Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

jeudi 24 mai 2012

Un mouvement des indignés prend forme au Maroc. Grande mobilisation syndicale contre le gouvernement

Par Au Fait Maroc: 23/05/2012 

La mobilisation autour des syndicats CDT et FDT fait émerger un grand front de protestation contre le gouvernement. Tous les mouvements d'opposition soutiennent cette initiative qui sera le premier grand mouvement des indignés depuis l'arrivée du PJD au gouvernement. La Confédération démocratique du travail (CDT), renoue des liens étroits avec la Fédération démocratique du Travail, (FDT), les deux centrales syndicales appelant de concert, à une marche pour la dignité, le 27 mai prochain à Casablanca. 

 Selon les organisateurs, le Maroc fait face à des insuffisances structurelles multiples, qui touchent tous les secteurs, et en particulier les secteurs sociaux. Le pays a besoin de décisions nationales importantes courageuses, loin des petites mesures superficielles, ont-ils expliqué. Ces centrales syndicales constatent une détérioration des équilibres sociaux, du coût de la vie, de l’emploi et de l’incapacité du gouvernement de gérer les services de l’enseignement, de la santé et de l’habitat et de la sécurité. Elles considèrent que la corruption n’a fait qu’augmenter et revendiquent la construction d’une démocratie pour tous, la distribution égalitaire des richesses, et l’instauration d’une véritable justice sociale.

 Revendications principales de ce grand rassemblement  

• Le respect des libertés syndicales
 • La résolution des conflits sociaux 
•La libération et l’arrêt des poursuites contre les délégués syndicaux 
• La réintégration des employés licenciés 
• L’augmentation des salaires 
• L’application de l’échelle mobile pour les salaires en fonction du coût de la vie 
• La réponse aux revendications de tous les secteurs et la promotion des employés des échelles 5 à 9 après 5 ans d’ancienneté 
• L’application des décisions de l’accord du 26 Avril 2011 du dialogue social 
• L’assainissement des caisses mutuelles 
• L’alignement du salaire minimum agricole sur le salaire minimum dans l’industrie 
• La création d’un environnement général favorable pour le développement de l’emploi et de la paix sociale 
• La révision des lois sur l’élection des représentants du personnel 
• L’assainissement des secteurs de l’enseignement et de la santé.- La réforme des caisses de retraite 
• La création de postes d’emploi pour les chômeurs 
• La lutte contre l’appropriation abusive des terrains et l’augmentation des prix et de l’immobilier. 

 Une grande majorité des mouvements et partis politiques de l’opposition soutiennent cette marche de protestation. On y retrouvera, l’USFP, le PSU, les dissidents de l’UMT, le mouvement du 20 Fevrier, Ennahj Democrati, le parti Avant-garde, le SNESUP, le Congrés National Ittihadi, la Gauche Verte… D'autres vont probablement rejoindre ce mouvement avant le 27 mai. 

mercredi 23 mai 2012

Touche pas aux fils à papa !

Par Thami Afailal, demainonline, 23/5/2012

Le préfet Moufid goûte à sa propre médecine 

 Rabat.- Qui vit par l’épée, meurt par l’épée, dit le dicton. Pour coller à l’actualité marocaine on pourrait dire : Qui vit par la matraque, finit un jour par l’avoir dans la gueule.  

C’est ce qui arrivé la semaine dernière au préfet de police de Rabat, le pauvre Mohamed Moufid. C’était vendredi dernier, lors d’un spectacle du festival Mawazine à Rabat. Le préfet Moufid qui assurait personnellement la sécurité en raison de la présence du prince héritier Hassan s’est approché de deux jeunes hommes, en état d’ivresse qui faisaient du grabuge, histoire de les gronder et les rappeler à l’ordre. Néanmoins, sans coup férir, les deux jeunes hommes se sont rués vers le représentant de la loi en le rouant de coups et en l’abreuvant d’injures. Arrêtés sur le champ et embarqués au commissariat dans l’attente d’être présentés devant le parquet pour violence caractérisée envers un membre des forces de l’ordre dans l’exercice de ses fonctions, quelle n’a été la surprise du pauvre préfet quand des instructions venues de très haut lui ont intimé l’ordre de relâcher les deux violents. 

