Chers amis lecteurs solidmar,


Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

samedi 4 juin 2011

5 juin: on marche aussi à Bruxelles

De : SAID KARAOUI ,   4/6/2011  

Le 5 juin on marche à Paris et aussi 
à Bruxelles

Démocrates Marocains en Belgique
Pour le soutien au mouvement du 20 février


Suite à la déferlante vague de répression qui s’est abattue sur le peuple marocain ces dernières semaines, principalement les manifestants pacifistes et les jeunes du mouvement du 20 février, les médecins, les enseignants, les diplômés sans emplois…

Les démocrates marocains en Belgique dénoncent avec vigueur cette répression aveugle, appellent les démocrates et les personnes éprises de liberté et de justice à manifester leur solidarité et leur soutien au peuple marocain et aux revendications légitimes du mouvement du 20 février et les forces vives du pays. Ils aspirent à un autre Maroc, l’Etat de droit où personne n'est au-dessus des lois. Cela n'est possible que par une constitution émanant du peuple pour le peuple qui garantirait la séparation des pouvoirs, les libertés, les droits individuels et collectifs, l'égalité homme femme, un parlement qui légifère et un gouvernement rendant compte de sa politique devant les élus du peuple.


Tous solidaires avec le peuple marocain devant l’ambassade du Maroc
Dimanche 5 juin 2011 de 15h°° à 17h°°
Boulevard Saint Michel 1040 Bruxelles

Urgent ! Demain 5 juin : participation massive aux marches pour dénoncer l'escalade de la violence du pouvoir marocain

Par Abdelhadi Ben Seghir, facebook, 4/6/2011

Une idée :

Pourquoi pas une minute de silence demain,partout et en même temps pour Kamal et toutes les victimes du pouvoir en place.L'impact des manifs sera plus grand...

Le PCF, la CGT et le NPA appellent à manifester le 5 juin pour condamner l'escalade de la répression au Maroc

COMMUNIQUE DE PRESSE DU PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS
Paris, le 3/6/2011.

Mort d'un manifestant au Maroc : le PCF condamne la répression au Maroc et appelle à manifester

Le PCF exprime sa solidarité avec le mouvement marocain du 20 février et avec ses marches pacifiques pour les libertés et la justice sociale, pour un vrai changement démocratique. 
 Il condamne l'escalade de la répression brutale et systématique du pouvoir marocain qui a déjà fait un mort ( plusieurs morts - ndlr) et des centaines de blessés. Cette répression suscite une vive inquiétude et beaucoup d'indignation.
Le PCF soutient les exigences légitimes qui rassemblent une jeunesse déterminée, des citoyennes et des citoyens décidés à combattre la corruption, les violations des droits humains et les pratiques d'un système qui traite par le mépris les règles élémentaires de l'État de droit et qui bafoue les résolutions de l'ONU concernant le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui.

---------------------------------------------

Communiqué de l’Union régionale CGT Ile de France
Montreuil le 3 juin 2011
Les manifestations du peuple marocain qui lutte pour la dignité, la liberté, la justice sociale, sont de plus en plus réprimées par un régime aux abois.
Le 29 mai, dans la ville de Safi, un homme, Kamal AMMARI,  militant pacifiste du « Mouvement marocain du 20 février » a été sauvagement tabassé par la police du Roi : il est mort le 2 juin, des suites de ses blessures !
La CGT Ile de France qui soutient « Le mouvement Marocain du 20 Février » :
- Condamne fermement la répression contre toute expression démocratique au Maroc,
- Soutient les revendications sociales du monde du travail et la lutte pour les libertés syndicales,
- Appelle les travailleurs et la population d’Ile de France à participer, le 5 juin, à la manifestation organisée par « Le Mouvement Marocain du 20 Février ».
Cette manifestation se déroulera, à partir de 15h, du Parvis des Droits de l’Homme à l’Ambassade du Maroc.
-------------------------------------------
Communiqué du Nouveau Parti Anticapitaliste.
1/6/2011
Halte à la répression au Maroc.
Dimanche 22 mai, les manifestations pacifiques qui se sont déroulées dans des dizaines de villes et de villages ont été sauvagement réprimées : plusieurs centaines de blessés et des arrestations.
C'est à une véritable escalade dans la répression à laquelle s'est livré le pouvoir marocain, démontrant ainsi que ces propositions d'ouverture et de démocratisation du régime n'était qu'un leurre.
Le NPA condamne la répression du mouvement démocratique au Maroc, affirme sa solidarité avec les manifestants et les organisations qui luttent pour un réel changement démocratique.
Le NPA exige la libération des détenus politiques et des manifestants arrêtés, le respect des droits démocratiques et le jugement des responsables de la répression.
C'est pourquoi, le NPA s'associe au rassemblement unitaire appelé par le Mouvement marocain du 20 février, dimanche 5 juin, à 15h, Place du Trocadéro.
 -------------------------

