Chers amis lecteurs solidmar,


Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

samedi 3 septembre 2011

Indécence

Par Aboubakr Jamaï, lakome, 11/8/2011

Hamid El Kanouni, marchand ambulant, s’est immolé par le feu. Selon ses proches, un policier l’a humilié, frappé et insulté parce qu’il a eu l’heur de se plaindre de la disparition de sa carriole. Son outil de travail qui lui permettait de subsister. L’histoire est familière. Bien sûr. L’histoire Bouazizi au détail près. El Kanouni est décédé de ses brûlures dans la nuit de mardi à mercredi.

Que croyez-vous que L’Economiste, ce quotidien économique porte voix d’au moins une partie de la classe des affaires, a choisi comme sujet pour son éditorial au lendemain du décès du jeune El Kanouni ? Le fléau de l’informel avec « la clochardisation de nos villes envahies par les marchands ambulants ». « Un bon marchand ambulant est un marchand ambulant mort », ose-t-on penser à la lecture de ce sommet de pharisaïsme. Le ton se veut sérieux, responsable. On ne s’apitoie pas chez L’Economiste, on gère. Le message est clair. En gros, vous, Lecteur au cœur tendre, ne vous laissez surtout pas émouvoir par ces histoires de pauvres hères qui se suicident. N’oubliez jamais que ce sont des hors la loi. Et en violant la loi, ils portent atteinte à l’intérêt de la communauté. Mais que fait l’Etat ? Où sont les forces publiques ?

Hamid El Kanouni
Sauf que Hamid El Kanouni commettait l’horrible crime de vouloir survivre, subvenir à ses besoins physiologiques les plus élémentaires. Manger. Par quelle incroyable inversion de valeurs condamne-t-on le pauvre hère qui cherche pitance et ferme-t-on les yeux sur les brigands en col blanc qui siphonnent le pays pour s’acheter une énième résidence à l’étranger, une dernière Porsche ? L’intégrité d’un système de loi est remise en cause lorsque les puissants n’y sont pas soumis en premier.

Où était la sainte colère de ces messieurs-dames de L’Economiste lorsqu’un Majidi s’accaparait à prix modique des terrains des Habous à Taroudant ? Où était leur soif de loi et d’ordre lorsqu’un Hercule C-130 était affrété pour transporter une Aston Martin appartenant au roi se faire réparer en Angleterre ? Où était leur bonne conscience lorsqu’un Sefrioui se bâtissait une fortune en milliards de dollars en empochant des marges de 40% sur de l’habitat social et grâce à la générosité « foncière » de l’Etat? Où était leur vigilante plume lorsqu’un Othmane Benjelloun s‘obtenait une réduction de dettes de presque 500 millions de dirhams en violant allégrement le droit des sociétés dans l’affaire Saida Star Auto ? Où étaient-ils lorsque le « généreux » Abdeslam Ahizoune rachetait à grand frais la moribonde GSM Al Maghrib de l’omniprésent Majidi avec l’argent de Maroc Telecom, donc du contribuable, pour faire plaisir et se rapprocher des nouveaux maîtres du pays ?

En plus d’être moralement corrompu, ce genre d’hypocrisie est politiquement suicidaire. Il faut faire attention, très attention. Il arrivera peut être un moment où la rage suscitée par tant de veules compromissions poussera nos concitoyens à recourir à autre chose que la contestation organisée et civilisée du Mouvement du 20 février.

Je suis un jeune ancêtre du 20 février / Récit d'une vie d'adolescent


Par Mohammed Belmaïzi, 16/7/ 2011
Ce texte a été envoyé pour être publié au site de l’IER, en février 2004, sous le titre « Récit Ouvert à l’Instance Equité et Réconciliation d’une victime des années de plomb ». Il a été adressé au mail personnel de Driss Benzekri et de Salah El Ouadi. Ils n’ont donné ni suite à mon interpellation, ni daigné répondre à mes questionnements ! Al Hougra des citoyens était de mise dans le cadre d'un mensonge et d'une manipulation sans précédent…