 Sans plus attendre, Mohamed Moufid s’est exécuté, et il a non seulement libéré les deux jeunes hommes mais il a également, à son corps défendant sûrement, fait comme si de rien n’était. Comme si l’agression n’avait jamais eu lieu. Depuis, en dépit des évidences et des témoignages, nombreux, recueillis sur place, le préfet dément s’être fait casser la gueule. Il le fait sûrement par patriotisme.

Ali Nassiri, l'un des agresseurs du préfet Moufid (Photo DR)
 Demain a pu s’enquérir de l’identité des deux fils à papa qui ont attaqué le pauvre préfet. Et on comprend mieux maintenant pourquoi Mohamed Moufid les a libérés et mis sa dignité entre guillemets. Les deux agresseurs sont un certain Ali Nassiri, l'un des agresseurs du préfet Moufid (Photo DR) Ali Nassiri, compagnon fidèle des enfants riches et gâtés du Maroc et surtout ami de « Lalla Soukaïna », la petite-fille préférée du défunt Hassan II. Le deuxième est Driss Kettani, l’un des fils d’Azzedine Kettani, un puissant avocat de Casablanca, qui est subsidiairement professeur à l’Université de droit de la capitale économique du royaume. 
 Au Maroc des « Sidi » et des « Lalla », quand on veut s’en prendre à la police il vaudrait mieux s’appeler Nassiri et Kettani, et surtout pas Belghouat. 
   URL courte: http://www.demainonline.com/?p=17510 

Campagne d'arrestations, d’enlèvements et de condamnations pour museler artistes et meneurs du mouvement

 par Salah Elayoubi, Lausanne, 21/5/2012
 Communiqué numéro 3 du mouvement du 20 février    pour la Suisse

La campagne d'arrestations, d’enlèvements et de condamnations qui s’est amplifiée au cours des semaines écoulées a été orchestrée et menée sur ordre du pouvoir, dans le seul but de museler, prioritairement, les artistes et les meneurs du mouvement, instaurer, accessoirement, la peur, parmi les militants de base et dissuader les autres de poursuivre leur campagne de dénonciation de la dictature du makhzen, de la répression des libertés et de la prédation économique du roi, de sa famille et de ses proches.  

Ces comportements menés au mépris absolu de la constitution et des droits de l’homme, nous renvoient aux chapitres les plus sombres de l’histoire moderne du Maroc, particulièrement, aux années de plomb Outre les militants qui mènent, dirigent, inspirent, encadrent et participent activement à la mise en œuvre des marches, des protestations, des sit-in et des autres actions et que la vindicte du régime poursuit, le tribunal de Casablanca a condamné, le 18 mai 2012, Younes Belkhdim, surnommé "le poète du peuple", à deux années de prison ferme et cinq mille (5000) dirhams d'amende, pour de prétendues violences contre les forces de l'ordre, la destruction de biens publics et la constitution de bande armée. Le 11 mai 2012, soit une semaine avant ce jugement infondé, le tribunal de Ain Sebaa, condamnait Mouad Belghouat, Alias "Lhaqed", à une peine d'emprisonnement d'une année ferme, pour offense faite à un corps constitué. Le rappeur était, en effet, accusé d'avoir réalisé un montage vidéo représentant un policier marocain, la tête remplacée par celle d'un âne, sur fond d'un de ses raps, accusant la police marocaine de corruption. 

Le mouvement du 20 février pour la Suisse, s'insurge contre cette répression ciblant des militants pacifistes. Il dénonce les méthodes violentes et illégales en usage chez les forces de l'ordre et les jugements injustes qui discréditent les prétentions du régime à une ouverture démocratique. 

