Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

samedi 28 avril 2012

Lettre ouverte aux 2 candidats à l’élection de la présidence de la République Française

 Par Solidarité Maroc 05, 26/4/2012

Monsieur Hollande, Monsieur Sarkozy, 

En tant qu’association française de défense des droits de l’homme au Maroc nous nous permettons de vous faire part de nos préoccupations concernant la politique française particulièrement complaisante à l’égard de la monarchie du Maroc… 

 Voilà douze ans que nous constatons que les droits de l’Homme sont toujours gravement violés au Maroc : arrestations arbitraires, situation inhumaine dans les prisons, banalisation de la torture qui peut aller jusqu’à la mort, presse muselée si elle n’est pas assez complaisante, amendes exorbitantes, désinformation, censure, comportement inacceptable des forces de l’ordre, et bien sûr, corruption à tous les étages de la société …En somme tout ce que le Maroc condamne… dans d’autres pays en se faisant passer pour un pays modèle à démocratie avancée, à quoi la France se hâte d’applaudir… De nombreux Français ne se reconnaissent pas dans cette France complice… 

 Plus de 200 arrestations en dix mois selon la liste que nous avons établie à partir du jour de la promulgation de la nouvelle Constitution, presque tous des jeunes, emprisonnés pour leurs idées de liberté, de dignité, de justice sociale…. Pas des délinquants, mais des étudiants, des artistes, des défenseurs de la population… La plupart d’entre eux sont militants du Mouvement du 20 février qui, depuis un an et demi, organise des marches pacifiques pour réclamer la démocratie, régulièrement réprimées avec une grande violence. Mouvement soutenu par les associations marocaines de défense de droits de l’Homme. 

 Tous les motifs sont bons pour se débarrasser de ces encombrants défenseurs des droits de l’homme : La torture pour faire avouer escroquerie, drogue, vandalisme, tabassage de policiers... et le motif passe-partout d’ « atteinte à la sacralité » terme dont la nouvelle Constitution avait pourtant évité de parler. Un marchand ambulant de Nador qui pour protester de ses conditions de vie misérable sans eau ni électricité, a eu l’idée saugrenue de mettre un drapeau –qui n’était pas marocain-sur son toit, a été accusé d’atteinte à la « sacralité du drapeau marocain » : six mois de prison ferme, et une grande famille privée de son maigre revenu. Prison aussi pour un jeune qui a osé crier « vive le peuple », pour un dessin, pour une colère, pour un poème, pour une chanson… 

 Ezedine Erouissi, étudiant syndiqué à l’UNEM (le pendant de l’UNEF, interdit au Maroc) et militant actif du mouvement du 20 février, a été arrêté à Taza le 1er décembre 2011. Le 19 il a entamé une grève de la faim pour protester contre les insupportables conditions de vie des détenus et demander le statut de prisonnier politique. Son journal de la torture, poignant témoignage de ce que subissent les prisonniers d’opinion, a été largement diffusé sur les réseaux sociaux… Aujourd’hui il en est à 130 jours de grève de la faim. Empêché de mourir par gavage forcé quand il perd connaissance, bras en croix attaché avec 8 menottes. S’il survit il aura fini sa peine à la fin du mois. Dans quel état ?... 

 Quatre étudiants en prison à Fès qui avaient après lui entamé une grève pour appuyer ses revendications ont terminé leur peine il y a quelques jours, après 86 jours sans se nourrir. Puis le mouvement de protestation des prisonniers en grève de la faim a gagné les différentes les prisons du royaume. Ils sont actuellement une trentaine de grévistes, dont plusieurs sont déjà en danger de mort. Des ONG du Maroc et d’ailleurs se sont émues de cette situation et ont interpellé le gouvernement. En vain…

 Ces prisonniers qui se laissent mourir, et ces jeunes qui s’immolent parce que sans avenir sont autant d’appels au secours d’une jeunesse désespérée !

 Yassine Almohali, jeune chômeur condamné à deux ans lors de manifestations à Safi, a subi de telles tortures que sa colonne vertébrale est brisée. Il ne parle plus, il a perdu la raison. Une demande de liberté provisoire a été refusée…

 Le fossé entre les immensément riches – le roi et son entourage – et les plus pauvres qui tentent de survivre, est devenu un gouffre. On ne peut être indifférent à la misère des populations qui vivent de plus en plus nombreuses dans les sordides bidonvilles autour des villes, ou dans des régions montagneuses où manque le minimum vital d’infrastructures. 
 
