Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

samedi 18 septembre 2010

La situation actuelle au Sahara occidental est comparable à celle de la Namibie sous le régime de l'Apartheid


Le président Abdelaziz affirme que l'option des négociations est maintenue en cas d'application de sanctions au Maroc
Par El MOUDJAHID.COM, D.R., 17/9/2010
Le président sahraoui, secrétaire général du Front Polisario, M. Mohamed Abdelaziz a affirmé que l'option des négociations avec le Maroc est maintenue en cas où des "sanctions" lui sont imposées, à l'instar de celles imposées au régime de l'Apartheid en Afrique du Sud.
Dans une interview au quotidien mexicain "La Jornada", le président sahraoui a comparé la situation actuelle au Sahara occidental avec les évènements survenus en Namibie sous le régime de l'Apartheid, précisant que ce dernier "avait rejeté toutes les décisions de la communauté internationale de 1970 à 1980 mais la conjugaison des efforts de résistance à l'intérieur de la Namibie et les sanctions imposées par la communauté internationale ont permis de changer la situation", a indiqué, jeudi, l'Agence de presse sahraouie (SPS).
"Le Sahara occidental connaît une situation semblable, car l'Onu compte un arsenal de résolutions sur le Sahara occidental", a souligné le président sahraoui, précisant qu'il "est temps d'imposer des sanctions au Maroc". Concernant l'application de sanctions au Maroc, qui continue de bénéficier de l'appui de plusieurs forces internationales, comme les Etats-Unis, la France et l'Espagne, le président sahraoui a rappelé que ces derniers apportaient un soutien "particulier" au régime de l'Apartheid, affirmant que cette politique n'avait pas pu saper les efforts du tiers-monde et de l'opinion publique qui ont fini par mettre un terme à ce régime. "Les soit disant amis du Maroc ont du mal à le défendre en raison de la contradiction flagrante de leurs positions vis-à-vis de la question de violations des droits de l'homme", a-t-il ajouté. Il a précisé que le gel actuel des négociations entre le Front Polisario et le Maroc qui se poursuit depuis des années, a été reconnu par l'envoyé personnel du secrétaire général de l'Onu au Sahara occidental, M. Christopher Ross dans une lettre publiée en Août dernier, imputant la responsabilité de cette situation au Maroc.
Le président sahraoui a, d'autre part, qualifié la situation actuelle sur le plan international de "plus favorable" à l'indépendance du Sahara occidental avec la présence de Barack Obama à la tête de l'administration américaine. Il a, par ailleurs, évoqué l'emprisonnement et la torture, le mois dernier, d'un citoyen mexicain lors de la répression d'une manifestation pacifique dans la ville d'Al Ayoun occupée. Le président sahraoui prend part, avec une importante délégation sahraouie aux festivités marquant la célébration du bicentenaire de l'indépendance du Mexique, à l'invitation du président mexicain.
L'Espagne est pour le principe d'autodétermination du peuple sahraoui
L'Espagne observe la même position que l'Algérie concernant le conflit du Sahara Occidental, notamment en matière du principe d'autodétermination du peuple sahraoui, a affirmé jeudi soir le secrétaire d’Etat espagnol chargé de l’Amérique Latine, Juan Pablo De Laiglesia. " Notre position est la même que celle du gouvernement algérien. La solution doit être accordée aux deux parties conformément aux principes des Nations-unies, notamment sur la question de la libre détermination du peuple sahraoui", a déclaré M. Laiglesia dans un point de presse organisé, à l'issue d'une réunion algéro-espagnole. " Le statut quo n'est pas acceptable. L'Espagne continue à être engagée et contribuera à trouver une solution à ce conflit", a-t-il ajouté. Le responsable espagnol a souligné également que son pays accorde tout son "appui au représentant personnel du secrétaire général de l'Onu, Christopher Ross et aux actions qu'il mène pour faire avancer le processus de recherche d'une solution durable pour le conflit". 
Pour sa part, le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, M. Abdelkader Messahel a souligné, à ce propos, que l'Algérie et l' sont "animés par la même préoccupation, à savoir permettre au peuple du Sahara occidental d'exercer son droit à l'autodétermination dans le cadre des résolutions des Nations unies".
www.elmoudjahid.com/fr/actualites/2645

Etats-Unis : Le recours de Troy Davis est rejeté

Posté par : Benoit Priem, Amnesty International.be, le 16 /9/ 2010
Une audience exceptionnelle en recherche de preuves a eu lieu devant le juge fédéral William Moore, les 23 et 24 juin 2010, à Savannah. La tâche du juge, selon la demande de la Cour suprême des États Unis, consistait à «recevoir des témoignages et à établir des faits pour savoir si les éléments de preuves qui n’avaient pas été présentées au procès démontrent clairement l’innocence du requérant».
Le 24 août 2010, dans un rapport de 174 pages, le juge Moore a décidé que «M. Davis n’a pas réussi à prouver son innocence». Cette décision ouvre la voie à la reprise de la procédure pouvant conduire à l’exécution de Troy Davis, malgré les doutes demeurant sur sa culpabilité.
PÉTITION
En complétant les champs vides du formulaire ci-dessous, vous allez signer la pétition suivante à l'attention des autorités de Géorgie.
Je pense que JUSTICE ET EQUITE DOIVENT PRÉVALOIR dans le cas de Troy Davis
Nous, les soussignés, demandons aux autorités de Géorgie de prendre toutes les mesures qui s'imposent afin de s'assurer que Troy Anthony Davis est traité de manière équitable et que le vrai sens de la justice l'emporte. Sept des neuf témoins ont changé leur version des faits et il n'y a aucune preuve matérielle qui pourrait incriminer Troy Davis. Jamais une exécution ne devrait avoir lieu car elle est toujours une atteinte aux droits humains et à la vie, selon la position constamment défendue par Amnesty international. A fortiori, elle devrait toujours être suspendue dans des cas où il subsiste autant de doutes quant à la culpabilité de quelqu'un. La Géorgie ne peut pas se permettre de commettre une telle erreur.
Nom : *

Prénom : *

Email : *

Nom de rue : *

Numéro de rue : *

Boite :

Code postal : *

Localité : *

Pays : *
http://www.isavelives.be/fr/node/5923

vendredi 17 septembre 2010

Une étude israélienne mise sur les militants amazigh pour promouvoir un climat de normalisation au Maroc