Rappel : Le Mouvement Marocain du 20 février Paris/Ile-de-France appelle à une manifestation le

 Dimanche 05 juin 2011 à 15h à Paris

Départ : Parvis des Droits de l'Homme (Trocadéro)

Arrivée : Ambassade du Maroc


Soutenu par :
 AMF, ASDHOM, ATMF, FMVJ-France, Amis AMDH-Paris, APADM, FSCME, RIAS, Voie Démocratique, PSU, PADS, CAPDEMA, Cris des Marocains, GIM, TAMAYNUT, Collectif des Amazighs de France pour le Changement Démocratique au Maroc, PCF, URIF-CGT, MRAP, Parti de Gauche, NPA,  Solidarité Maroc 05, Institut Mehdi Ben Barka, FTCR, PCOT, PIR.

Le 5 juin Attac Maroc participe à marche nationale organisée par le Mouvement du 20 Février à Safi

 Contre la mondialisation libérale

Par le Secrétariat national ,    2 juin 2011
Par les luttes populaires déclenchées par le mouvement du Février 20, notre jeunesse a remis en marche l’ histoire de notre pays, dominé par la tyrannie, la corruption et la dépendance. Cette jeunesse proclame son attachement au caractère pacifique de son mouvement et met en évidence la fausseté des slogans éculés émis par les dirigeants successifs du Maroc. La répression policière n’épargne aucune ville, aucun village où le mouvement du 20 février est présent, aux côtés des victimes de la répression et des politiques de la faim (répression sanglante, interdiction écrite du droit de manifestation, enlèvements, intimidation des familles, arrestations arbitraires, brouillage des medias libres, baillonnage de la liberté d'information et poursuites pénales à l’encontre de représentants du journal Al Massae, occultation de la vérité, imposition de la constitution, imposition d’un simulacre de Conseil économique et social...)

A Bouarfa, ville qui a levé bien haut l’étendard de la lutte, le militant Saddik Kabbouri et un de ses camarades, ont été enlevés. A Safi, des militants actifs dans le mouvement ont été enlevés puis torturés. A Casablanca et Tanger le 29 mai, les quartiers ont été cernés et la répression s’est abattue sur tout le monde, manifestants ou non manifestants. A Marrakech, des peines arbitraires ont été prononcées par une magistrature aux ordres, à l’encontre de jeunes du mouvement. Et les intimidations se poursuivent dans les différentes villes et villages du pays..

Mais la mort de Kamal Omari, membre du mouvement du 20 février à Safi, des suites de la répression subie lors de la manifestation du 29 mai, dévoile au monde la vérité sur nos dirigeants et la nature de leur état.

ATTAC Maroc considère que les procès et toutes les formes de répression et d'intimidation menées les institutions répressives de l'Etat à l’encontre de jeunes pacifiques font tomber les masques et les slogans clinquants lancés par l'Etat depuis mars dernier et prouvent que ceux qui président aux destinées de notre pays ont décidé d'imiter le modèle libyen, syrien ou yéménite ..

En conséquence, l'Association ATTAC Maroc déclare :

- elle présente ses condoléances à la famille du martyr Kamal Omari et à ses compagnons du mouvement de Février 20 dans tout le Maroc.

- Invite l’ensemble de ses militantes et militants et l'ensemble des organisations militantes à participer massivement à la marche nationale organisée par le Mouvement du 20 Février à Safi, le dimanche 5 Juin 2011, pour condamner l'assassinat du martyr Kamal Omari.

- Déclare la volonté de ses militantes et militants engagés dans la dynamique du mouvement du 20 Février 20 dans toutes les villes et villages, à poursuivre la lutte au sein de ce mouvement jusqu'à la réalisation de ses revendications légitimes.