 Le Maroc est devenu une économie somptueuse au service de visiteurs de luxe, dont le « premier TGV d’Afrique » n’est qu’un exemple criant, alors que de nombreux villages isolés ne sont desservis que par de mauvais chemins, impraticables en mauvaise saison… Chaque hiver le fait de ne pas pouvoir joindre un médecin est cause de décès au cœur du Moyen Atlas. Il faut lire « Le roi prédateur » (le livre le plus vendu en France en mars, interdit au Maroc) pour apprendre que ce monarque admiré par la France officielle a multiplié par cinq la fortune colossale de son père et qu’il est plus riche que l’émir du Koweit. Au Maroc la source de richesse du monarque n’est pas le pétrole, mais la misère du peuple. Et la misère devient un trésor inépuisable… 

 Il y aurait encore tant à dire. Ces lignes ne sont qu’un petit aperçu de la situation dont ne parle pas la presse aux ordres du palais, et qui est si rarement évoquée dans la presse française qu’on pourrait imaginer des consignes de filtrage… 

 Le Maroc n’est plus une colonie française à exploiter, pas plus qu’il n’est l’État moderne exemplaire qu’il prétend être… Il n’est qu’à regarder le pitoyable spectacle d’un autre âge de la cérémonie d’allégeance, tous « Ses » blancs « Sujets » encapuchonnés et embabouchés prosternés devant « Lui », monté sur un cheval blanc et protégé du soleil par une ombrelle… 

 Une partie de plus en plus importante de la population marocaine refuse dorénavant d’être SUJET et se proclame CITOYEN. La répression la plus barbare ne lui fera pas plier l’échine. Le Mouvement du 20 février a fait disparaître la peur. C’est un immense pas en avant dont nous nous réjouissons. 

 Le peuple marocain et tous les défenseurs de la démocratie attendent les grands changements de politique en France. Ne les décevez pas ! 

La répression ne faiblit pas, la lutte pour la liberté non plus ! Solisarité avec Mouad et Younes !

Par Salah Elayoubi, 28/4/2012

 Mouad subit des conditions de détention indignes entassé dans une cellule, avec cinquante autres détenus de droit commun. Le chanteur est, en outre privé de promenade, du panier de provisions et porte toujours le même bermuda que lors de son arrestation, les gardiens refusant obstinément de lui transmettre tout ce qui viendrait de l'extérieur
Ses geôliers auront donc tenu leur promesse de lui faire regretter ses déclarations à la sortie de sa première incarcération. Ils avaient alors dit, en substance: - "nous pensions avoir affaire à un homme, mais il s'est avéré que tu en étais indigne ! Nous allons te montrer ce que signifie la prison !" 

 Un autre de nos militants souffre des mêmes conditions d'incarcérations indignes. Il s'agit de Younes Belkhdim, surnommé "le poète du peuple" arrêté lors du sit-in de soutien à Mouad "Lhaqed" et dont on sait qu'il risque une lourde peine au vu des accusations de dégradation de biens publics, de voies de fait, de violence en réunion et de constitution de bande armée. La manière dont le régime traite les militants du 20 février et ceux des autres mouvements de contestation, les lourdes condamnations dont il gratifie les thuriféraires de la liberté ou les parangons de l'islamisme, nous confortent dans le sentiment que rien n'a changé au pays du makhzen et que le comportement des sicaires est aux antipodes des déclarations des responsables faisant l'apologie de la nouvelle constitution et des droits qu'elle est supposée garantir aux justiciables marocains. 
 De plus en plus nombreux sur la toile, blogs, posts, journaux électroniques et vidéos dénoncent unanimement la répression et appellent à la chute du régime, à la révolution et à l'instauration d'une république. La lutte continue jusqu'à la chute de l'absolutisme !!!

