Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

samedi 28 mai 2011

Maroc, 21/22/23 mai : Manifestations non-violentes et répression policière sauvage à Mohammedia et Rabat

Par Ali Fkir, 21/22/23 mai 2011

La grogne des bidonvillois

Le samedi 21 mai 2011, vers 18h, les bidonvillois (essentiellement des femmes et des enfants) des douars Bradaâ, d'Al Massira, les habitants de Riyad Essalam (je n'étais pas dans ce dernier pour voir l'importance de la manifestation), sont sortis dans des cortèges indépendants exprimer publiquement leur colère. Depuis des années, sinon des décennies on leur promet un logement décent. Promesses non tenues. Pour ces victimes du système en place, l'Etat marocain est devenu un Etat "insolvable".
Ces deux grands bidonvilles ont été toujours considérés comme réservoir de "voix électorales", comme réservoir de main d'oeuvre à bon marché pour les capitaliste, comme réservoir de "bonnes à tout faire", comme réservoir pour visualiser les "liesses populaires" au cours des visites officielles...ces citoyens, sans droits de citoyenneté, ont été toujours humiliés.
Aujourd'hui, ils en ont ras le bol: humiliés, excédés, dégoûtés, exclus, marginalisés, exploités...les habitants des deux grands bidonvilles de Mohammedia ont décidé de crier haut et fort leur colère, de revendiquer, tête haute, leurs droits.
Les diverses forces de "l'ordre" ont empêché les divers cortège d'aller au centre de Mohammedia.
Rappelons que les services de la préfecture ont reçu au cours de la semaine les représentants du bidonville Chanti Jedid qui est toujours à l'avant-garde de la lutte pour un logement décent. On leur a montré le terrain réservé à leur relogement. Les travaux débuteront, selon les autorités, dans les deux mois qui suivent.
Bravo les bidonvillois-es de Mohammedia et le mouvement du 20 février 2011 qui est à l'origine de la libération de nouvelles énergies de la résistance populaire.
Les bidonvillois ne sont plus ce "lumpenprolétariat" méprisé/craint par la société "civilisée", ce sont des travailleurs entassés dans des conditions inhumains, des travailleurs aujourd'hui en grogne contre les décideurs.
-----------------------------------
22 mai inoubliable
La ville de Mohammedia a connu une journée inoubliable. Ses habitants en général, et surtout les bidonvillois, n'ont pas manqué le rendez-vous avec l'Histoire.
Dés le matin, Mohammedia Al Alia fut l'objet d'un quadrillage répressif impressionnant. Le point de départ de la marche prévue pour 18h30 est impénétrable. La place Al KARAM est inapprochable. Les rond-points sont occupés...
La jeunesse du 20 février a prévu le départ à 17h30 de 3 marches des quartiers "sensibles" qui devraient se converger vers le point de départ de la grande marche à 18h30 (le rond-point où se rencontrent l'Avenue de la Palestine et l'avenue de la Résistance).
A 1730 une marche est partie des deux grands bidonvilles Bradaâ - Al Massira; la deuxième de Errachidia; la troisième Hassania-Hay Annasr
Les forces de répression ont agressé cette dernière, bloqué les deux autres. Ce qui a déclenché la colère des masses populaires qui ont forcé les barrages. Les jeunes bidonvillois étaient prêts à mourir. Ils forçaient les barrages, se jetaient dans la mêlée. Des groupes en colère sortaient de toutes les ruelles. Les forces de répression ont perdu le contrôle de la situation, les "chefs" désemparés ne savaient que faire devant la fureur des femmes et des jeunes, surtout de celles et de ceux venus des bidonvilles. Pour les "chefs" la seule solution restait le tir à balles réelles, donc prendre la responsabilité d'un véritable carnage, et dans ce cas c'est le soulèvement général, et Mohammedia serait une ville à sang et à feu.
Vers 19h une grande marche est partie du côté du bidonville Chanti Jedid, les marcheurs ont forcé de nouveau des barrages...vers 19h30 tout ce monde s'est retrouvé avenue Abdelkarim Al Khattabi devant le local de la CDT. Après un sit in d'une heure, les protestataires ont quitté la place et cela après la libération des détenus. Pour le moment on ne signale pas de blessés graves.
La marche, plutôt les marches du 22 mai, vont marquer l'histoire de la résistance des travailleurs, des démunis et surtout des "femmes du peuple" et des jeunes bidonvillois de la ville de Mohammedia.
Il fallait voir des centaines de jeunes qui, prêts à mourir, foncent à toute allure sur les barrages de militaires, des policiers, des forces auxiliaires...
La ville de Mohammedia a évité de justesse un véritable carnage.
La responsabilité de la détérioration de la situation incombe entièrement à ceux qui ont décidé d'interdire les marches pacifiques décidées par les jeunes de 118 villes du pays.
Bravo jeunes du 20 février!