- Invite les organisations militantes de notre pays à renforcer cette dynamique populaire, à la soutenir et à y participer jusqu’à mettre à bas la corruption et la tyrannie.

     

   Ne reculons pas, continuons le combat

Marche du 5 juin à Mohammedia :NON A UN MAROC RAPIÉCÉ

Par Ali Fkir, 2/6/2011
Au cours d'une réunion tenue le mercredi 1er juin 2011, les jeunes du mouvement du 20 février (Mohammedia) ont décidé, à l'unanimité, sans opposition aucune, d'organiser une marche populaire le dimanche 5 juin 2011, à partir de 18h. 
Le point de départ est fixé au point de rencontre de l'Avenue de la Palestine et de l'Avenue de la résistance, Mohammedia Al Alia.
Rappelons que le mouvement des jeunes de 20 février à Mohammedia est composé des militant-es des organisations de la Coordination locale (AMDH, CDT, UMT, CNI, PADS, PSU, ANNAHJ, AL ADL) et des jeunes indépendants.

NE MANQUONS PAS CE RENDEZ-VOUS avec L'Histoire de la lutte du peuple marocain en général et de celle de la jeunesse en particulier, pour un Maroc nouveau, un Maroc de la liberté, de la dignité, de la démocratie, un Maroc de citoyenneté et non de l’assujettissement, pour un Maroc totalement rebâti.
NON A UN MAROC RAPIÉCÉ.

AMDH : Appel Journée Militante Nationale du 5 Juin 2011 الدعوة لتنظيم احتجاجات في 5 يونيو

الجمعـية الـمغربية لحــقـوق الإنــــسان
Association Marocaine des Droits Humains
 
المكتب المركزي  Bureau central
العنوان: شارع الحسن الثاني، زنقة أكنسوس، العمارة 6، رقم 1،-الرباط
الهاتف: 0537730961 : . tél - الفاكس:0537738851 : fax
البريد الإلكتروني: amdh1@mtds.com Email
الموقع الإلكتروني: Site web www.amdh.org.ma



بــــــــــلاغ
الجمعية المغربية لحقوق الإنسان تنادي إلى المشاركة القوية
في التظاهرات السلمية المقررة بمناسبة اليوم النضالي للأحد 05 يونيه 2011
الذي دعا له المجلس الوطني لدعم حركة 20 فبراير

من المعلوم أن المجلس الوطني لدعم حركة 20 فبراير أصدر بلاغا يوم 23 ماي يدعو فيه إلى تنظيم يوم نضالي على المستوى الوطني، موعده الأحد 05 يونيه 2011، "احتجاجا على القمع الشرس للتظاهرات السلمية ليوم 22 ماي 2011 ومواصلة للنضال من أجل تحقيق الأهداف الديمقراطية لحركة 20 فبراير"

ووفقا للبلاغ المذكور "سيتم تنظيم اليوم النضالي بسائر مناطق المغرب مع تنظيم مسيرة حاشدة بالرباط يشارك فيها قادة التنظيمات السياسية والنقابية والحقوقية والشبابية والنسائية والثقافية والجمعوية الأخرى المنخرطة في المجلس الوطني لدعم حركة 20 فبراير، إلى جانب المواطنات والمواطنين من الرباط سلا تمارة ومن المدن المجاورة بالخصوص".

وللتذكير فإن تنظيم اليوم النضالي الوطني لـ 05 يونيه يهدف إلى:
 التضامن مع شباب حركة 20 فبراير والتنديد بالقمع الهمجي الذي عرفته التظاهرات السلمية ليومي 15 و22 ماي وبعد ذلك، بالرباط وبعدد من المدن، والمطالبة بمتابعة المسؤولين عنه، وباحترام المغرب لالتزاماته الدولية بشأن حقوق الإنسان، بدءا بالحق في التظاهر السلمي.
مواصلة دعم حركة 20 فبراير ومطالبها العادلة المتمثلة في القضاء على الاستبداد والفساد والقهر، وفي احترام الحرية والكرامة والديمقراطية والعدالة الاجتماعية بالنسبة لعموم المواطنات والمواطنين وهذا ما يستوجب بالخصوص:
ــ إقرار دستور ديمقراطي من حيث منهجية بلورته، ومضمونه وطريقة المصادقة عليه كمدخل للبناء الديمقراطي الحقيقي؛
ــ إطلاق سراح كافة المعتقلين السياسيين وفي مقدمتهم معتقلي حركة 20 فبراير؛
ــ تحرير الإعلام العمومي من قبضة السلطة المخزنية وفتحه لعموم القوى الحية بالبلاد؛
ــ توفير شروط العيش الكريم لجميع المواطنات والمواطنين، وما يستوجبه ذلك من ضمان الشغل القار للجميع ووضع حد لغلاء المعيشة؛
ــ القضاء على الفساد والتخلص من كبار المفسدين وضمان التوزيع العادل للثروة.