par Mahmoud Maarouf  محمود معروف
Al Quds Al Arabi, 5/9/2010. Traduit par  Tafsut Aït Baamrane, Tlaxcala
L’État juif mise sur les militants amazigh [berbères] au Maroc pour promouvoir un climat de normalisation entre les Arabes et Israël. Après qu’il a réussi à infiltrer ces milieux, qui demandent  ouvertement une normalisation, certains d'entre eux ont appelé à une alliance israélo-amazigh «contre les Arabes».
Les dernières tentatives en ce sens ont consisté à essayer d’amener des groupes se réclamant de l’amazighité à prendre parti pour l’ex-soldat israélien Noam Nir, qui possède un restaurant dans la ville d'Essaouira. Ce dernier avait accusé d 'antisémitisme des militants de l'Association marocaine des droits de l'homme, qui avaient scandé publiquement des slogans contre le régime sioniste et de solidarité avec le peuple palestinien.
Mais les [véritables] militants amazigh ont répondu au défenseur du sionisme Noam Nir par une série de déclarations affirmant leur soutien aux militants des droits humains et au peuple palestinien contre le sionisme.
Une étude israélienne récente, publiée par le Centre Moshe Dayan de l'Université de Tel-Aviv, fin août, révèle les projets d’Israël de pénétrer le mouvement amazigh et ses investissements  pour accélérer le processus de normalisation dans les pays de  l'Union du Maghreb arabe. L'étude  souligné que le principal obstacle à la normalisation dans la région est en grande partie constitué par les mouvements islamiques et nationalistes, qui mettent la pression sur les régimes de la région pour mettre fin à la voie de la normalisation avec Israël. La stratégie israélienne pour relever ce défi est de parier sur les composantes  non-arabes pour opposer au message des mouvements islamiques et nationaliste un discours différent.
L'étude suggère quatre éléments de base pour ce plan : une rupture des liens avec la culture arabo-islamique, une adhésion au modèle occidental et une défense de ses valeurs, une concentration sur les problèmes internes réels, et enfin l’abandon de l'idée d'hostilité à Israël, idée enracinée dans le patrimoine historique et culturel, au profit d’un concept de proximité entre Israël et les Amazigh.
Des militants amazigh ont visité l'État juif, lequel a multiplié les efforts pour qu’ils renoncent à leur hostilité à son égard et qu’ils poussent à une normalisation des rapports dans la région. Il a également annoncé la création d’associations d’amitié et de fraternité entre Amazigh et Juifs à Agadir et Al Hoceima.
L'étude révèle de nouvelles données sur la voie de la normalisation des relations entre Israël et les pays du Maghreb arabe, et a souligné que le Maroc, en dépit de la guerre du Liban, de la guerre à Gaza puis de  l'attaque contre la Flottile de la  liberté, maintient des relations économiques et commerciales avec Israël. L'étude identifie les domaines dans lesquels la coopération économique israélienne avec le Maroc est active : la sécurité et l'administration, la gestion de l'eau, la technologie de l'énergie solaire et de l'information et le tourisme. Elle signale d'importants progrès dans la normalisation du tourisme, soulignant que le Maroc retire de grands bénéfices dans ce secteur.
L'étude note que le conflit sur la question du Sahara entrave les progrès de la normalisation d'Israël avec l'Algérie, que le lobby israélien à Washington fait pression pour l’augmentation de l'aide usaméricaine au Maroc, et également pour soutenir la position du Maroc au Sahara, afin d'accélérer la voie de la normalisation et de l’étendre à d’autres secteurs. L’étude recommande qu’Israël trouve une solution à la question du Sahara afin de réduire  les critiques à son encontre de l'Algérie, pour son soutien au Maroc.
Selon le journal marocain At Tajdid, les positions internationales sont multiples et les visions des enjeux sont divergentes, mais elles concordent sur l'importance de la carte amazigh pour renforcer l’influence étrangère, la politique d’ingérence et les liens avec les positions des pouvoirs forts.
Le journal expose « les éléments du projet israélien d’entrer dans l’équation après l’avoir gardé caché dans le passé ; le pari fait sur le discours amazigh pour contrer les Arabes et les Musulmans au Maroc et la présence de deux acteurs civils amazigh disposés à engager la normalisation. » Il suggère en outre que «le phénomène de la normalisation de la part des Amazigh est un phénomène marginal et superficiel ne diffèrant pas des autres types de normalisation, qui concernent diverses structures et composantes de la société marocaine, mais avec la dose d'excitation propre aux Berbères ».
Le journal ajoute que le discours israélien fait fi de la vérité historique et de la réalité marocaine, reflétant une profonde ignorance des positions réelles des Amazigh, dont certains ont vendu une image trafiquée et irréelle de la tendance amazigh à la normalisation. Ce discours vise à faire des Amazigh le maillon faible de la normalisation avec le Maroc. Cette vision se fonde sur les déclarations et attitudes d’une minorité résolument marginale, qui n’a aucune légitimité à parler au nom des Amazigh et à les représenter.
Ce pari est perdu d’avance et ne constituera en fin de compte pas la carte maîtresse dans la guerre psychologique israélienne contre la région.

Les Libyens mitraillent un bateau italien et s’excusent ! Affaire close.

Par Julie Rafondriaka, La Lettre Méditerranée, 16/9/2010
"Lorsque les événements nous échappent, donnons l’impression d’en être les instigateurs."
Jean Cocteau (1889-1963)
Pour préserver leurs intérêts économiques, les co-équipiers de Silvio Berlusconi sont prêts à tout faire. Les dirigeants italiens se montrent d’une complaisance incomparable à l’endroit des Libyens. Hier c’était le colonel Mouammar Kadhafi qui, à l’occasion de sa visite à Rome, a appelé à l’islamisation de toute l’Europe, provoquant l’ire du Vatican et de toutes les formations conservatrices d’Italie et aujourd’hui, c’est au tour de la marine libyenne de prendre pour cible et mitrailler un bateau de pêche sicilien dans les eaux du Golfe de Syrte.
La raison avancée par les autorités libyennes c’est que le bateau de pêche Ariete de 32 mètres de long, a été pris pour une patera transportant des immigrés clandestins, une thèse, d’ailleurs confirmée et approuvée du côté officiel italien. Le ministre de l’intérieur, Roberto Maroni a qualifié le mitraillage de simple « incident », alors que son collègue des affaires étrangères, Franco Frattini a assuré que "cela ne changera rien aux relations" entre les deux pays. Tout à fait normal, puisqu’en cas d’escalade, le grand perdant dans les circonstances actuelles, sera forcément l’Italie qui, durement frappée par la crise financière internationale, a trouvé en le marché libyen et ses pétrodollars, une bouffée d’oxygène inespérée. Plus grave encore, au moment de l’incident lundi 13 septembre, un militaire et du personnel technique italiens se trouvaient à bord de la vedette libyenne. Le commandant du bateau de pêche sicilien et ses dix hommes d’équipage qui ont réussi à prendre la fuite en direction de Lampedusa, ont eu pour unique consolation, des excuses présentées par le commandant général des gardes-côtes libyens. Pour le patron de l’Ariete, Gaspare Marrone, « les Libyens ne peuvent pas nous avoir pris pour des clandestins. J'ai parlé par radio avec le commandant de la vedette et je lui ai dit très clairement que nous étions Italiens ». Devant la pression des syndicats des pêcheurs appuyés par les médias italiens, les co-équipiers de Silvio Berlusconi qui voulaient passer l’éponge sur cet incident, ont finalement décidé l’ouverture d’une enquête pour connaitre les circonstances exactes du mitraillage de l’Ariete. La complaisance des Italiens à l’égard des libyens a-t-elle des limites, ou au contraire, Berlusconi et ses hommes sont prêts à tous les sacrifices pour sauver leurs affaires ?