-------------------------------------

LA RÉSISTANCE RIEN QUE LA RÉSISTANCE!
http://www.youtube.com/watch?v=71pB91_aYng&feature=share
"Leur" version :
- Le piètre ministre de la communication dira: rien à signaler à part les inaugurations de chantiers, al mawazine...
- La chaîne 2M: bienvenue aux soirées de la danse et aux bouffonneries des acteurs politiques aliénés aux makhzen
- La autres chaînes: vive tout sauf l'opposition à la tyrannie
- Les imams des mosquées makhzanienne: l'enfer accueillera les jeunes du mouvement 20 février car ils revendiquent la justice sociale alors que tout est programmé dans le ciel
- Les déserteurs et autres arrivistes: falsifions tout pour plus de miettes
- Les partis parlementaires: vivent la monarchie, nonobstant sa forme, pour un siège de plus.
- Les sapeurs-pompiers politiques (et syndicaux) aliénés et autres appendices makhzaniens: attention au feu, nous y perdrons aussi.
Nous nous disons:
- Vive la révolte de la jeunesse!
- Vive la résistance des des travailleurs!
- Vive la résistance des bidonvillois!
- Vive la mobilisation du peuple marocain contre la tyrannie!
- Vive la femme marocaine qui est entraîne d'écrire des pages d'Histoire sur sa participation avant-gardiste dans la lutte de la dignité, de la libération, de l'épanouissement...!
- Vive le mouvement du 20 février!
- Bravo les composantes du mouvement de 20 février qui ont su bâtir un front de lutte contre la tyrannie makhzanienne!
------------------------------------------------

...et gare à la revanche
quand les pauvres s'y mettront!

Le mouvement de 20 février au Maroc est un mouvement des masses populaires. Il est à l'origine des centaines de sit in et de marches qui ont drainé des centaines de milliers de personnes. C'est un mouvement dont les légitimes revendications sont nettes et claires. C'est un mouvement qui évite la confrontation avec les forces de répression. C'est un mouvement qui n'encourage en aucun cas la violence élitiste.
Il parait que les décideurs dans ce pays, les gens qui détiennent les rênes du pouvoir, en un mot la tyrannie makhzanienne souhaitent noyer le mouvement du peuple marocain dans le sang des victimes. Les tyrans n'ont rien à donner au peuple sauf la matraque et éventuellement les balles réelles. Les classes dominantes ne veulent rien lâcher. Elles sont prêtes à utiliser tous les moyens pour défendre les fortunes colossales bâties au détriment des deniers publics, au dépens des millions de travailleurs qui triment sans répit contre des salaires de misère, au détriment des paysans pauvres expropriés et entassés dans des bidonvilles sans ressource aucune....
Tous ces parasites payeront certainement cher, très cher, le prix de toute escalade contre le peuple en lutte pour ses légitimes droits.
Messieurs, continuez à jouer avec le feu, les opprimés n'ont rien à perdre sauf les chaînes qui les empêchent de vivre librement!
La voie choisie par le mouvement du 20 février est la plus appropriée à la situation actuelle. Mais disons toutes et tous aux tyrans:
...et gare à la revanche quand les pauvres s'y mettront!

----------------------------------------------------

Des voyous makhzaniens insultent et tabassent des symboles de la résistance du peuple marocain

Vers 22h30 du dimanche 22 mai 2011, une quarantaine de représentant-es des forces vives (politique, associatives, syndicales) du pays s'étaient présentées au wilaya de la police de Rabat pour s'enquérir du sort des détenus (suite à la marche réprimée dans le sang, marche organisée le 22 mai par la jeunesse du 20 février).
La délégation a été reçue par la matraque: Amine Abdelhamid (vice-président de l'AMDH), Mouad El Johri (secrétariat national d'ANNAHJ ADDIMOCRATI), un responsable d'Al Adl, Zaïna Oubihi (militante d'ATTAC et de l'AMDH)... ont été sauvagement tabassés.
Les membres du comité restreint de "discussion" ont été molestés, insultés: Abderrahman Ben Amre (de la direction du PADS), Khadija Ryadi (présidente de l'AMDH), El Hamdaoui ( de la direction d'AL ADL), Drissi Abderrazzak (UMT),Hannouf (avocat et je crois, sauf erreur, militant du PSU).
Des propos dégradants à l'encontre de Ben Amre, Ryadi; Idrissi, El Hamdaoui, Drissi, Hannouf ? C'est très grave. Cela démontre que la "formation" des gens des "forces d'ordre" est une formation de "voyourie" (pardon maître Molière pour cet intrus "concept").
Ali Fkir (23 mai 2011)
NB:
Au niveau de Rabat, on signale 15 détenus (suite à la répression du 22 mai), et 7 femmes du quartier populaire Yacoub Al Mansour, suite aux protestations des démuni-es dans le quartier.

Elle a osé sortir le dimanche 22 mai pour marcher pacifiquement avec le mouvement du 22 février au Maroc, le pays dont le régime est l'un "des enfants ô combien gâtés !" des Etats occidentaux. C'est le modèle de la démocratie dans les "pays du Sud"!
-----------------------------------------------
Après le carnage du 22 mai 2011 Abdelhamid Amine explique :
http://www.youtube.com/watch?v=wCpvmUBnUMk
--------------------------------------
Vidéo qui relate la manifestation (Trocadéro-Ambassade du Maroc) organisée le 22 mai par le Mouvement Marocain du 20 février Paris/Ile-de-France
http://www.youtube.com/watch?v=sI6JexjZvC4