Le Maroc déclaré “Régime autoritaire”

 Le très sérieux The Economist a publié une étude portant sur les démocraties 
dans le Monde. (2009)

 Et le constant est sans appel : le Maroc est classé au 120ème rang (sur 167 pays étudiés) dans la catégorie “Régimes autoritaires”. Le classement s’est basé sur 5 critères : Processus électoral et pluralisme, Fonctionnement du gouvernement, Participation politique, Culture politique, et enfin Libertés civiles.
  Sans surprise, ce sont les pays scandinaves qui trustent les premières positions (mais qu’est ce qu’ils doivent s’ennuyer là-bas alors!), les Etats-Unis 18ème et la France 24ème. L’Espagne et le Portugal qui étaient jusqu’au milieu des années 70 sous une dictature miltaire, sont classés respectivement à la 15ème et 25ème place. L’Afrique du Sud, sous le régime de l’Apartheid jusqu’en 1990 est à la 31ème position. Le Chili, dictature sous Pinochet jusqu’à la fin des années 80 est à la 32 ème place. 

 Le Maroc est donc derrière le Cap Vert (34), le Timor Leste (47), le Sri Lanka (57), la Mongolie (58), le Lesotho (71), l’Albanie (81), le Mali (83), Palestine (85), le Sénégal (93)… 
 Dans le voisinage de notre classement, on a de la bonne compagnie. Celle de nos frères arabes qu’on aime tant. Celle de l’Iraq (116), la Jordanie (117), la Mauritanie (118), l’Egypte (119), le Koweit (129), le Bahrain (130), l’Algérie (133), la Tunisie (141)… 

 Un joli pied de nez à tous ceux qui déclarent le Maroc comme un oasis de démocratie et un modèle pour tous les pays cherchant leur voie démocratique. Le cocotier a vraiment besoin d’être secoué… 

 Posts similaires: Liberté de la presse au Maroc : Quand on atteint le fond, on creuse encor 
--------------------------------------------------------------------
Et depuis 2009 la tendance a peu de chances de s'être inversée !!! (ndlr)

Rachid Nini 365 jours après : anniversaire d’une descente aux enfers …

Par Ghali B.  27 /4/2012

 Un an jour pour jour, que le célèbre éditorialiste et directeur de publication du journal Al Massae, est inculpé pour les chefs d’accusations suivants: «discrédit sur une décision de justice, tentative d’influence sur la justice et évocation de faits incriminés non avérés », ajouter à cela «atteinte à la sécurité du pays et des citoyens»
 Le verdict est sans appel, il écopera d’une condamnation à un an de prison ferme. Pour le coup, ni la mobilisation nationale, ni le soutien d’ONG telles que Amnesty ou encore l’AMDH, ni les 200 avocats qui ont déposé leur constitution en défense, n’auront permis de le libérer plus tôt. Pas même le soutien de son avocat et ami Mustapha Ramid, devenu ministre, n’aura servi à le sortir des geôles. Le poids du chef d’accusation selon lequel Nini aurait “porté atteinte à des hauts dignitaires de l’Etat” posait en évidence le refus intransigeant d’une libération précoce. Depuis, la controverse a fait bon train et les détracteurs ont répondu présents. ”Populiste” pour certains, “mercenaire” pour d’autres, Nini est selon son entourage dépeint en personnage sans scrupules, capable des pires diffamations pour faire du chiffre … de ventes bien sûr! Cependant malgré toutes ces attaques et cette “diabolisation” le portrait du personnage vu de près n’est pas si négatif. 

Rachid Nini aura tout de même été un exemple de réussite: fils du peuple, ancien immigré d’Espagne qui réussit à devenir une des plumes les plus appréciées dans un royaume où la liberté d’expression n’est encore que revendication. À l’évocation de son nom, un observateur averti de la scène politique marocaine résume l’histoire de Nini en une phrase : «le pire dans ce pays, ce n’est pas d’être opposant mais plutôt d’être banni après avoir servi le régime». On l’aura compris Nini continuera d’alimenter le mystère. Son parcours atypique et sa plume ont fait son succès mais aussi son malheur … 

 À la veille de sa remise en liberté, je ne peux que lui souhaiter une excellente réintégration, après une année d’injustice passée derrière les barreaux . Cette année n’avait à mon sens pas lieu d’être en dépit de tout ce que l’on peut penser de ce personnage … Espérons que son ami Ramid et son ex-collègue Khalfi oseront faire en sorte que cela ne se reproduise plus !
---------------------------------------------------------------------
 Par Salah Elayoubi fb 28 avril 15:31  
 
Rachid Nini est libre. Tous nous nous en réjouissons.
Interviewé sur le pas de porte du domicile paternel, notre ami qui a été libéré subrepticement, en pleine nuit, afin d'éviter l'attroupement de ses supporters devant la prison, a exprimé le souhait que sa condamnation soit la dernière d'un journaliste au pénal.