Un groupe de sénateurs français va soutenir l'occupation marocaine du Sahara Occidental


Communiqué de presse
Par les Amis du Peuple du Sahara Occidental (APSO) 15/09/2010
Le voyage des Sénateurs Français au Sahara Occidental occupé a été annoncé quelques semaines auparavant. Une coordination de 11 associations de défense des droits du peuple sahraoui a, en réponse, fait officiellement une demande d’audience. L'association française Amis du Peuple du Sahara occidental (APSO) a répété les courriers soulignant l'importance de cette demande et appelant à la responsabilité et au devoir d'équité des sénateurs français en visite au Sahara Occidental.
Néanmoins, ceux-ci, Jackie Pierre, Bariza Khiari, Catherine Morin-Desailly, M. Cambon, Jean-Pierre Chaveau, Alain Gournac, Claude Jeannerot, Jean-Pierre Plancarde sont aujourd'hui à El Aaiun au Sahara Occidental, et ne vont pas rencontrer les associations de militants sahraouis qui luttent pour l’application du droit international. Les organisations sahraouies que les Sénateurs vont ignorer, travaillent toutes pour la mise en place du référendum que les forces de l’ONU sur le territoire essaient d’organiser. Ces mêmes défenseurs sahraouis du référendum de l’ONU sont qualifiés de « traîtres » par le Roi du Maroc.
Les sénateurs sont guidés par les officiels marocains pendant leur déplacement sur le territoire, et ont affirmé leur soutien à la proposition marocaine d'intégrer le Sahara Occidental au Maroc.
« L'appui des Sénateurs à l'occupation est politiquement imprudent et très contraire à l’éthique. Cela contribue directement à saper les efforts de l’ONU dans la résolution du conflit, par un travail à l’encontre du principe de la consultation du peuple du territoire. Les Sénateurs en refusant de rencontrer ou même de contacter les représentants éminents de la société civile sur le territoire, travaillent directement contre la position officielle de la France, qui soutient de droit du peuple sahraoui à l’autodétermination sur leur pays » a déclaré Marie Frison, présidente d’APSO, qui espère que le Ministère français des Affaires Etrangères va intervenir.
« Ignorer les voix qui travaillent pacifiquement pour le droit légitime à l’indépendance, est un fort regrettable signal à ceux poussent à des méthodes plus radicales contre les occupations illégales dans le monde » a déclaré M.Frison.
Les Sénateurs vont visiter les infrastructures autour de la pêche, du phosphate, de l’eau et de l’agriculture, en refusant d’entendre les explications des autochtones à qui cela a été confisqué, ils vont soutenir la colonisation. Un avis juridique de l’ONU, renouvelé par le Parlement Européen, a déclaré que la poursuite des l’exploitations des ressources naturelles du Sahara Occidental est illégale si les Sahraouis ne sont pas consultés.
Pour tout renseignement, contacter APSO,
APSOlument@yahoo.fr

Amis du Peuple du Sahara Occidental
Le 15 septembre 2010
Monsieur le Sénateur/Madame la Sénatrice
Dans nos deux précédents courriers à propos de votre visite au Sahara Occidental, nous vous avons demandé de rencontrer les représentants de la société civile sahraouie qui s’opposent au Maroc, et revendiquent l’application du droit international, pour la légitime autodétermination du peuple sahraoui.
Une coordination des 11 de ces organisations de défenseurs de droits des Sahraouis vous a adressé une demande d’audience en vous indiquant toutes leurs coordonnées, il vous est donc aisé de les contacter, puisqu’ils vous ont informés de leur disponibilité pour cela.
Nous vous rappelons que le Sahara Occidental est un Territoire Non Autonome, pour l’ONU et selon le droit international, c’est une colonie sous occupation marocaine. La Cour Internationale de Justice dans son Avis consultatif sur le Sahara occidental de 1975, a conclu qu'il ne pouvait établir aucun lien de souveraineté territoriale entre le Sahara Occidental et le Royaume du Maroc. Par conséquent, la Cour a déclaré applicable le "principe de l'autodétermination grâce à l’expression libre et authentique de la volonté des peuples du territoire ". (Rapport de la CIJ, 1975, p.68, § 162). L'occupation marocaine a été condamnée par l'ONU, et aucun état n’a reconnu les revendications marocaines.
« L’autonomie de la région » dont la presse vous attribue le soutien fervent, est une proposition qui va à l’encontre du droit international, à l’encontre de la position officielle de la France, et qui ne constitue en rien une solution au conflit. Cela fait perdurer le statu quo pendant lequel le Maroc pille illégalement les ressources du Sahara Occidental contre la volonté du peuple sahraoui, contre son bénéfice, et cela maintient 200 000 Sahraouis en exil avec leur république, dans une situation de survie précaire dépendante complètement de notre aide internationale.
Si lors de votre présence au Sahara Occidental, vous acceptez de ne recevoir de commentaires sur les infrastructures autour de l’eau, l’eau du quotidien, de l’agriculture, de la pêche, du phosphate, que les personnes autorisées par le colonisateur Marocain, sans entendre les remarques et explications des autochtones à qui cela a été confisqué, alors vous soutenez la colonisation.
Cela va à l’encontre de nos valeurs françaises, que vous représentez en votre qualité de sénateurs.
Notre organisation proteste contre cet état des faits, et vous demande encore une fois d’organiser une audience avec les organisations qui vous ont écrit.
L’épouvantail du terrorisme par lequel vous justifiez vos propos, selon la presse marocaine, trouve assurément un lit favorable dans un pays, le Maroc, dont l’impunité internationale cautionne toutes les violations des droits de l’homme, sur la base de la première, la colonisation par la force de la terre de son voisin.
Recevez, madame la Sénatrice, monsieur le Sénateur, nous sincères salutations
Pour APSO et réseau
La présidente d’APSO
http://ap-so.blogspot.com

La Compagnie Irrégulière, née de la marche Paris-Nice vous invite...

Par Métie Navajo, théâtre sans papiers, 17/9/2010
Au cours de la marche Paris-Nice à pied avec les sans-papiers s'est formée une petite troupe de théâtre que nous avons baptisée La Compagnie Irrégulière. De retour à Paris nous avons décidé de continuer à travailler et présenter notre création collective : TOUTE VIE EST UNE VIE (Marche à l'ombre), dont vous trouverez la présentation plus bas.
La Compagnie Irrégulière jouera la prochaine fois ce samedi 18 septembre à 17h30 au Moulin à Café dans le 14ème.
|le Moulin à café; 9, place de la Garenne, 75014 Paris, Métro Pernety
Le samedi 16 octobre à 19h nous serons au Garage Galerie G (23 rue des Lilas 75019 Paris, métro: Place des fêtes (ligne 11 et 7bis), http://lartaugarage.over-blog.com) dans le cadre d'une exposition/ festival sur les migrations intitulé "Routes et Déroutes".
Le vendredi 19 novembre enfin la compagnie participera aux Rencontres du Réel à la Gare au Théâtre à Vitry-sur-Seine.
Quelques fragments du quotidien des sans-papiers sur le territoire français, perçus à travers la lorgnette magique du théâtre… Scènes joyeusement tragiques d’interpellation, arrestation, interrogatoire, garde à vue, passages devant les juges et les consuls pour délivrance des laissez-passer, rétention, injection de calmants pour faciliter l’expulsion… et on en passe, mais pas des meilleures… Les lois qui se durcissent tranquillement permettent d’infliger aux étrangers des traitements de plus en plus inhumains… Il faut dire qu’un étranger, c’est pas vraiment un humain pour notre bien aimé ministère de l’Identité, Immigration et Intégration Nationale… Par chance il n’est pas encore exigé aux gens de mauvaise vie que sont les acteurs de présenter un titre de séjour avant de monter sur scène… Les irréguliers de la compagnie s’emparent donc de l’expression dramatique pour montrer leurs dramatiques situations, enseigner quelque chose de leur réel aux dimensions si absurdes qu’il en devient comique…
Le réel des irréguliers dépasse assurément toute fiction.
« 1. Les chasseurs déclarent :
Toute vie humaine est une vie.
Il est vrai qu’une vie apparaît à l’existence avant une autre vie.
Mais une vie n’est pas plus ancienne, plus respectable qu’une autre vie.
De même qu’une vie n’est pas supérieure à une autre vie. »
La Charte du Mandé – XIIIe siècle