Le mouvement se solidarise totalement et inconditionnellement avec ceux de ses militants qui ont fait l'objet d'interpellations, d'arrestations ou de condamnations, dans l'exercice légitime de leurs droits à protester contre les injustices qui continuent de frapper le peuple marocain. Le mouvement exige la libération de tous ses militants détenus, l'amnistie de tous ceux qui ont été condamnés et l'abandon de toutes les poursuites judiciaires et de toutes les charges retenues contre les autres militants détenus dans les prisons du royaume.

 Le mouvement prend à témoin les organisations des droits de l'homme et les appelle, solennellement, à appuyer sa lutte jusqu’à l'instauration d'une véritable démocratie au Maroc. Fait à Lausanne le 21 mai 2012

mardi 22 mai 2012

La marche du M20F de Casa dans vieille médina a failli mal finir.

Par Souad G, 21/5/2012
La fin de la marche pacisfiste, a été attaquée par les pro-royalistes,les baltagis, de retour, qui ont jeté des pierres. Les forces de répression se sont déployées, une manière de semer la terreur parmi les habitants et de laisser penser que les habitants de la médina n'en veulent pas du M20F. Le makhzen tente de nouveau de semer la division entre citoyens.

La marche s'est dirigée devant la maison qui s'est écroulée dans la nuit de mercredi 16 mai, faisant plus de 7 morts, et que d'autres maisons risquent de tomber également sans que les responsables ne bougent . La seule méthode, la stratégie du choc bien connue pour continuer à semer plus de misère, en plus de la terreur.

Les habitants réclament des logements décents, ils sont menacés d'expropriation , de chômage, souffrent d'absence d'équipements sociaux, sanitaires, culturels... Pauvreté et misère face à des projets ruineux et inutiles. On a réclamé l'annulation projet du TGV Casa-Tanger, dénoncé la cherté de la vie, dehors Lydec, la libération des détenus. 
Si cet e-mail ne s’affiche pas correctement, copiez-collez le lien suivant dans votre navigateur :

Pour une amnistie politique générale au Maroc

Author: Nietzschan,  Collectif Mamfakinch, 22/5/2012
Treize ans après l’avènement sur le trône de Mohammed VI et sept ans après la présentation du rapport de l’Instance équité et réconciliation (IER), la situation des droits de l’homme au Maroc n’a guère changé : des dissidents sont poursuivis, condamnés et emprisonnés pour leurs opinions, des journalistes emprisonnés et exilés, des procès iniques se poursuivent, des violences policières – notamment lors de manifestations pacifiques – ont toujours lieu, la justice se garde toujours de contrarier le Palais, l’audiovisuel public demeure un outil de propagande et les lois répressives – notamment en matière anti-terroriste – sont toujours là. 

 C’est un constat de stagnation et de déception qui doit être fait : même les recommandations de l’IER, pourtant nommée par le Roi, n’ont pas été mises en œuvre. Quant à la constitution révisée de 2011, elle est plus un instrument de communication externe qu’un instrument de réelle réforme du pays. Adoptée par un plébiscite au score nord-coréen – 97,58% de oui – dans la foulée de la chute des dictatures tunisienne et égyptienne au début du printemps arabe, sa mise en œuvre n’a pas apporté de changement. 

Face à cette stagnation, alors même que les peuples tunisien et égyptien choisissent librement leur constitution et leur président, nous, citoyens et citoyennes marocaines, appelons le gouvernement Benkirane et la Chambre des Représentants à rompre avec l’immobilisme et à présenter, débattre et adopter un projet de loi d’amnistie de tous ceux qui ont été condamnés pour des motifs politiques, que ce soit durant la période couverte par le rapport de l’IER (1956-1999) ou depuis. 