- "On peut renoncer à tout sauf à la liberté" a-t-il conclu dans son intervention !
On le voit, malgré la punition infligée par le régime à tort, notre ami continue de croire au père Noël !


Quelques droits de l’homme bafoués ne suffisent pas pour l’ONU !

Par APSO, (Amis des Peuples du Sahara Occidental) 26/4/ 2012 

 "Et encore une fois pour rien"… se sont rencontrés le Polisario et le Maroc sous l’égide de Christopher Ross, envoyé spécial de Ban Ki-moon pour la résolution du conflit sur le Sahara Occidental. C’était en mars. Pas d’avancées. 
 "Et encore une fois pour rien "… les Sahraouis et leurs amis ont tenté de faire ajouter au mandat de la Minurso la surveillance des droits de l’Homme, en avril. Pas d’avancées. 

  La position de la France ne change honteusement pas pour bloquer prise en compte et la surveillance de la violence quotidienne subie pas les Sahraouis en territoires occupés. Et pourtant, dans son rapport au conseil de sécurité pour cette année, le très peu objectif Ban Ki-moon dénonce l’espionnage du travail de la Minurso, les signes extérieurs de sa corruption par les Marocains… 

 Il a oublié d’ajouter les emprisonnements abusifs et les tortures physiques et psychologiques.23 Sahraouis prisonniers politiques sont enfermés dans la prison de Salé au Maroc des suites de la grande manifestation populaire de Gdaim Izik en octobre et novembre 2010. Ce sont des civils en attente depuis 1 an et demi de comparution devant un tribunal militaire qui ne sait que faire de cette charge dont il n'a pas la compétence juridique. 27 Sahraouis raflés après les agressions des colons marocains sur les Sahraouis en septembre 2011 ont été condamnés abusivement à 8, 10 ou 12 mois - 12 mois de prison pour le mineur du groupe -, ou sont toujours en attente de jugement. (voir Asvdh)

 Il a oublié les violentes répressions contre les manifestations pacifiques qui se multiplient en territoires occupés. Malgré l’interdiction de s’exprimer, les slogans se précisent. Au-delà de la demande de respect de l'autodétermination, de la libération immédiate et inconditionnelle de tous les prisonniers politiques sahraouis, c'est aussi contre le vol des richesses de leur terre, et pour l'indépendance qu'éclatent au quotidien des manifestations dans les villes du Sahara Occidental occupé. 

 Il a oublié aussi la discrimination pour les Sahraouis qui n’est pas seulement l’interdiction d’exprimer son opinion, c’est aussi dans l’accès ou les conditions de travail, au logement ou à l’éducation. A Casablanca, au moins 33 étudiants sahraouis ont manifesté dans l’université pendant plus de deux mois pour faire falloir leur bon droit à s’inscrire en Master, et pour demander des comptes sur le blocage dont ils faisaient l’objet. À situation identique les étudiants marocains n’avaient pas eu de problèmes pour s’inscrire. (voir http://www.youtube.com/zacaria1986

 Il a oublié que des pêcheurs sahraouis ont séquestré cette semaine un navire pour protester contre leur exclusion des emplois sur les gros navires.  Ils dénoncent aussi la surexploitation des ressources halieutiques qui seront épuisées dans la mer sahraouie d’ici deux ans. (Voir info ASVDH) Une manifestation pacifique a fait aujourd’hui 11 blessés dont 5 femmes. Deux jeunes ont été arrêtés. La coordination Gdaim Izik appelle à manifester tous les mardis et les jeudis dans deux lieux. 

