptoir réservé aux Blancs simplement parce qu’ils avaient faim. Si on se rappelle MLK Jr., Mahatma Gandhi ou Nelson Mandela, on voit clairement que le militantisme a pour but de provoquer, de révéler le mal, d’y attirer l’attention et puis de s’en débarrasser. Le blocus de Gaza est l’un de ces maux. Les gens qui étaient à bord de la flottille faisaient ce qui est juste.attaque flottik
On doit se demander ce qui est pire, commettre un crime ou le justifier ? Qui sont les plus mauvais ? Ceux qui ont commis l’holocauste juif, le génocide arménien ou l’asservissement et les massacres des Africains ? Ou ceux qui profitent, qui justifient ces horreurs ou nient qu’elles aient eu lieu ? Etant moi même juif et israélien, ayant un père qui fut général dans l’armée israélienne et y ayant moi même servi, je dis ceci : nier ou justifier les actions israéliennes équivaut à nier ou défendre tous les crimes contre l’humanité.
Malheureusement, tout ce qu’on entend dire en provenance des Etats-Unis, c’est que la situation à Gaza est « intenable ». On ne peut que se demander combien de sondages d’opinion ont été faits, combien de brillants experts en communication il a fallu pour produire cette expression vide de sens et réchauffée.
Je suis sûr qu’ils ont eu besoin de l’aval du Département d’Etat, de l’ambassade d’Israël et de l’ AIPAC avant que le Président prononce cet insupportable mot sans vie. La situation à Gaza n’est pas intenable, la situation à Gaza et dans toute la Palestine est catastrophique.
Miko Peled, écrivain et militant pacifiste israélien, vit à San Diego. Son père était le général Matti Peled.
source : Palestine chronicle
http://palestinechronicle.com/view_...
France-Palestine Solidarité  21 ter Rue Voltaire   75011 Paris
Tél: +33.1.43.72.15.79
Fax: +33.1.43.72.07.25
afps@france-palestine.org

Maroc : Abus sexuels à l'égard des enfants

Par Ana Lopes, AUFAIT, 4/7/2010
Appel à un renforcement des capacités des acteurs de lutte
493. C'est le nombre officiel de plaintes enregistrées en 2009 par l'ONDE sur les violences à l'égard des enfants. Sur ces 493 plaintes, 94 concernent des abus sexuels, un phénomène qui tend depuis peu, à sortir du domaine du tabou. Vendredi dernier, une nouvelle étude a été présentée à Rabat où les auteurs ont plaidé pour un renforcement des capacités des acteurs de cette lutte.
Sur les 493 plaintes de violences à l'égard des enfants enregistrées en 2009, 94 concernent des abus sexuels./DR“Besoins en renforcement des capacités des acteurs dans la lutte contre les violences sexuelles sur enfants dans la région Mena”. C'est sous ce thème que s'est déroulé vendredi, à Rabat une journée d'échanges et de réflexion sur l'exploitation sexuelle des enfants. Au cours de cette rencontre, l'Association Meilleur Avenir pour les Enfants (AMANE), initiatrice de la réunion, a présenté une étude dont nous n'avons malheureusement pas pu avoir copie.
Selon les chiffres officiels de l'ONDE (Observatoire national des droits de l'enfant), en 10 ans, plus de 3.700 plaintes pour violences à l'égard des enfants ont été déposées dont plus d'un millier concernant des abus sexuels. Pour la seule année 2009, ce sont 493 qui ont été enregistrées dont 94 qui concernent des abus sexuels. Un nombre de plaintes qui “monte en flèche quotidiennemment”, explique Said Raji, directeur exécutif de l'ONDE.
“La cellule d'écoute et d'accueil de l'Observatoire a reçu depuis sa création, il y a plus de dix ans, quelque 3.708 plaintes pour violences à l'égard des enfants, dont plus d'un millier concernant des abus sexuels. Entre 2000 et 2009, le nombre de plaintes enregistrées quotidiennement est monté en flèche (92/an en 2000 contre 493 en 2009). Néanmoins, ces chiffres ne reflètent que les cas déclarés, et n'indiquent pas non plus la nature et la gravité de ces violences.”
Said Raji, directeur exécutif de l'ONDE
“L'effectivité des lois en vigueur, la sensibilisation de l'opinion publique mais aussi le renforcement des capacités d'autoprotection des enfants restent les voies les plus efficientes pour résoudre ce problème”, ont estimé les intervenants. Ils ont également été unanimes à reconnaître que l'absence de données exactes sur ce phénomène pose un problème dans la recherche de solutions.
“Car tant que les cas d'abus sexuels restent passés sous silence, il sera encore plus difficile de les traiter”, ont-ils soutenu.
Des autorités permissives
C'est l'autre grand problème dans ce dossier hautement sensible des abus sexuels à l'égard des enfants. “La justice ne joue pas son rôle. Des criminels sont jugés, mais les peines à l’encontre des Marocains sont faibles. Quant aux étrangers, on les laisse libres en général, leur demandant seulement de quitter le pays”, s'insurgeait récemment Khadija Ryadi (présidente de l'Association marocaine des droits humains) dans les colonnes de notre quotidien.
Et pourtant, si la loi était correctement appliquée, les agresseurs pourraient encourir des peines allant jusqu'à 30 ou 40 ans! Autre fait rageant dans cette problématique, “c'est le manque de prévention”, fait remarquer maître Mustapha Errachdi, avocat au barreau de Marrakech.
“Avec ces peines de prison, on punit les coupables, on reconnaît le tort causé à l’enfant, mais on ne fait pas de prévention. Ce que je regrette le plus, c’est l’absence de programmes des partis politiques, les tabous, la pauvreté et la non-conformité de la loi marocaine aux lois internationales dans la protection de l'enfance.”
Mustapha Errachdi, avocat au barreau de Marrakech