jeudi 16 septembre 2010

Maroc : Nouvelle vie pour les bagnes des années de plomb


Par Yann Ngomo, Yabiladi, 15/9/2010
Kasbah d'Agdz
Symboles de la répression pendant les années de plomb, d’anciens centres de rétentions vont bientôt être élevés au rang de monuments historiques. La restauration de ces lieux chargés d’histoire va dans le sens de la préservation de la mémoire, mais la plus symbolique de ces prisons a disparu…
Tagounit
D’après l’AFP, le ministère de la Culture et le Conseil consultatif des droits de l’Homme (CCDH) auraient signé ce mercredi une convention permettant la transformation d’anciens centres de détentions secrets. Ces derniers deviendront des lieux de mémoire et des espaces culturels, l’objectif étant d’en faire des « espaces de préservation et de réhabilitation de la mémoire », souligne l’AFP.
Derb Moulay Chrif
Les lieux concernés sont les centres de détention des Kasbahs d’Agdez et de Tagounit dans la province de Zagora, les Kasbahs de S’koura dans la province de Ouarzazate, Kasbah Kelaât Megouna dans la province de Tinghir, ainsi que l’ancien centre de détention de Derb Moulay Cherif à Casablanca.
Derb Moulay Chr
Rappelons qu’une convention similaire avait été conclue en 2008 entre le CCDH et le ministère de l’Habitat. Il s’agissait alors de « convertir les endroits où se produisaient d’épouvantables abus de liberté pour en faire des places commémoratives qui célébreront l’espoir et l’avenir ».
Symboles des disparitions forcées, et d’autres violations des libertés commises durant les tristement célèbres années de plomb, les anciens centres de détentions devaient être restaurés, conformément à l’une des résolutions de l’Instance Equité et réconciliation (IER). Ladite résolution stipulait que « dans le cadre du règlement définitif des effets de la disparition forcée, l’instance s’est attelée à l’élaboration d’une nouvelle approche pour la sauvegarde de la mémoire, qui propose la reconversion des anciens centres illégaux de séquestration ou de détention en projets productifs et capables de préserver la mémoire».
Ahmed Marzouki
Mais ce nouvel effort de réconciliation des autorités marocaines aura-t-il tout son sens lorsqu’on sait par exemple que le plus célèbre de ces centres de détention a été détruit ? En effet son souvenir est encore frais dans les mémoires de ceux qui y ont vécu, mais il ne reste aujourd’hui, pratiquement rien de Tazmamart. Les cellules du bagne rasées en 2006, il ne reste aujourd’hui, que les tombes de ceux qui y ont péri, comme unique témoignage de ce qui s’y est passé.
Heureusement, il y a aussi des survivants de l’enfer de Tazmamart. Ahmed Marzouki est l’un d’eux.Il a d’ailleurs publié en 2000 un livre intitulé « Tazmamart, cellule 10 », en référence à la cellule qu’il occupait. Dans une interview qu’il a accordée à l’hebdomadaire marocain Tel Quel, il a ainsi déclaré « Tazmamart existera toujours dans nos chairs et dans nos cœurs. Les faits sont là. Nier l’existence du bagne est une insulte à la mémoire des disparus et à l’Histoire ». Ses souvenirs, et ceux des autres survivants, regroupés aujourd’hui au sein de l’Association des victimes du bagne de Tazmamart (AVIBAT), est une autre contribution précieuse à un passé bien sombre.

Le site Culture toute! voit le jour

Par Abdellatif Laâbi, 16/9/2010
Chères amies, chers amis,
Le site Culture toute ! qui s'ouvre aujourd'hui est désormais le vôtre. Il sera un outil collectif pour la réflexion et le débat sur la question culturelle et ses enjeux. A chacune, à chacun d'apporter sa contribution sous la forme de son choix. Il fonctionnera aussi comme un lien permanent entre nous pour toutes les initiatives qui pourront être prises dans le futur.
Bien cordialement,
Abdellatif Laâbi
L'adresse du site, à diffuser le plus largement possible, est la suivante : http://www.culturetoute.net

Pourquoi ce site ?
La création de ce site me permet d’abord de remercier vivement celles et ceux qui ont apporté leur soutien à l’Appel pour un pacte national de la culture. Je me réjouis de la grande diversité de leurs domaines d’intérêt et d’activité, et de voir figurer parmi eux un nombre impressionnant de nos créateurs et de nos intellectuels les plus féconds et les plus respectés. Même si la liste des signataires reste ouverte, un tel élan me donne à penser que l’Appel a déjà rempli sa fonction. Le relais s’impose maintenant, et il ne peut être que collectif. J’ose espérer que ce site sera l’outil d’un débat libre et transparent où chacun prendra sa part. Il accueillera ainsi à la fois des critiques circonstanciées du texte de l’Appel et, indépendamment de celui-ci, des réflexions de fond, des contributions sur tous les aspects de la question culturelle au Maroc, sans oublier les propositions concrètes sur la marche à tenir pour que le débat débouche sur des modalités d’action.
Culture toute ! Une façon d’exprimer un cap à tenir, un horizon à garder en vue, un combat pour que la culture soit mise au cœur du projet d’un Maroc des citoyens, dignes et responsables, humainement meilleurs.
A. L.
Comme de coutume, les responsables du site veilleront au respect de la libre expression des idées en se réservant le droit de refuser toute forme de propagande, d’incitation à la haine et d’atteinte à la dignité des personnes.
لماذا هذا الموقع؟
إن خلق هذا الموقع يسمح لي قبل كل شيء بتوجيه جزيل الشكر لكل اللواتي وكل الذين عبروا عن دعمهم لـ » النداء من أجل ميثاق وطني للثقافة « . ومن دواعي السرور،عند مراجعة لائحة الموقعين، ملاحظة التنوع الكبير لمجالات اهتماماتهم واشتغالهم وكذا ذلك العدد الهائل من مبدعينا ومثقفينا الأكثر إثراء ومصداقية. ومع أن اللائحة لا زالت مفتوحة لتوقيعات جديدة، فإن هذه الوثبة تدفعني للاعتقاد بأن النداء (كمبادرة فردية) قد أدى وظيفته، فاسحاً المجال الآن لانطلاقة جماعية. والأمل المعقود هو أن يصبح الموقع أداة للنقاش الحر والشفاف، يأخذ كل واحد منا قسطه فيه. المجال إذن مفتوح من جهة لمناقشة وإغناء نص النداء، ومن جهة أخرى، وباستقلال عن تلك الأرضية، للمساهمات الفكرية حول كافة جوانب المسألة الثقافية عندنا، بالإضافة إلى الاقتراحات الملموسة لكي يخلص الحوار والجدل إلى طرق للعمل والتعبئة.
عنوان الموقع، إشارة فقط إلى الوجهة التي يؤمل التمسك بها، إلى الأفق الذي علينا ألاّ نحيد عنه، إلى النضال الواجب خوضه لكي توضع المسألة الثقافية في صلب مشروع بناء مغرب المواطنين، المعززين والواعين بمسؤولياتهم، والأسمى إنسانية.
ع.ل
كما هو جاري به العمل، فأن المشرفين على الموقع سيسهرون على الحرية التامة في التعبير عن الأفكار كما أنهم سيمارسون حقهم في رفض أي شكل من الدعاية وإثارة الحقد أو المساس بكرامة الأشخاص.
Voir les réactions de Hafsa Bekri-Lamrani, Tahar Ben Jelloun, Kamal Benkirane, Mohamed Bennis, Faouzi Bensaïdi, Latifa Bouazza, Ahmed El Maanouni, Abdou Haqqi, Hassan Imami, Driss Jaydane, Mohamed Loakira, Rachida Madani, Fatiha Morchid, Rachid Moumni, Moubarak Ouassat, Sapho, Habib Samrakandi, Abderrahim Sijelmassi, entre autres…
Lire les contributions de
Hassan Wahbi : Pour une fidélité infidèle (l’appartenance élargie)
Salah Boussrif : Au ministre de la Culture, avant qu’il ne soit trop tard (en arabe)
Abdesselam Cheddadi : La traduction dans le monde arabe, une perspective historique
Abdellatif Laâbi : Pour un institut de la mémoire culturelle contemporaine au Maroc
Abdesselam Cheddadi : Identité et citoyenneté (en arabe)
Mohammed Bennis : Sur le projet du Pacte national de la culture (en arabe)
Nous exprimons notre gratitude à Jean Fauqué pour la conception de ce site, et à Mohammed Idali pour la réalisation de la calligraphie.