Les modalités pratiques de cette amnistie devraient être précisées, et notamment l’établissement d’une commission chargée de définir les critères ouvrant droit à l’amnistie, mais elles devraient inclure tous ceux condamnés pour des délits de presse, de grève, d’appel au boycott des élections et des référendums et de manifestation non-violente. Une telle amnistie inclurait le rappeur Mouad Belghouat, jugé deux fois en quelques mois pour ses opinions politiques et condamné il y a quelques jours à une année de prison pour une de ses chansons, le poète Younes Belkhedim, récemment condamné à deux ans de prison ou la militante islamiste Nadia Yassine, poursuivie depuis 2005 pour avoir exprimé ses opinions républicains. Elle inclurait non seulement ceux qui sont actuellement poursuivis ou emprisonnés, mais également ceux qui ont déjà été condamnés dans le passé – comme le journaliste le plus lu du Maroc, Rachid Nini, qui a purgé une peine d’emprisonnement d’un an ferme pour une tribune où était mis en cause l’appareil sécuritaire marocain – et qui gardent dans leur casier judiciaire la mention d’infractions à caractère politique, mention infamante qui a en outre des conséquences pratiques sur l’accès à la fonction publique ou l’obtention de passeport ou de visa. 

Une telle amnistie ne serait bien évidemment que le point de départ d’une démocratisation profonde du Maroc. Le chantier est vaste, et va de la législation relative au viol – telle qu’elle est abusivement interprétée par la justice marocaine, elle permet au violeur d’épouser sa victime mineure – à celle relative au droit de grève, en passant par le code de la presse au nom duquel le journaliste le plus lu du Maroc, Rachid Nini, a purgé une peine d’emprisonnement d’un an ferme pour une tribune où était mis en cause l’appareil sécuritaire marocain. 

La réforme judiciaire, promise à chaque rentrée parlementaire depuis près d’une décennie, doit aboutir à un système judiciaire radicalement dégagé de l’emprise du pouvoir exécutif, c’est-à-dire du Palais. L’appareil sécuritaire, militaire et civil, source de nombreuses exactions relevées notamment par l’IER, doit être intégralement soumis au parlement et à des tribunaux indépendants. Mais avant de prévenir et empêcher l’injustice, il faut réparer les injustices du passé. L’amnistie y contribue. Alors que le gouvernement marocain a à répondre devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, ce mardi 22 mai, du lourd bilan des droits de l’homme au Maroc dans le cadre de l’examen périodique universel, nous, Marocains et Marocaines militant pour la démocratisation de notre pays, demandons au gouvernement et parlement d’assumer leurs responsabilités devant le peuple marocain et l’avenir du pays. 

Nous invitons les Nations-Unies et les amis du peuple marocain à ne pas se laisser duper par des effets d’annonce et des opérations de communication qui ne peuvent cacher la triste continuité de la répression et de l’injustice au Maroc. Effaçons les injustices du passé pour empêcher celles d’aujourd’hui et de demain !  

Ali Aarrass : audience du 21 mai 2012. Nouveau report : 18 juin 2012

Par Greta Alegre ,  Mouvement du 20 février pour la Suisse,  22/5/2012

 Voici le rapport de Luk Vervaet et de Farida Aarrass de ce qui s'est passé à l'audience :
 Compte rendu de l'audience en appel 
du lundi 21 mai 2012.  

Après une longue attente de 3 heures, Ali est enfin amené dans le box des accusés! La délégation belge formée de Luk Vervaet, maître Nicolas Cohen, ma mère, Smain Smahane et moi même. Un ami venu de Normandie, qui depuis pas mal de temps suit l'affaire de près. La famille et les amis venus de Melilla et Nos avocats marocains maître Dadsi et maître Jallal. Comme d'habitude dans les rangées tout devant, juste derrière celles réservées aux avocats.

 Ali arrive et nos regards sont tous dirigés vers lui, je l'observe très attentivement pour m'assurer qu'il va bien. Il a, Dieu merci, je le remarque très vite, récupéré! :-) Il s'assied tout près du mur en vitre du box de façon à pouvoir nous voir et qu'on puisse échanger nos signes habituels. Pour nous prouver qu'il va mieux, un sourire aux lèvres et un regard destiné a chacun accompagné de salutations! A un moment donné, sa femme lui fait signe que leur petite fille a bien grandi, j'ai fait signe qu'elle a aussi bien grossi, nous rions tous, d'un rire silencieux pour éviter de nous faire remarquer. Ali dont les sourires s'effacent aussitôt tant la tristesse de ne pas la voir le gagne. Luk intervient à son tour pour lui faire signe que lui par contre devient de plus en plus petit, mais Ali lui fait signe en levant la main très haut, pour lui faire comprendre qu'il est bien grand pour lui! Ali aime énormément Luk Vervaet! 