« Si tu restes ici, ils te tueront, mon fils! Ils te feront disparaître ou engloutir sous terre. Va, va mon fils, mon trublion… aussi loin que tu pourras, loin de la folie meurtrière! Te savoir vivant me fera vivre les quelques années qui me restent. Tu reviendras fouler la terre qui t'a vu naître, nous voir en sécurité de temps à autre. Nous finirons bien par survivre et nous rencontrer en temps de paix, ici ou à l’au-delà… va ! »

Les mots de ma mère retentissent encore à mes oreilles comme un anéantissement de la vie et de toutes les valeurs qui nous soudent à l’humain. C'est qu'elle était indignée à en mourir, lorsqu'ils sont venus m'arrêter devant ses yeux, ce premier avril 1973. Et les stigmates de ce choc lui ont ruiné la santé jusqu'à son récent départ.

Cette date désignait une période trouble où le régime opprimait dans le sang et les exécutions sommaires, les « Héros sans gloire » qui, armes à la main, visaient à renverser l’Etat de non droit. Et nous ne le savions pas.

Quant à mon père, je me souviens, comme si c'était hier, de sa poitrine haletante, secouant avec spasme régulier la mienne. Éploré et inconsolé comme un enfant que j’ai engendré mais dont les flots de larmes ont coulé dans sa barbe blanche, lui, l’homme pieux, qui n’a jamais laissé transparaître la moindre faiblesse, le moindre désespoir. On dirait un enfant impitoyablement maltraité pour avoir été mon père.

C'était à ma libération de la monstrueuse prison Bou-Lamharaz de Marrakech. Ce fut la première fois que je voyais sangloter mon père, pourtant si stoïque, si fataliste et sans attaches aux mirages terrestres. Il pleurait d'avoir été pris par surprise à la gorge, d'avoir été laminé par l’ordre débile d'une révoltante répression s'abattant, devant ses yeux, sur sa propre progéniture.

Ce pouvoir qu'il considérait comme allant de soi, puisque, pensait-il, fondé sur le principe de Khalifat Allahi Fi l'Ard, n'était désormais pour lui qu'un « amas d'impies et de voyous qui ont décrété un régime de terreur pour s'enrichir, appauvrir, emprisonner, torturer, tuer et faire disparaître. Plus de piété ni de pitié dans ce bas monde, les ténèbres assiègent leurs yeux et ils pataugent dans les sentiers de l'erreur. Maudites créatures, aux mains tachées de sang, que la malédiction vous accompagne jusqu'à la fin de vos jours et même après votre mort! »

Mais comment, après cela, venir nous parler aujourd’hui de tourner, si vite, la page d’une blessure toujours béante ?

Je me refuse, moi-même, à m'éterniser sur cette page. Mais je voudrais la lire et la re-relire, même si je ne suis qu'une minuscule victime à côté des militants torturés et emprisonnés, à côté des emmurés de Tazmamart, de Qal’at Mgouna et d'autres bagnes de la mort. Que sais-je des affres endurées par ces torturés, à mort parfois ? Que sais-je des souffrances inimaginables des disparus et de leurs familles? Mais permettez à celui qui vous parle, ouvertement ici, de placer ce récit sous vos aisselles. Faites-en, ce que bon vous semble.

Votre humble serviteur se trouvait en 1973, une splendide journée printanière, dans une manifestation pacifique avec une douzaine de lycéens, de 15 à 18 ans, criant des slogans contre les étouffements. Il avait à peine ouvert les yeux sur le monde des idées. A la lecture de Candide de Voltaire citant Shakespeare, il riait à chaque fois qu'il rencontrait la phrase itérative « il y a quelque chose de pourri dans le royaume de Danemark ». Il était attentif aux écrits du fameux Salama Moussa, imprégné du souffle spirituel et poétique de Jabrane Khalil Jabrane. Il avait entendu parler du groupe d’intellectuels marocains de « Souffles ». Bref, sa recherche à cette époque s'apparentait à la recherche d’un positionnement dans le monde des adultes.