 اعتبارا لما سبق، إن المكتب المركزي للجمعية المغربية لحقوق الإنسان، كإحدى مكونات المجلس الوطني، يثمن مضمون البلاغ المذكور، داعيا كافة أعضاء الجمعية وفروعها ولجانها المحلية والمتعاطفين مع الجمعية وعموم المواطنات والمواطنين إلى الاستجابة لنداء المجلس الوطني لدعم حركة 20 فبراير وللمشاركة الفاعلة في سائر التظاهرات السلمية والحضارية المقرر تنظيمها يوم الأحد يونيه القادم.

كما يدعو المكتب المركزي مجددا سائر الفروع واللجان المحلية إلى التعاون على المستوى المحلي مع سائر القوى الديمقراطية والحية لتعزيز حركة شباب 20 فبراير وكذا المجالس المحلية لدعم حركة 20 فبراير.

الرباط في 30 ماي 2011
المكتب المركزي

Le Mouvement 20 février Paris/IDF appelle à manifester le 5 juin

Communiqué
Paris, 26/5/2011
Les marches pacifiques du dimanche 22 mai 2011, auxquelles le Mouvement du 20 février a appelé, ont été sauvagement réprimées dans des dizaines de villes et villages entrainant des centaines de blessés et de détenus et plusieurs arrestations. Cette répression constitue une escalade de la part de l’État marocain Makhzenien contre le droit à la manifestation pacifique.

Le Mouvement 20 Février Paris/IDF dénonce cette répression féroce et systématique vis-à-vis des manifestations pacifiques. Cette répression injustifiée contredit les déclarations fallacieuses prétendant à un quelconque engagement démocratique de l’Etat marocain. Ces pratiques répressives d’un pouvoir, qui cherche à garder sa chape de plomb sur les libertés individuelles et collectives, ne peut briser la ferme détermination des citoyens et citoyennes marocaines qui luttent pour la démocratie.
La revendication de la démocratie par le peuple marocain est devenue une réalité. Aucune force ne pourra l’empêcher de se réaliser. Le Mouvement 20 Février Paris /IDF qui est partie prenante du processus engagé pour un réel changement démocratique, ne cessera de manifester et de revendiquer, à l’instar du Mouvement 20 février au Maroc, la mise en place d’une authentique démocratie qui balaie à jamais le despotisme, la corruption et le déni de la citoyenneté et du droit.
Le Mouvement 20 Février Paris/IDF :
- dénonce la répression systématique des manifestations pacifiques et les arrestations qui ont suivi ;
- exige la libération immédiate de tous les détenus du Mouvement du 20 Février ;
- demande le jugement des responsables de cette répression systématique ;
- appelle l’ensemble des forces vives nationales et internationales à s’unir pour défendre le droit à manifester et à revendiquer une constitution qui répond aux aspirations profondes du peuple marocain.
- Met en garde le régime marocain contre les violations des droits humains.
Vive la lutte du peuple marocain pour la dignité, la liberté et la démocratie,
Vive le Mouvement de 20 Février
-----------------
Le Mouvement Marocain du 20 février Paris/Ile-de-France 
appelle à une manifestation 
le Dimanche 05 juin 2011 à 15h à Paris Départ : Parvis des Droits de l'Homme (Trocadéro) Arrivée : Ambassade du Maroc

Soutenu par :
AMF, ASDHOM, ATMF, FMVJ-France, Amis AMDH-Paris, APADM, FSCME, RIAS, Voie Démocratique, PSU, PADS, CAPDEMA, Cris des Marocains, GIM, TAMAYNUT, Collectif des Amazighs de France pour le Changement Démocratique au Maroc, PCF, URIF-CGT, MRAP.

vendredi 3 juin 2011

Vous avez dit : l’exception marocaine ?