Sakineh Mohammadi Ashtiani : manifestation de soutien, Bruxelles ce samedi 18 septembre

Par Amnesty International,action septembre 2010

Merci aux milliers d’entre vous qui ont déjà soutenu et défendu Sakineh Mohammadi Ashtiani, jeune femme iranienne condamnée à la lapidation.  La mobilisation internationale a en effet permis d’infléchir les autorités iraniennes qui ont suspendu l’exécution.  
  Sakineh étant toujours menacée, Amnesty International participera à une manifestation de soutien, ce samedi 18 septembre à Bruxelles.
10h30 : rassemblement à la Place du Luxembourg. (Situer sur une carte)
11h : marche vers les bâtiments de la Comission européenne (devant la place du Luxembourg)
12h : prises de parole
Vous pouvez être à Bruxelles ce week-end ou vous connaissez des personnes qui y seront ? Alors rejoignez-nous et aidez-nous à promouvoir la manifestation : téléchargez et imprimez l’affiche, placez-la à votre fenêtre, dans votre voiture, transférez-la par mail, publiez-la sur facebook, sur Twitter...
Pour Sakineh mais aussi pour les sept autres femmes et pour les deux hommes qui sont condamnés à cette même sentence actuellement en Iran, une grande mobilisation populaire s'impose. La lapidation et les graves violations des droits humains commises en Iran requièrent une réaction d'urgence de la communauté internationale.

France-23 septembre : La mobilisation mettra ce pouvoir en crise

Par La Fédération, 16/9/2010

Nous connaissons le moyen pour gagner contre Sarkozy et obtenir le «retrait» de sa loi sur les retraites.
Une grève de masse, reconductible, une grève qui se généralise et perturbe vraiment le fonctionnement des entreprises, soutenue par des manifestations massives qui permettent aux retraités, aux chômeurs, à tous les précaires et sans emplois salariés de participer à la mobilisation.
Oui ! Cela peut bloquer l’économie du pays et faire plier ce gouvernement.
Le vrai responsable, c’est le Président et sa majorité qui ne vaut pas mieux. Menteur, il avait dit en 2007 qu’il ne toucherait pas au régime des retraites. Ni lui ni ses députés n’ont de légitimité pour imposer leur réforme des retraites, sauf celle des puissants du moment et du MEDEF.
En réalité, cette réforme est rejetée par le plus grand nombre. S’il voulait démontrer le contraire, Sarkozy devrait soumettre une question simple sous forme de référendum : « Oui ou non, voulez-vous que ce projet de réforme soit adopté?». Il pourrait aussi jouer du De Gaulle : « Je dissous l’Assemblée! Prouvez qu’une majorité différente existe! Sinon acceptez!».
Sarkozy ne fera ni l’un ni l’autre sauf si une crise politique imposée par un mouvement de grève généralisée et reconductible l'y contraint. Voilà comment se dessine l’horizon avant le 23 septembre et ce 29 septembre de mobilisation à Bruxelles Lire.. pendant que deux pays, la Grèce et l’Espagne, Lire.. seront en grève générale.
Oui, Sarkozy peut être battu. Une seule condition : qu'on s'y mette vraiment !
Oui, le retrait de cette réforme des retraites peut mettre un coup d’arrêt à la destruction de tous les systèmes de solidarité et de sécurité sociale.
Oui, cela sera la meilleure façon de faire cesser toutes ses attaques sécuritaires qui veulent développer la peur, avec la loi Besson (Lire) et les suivantes (Appel contre les soins sécuritaires ), les divisions, la xénophobie.
Ouvrir l’horizon
Qu'est-ce qui retient les forces syndicales, associatives, politiques, de la gauche ?
En faisant cesser les exonérations de cotisations distribuées à des patrons qui ne créent pas d’emplois mais en suppriment, l’avenir des retraites est assuré pour quelques années. Pour les améliorer, d’ici 2020, il faudrait, nous dit-on, 100 milliards. Ils sont vite trouvés si on reprend un calcul simple et pratique fourni par l’autre actualité (celle de tout cet argent dans lequel se vautrent les amis de sa majesté Nicolas).
Un photographe comme François-Marie Banier a touché un milliard : le résultat d’impôts non versés, d’intérêts d’emprunts que l’État a donnés en cadeaux à des spéculateurs qui en font des profits ou des avantages entre proches… Il y aura bien deux cents à trois cents « Banier » parmi le Premier Cercle, géré par Woerth, et parmi les quelques grandes familles qui dirigent le CAC-40.
On peine à imaginer de telles richesses !
Un coup de réforme sociale énergique (pas une contre-réforme pour les profiteurs, évidemment !)... et nous voilà avec 100 milliards ou plus qui pourraient être gérés en fonction des mesures les plus urgentes, sous un contrôle démocratique et socialisé.
Un pas vers une révolution démocratique ! (Lire textes de l’université d’été )
Evidemment, cela fera lourdement discuter dans le PS, et un peu dans Europe Ecologie ! Mais le débat peut amener des reclassements, ainsi qu’une modification du débat public et des rapports de forces dans toute la population. A condition, bien entendu, que toutes les autres forces, qui veulent une transformation sociale et écologique, se regroupent et pèsent ensemble dans cette discussion.
L’heure n’est certainement pas à « discutailler » sur le parti de la gauche de gauche qui a le meilleur candidat médiatique pour 2012 !
L’heure est à peser ensemble pour que toutes les forces convergent et se confortent.
Au mensonge des dirigeants de cet état autoritaire, opposons la démocratie et débattons collectivement de ce qu'il faut faire.
Partout, suscitons ces débats, dans la préparation des grèves, dans les meetings contre la réforme des retraites, dans toutes les mobilisations contre la politique répressive.
Et deux et trois et quatre ou cinq millions dans la rue, plusieurs jours et en convergence avec les actions européennes !
Oui on peut les obliger à reculer !
Une défaite de cette majorité, c'est un pas vers la démocratie et 
une société plus juste.