Notre quête de cerner et d'approfondir les interdits et la révolte qu'ils engendrent, avait la prétention d’alléger le fardeau de notre jeune vie. Comment alors gérer notre fureur de vivre? Et ces études avec au bout l'échec programmé qui nous nargue? Nous étions vaguement conscients de l'injustice et de l'hypocrisie que notre société engrange. Mais comment faire entendre notre voix déjà impertinemment confuse? Bref, des justes questionnements d'une adolescence s'exhibant dans tous ses états, pour créer son espace d'expression. Lancer une petite parole, la placer là où elle peut faire écho et interpeller. Mais quel déficit dialogique ! Non seulement de la part d’une indifférente et sclérosée société mais aussi d’une intense surdité de ces adultes, élite obséquieuse au pouvoir ! Dites-moi alors, si actuellement la société marocaine a édifié un espace pour les jeunes et les adolescents.

Nos aînés, élite au pouvoir de cette époque, ne l'entendaient pas de cette oreille. Ce qui est considéré sous d'autres cieux comme une simple et banale crise identitaire, révolte de jeunesse, relevant d'une plate arrestation administrative, nous qualifie en tant qu’ennemis de « l'ordre public », manipulés par je ne sais quelle puissance étrangère.

Arrêtés, enchaînés, interrogés, certains d’entre nous torturés, et jetés pendant cinq longues journées dans un commissariat à même le sol sans couvertures ni matelas, dans un environnement nauséabond. Puis arrive le transfert au fin fond d'une prison loin de notre milieu naturel, loin de nos proches et de nos parents. On peut aisément imaginer toutes les difficultés de la vie du prisonnier et de l’investissement, sur tous les plans, de sa famille. Dans notre cas, les déplacements hebdomadaires de nos parents et de nos proches, devaient coûter quelques deux cents kilomètres pour arriver de Safi à Marrakech. Faut-il évoquer le cortège de tracasseries et de stupides rouages administratifs ? Heureusement pour nous : notre détention n'a duré que quelques trois infinis mois, à la clef un jugement de 3 mois avec sursis, sur lesquels le procureur du roi a fait appel. Un appel qui nous a suivi comme un mauvais sort, pour ne pas le qualifier d’harcèlement rancunier et stupide. Il nous a fallu, une fois encore, revenir devant le tribunal… N’est-ce pas l’adolescence et l’avenir qu’on assassine?

Le souvenir de cette horrible phase traversée à la fleur de l'âge, peut s'affirmer dans un récit détaillé avec précision. Il peut aussi s'altérer par le choc et ne peut se narrer que par bribes éparses. Mais il y a des moments qui s'incrustent solidement dans la mémoire même lorsqu'on ne leur prête qu’une mince attention.

En effet, nous étions loin d'imaginer ce que pouvait cacher une étonnante information que l'un des jeunes gardiens de nuit venait nous donner : « une patrouille spéciale en voitures noires, a pénétré la veille à la prison entre deux et trois heures du matin pour vous "transférer" ». Où? Le gardien n'en savait rien, mais il était heureux de les voir recevoir l'ordre par téléphone de rebrousser chemin. De l'intox? De l'intimidation?

Il fallait attendre les révélations des détenus enlevés de leur prison, ces damnés de Tazmamart, et la disparition, entre autres, du « groupe de Beni Hachem », pour mesurer la finesse de la pédagogie de la terreur. On pouvait vous faire disparaître pour l'exemple! Cela n'avait rien à voir, proportionnellement, avec l'acte incriminé, ou avec le danger que vous représenteriez pour le régime.

La portée de cet élément pourrait révéler un système méthodique et diabolique de la peur. Des années de terreur auraient taraudé minutieusement les consciences, mutilé sans vergogne l'intelligence, liquidé sans détour la sève et le goût à l'existence de ce Maroc que nous voulions changer. Le régime de la terreur possédait donc une subtile didactique pour l’instauration de la terreur.

C’est pourquoi, sans effort et sans volonté d'analyser la nature du pouvoir, les mots « Equité » et « Réconciliation » restent sans substance. Craindre une relecture audacieuse de notre Histoire, c'est se vouer à la répétition « excitante » dans le sens psychanalytique, des atrocités commises.

Vers où pourrions-nous aller sans avoir rendu justice à ce vieillard accroupi - dans une salle comble à craquer, suffocante et sans aucune mesure de sécurité - attendant, comme nous, les jeunes manifestants, sa comparution devant le tribunal. Pour quel motif était-il là ? Pour avoir, dit-il, refusé de céder son lopin de terre au Caïd féodal du district, protégé par l’Etat de non droit ?