ASDHOM
Adresse postale : 79, rue des Suisses 92000 Nanterre
asdhom@asdhom.org www.asdhom.org

Bureau exécutif de l’ASDHOM, Paris, 1/6/2011

La vidéo postée sur Youtube depuis Casablanca a fait le tour des rédactions. Elle continue à être visionnée. Elle se passe de tout commentaire.
Les faits remontent au 29 mai dernier quand les jeunes du mouvement 20 février à Casablanca sont allés à la rencontre des habitants du quartier populaire Sbata. Cette manifestation était pacifique et ne présentait aucun danger qui puisse porter atteinte à l’ordre public. Les autorités marocaines en ont jugé autrement. Elles ont décidé de casser du manifestant. A elles seules, les images de la vidéo montrent la violence de l’intervention policière qui n’a épargné personne. La femme qu’on voit avec son petit garçon, âgé à peine de quelques années, a eu sa part de cette violence inouïe.
D’autres rassemblements et manifestations, organisés le même jour par le mouvement 20 février à travers plusieurs villes marocaines, ont eu droit au même traitement.
Cette répression n’a rien d’exceptionnel. Elle s’inscrit dans la démarche du pouvoir à vouloir anéantir la contestation populaire qui s’enracine et se développe sous la houlette du mouvement du 20 février. Après s’être rendu compte que l’agitation médiatique qui a suivi les quelques mesures annoncées (commission chargée de réformer la Constitution, CNDH, etc.) n’a pas pu mettre un terme à la volonté des jeunes de ne pas baisser les bras, mais au contraire, elle a amplifié leur mouvement et affiné leurs exigences d’en finir avec le despotisme, la corruption et tous les maux qui gangrènent la société marocaine.
L’Association de Défense des Droits de l’Homme au Maroc (ASDHOM) est très préoccupée par cette escalade dans la répression opérée par les forces de l’ordre marocaines. L’usage de la violence contre les manifestants pacifiques du mouvement du 20 février, le 15 mai à Témara et Rabat, les 22 et 29 mai dans plusieurs villes du pays, est inadmissible. Il en est de même de l’intervention violente, les 16 et 17 mai, à la prison de Salé pour réprimer les détenus dits de Salafia Jihadia, qui protestaient contre le non respect des promesses reçues quant à l’amélioration de leurs conditions de détention, voire de leur libération imminente. Depuis cette intervention qui a fait des blessés graves, la situation s’est dégradée.

C’est cette même violence condamnable qui a conduit à la mort, le 20 février à Séfrou, du jeune Karim Chaieb et de cinq autres à Al Hoceima dans des circonstances non encore élucidées. L’ASDHOM dénonce et condamne avec force toutes les arrestations qui ont touché les manifestants du mouvement 20 février ainsi que leurs soutiens parmi les militants des forces vives et démocratiques du Pays. Elle rappelle aux autorités marocaines que cette répression est contraire au discours officiel, tenu au plus haut niveau de l’Etat, en termes de respect des libertés individuelles et collectives et la garantie de leur exercice.
Les engagements internationaux du Maroc en la matière ne sont pas honorés.
L’acharnement des forces de l’ordre sur les manifestants du mouvement 20 février montre bien que les autorités marocaines n’ont toujours pas encore choisi en réalité la voie de l’Etat de droit. C’est bien ce dernier, basé sur la liberté, la dignité, la justice sociale et la démocratie, que réclame pacifiquement avec insistance, courage et maturité le mouvement du 20 février.
Les images que nous renvoie le Maroc officiel en guise de réponse aux aspirations légitimes des manifestants font mal. Elles sont inacceptables.
La femme, violentée devant son petit enfant, aurait souhaité qu’on lui dise « bonne fête », étant donné que ce dimanche 29 mai était jour de fête des mères. Les forces de l’ordre, elles, ont choisi de lui faire « sa fête ».

C’est dans ce climat général de terreur que veulent instaurer les autorités que des militants et responsables d’associations ont été la cible privilégiée des forces de police. L’arrestation à Bouarfa (Province de Figuig) de plusieurs citoyens dont Seddik Kabouri, militant de l’AMDH et animateur de la coordination contre la cherté de la vie, après l’importante marche du 18 mai qu’a connu la ville pour exprimer le mécontentement et les craintes suite à la tentative de quelques jeunes diplômés chômeurs de s’immoler par le feu, illustre bien cet état d’esprit.