Comment comprendre cette attaque violente des forces armées quelques jours après le refus international d’adjoindre au mandat de la Minurso la compétence d’observation des droits de l’homme ? (voir vidéo EM et info ASVDH) Et la visite du roi annoncée pour samedi avec son cortège de décorum et de brimades sur le peuple sahraoui est-elle une autre provocation lancée à la face de l’ONU, lui renvoyant son incapacité à exercer des pressions pour le régime Marocain pour que cesse l’occupation brutale du Sahara Occidental et le pillage de sa terre et de sa mer ? 
 Sources Apso Sahara, EM, ASVDH, Zacaria
http://ap-so.blogspot.fr/2012/04/quelques-droits-de-lhomme-bafoues-ne.html

Immigration: trois films d'animation contre les idées reçues‬

Par Réseau Survie, 27/4/2012

Les questions migratoires sont souvent maltraitées lors des campagnes électorales. Cette année n'échappe pas à la règle.  
À la suite de l'audit mené par des parlementaires de tous bords avec l'association Cette France-là (à retrouver ici sur la page spéciale de Mediapart avec tous les entretiens audio des experts), la députée européenne d'Europe Écologie-Les Verts Hélène Flautre a imaginé et conçu trois vidéos d'animation de quelque deux minutes chacune visant à recontextualiser les enjeux et à tailler en pièces les fantasmes.
1/3Les pays riches... et toute la misère du monde 2/3L'Europe et la France... terres d'asile 
3/3Les migrants... et les caisses de l'Etat
 Ces 3 films de 2 minutes sont très bien faits, à voir sur: http://www.mediapart.fr/content/immigration-trois-films-danimation-contre-les-idees-recues

vendredi 27 avril 2012

Sit-in d'anciens prisonniers des années de plomb pour exiger que les promesses de l'IER soient tenues.

Des victimes confirmées de la détention arbitraire et de disparitions forcées manifestent devant le Conseil national pour les droits de l'homme à Rabat, depuis mardi dernier. Leur intention est de poursuivre leur sit-in ouvert jusqu'à ce que la réponse des responsables au Maroc soient conformes à leurs revendication.

ضحايا العهد القديم مازالوا يعانون في العهد الجديد: يواصلون اعتصا أكد ضحايا الاعتقال التعسفي والاختفاء القسري، المعتصمين 
بالساحة المجاورة للمجلس الوطني لحقوق الإنسان بالرباط، منذ الثلاثاء المنصرم، نيتهم مواصلة اعتصامهم المفتوح إلى حين استجابة الجهات المسؤولة بالمغرب و المجلس الوطني لمطالبهم المشروعة. ويقول محتجون إن هذا الاعتصام يدخل في إطار لفت انتباه الرأي العام الوطني بكل قواه الحقوقية والسياسية والنقابية وفعاليات المجتمع المدني وكافة المدافعين عن حقوق الإنسان وكرامة المواطنين، إلى استمرار معاناة مجموعة من المعتقلين السابقين ضحايا الاعتقال التعسفي والاختفاء القسري خلال سنوات الرصاص الممتدة من 1956 إلى 1999، السنوات التي اشتغلت في حدودها هيئة الإنصاف والمصالحة، والتي توجت أعمالها بالتقرير الختامي الذي تضمن توصيات في مجال الإدماج الاجتماعي والتسوية الإدارية والمالية لصالح الضحايا. غير أن العديد من الضحايا أكدوا بعدم تفعيل هذه التوصيات لصالحهم كما أن عدد آخر منهم لم يتوصلوا بعد بالتعويض عن الضرر ولا بتوصيات في هذا الشأن بحجة أن ملفاتهم تعتبر خارج الآجال. هذا ويطالب ضحايا الاعتقال التعسفي والاختفاء القسري، الحكومة بتنفيذ كافة التوصيات التي أحيلت عليها و مطالبة المجلس الوطني لحقوق الإنسان بدراسة كافة التوصيات التي أحيلت على المجلس، و التي تتضمن التعويض عن الضرر و الإدماج الاجتماعي و التسوية الإدارية و المالية و التغطية الصحية. وأضاف المحتجون الذي يعتصمون بالساحة المجاورة للمجلس الوطني لحقوق الإنسان، أن الملفات التي عرضها رئيس منتدى الإنصاف والمصالحة، على المجلس الوطني لحقوق الإنسان، و التي يبلغ عددها 21 ألف ملف، لا تخضع لمعايير ولا تقدم من استفاد من التعويض من الضحايا، مُبرزين شعارات من قبيل " ضحايا الاختفاء القسري والاعتقال التعسفي ..نؤكد إصرارنا وعزيمتنا على مواصلة النضال حتى تحقيق مطالبنا المشروعة على أرض الواقع"، " ضحايا الاختفاء القسري يطالبون بتسوية كافة ملفاتهم" 