mercredi 15 septembre 2010

Algérie- corruption : vives protestations après la condamnation de Djilali Hadjadj

  Par JULIE RAFONDRIAKA, Economia, 14/9/2010  
Djiladi Hadjadj
La condamnation à 6 mois de prison avec sursis du président de l’Association algérienne de lutte contre la corruption et représentant de Transparency International en Algérie, Djilali Hadjadj, a indigné de nombreux défenseurs des droits humains et ONG internationales. Tous ont dénoncé un procès inique qui a « visé plus l’homme que les faits », selon les termes de son avocat. L’arrestation de Djilali Hadjadj pour une sombre affaire de certificats médicaux qu’il a délivrés, en sa qualité de médecin, à son épouse, avait déjà soulevé un tollé. Reporters Sans Frontières et Transparency International ont dénoncé un prétexte utilisé par les autorités algériennes pour « faire taire un homme qui n’a eu de cesse de dénoncer la corruption en Algérie ».
Connu pour ses virulentes attaques contre la corruption qui est devenue une véritable gangrène en Algérie, Djilali Hadjadj s’était distingué par ses critiques contre de récentes initiatives prises par le président Bouteflika dans le cadre de la lutte contre la corruption dans le pays. Depuis, les services algériens étaient sur les dents contre le président de l’Association algérienne de lutte contre la corruption.
L’affaire de Djilali Hadjadj rappelle d’ailleurs à s’y méprendre, l’épisode de l’emprisonnement du journaliste-écrivain Mohamed Benchicou, condamné en 2004 à 2 ans de prison pour une obscure violation de la loi sur le contrôle des changes. Intraitable pourfendeur de la corruption en Algérie, Djilali Hadjadj est connu pour ses écrits dénonçant l’implication de hauts responsables dans des affaires de corruption. Il a également collaboré à l’ouvrage collectif « Notre ami Bouteflika : De l’Etat rêvé à l’Etat scélérat ».
Source : La Lettre Med

SAHARA OCCIDENTAL : Le Maroc grince des dents

Par Mohamed Touati, L'Expression, 9/9/2010
Le projet de régionalisation des territoires occupés, que s’apprête à mettre en œuvre le gouvernement marocain de manière unilatérale dans le cadre de son projet d’autonomie, pose le problème de leur appellation.
Sahara occidental ou Sahara marocain? 
 Les propositions de dénomination de la terre du peuple sahraoui tournent autour de ce «casse-tête». Les avis divergent. La polémique s’installe et fait rage. Le parti Authenticité et modernité, créé en 2008, qui regroupe pas moins de cinq partis politiques (Al Ahd, le Parti de l’environnement et du développement, l’Alliance des libertés et el moubadara, Parti de l’initiative citoyenne pour le développement) piloté par Fouad Ali El Himma, ex-ministre délégué à l’Intérieur, proche du prince héritier, est à l’origine de certains échanges d’amabilité. La raison: il propose notamment, de regrouper les provinces du Sud (les territoires occupés, Ndlr) en une seule région, qui portera le nom de «Sahara occidental». Le Front Polisario pourrait évidemment se présenter aux éventuelles et chimériques futures élections mais comme un parti politique marocain parmi d’autres. Un scénario diabolique qui relève d’un des rêves les plus fous de Mohammed VI. On n’en est pas encore à ce stade. Ce funeste projet, qui ne représente qu’une simple vue de l’esprit, fait pourtant déjà grincer des dents. L’Association du Sahara marocain (ASM), s’est montrée outrée, voire scandalisée par de telles propositions dans un communiqué rendu public le 1er septembre 2010. Selon l’ASM, une association marocaine, qui revendique quelque trois cents membres, favorable au projet d’autonomie marocain dont le président Réda Taoujni est indésirable dans les camps de réfugiés sahraouis de Tindouf, ces propositions ne sont qu’une insulte au peuple marocain. «Un regroupement des provinces du Sud ne ferait que raviver les tensions. De plus, proposer la dénomination de «Sahara occidental» serait un acte de faiblesse et d’échec face à nos ennemis. Plus que cela, parler le langage de l’ennemi serait une insulte au peuple marocain en entier», indique le texte de l’association publié sur le site d’Aujourd’hui le Maroc. L’Economiste, premier quotidien économique du Maroc qui a largement commenté les suggestions du PAM, a estimé, quant à lui, audacieux l’appellation «Sahara occidental». «De quoi décoiffer plus d’un alors qu’il y a peu de temps encore, rien que l’évocation de ce qualificatif pouvait être une source d’ennuis. Les temps changent et le PAM veut accompagner le mouvement. Il va plus loin en voulant permettre au Polisario de travailler en tant que parti politique au sein du Sahara dans le cadre de l’autonomie et la régionalisation avancée», écrit la publication.
La partition du Sahara occidental semble s’être jouée. Smara, El Aâyoune...hauts lieux de la résistance sahraouie se sont-elles livrées pieds et poings liés aux forces d’occupation marocaines? La question ne s’est point posée. La presse marocaine, sans admettre l’irréalisme d’un tel projet, remet malgré tout les pieds sur terre comme pour dire «Arrêtons de rêver!».
Un rare moment de lucidité. «Vraisemblablement, le PAM se transpose dans un futur où le plan d’autonomie proposé par le Maroc serait accepté par le Polisario et l’Algérie», fait remarquer le quotidien Aujourd’hui le Maroc. Le rêve n’est pas interdit. Sahara marocain ou province du Sud, le trône marocain triture dans tous les sens et met à toutes les sauces un territoire qu’il occupe indûment et par la force depuis plus de trente-cinq ans. L’Organisation des Nations unies n’a jamais tergiversé.
Le territoire que se disputent le Front Polisario et le Maroc s’est toujours appelé: Sahara occidental. Il désigne une des dernières colonies au monde. La résolution 1920 adoptée par le Conseil de sécurité de l’ONU recommande la tenue d’un référendum d’autodétermination qui puisse garantir au peuple sahraoui de se prononcer librement quant à son indépendance. Le reste n’est qu’élucubrations, diversions, littérature et grincements de dents.
http://www.lexpressiondz.com/article/2/2010-09-09/80499.html