L’ASDHOM demande aux autorités marocaines de respecter le droit de manifester, garanti par tous les textes internationaux auxquels adhère le Maroc et de procéder immédiatement à la libération de tous les détenus du mouvement du 20 février.
L’ASDHOM soutient le mouvement du 20 février dans ses revendications légitimes et exige de l’Etat marocain leur satisfaction.
L’ASDHOM met en garde les autorités marocaines contre toute escalade dans la violence à l’égard des manifestants.

Bureau exécutif de l’ASDHOM, Paris, 1/6/2011

Dernière minute : Au moment où nous nous apprêtions à publier ce communiqué, nous apprenons avec affliction la mort du jeune Kamal Ammari des suites de ses blessures après l’intervention sauvage des forces de l’ordre le 29 mai à Safi.
De quelle exception marocaine nous parle-t-on ?

AMNESTY INTERNATIONAL Le Maroc doit mettre un terme à la répression violente des manifestations .


Les manifestations se succèdent au Maroc depuis le 20 février

Par Amnesty International 2/6/2011
Les autorités marocaines doivent s’abstenir de déployer une force excessive contre les manifestants a déclaré Amnesty International le 2 juin, alors que des militants lançaient un nouvel appel à manifester dans tout le pays dimanche 5 juin.
Un grand nombre de manifestants ont été brutalisés par les forces de sécurité au Maroc ces dernières semaines.
Sept personnes sont toujours détenues à Tanger et risquent d'être poursuivies pour des faits en relation avec leur participation aux manifestations.
« L’action des autorités face à des gens qui ne font qu’exercer leur droit à la liberté d’expression et de réunion est d’une sévérité excessive, a déclaré Amnesty International.
« Les forces de sécurité marocaines ne doivent pas reproduire les erreurs des semaines passées, qui ont été marquées par la répression violente des manifestations pacifiques », a ajouté l'organisation.
Les autorités marocaines sont sous pression face au mouvement en faveur du changement dans le domaine politique et des droits humains ; les manifestations se poursuivent depuis le début, le 20 février, de la contestation inspirée des événements se déroulant ailleurs en Afrique du Nord.
Parmi les manifestants figurent des militants politiques, des membres d’organisations de défense des droits humains et des partisans du Mouvement du 20 février, qui, dans la lignée des mouvements en faveur du changement apparus dans la région, réclame des réformes au Maroc.
Les 28 et 29 mai, de nouvelles manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes du Maroc, notamment Kenitra, Safi, Fès, Tanger, Casablanca et Salé, pour réclamer des réformes politiques et sociales ainsi que la fin de la corruption.Elles se sont déroulées dans l'ensemble sans violence. ( cette phrase est contredite par les faits et par la suite du texte - ndlr) Cependant,) Amnesty International a reçu de nombreux témoignages indiquant que des dizaines de manifestants avaient été pris à partie physiquement par des agents des forces de sécurité en uniforme ou en civil. Ils ont été matraqués, frappés avec des bâtons et roués de coups de pied. Plusieurs des victimes, dont des femmes et des enfants, ont été blessées à la tête et au visage.
À Safi, 10 hommes auraient été arrêtés par les forces de sécurité, qui les auraient fait monter dans des voitures et les auraient brutalisés avant de les abandonner dans des endroits éloignés. La plupart ont dû rentrer à pied alors qu’ils souffraient de graves blessures.
Le 25 mai, quelque 8 000 médecins se sont rassemblés pour un sit-in devant le ministère de la Santé à Rabat. Ils avaient l’intention de marcher jusqu’au Parlement. Selon les informations recueillies, les forces de sécurité s’en sont prises à eux physiquement, à coups de pied et de matraque. Au moins 40 personnes ont été blessées. Un médecin de 43 ans a dû subir une opération à la suite d’une fracture du bassin.
Amnesty International a également reçu des informations indiquant que des agents des forces de sécurité allaient voir les familles des membres du Mouvement du 20 février pour les intimider et les menacer.
L’organisation continue également de recevoir des informations selon lesquelles certains manifestants soignés dans des hôpitaux publics ne peuvent pas obtenir une copie des rapports médicaux décrivant leurs blessures et les causes probables de celles-ci, ce qui risque de les empêcher d’obtenir justice et réparation.
Un certain nombre de réformes ont été annoncées en mars, dont la création d’un Conseil national des droits de l'homme. Le roi Mohammed VI a également promis une réforme constitutionnelle et a déclaré qu’il abandonnerait certains de ses pouvoirs politiques.
La dispersion des mouvements de protestation porte toutefois un sérieux coup aux promesses officielles de réforme.