Actualité Politique Présidentielle 2012 SONDAGES - François Hollande 4 - Nicolas Sarkozy 0

Par  Le Point.fr - Publié le 27/4/2012

 Le président-candidat ne parvient pas à refaire son retard. Est-il déjà trop tard ou une surprise est-elle encore possible ?
 François Hollande, candidat du PS, et Nicolas Sarkozy, candidat de l'UMP.

À neuf jours du second tour de la présidentielle, et en dépit du virage pris à droite par Nicolas Sarkozy, ils ne sourient pas plus qu'hier au président sortant. Quatre enquêtes menées par le CSA, l'Ifop, BVA et la Sofres accordent à François Hollande un avantage substantiel : entre 54 et 55 % d'intention de vote. L'Ifop qui publie une étude quotidienne mesure un recul de 0,5 point en 24 heures pour le candidat socialiste qui peut néanmoins aborder en toute confiance le second tour de l'élection présidentielle. 80 % des personnes interrogées par cet institut affirment être sûres de leurs choix, tandis que 20 % peuvent encore changer d'avis. TNS Sofres pour i>Télé accorde 55 % à Hollande, soit le même score que la semaine dernière. 

Les reports de voix semblent s'être également stabilisés. 
51 % des électeurs de Marine Le Pen accorderaient leur bulletin au président sortant, alors que ceux de François Bayrou ne seraient que 39 % à se tourner vers lui. Selon la Sofrès, 82 % des électeurs qui avaient donné leurs voix à Jean-Luc Mélenchon affirment se diriger vers François Hollande. Sakozy peut-il rattraper Hollande ? CSA pour RMC, BFMTV et 20 Minutes est un peu moins cruel avec le leader de la droite qui est crédité de 46 % d'intentions de vote, soit une progression de deux points en une semaine. À l'inverse, BVA pour RTL accentue un peu plus l'écart en accordant 54,5 % d'intention de vote à François Hollande contre 53 % au lendemain du premier tour. Ce sont les reports des voix des électeurs du FN qui semblent faire défaut à Nicolas Sarkozy. 

Ce différentiel est-il encore rattrapable ? 
 Les sondeurs en doutent, même si trois étapes de la campagne d'entre-deux-tours peuvent encore faire bouger les lignes : la confrontation à distance de François Hollande et Nicolas Sarkozy dans l'émission Des paroles et des actes de jeudi soir sur France 2, les manifestations et les meetings du 1er mai, et le très attendu débat entre les deux candidats mercredi 2 mai au soir. Ces rendez-vous suffiront-ils à faire mentir les sondages et à relancer Nicolas Sarkozy ? Rien n'est moins sûr... 

Nicolas Sarkozy et François Hollande ont été invités par huit ONG à venir parler d'écologie sur le plateau de I-Télé à une heure de grande écoute.


cyberaction N° 474 : Pour un débat sur l'écologie 


  "Au soir du premier tour, une fois de plus, l'environnement a été totalement négligé par les candidats et leurs états majors", ont estimé mardi les organisations de défense de l'environnement Les Amis de la Terre, la Fondation Nicolas Hulot, FNE, Greenpeace, Humanité et Biodiversité, la Ligue pour la protection des oiseaux, le Réseau Action Climat France et le WWF dans un communiqué commun. "Nicolas Sarkozy a proposé à François Hollande trois débats, sans citer l’environnement parmi les sujets à aborder. Quant au candidat socialiste, il semblait vouloir se contenter du grand débat traditionnel de l’entre-deux tours. Qu’est devenu le temps d’échanges sur l’environnement, évoqué il y a quelque temps par François Hollande à l’occasion d’une rencontre avec les ONG et souhaité pour l’entre-deux tours ?" 
  Les ONG invitent donc les deux candidats à venir apporter leurs "réponses concrètes pour lutter contre la crise climatique, protéger la biodiversité, faire face à la raréfaction des ressources naturelles et entamer les indispensables transitions énergétique et agricole" Elles proposent une "émission en direct sur I-Télé en prime time, d'ici au second tour" durant laquelle chacune des 8 ONG posera une question à laquelle les deux candidats répondront tour à tour, avec un droit de réponse réservé ensuite à l'ONG. Comme le soulignent différents sondages publiés récemment, la crise écologique demeure une priorité pour la majorité de nos concitoyens, qui ne sentent pas suffisamment associés aux décisions prises en la matière.