Où allons-nous, et quelle page tourner, sans avoir évalué la torture puis l’emprisonnement de cet homme, pour avoir déclaré en bon citoyen à la gendarmerie, un mort au bord de la route? Il a été condamné, sans preuves tangibles, à perpétuité pour meurtre. Il a perdu la raison… et peut-être déjà mort en prison.

Et ce chauffeur de poids lourd syndiqué et conscient de ce qui se passe dans son pays et qui, refusant de céder à la corruption exigée par un agent de l'autorité, se trouve en prison pour insulte et crime de lèse-majesté? Et ce vieux dans notre quartier de prisonnier, presque aveugle, condamné à mort et attend depuis plus de 15 ans son exécution !

Allons-nous oublier que dans ce pays, on emprisonne les enfants? Que s'est-il passé, pour que dans la prison de Bou-Lamharaz en 1973, se trouvent incarcérés des enfants âgés de 6 à 10 ans ? J'en suis témoin oculaire et auditif. Drôle de département de l'éducation permanente! Allez voir, ce phénomène existe peut-être encore de nos jours!

Quoi qu'il en soit, il reste des victimes trimballant sur leurs bosses un choc indélébile. Des amis qui étaient avec moi, je n'ai revu que deux ou trois, à notre libération. Insérés difficilement dans cette société qui leur a confisqué la parole et l'expérience de questionner le monde environnant, rêvant instaurer la « Vraie Vie ». Je pense particulièrement à l'un de nous qui était le chouchou de sa maman, étant enfant unique. Il allait devenir bachelier et venir en aide à sa mère, veuve. Une fois en prison, accroupi dans son coin, il avait contracté un regard hagard et un silence profond, très inquiétant. A sa libération, il était allé épaissir les rangs des fous errants de nos rues. Justice et vérité pour lui et sa famille. Qui va l’indemniser ?

De l’indemnisation pour moi, il n’est point question. Je me refuse à me faire indemniser, si (je dis bien SI) c’est de la sueur du peuple marocain, depuis des décennies, complètement exsangue. Alors que les responsables de nos souffrances jouissent de leur accumulation, de leurs privilèges et des positions qu’ils occupent dans la sphère de l’Etat et de diverses instances.

Mohamed Alaoui, ton Royaume va mal et nous avec !!

Par Mounir Ben Barka, eplume.wordpress.com, 1/9/2011


Sache que malgré mes incompréhensions il m’arrive de compatir, avoir la charge d’une nation comme la nôtre n’est certainement pas chose facile, et ça doit être encore plus vrai quand on n’a pas choisi délibérément un tel destin et une telle responsabilité. Hériter d’un royaume où le roi règne et gouverne sur tout, et même si on a été préparé pour, reste une sacrée aventure pour l’humain que tu es.

J’ignore ce que tu sais réellement de nous, en dehors des courbes et des chiffres, je n’ai aucune idée non plus de ce que te communiquent tes conseillers, ton cabinet, tes hauts responsables et politiciens, qui pour rappel se servent tous légalement de notre caisse publique pour t’aider à mener à bien la gestion de cette nation.

Longtemps on a cru de bonne foi, que sur notre terre, le roi était tellement mal entouré qu’il finissait par être dans l’incapacité de cerner les réalités et failles du terrain. Aujourd’hui tu conçois avec moi que ceci est de la pure foutaise, aujourd’hui plus que jamais.

Aujourd’hui je n’ai plus confiance dans le système en place, ni en toi d’ailleurs, car j’essaye, mais je n’arrive ni à comprendre ni à expliquer par des prétendues bonnes intentions toutes les pressions que vous faites subir à mes concitoyens qui se lèvent pour réclamer humblement une gouvernance et un destin plus digne.

Ci-dessous quelques points sur lesquels j’ai du mal à te comprendre, cette liste n’est pas exhaustive, elle n’a pour rôle que d’illustrer l’ampleur de l’incompréhension.

Le Coût de la monarchie

La nation est dite pauvre, nous nous revendiquons d’une culture humble, pourquoi ne réduis-tu pas ton train de vie, qui coute cher à tes concitoyens ?