Maroc -L’épouse d’un détenu islamiste accuse Hafid Benhachem de « séquestration » et « torture »

Par Demainonline, 3/6/2011
Hafid Benhachem
Rabat.- L’un des derniers dinosaures de l’ère Basri et des « années de plomb », Hafid Benhachem, récupéré il y a quelques années par le roi pour s’occuper des prisons du royaume, est sur la sellette. Sa politique pénitentiaire n’a pas permis d’améliorer la situation des détenus. Elle l’a plutôt compliquée. A force de privilégier la répression au détriment de la préparation à la réinsertion dans la société des détenus, et de suivre une politique de fermeté envers les détenus islamistes, Benhachem a créé les conditions idéales d’un ras-le-bol généralisé.
C’est ce qui s’est passé à la prison Zaki de Salé il y a quelques semaines. Une mutinerie islamiste soutenue par des prisonniers de droit commun qui ont ajouté leurs revendications à celles des barbus. Du jamais vu. Le tout filmé et accroché sur YouTube afin de contrebalancer la propagande du régime.
Le délégué général de l’administration pénitentiaire a sûrement ses raisons pour procéder ainsi, mais les résultats sont là. Et à moins d’être sourd et aveugle, ils sont négatifs.
Le soulèvement islamiste de Zaki va laisser des traces. Même si l’administration pénitentiaire a dispersé les meneurs, le problème de leurs revendications reste entier. La plupart se considèrent innocents, leur incarcération est due à leur obédience salafiste, et ils accusent les services secrets de sévices lors des interrogatoires dans le sinistre centre de détention de Témara.
A cela il faut rajouter les tortures pratiquées par les matons et les forces de l’ordre lors et surtout après les événements de Zaki. L’épouse d’un détenu islamiste témoigne et accuse, en s’identifiant, Hafid Benhachem. La torture et le déni de justice tournent en rond.
Communiqué de Meryem Chakouri, épouse de Noureddine Nafiaa, alias Abu Mouaad
Je m’adresse aux organisations de défense des droits de l’homme locales et internationales, aux différentes tribunes médiatiques, à toutes les âmes vives de ce pays. Je voudrais leur dire ma détresse par rapport au sort réservé à mon mari suite aux événements du 16 et 17 mai à la prison locale de Salé et dont je n’ai plus de nouvelles à l’instant où j’écris ces lignes.
Pour rappel, mon mari était incarcéré à la prison centrale de Kénitra puis il a été transféré à la prison locale de Salé le 23 mars 2011 dans une voiture privée sur demande de Benhachem, le Délégué général des prisons. Ce dernier ayant fait appel à mon époux dans la perspective de désamorcer la crise qui opposait les détenus islamistes à l’administration.
Dans ce sens, tous les observateurs ont pu constaté le rôle positif que mon mari a joué pour convaincre les détenus protestataires d’abandonner les toits après avoir conclu un accord auquel ont assisté le Secretaire Général du ministère de La justice Mohamed LIDIDI, le délégué Général des prisons, Hafid Benhachem, le Secretaire Général du CNDH Mohamed Sebbar, le Président du Forum de Dignité pour les Droits de l’homme Moustapha RAMID et le directeur exécutif du même Forum Mohammed Hakiki.
L’accord en question consistait à suspendre l’occupation des toits par les détenus en contrepartie de quoi l’Etat marocain s’engagerait à résoudre définitivement le dossier relatif aux détenus islamistes dans les plus brefs délais de sorte que ces derniers recouvrent leur liberté, progressivement, groupe par groupe. En attendant que cet objectif soit atteint, il était question de faire prévaloir les détenus islamistes de tous leurs droits carcéraux durant toute la période transitoire. Suite à ces accords solennels, les esprits s’étaient calmés et les familles soulagées.
