Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

samedi 4 février 2012

Comment 2M a zappé la déclaration d’une infirmière sur les brutalités policières


Par Demainonline, 4/2/2012


 

Le présentateur du journal télévisé de 2M faisant son "travail"

Casablanca.- Ce qui devait arriver arriva. La déclaration de l’infirmière du douar El Koucha, à Taza, qui racontait comment elle avait été tabassée, elle et ses enfants, par la police, a été zappée par la direction de cette chaîne publique dans le reportage qu’elle a diffusé dans le journal télévisé de la soirée.

Alors que les questions des journalistes de 2M, dépêchés sur place, étaient précises, et les réponses de l’infirmière l’étaient encore plus, les ciseaux de la censure de cette chaîne, dirigée par la grande prêtresse de la censure, Samira Sitail, n’ont pas hésité à couper.

Comble de l’ironie, dans le reportage de 2M on voit bien l’infirmière, mais on ne l’entend pas…

Les envoyés spéciaux de 2M sont allés chercher des « témoins » providentiels, un bon professeur qui raconte que les revendications des habitants de douar El Koucha n’ont rien de politique et qu’elles ont un caractère social, comme si le social ne terminait pas toujours par déborder sur le politique, et qui y voit des « mains invisibles » derrière le soulèvement des habitants de Taza. Un complot. Etranger peut-être ?

Et, et ce n’est pas une blague, 2M a déniché un blogueur-philosophe de Fès qui nous parle dans le reportage de « l’esprit de l’âme du quotidien » (sic). Comprenne qui pourra !
Enfin, 2M a donné la parole au ministre de la communication et porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, qui a parlé « du respect des biens publics » et a condamné les attaques contre le siège du gouverneur, mais n’a rien dit sur les brutalités policières contre des femmes et des enfants qui apparaissent pourtant dans plusieurs vidéos.

Voilà, comment on manipule l’opinion publique marocaine.

Pour que les lecteurs se fassent une idée sur comment travaille la chaîne publique d’Aïn Sebaâ, Demain publie une vidéo avec en première partie le reportage de 2M, et ensuite les déclarations de l’infirmière sur les brutalités policières qui ont été zappées par la chaîne publique.

Bon appétit !

http://www.demainonline.com/?p=12431