France :Tous en campagne pour l'Ecole Publique

Objectif : 300 000  signatures d'ici le 9 décembre 2010
Par Laurent Escure, 9/9/2010
Madame, Monsieur,
Grâce à votre engagement, l'Appel national pour l'École publique réunit aujourd’hui plus de 242 000 signatures. C’est la plus importante action de promotion et de défense de l’École Publique depuis près de 20 ans. De plus, le choix de la tourner vers nos concitoyens commence à porter ses fruits comme en attestent les dernières enquêtes d’opinion.
Les organisations signataires ont décidé de poursuivre cette campagne et d’ouvrir une nouvelle phase de signatures pour cette rentrée, du 9 septembre au 9 décembre. Durant cette période, et notamment lors du débat parlementaire sur le budget 2011, nous interpellerons, au nom des pétitionnaires, les élus (parlementaires, président des exécutifs locaux),  le président de la République, le Premier ministre, le Ministre de l’Education Nationale, ainsi que les responsables des partis politiques.
L’Ecole Publique qui souffre déjà depuis de nombreuses années, va en effet être à nouveau frappée par 16 000 suppressions supplémentaires dans le budget 2011. Nous devons marquer notre opposition à cette destruction programmée de notre Service public, laïque et gratuit d’Education. Nous souhaitons donc, avec votre aide,  rassembler plusieurs dizaines de milliers de signatures pour dépasser le cap significatif de 300 000 citoyens-militants de l’Ecole Publique.
Vous pouvez pour cela :
-         envoyer ou renvoyer le lien de la pétition à des proches, des amis ou des collègues en les invitant à le diffuser à leur tour : http://www.appelpourlecolepublique.fr/.
-         d’inviter de nouvelles personnes à signer en utilisant ce lien : http://www.appelpourlecolepublique.fr/transf.php
 « L’École publique, laïque et gratuite crée le lien social indispensable pour faire face aux défis d’un monde en crise. C’est elle, et elle seule, qui permet de garantir la cohésion sociale. »
Ces premières phrases de l’ « Appel » ont une résonnance particulière au moment où la crise frappe une grande partie de  nos concitoyens. Elles prennent aussi un relief particulier avec les récentes orientations du sommet de l’Etat qui divisent, fragmentent, et finalement dressent, les uns contre les autres, ceux qui vivent dans notre pays. La défense et la promotion de notre modèle d’Ecole publique laïque et gratuite devient donc aussi un impératif démocratique.
Très cordialement,
Pour l’ensemble des organisations nationales signataires :
DDEN, FCPE, SE-UNSA, UNL, UNEF, LMDE, APAJH, UNSA-EDUCATION, FERC CGT, SNETAA EIL, FGR-FP, CGT EDUC ACTION, FAEN, ADLPF (ASSOCIATION DES LIBRES PENSEURS DE FRANCE), A ET I, SNPDEN, SNIES, UNSA, SNPTES, SUP'RECHERCHE, CNAFAL, ANATEEP, UFAL, SIEN, UNSA LABOS EDUCATION, SNCL, L'APPEL DES APPELS, SNASEN, ADFE, SNMSU, SNPSYEN, GDID, SUDEL, UNSA TECHNICOLOR, FNER, RNCE (RESEAU NATIONAL DES COMMUNAUTES EDUCATIVES), CDPEPP (DEFENSE DE L’ECOLE PUBLIQUE DE PROXIMITE), UDAS (UNION DES ALTERNATIVES SYNDICALES), CONVERGENCE REPUBLICAINE, UNSA MAIF, SGL (SYNDICAT GENERAL DES LYCEENS), FLE ( FRONT DE LUTTE POUR L'EDUCATION), SNEA

mardi 14 septembre 2010

Maroc : Des nouvelles des mineurs de SMESI

Par Ali Fkir, Comité de solidarité avec les ouvriers de SMESI (CSOS), 14/9/2010
COMMUNIQUÉ
Les 850 mineurs de SMESI ( Khouribga) licenciés abusivement par l'OCP (1er groupe économique du Maroc) ont gardé ces derniers jours une trêve suite aux promesses faites par des personnes du cabinet royal quant à la satisfaction de leurs légitimes revendications.
Rappelons que ces centaines de prolétaires et leurs familles vivent depuis bientôt 15 mois une véritable descente aux enfers:
- Licenciement abusif
- Harcèlement répressif
- Agression physique
- Arrestations arbitraires
- Procès iniques
- Condamnations à des peines de prison fermes
- Déscolarisation des enfants
- Divers drames sociaux
.......
Le bureau syndicat (UMT) des ces victimes de l'arbitraire vient de publier un communiqué où il réitère leurs légitimes revendications.
De même l'Union locale des syndicats de l'UMT (Khouribga), la section de Khouribga de l'AMDH ont publié ces derniers jours des communiqués de solidarité avec ces victimes de l’arbitraire.
Le Comié de solidarité avec les ouvriers de SMESI(CSOS) réaffirme quant à lui sa solidarité inconditionnelle avec ces prolétaires et se tient prêt à reprendre ses actions dans le cas où les promesses faites ne soient pas tenues.
Nous nous adressons à toutes les organisations syndicales et associatives, à tous et à toutes les ami-es des causes justes (au Maroc et l'étranger) de ne pas desserrer la pression sur le gouvernement marocain, véritable responsable de ce drame social.
Le CSOS exige :
- La réintégration des ces prolétaires licenciés abusivement par l’OCP, le géant groupe étatique
- Leur titularisation au sein de l’OCP
- Le respect de leur choix syndical
-----------------------------------
Communiqué du bureau syndical des ouvriers de SMESI
(en arabe)
الاتحاد المغربي للشغل
نقابة عمال سميسي ريجي بخريبكة
بيـــــــــــــــــــان
لازالت السلطات المحلية بخريبكة تكرس انحيازها السافر لإدارة الفوسفاط من خلال مناوراتها الجديدة القديمة الهادفة إلى ربط العمال بشركات وهمية بغية التنصل منهم بعد ذلك، من خلال تسخير ثلة من المقدمين و الشيوخ و القياد و الباشوات الذين عمل بعضهم على الضغط على أحد العمال من أجل التوقيع مع شركة وهمية مدة محددة و من تم نقله الى مكان عمله بسيارته الخاصة، فضلا عن ذلك لازالت السلطات المحلية تسعى الى بث الشائعات من خلال وسائلها المعروفة لزرع البلبلة و الفتنة بين صفوف العمال الذين أبانوا غير ما مرة عن مناعتهم التأطيرية و التنظيمية ضد كل ما من شأنه أن يشتت وحدتهم.
وقد سعت السلطات المحلية منذ اندلاع الأزمة الاجتماعية الى رفع تقارير كاذبة إلى الجهات العليا هدفها تشويه صورة نقابة سميسي وقد وجد العمال صدى هذه التقارير الكاذبة كلما تنقلوا الى الرباط، وكان المبتغى من ذلك كله خدمة الطرف الاقوى إدارة الفوسفاط ضد الطرف الأضعف عمال سميسي لتبرير الظلم المسلط عليهم و التغطية على حقوقهم المشروعة. أما الطرف التاني المسؤول المباشر عن هذه الفضيحة الاجتماعية فهو إدارة الفوسفاط التي لازالت تدبر ملف التشغيل وفق المبدأ الاستعماري"المغرب النافع و المغرب الغير نافع" وضرب مبدأ الجهوية من خلال تهميش عمال سميسي و تجريدهم من كرامتهم و آدميتهم رغم أنهم من أبناء المنطقة التي تعرف استثمارات فوسفاطية ضخمة جعلت القطاع يعرف خصاصا مهولا في الموارد البشرية المؤهلة معرفيا و مهنيا وهي شروط تتوفر في عمال سميسي باعتراف مسؤولي الفوسفاط بحكم السنوات التي قضوها في مختلف الأوراش التابعة لإدارة المجمع التي لازالت تصر على معالجة هذا الملف الاجتماعي رغم معرفتها لحيثياته و حقائقه وفق عقلية الغالب و المغلوب، وعلى هذا الأساس فإذا كانت الإدارة الفرعونية تعتبر تجويع الاطفال و النساء و من يعولهم لأزيد من 15 شهرا انتصارا و مفخرة لها فهنيئا بهذا الإنتصار! وسيكتب لها التاريخ ذلك !.
وفي سياق هذه الظروف و الملابسات خرج المعتقلون الشرفاء من سجنهم بعد ان حكم عليهم ظلما و جورا بأربعة أشهر سجنا نافذا و غرامة مالية قدرها 500 درهم مقابل ترك الجلادين الذين تسببوا في هذا الاحتقان الاجتماعي الغير مسبوق و على رأسهم " نبزار" المدير السابق للقطب المنجمي رمز الحرس القديم و الذي نحتفظ بحقنا في متابعته و ملاحقته قانونيا و حقوقيا في الوقت المناسب.
وانطلاقا مما سلف ذكره فإننا :
1- نعلن تشبثنا الكامل بمطالبنا المشروعة المتمثلة في رجوع العمال دون قيد أو شرط إلى أماكن عملهم و إدماجهم في قطاع الفوسفاط تفعيلا لمذكرة الرئيس المدير العام PDG-I-01 وإسوة بمن سبقهم.
2- ندعو الجهات العليا المسؤولة في هذا البلد إلى إنصاف عمال سميسي ورد حقوقهم المغتصبة إليهم بعد تجويع و تشريد دام أزيد من 15 شهرا خصوصا إذا أخذنا بعين الاعتبار بعض المناسبات الاجتماعية كشهر رمضان و الدخول المدرسي.
3- نوجه رسالة واضحة إلى كل الجهات المعنية بملفنا الاجتماعي مفادها أننا عبرنا غير ما مرة عن حسن نوايانا بتجميد النضال في الكثير من المحطات عبر مسيرتنا النضالية آخرها المهلة التي لازالت سارية المفعول لحد الآن و التي نتمنى أن تفضي الى وضع حد لقضية اجتماعية طال أمدها دون مسوغات قانونية أو اقتصادية.
4- ندعوا كافة العمال إلى المزيد من رص الصفوف ولم الشمل و التعبئة الشاملة استعداد لما ستسفر عنه الأيام المقبلة.
- وفي الأخير يدعو جميع الهيئات السياسية، الحقوقية، المدنية، المنابر الإعلامية والفعاليات المناضلة لمساندة ودعم نضالات عمال سميسي ريجي في معاركهم النضالية.
عن المكتب
خريبكة، في: 07 شتنبر 2010
عاشت وحدة العمال صامدة و مناضلة
عاش الاتحاد المغربي للشغل