Les Télés publiques

Du public elles n’ont que le nom, on dirait qu’elles travaillent que pour et par ta personne, nous on ne compte pas ou peu. Pourquoi ne pas les inciter à valoriser et mettre en lumière ceux et celles qui veulent construire un Maroc meilleur ? Et que dire de l’omerta, la débilisation, l’absence de débat et de sensibilisation pour rendre ce peuple meilleur ? Nos télés te satisfont-elles vraiment ?

Le Monde rural

Notre monde rural, en plus d’être mal loti, subit les humiliations des plus inhumaines quand des villageois osent revendiquer le minimum pour vivre. Les dites forces de l’ordre, souvent en complicité avec nos politiciens et tes Walis et Kaids se permettent sans aucune gène de s’en prendre physiquement à eux, y compris à des femmes qui ont l’âge de nos grands mère. Et si on croit les faits d’hiver de Goud.ma, les dits débordements lors de tes visites valent plus que nos villageois humiliés injustement.

Les Hôpitaux

Il semble que tu connais nos hôpitaux, mais pas dans le même état que nous, à toi on te montre le département high tech et nous on se doit de s’humilier et supplier pour trouver le plus simple des soins.

Compétitivité et précarité

Croire que la nation peut gagner en compétitivité économique sur le dos de la précarité est une erreur, du moins ce n’est pas ce qu’on attend d’une gouvernance juste, qui veille sur l’intérêt général.

Le jeu démocratique

Le jeu démocratique semble certes ouvert, mais à qui ? Les frontières et la méfiance qui séparent les braves altruistes de cet univers te sont peut être invisibles mais la plupart du temps elles restent bien réelles. Si tu n’arrives pas à convaincre les dinosaures de se bouger, force-les au moins à aller sur nos Télés et laisse-les se défendre entre eux et devant nous.

Au final c’est quoi ton rôle ? Quels sont tes devoirs vis-à-vis de la Nation ?

La réponse parait évidente, tu es payé comme les autres chefs d’état pour assurer à la nation une bonne gouvernance, chose qu’on n’a pas, j’espère au moins que t’en as conscience, ce n’est peut être pas uniquement de ta faute, mais étant chef d’état c’est à toi qu’incombe la responsabilité de tout le système en place.

Si toi tu n’y arrives pas, car supposant que les militaires et des hommes de l’ombre te font du chantage et t’empêchent d’agir, je suis navré de te le dire mais c’est ton problème, nous on en a déjà assez. Tu as peut être tes raisons pour ne pas peser de tout ton poids pour accélérer le changement, mais nous pas. Et si tu n’y arrives pas, laisse nous faire, et ça ne sera ni la fin de ton monde ni du nôtre, il va certes falloir un temps d’adaptation mais ça ne va pas être la fin du monde.

Je ne te hais pas, mais je ne t’aime plus, j’ai été convaincu que tu allais sauter sur l’occasion pour nous dévoiler toutes les bonnes intentions que tu portais à notre nation, mais hélas, ma déception était énorme, et elle grandit encore de jour en jour.

Je tiens plus que tout à mes concitoyens, je me force pour ne pas succomber au désespoir, mais sache qu’il y a tellement d’injustices et d’abus de la part des autorités qu’il n’est pas impossible de voir l’abolition du régime devenir l’unique porte de sortie.

Pour clore, je sais que je te demande beaucoup, que tu n’as choisi ni d’être roi ni d’être responsable de tout le Maroc, mais sache que cette terre et ses hommes portent en eux des principes, un héritages et des valeurs nobles qui ne souhaitent qu’à être valorisés pour servir nos concitoyens et la nation entière. Si tes intentions sont bonnes, aide-les alors et ne laisse aucun de tes subordonnés les empêcher de servir l’intérêt général !!

Nous pouvons sincèrement changer, en mieux, durablement et pacifiquement à condition que tu sois des nôtres, et si c’est trop demandé, aide nous ne serait ce qu’à avoir accès à nos télés, pour ne plus avoir la rue comme unique espace d’expression libre. On y gagnera tous, crois moi !!

Autrement tu nous feras subir ce que d’autres ont subi ou doivent encore subir, privilégie l’intérêt général et non celui des généraux et autres bandits, ceci est ton devoir de Citoyen et de Roi !!