 -  66 % des Français estiment qu’on ne parle pas assez de politique énergétique dans la campagne (OpinionWay/WWF, mars 2012).
-  55 % des Français souhaitent que le prochain président de la République tienne autant compte de la crise économique que de la crise écologique (Harris Interactive/Fondation Nicolas Hulot, avril 2012). 
-  84 % des Français estiment ne pas être suffisamment consulté sur le nucléaire et l’énergie (CSA/Greenpeace, mars 2012).

 Nous vous proposons de soutenir cette demande en écrivant aux deux candidats du second tour. Alain Uguen Association Cyber @cteurs COMMENT AGIR ? 
 Sur le site : signable en ligne 

 Pour info, le texte : "Monsieur le candidat, J’ai l’honneur de vous demander de répondre à l'invitation des 8 ONG pour une "émission en direct sur I-Télé en prime time, d'ici au second tour" durant laquelle chacune des 8 ONG posera une question à laquelle les deux candidats répondront tour à tour, avec un droit de réponse réservé ensuite à l'ONG. Dans cette attente, veuillez agréer, Monsieur, l’expression de ma considération distinguée. "

Retrouvez toutes nos actions à cette adresse http://www.cyberacteurs.org/actions

Catherine Ashton interpelée sur les 27 prisonniers politiques marocains en grève de la faim

 Source : "L'Humanité", 25/4/2012

Face à une grève de la faim de 27 "détenus politiques" marocains qui entre pour certains dans son troisième voire quatrième mois, leur Comité de soutien, après l'eurodéputé Patrick Le Hyaric, interpelle Catherine Ashton et l'Europe, rappelant notamment qu'a été octroyé en juin dernier au Maroc le statut de "partenaire pour la démocratie". 
27 prisonniers marocains, pour la plupart des étudiants, sont toujours en grève de la faim, certains depuis des semaines, d'autres depuis janvier voire décembre 2011, dans les prisons de Fès, Taza ou Safi notamment, pour protester notamment contre des cas de "détentions sans jugement", "d'absence d'enquête dans des cas de torture" et de "traitements inhumains", selon 18 ONG locales. Une situation qui s'éternise, et fait réagir leur Comité de Soutien, qui a décidé d'interpeler Catherine Ashton, haute représente de l'UE pour les affaires étrangères, en lui rappelant ses prises de position sur le dossier et en l'enjoignant de passer des paroles aux actes : "nous vous demandons, Madame la Haute Représentante, de regarder la réalité en face et d'intervenir pour sauver la vie des détenus en grève de la faim". "Vous êtes libre de "compter sur le nouveau gouvernement marocain en place pour assurer une application effective de ces dispositions", vous êtes libre de soutenir le régime marocain, mais vous n'avez pas le droit d'être complice avec ce régime contre les détenus politiques en grève de la faim depuis plusieurs mois", insiste le communiqué du Comité de soutien. Interpellée en février par Patrick Le Hyaric, eurodéputé PCF et directeur de l'Humanité, au sujet des 27 détenus politiques en grève de la faim depuis plusieurs semaines voire plusieurs mois, Catherine Ashton lui avait alors assuré que la situation dans les prisons marocaines était "régulièrement discutée avec les autorités", et qu'Ezedine Eroussi, en grève de la faim depuis le 19 décembre, était dans une situation stable et "hors de danger". En outre, elle avait estimé que "les dispositions adoptées par la nouvelle constitution garantissent à toute personne détenue de jouir de droits fondamentaux et de conditions de détention humaines et criminalisent toute pratique de la torture, sous toutes ses formes". 