Aprés cet épisode, mon mari a demandé d’être reconduit à la prison centrale de Kénitra. C’est à ce moment la, que Soufiane Ouamr, le directeur général chargé de la sécurité des prisons lui a proposé de rester à la prison de Salé, le temps que des travaux soient effectués au pénitencier de Meknès et de l’y transférer par la suite pour se rapprocher des siens. Cette solution nous semblait correcte vu que mon mari a toujours demandé d’être rapproché de sa famille à Meknès. Mais nous avons tous été surpris par l’évolution des événements du 16 et 17 mai où Benhachem a rompu l’accord convenu en ordonnant une agression contre les détenus islamistes avec des moyens humains et matériels surréalistes.
En ignorant toutes les lois et les conventions internationales ainsi que tous les principes universels des droits de l’homme, Benhachem a mené une intervention sans précédent contre des détenus sans défense. L’agression qui a été menée avec des jets de pierres, des bombes lacrymogènes, des balles en caoutchouc ainsi que des balles réelles a fait 120 victimes dont 35 cas graves.
Par la suite, Benhachem a ordonné le Kidnapping des détenus islamistes. J’ai tenté de rechercher mon époux à la prison de Salé puis à la prison de Meknès sans résultat. Ma détresse a grandi encore plus lorsque j’ai su que l’administration pénitentiaire procédait à la torture des détenus et que Benhachem avait ordonné une interdiction de visite s’élevant à 40 jours.
Néanmoins, lorsque j’ai eu connaissance de la déclaration officielle de Benhachem sur les colonnes du quotidien Akhbar al yawm selon laquelle les familles pouvaient se renseigner sur le sort de leurs proches auprès des prisons, j’ai effectué avec d’autres familles une visite à la prison de Salé le 26 mai pour être fixé sur le sort de nos proches.
Malheureusement les fonctionnaires nous ont communiqué des informations contradictoires et nous ont même volontairement induit en erreur. Tantôt on nous disait que nos proches était au nouveau bâtiment Salé 2, tantôt on nous orientait vers la prison de Meknès sans aucune considération pour notre détresse en tant que femme, sœur ou épouse de détenus.
Pire encore, les fonctionnaires de la prison de Salé m’ont dit que mon mari était un criminel qui méritait la peine de mort pour ce qui s’était passé. De plus, l’un d’entre eux m’a assuré que mon mari était victime des pires tortures en compagnie d’un autre détenu du nom de Hajib Mohammed . Il m’a lancé en arable dialectal « Farqou lihom jelda 3la l3dam » (littéralement « On leur a séparé la peau des os! » )
Ces paroles m’ont tout simplement assommé et m’ont fait perdre conscience d’autant que je souffre de différentes maladies chroniques dont une tumeur au niveau du cerveau qui me provoque souvent une baisse de la vue ainsi que des hémorragies en plus des traumatismes et des séquelles que j’ai gardé suite à ma détention au centre secret de Témara durant toute une année entre 2002 et 2003.
Pourquoi ces fonctionnaires m’ont parlé ainsi ?
Pour quelles raisons ont-ils volontairement fait circuler ces informations sinon pour nous briser à tous les niveaux ?
Est-ce qu’il existe dans la loi que Benhachem se targue de vouloir faire appliquer des dispositions qui permettent ces pratiques sadiques et inhumaines…de « séparer la peau des os » ?
Est-ce que la loi permet à Benhachem qui a torturé mon mari le 9 Octobre 2010 de récidiver 7 mois après en procédant au kidnapping et à la séquestration de détenus?
Est-ce cela la réinsertion ?
Est-ce cela un Etat de droit ?
En guise de conclusion, je tiens Benhachem pour responsable de la disparition et de la torture de mon mari depuis le 17 mai ainsi que de tout ce qui peut s’ensuivre.
Et je demande solennellement aux différentes organisations de défense des droits de l’homme et à toutes les âmes vives de ce pays pour lesquelles la dignité de la personne humaine a encore un sens, de me soutenir dans cette rude épreuve en faisant connaître ce cas d’exaction flagrant afin de mettre un terme définitivement à ces pratiques sadiques qui sévissent toujours malheureusement dans notre pays.
Je vous remercie pour votre action
Meryem Chakouri
CIN 135466
Maroc : L’épouse d’un détenu islamiste accuse Hafid Benhachem de « séquestration » et « torture »