Les Roms, ou Rroms, c'est qui ?


La Raoult du Rom
Par LAURENT MACABIES, Bakchich, 9/9/2010
Roumain, sans pays, venu d’Autriche et d’Allemagne… La définition du Rom selon "Le Petit Raoult Illustré" varie à sa convenance. En bref : "On ne sait pas d’où vous venez… mais retournez-y !".
« Chasse aux sorcières », « droits violés », « inacceptable », « contraire aux valeurs de l’UE »… D’après les Dernières Nouvelles d’Alsace (08/09), la plupart des députés européens n’y sont pas allés avec le dos de la cuillère au Parlement de Strasbourg pour critiquer la politique de la France à l’égard des Roms.
Mais, c’est vrai quoi, à la fin : qu’est ce qu’un Rom (ou plus exactement un « Rrom ») ?! Ce ne sont pas les Jeunes Populaires trouvés à l’Université d’été de l’UMP (31/08) qui ont fait avancer le schmilblick…
Au cours de la joyeuse sauterie organisée par le parti de la majorité, Bakchich a heureusement eu la joie de croiser Éric Raoult (si la vidéo ne se déclenche pas, vous pouvez la visionner ici sur dailymotion).
La Raoult du Rom sur Yahoo! Vidéo
http://www.bakchich.info/La-Raoult-du-Rom,11776.html
Le charitable député-maire du Raincy (Seine-Saint Denis), qui avait justifié il y a quelques années le très faible taux de logements sociaux dans sa ville en arguant que « Le Raincy, c’est pas Bamako », commence tout en sobriété. « Les Roms, c’est environ 10 à 13 millions de personnes qui vivent sur plusieurs pays, la Hongrie, la Roumanie, la Bulgarie… C’est un peuple orphelin », indique Raoult compatissant. Avant de reprendre ses esprits : « Un peuple orphelin qui n’a pas compris une chose, c’est qu’on ne peut pas venir s’établir en France ».
Pour Éric Raoult, le Rom est tour à tour Roumain (« Même si on est natif de Roumanie, il faut accepter les règles ») puis « apatride » quand on lui fait remarquer que dans ce cas, le Rom fait partie de l’Union Européenne. Ah, ben tout va bien alors : ils ne peuvent pas être Européens puisqu’ils n’ont pas de pays ! Zut, un petit détail chiffonne : dans ce cas on va les expulser vers quelle patrie ces apatrides ?!
Éric se lance dans un dernier Raoult d’honneur : « Si ces personnes sont apatrides, elles sont bien souvent venues de Bulgarie, de Roumanie ou parfois de Hongrie, elles ne sont pas venues en avion, elles sont venues en passant par l’Autriche, par l’Allemagne… » Comprenne qui pourra. Ces quelques emberlificotages ne font pas oublier au député-maire UMP sa définition : « les Roms, c’est un peuple sans pays, nous ne pouvons pas permettre qu’ils s’établissent en France comme si c’était leur pays ». En résumé : « On ne sait pas d’où vous venez… mais retournez-y ! » Si avec Le petit Raoult Illustré, les Roms n’ont pas compris qu’ils doivent vite nous quitter…
Un Rom, Kezaco ?
Nom d’un apatride, on n’est pas plus avancé ! Fin juillet, à la suite des propos de Nicolas Sarkozy sur « les problèmes que posent les comportements de certains parmi les gens du voyage et les Roms », le journal La Croix et le site 20minutes.fr ont dénoncé l’amalgame du chef de l’État et ont tenté de définir un « Rom ». On distingue les Roms migrants venus de Bulgarie et de Roumanie (donc citoyens européens), sédentaires dans leur pays d’origine où ils ont fui la précarité et la violence, et les Roms installés en France depuis des générations, dont certains dès le 16è siècle, que l’on appelle Tsiganes, Gitans, Manouches ou Yéniches selon leurs origines. À la différence des « gens du voyage », « beaucoup d’entre eux sont sédentarisés », notait La Croix.