Lire aussi Maroc : de Hassan II à Mohammed VI, les rois passent, la torture reste Raymond Kargar

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L’Europe interpellée sur le sort de prisonniers

 au Maroc



Saisi récemment par l’eurodéputé français et directeur de l'Humanité, Patrick Le Hyaric, au sujet des 27 « détenus politiques » marocains en grève de la faim, la haute représentante de l'UE pour les affaires étrangères, Catherine Ashton, avait assuré que le gouvernement marocain se chargeait bien du dossier. Faux ? Le Comité de soutien aux prisonniers est monté au créneau et réclament une action conséquente de la part de la responsable européenne.
Catherine Ashton, Haute représentante de l'UE pour les affaires étrangères, interpellée par l'eurodéputé français et directeur de l'Humanité, Patrick Le Hyaric et le Comité de Soutien au 27 prisonniers en grève de la faim au Maroc
« Vous êtes libre de ‘compter sur le nouveau gouvernement marocain en place pour assurer une application effective des dispositions’ [adoptées par la nouvelle constitution], vous êtes libre de soutenir le régime marocain, mais vous n'avez pas le droit d'être complice avec ce régime contre les détenus politiques en grève de la faim depuis plusieurs mois », indique le communiqué du Comité de soutien au 27 « détenus politiques » adressé à Catherine Ashton, haute représente de l'UE pour les affaires étrangères, rapporte le site Humanité. Ces prisonniers en grève de la fin depuis plusieurs mois pour certains et plusieurs semaines pour d’autres. « Nous vous demandons, Madame la Haute Représentante, de regarder la réalité en face et d'intervenir pour sauver la vie des détenus », note le communiqué. En effet 27 prisonniers, en majorité des étudiants, sont en grève de la fin depuis plusieurs mois pour certains et plusieurs semaines pour d’autres. La majorité d’entre eux sont dans un état de santé des plus lamentables.
« Complicité » avec le gouvernement ?
Catherine Ashton a été saisie en février par l’eurodéputé Patrick Le Hyaric au sujet des 27 détenus politiques. Elle lui avait assuré que la situation dans les prisons marocaines était « régulièrement discutée avec les autorités », et qu'Azzedine Roussi, en grève de la faim depuis le 19 décembre, était dans une situation stable et « hors de danger ». Mme Ashton avait par ailleurs estimé que « les dispositions adoptées par la nouvelle constitution garantissent à toute personne détenue de jouir de droits fondamentaux et de conditions de détention humaines et criminalisent toute pratique de la torture, sous toutes ses formes ».
La responsable européenne a tenu ces affirmations, alors qu’en réalité la situation de ces prisonniers n'est pas vraiment connu de l'opinion publique et le gouvernement ne communique pas sur le sujet. D’autant plus que le collectif d’ONG qui a récemment demandé une intervention du chef du gouvernement n’a toujours pas obtenu satisfaction.
Le CNDH répond à la place de Benkirane
Un collectif de 18 ONG pour la défense des droits de l’homme a récemment interpellé le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, pour une solution face à la situation des « 27 détenus politiques » en grève de la faim. Mais chose curieuse, « nous avons reçu une réponse du CNDH, il y a à peu près une semaine », indique à Yabiladi Khadija Riyadi, présidente de l’AMDH et membre de ce collectif. Pourtant, « nous ne les avons jamais saisis, poursuit-elle. Nous écrivons au chef du gouvernement et c’est le CNDH qui nous répond, on ne comprend pas », s’indigne Mme Riyadi.
Dans son communiqué, le collectif avait mentionné les noms de chacun des 27 détenus. Cependant, le CNDH dans sa réponse, dit qu’« il y a des noms de prisonniers qui ne sont pas en grève de la faim », selon la défenseure des droits de l’homme. « Ils nous ont dit que les [grévistes] sont dans un état stable, y compris Roussi [Azzedine Roussi] ». Toutefois, Khadija Riyadi ne comprend toujours pas pourquoi le chef du gouvernement ne réagit pas personnellement sur un sujet aussi grave que celui-là, où la vie des jeunes « étudiants pour la plupart » est en danger. « On a décidé de saisir à nouveau le chef du gouvernement. Nous enverrons peut-être notre note demain », conclut-elle.
----------------------------------------------------------------