 Ali est appelé à la barre, se tient debout devant les 5 juges, aux cotés de son interprète et de maître Cohen, maître Dadsi et maître Jallal. Pendant une demi heure nous assistons à un échange entre le Procureur et le juge d'un coté et les avocats de l'autre. Des documents passaient des mains du procureur au juge dans une ambiance très spéciale. C'est maître Cohen qui a ouvert le débat en citant : Cela fait un an et demi que nous avons demandé une enquête sur la torture. A la dernière audience, le procureur général avait dit qu'il n'y avait aucune enquête en cours. Par le dossier déposé aujourd'hui au tribunal par le procureur général de Rabat, nous avons la preuve du contraire. La défense n'avait jamais vu ce dossier, ni les pièces déposées aujourd'hui, c'est pourquoi la défense a demandé le temps nécessaire pour examiner minutieusement ce dossier. 

 Sur ce, le procureur général se met debout et va communiquer le contenu de ce dossier, à haute voix à toute la cour en citant chaque mot lentement, on pouvait même compter les syllabes! Il commence à citer ce qu'Ali avait déclaré depuis le début, tout comme si c'était ce qu'il en déduisait de cette affaire, au point que nous croyions qu'il le défendait! Il a même ajouté que cette cour allait traiter cette affaire comme exigé, dans une totale équitabilité! 

Mais tout est devenu plus clair quand il est arrivé à sa conclusion en disant que Ali a été examiné par trois médecins légistes et par la police qui ont tous constaté, qu'il n'y a pas eu de torture! Qu'il n'y a pas de séquelles d'une quelconque maltraitance! Qu'il n'y a pas de traces visibles sur la photo prise lorsqu'il avait été reçu en prison juste après la garde à vue de 12 jours après son extradition qui date du 14 décembre 2010! Et tout cela se trouve dans un rapport fait par ces légistes datant de décembre 2011!
 Le juge dit tout haut en langue arabe : "Commençons par entendre nos arabes,!" en faisant allusion aux avocats marocains. 
Je trouve ça honteux l'attitude de ce juge qui s'est montré plus d'une fois fort dérangé par la présence de maître Cohen et envers qui il semble ne pas avoir de respect! Maître Dadsi, Jallal et Cohen ont insisté sur le fait qu'il leur faudra du temps pour examiner toutes ces nouvelles pièces. Ils ont aussi avancé immédiatement quelques questions :
 - Est ce que pendant ces auditions par ces médecins légistes et par la police, Ali a eu droit à un interprète? 

- Le procureur prétendait qu'Ali avait refusé de se déshabiller car soi disant il n'avait plus aucune trace visible. Les avocats ont donc à ce propos demandé immédiatement à Ali si c'était vrai, ce qu'Ali a démenti! 

- Est ce que le tout premier PV fait par la BNPJ figurait dans ce dossier et dans la négative qu'il le leur faudra absolument! 

- Qu'en est il des photos que la direction de la prison avait fait, lorsque Ali avait été réceptionné dans l'état critique suite aux tortures. (Les prisons prennent le soin de se protéger, afin qu'ils ne soient pas poursuivis pour maltraitance sur les détenus, à la date à la quelle on les ramène en prison, afin de prouver qu'il était déjà dans cet état là)
 Après délibération, l'audience fut reportée au lundi 18 juin 2012 !

--------------------------------------------------------------------------

Par Farida, la soeur d'Ali, rapporté par Greta Alegre, 23 /5/2012

"Tu sais après avoir été mis si longtemps en isolation, coupé de tout contact humain, en isolation sensorielle et temporelle! J'avais perdu toutes mes bonnes manières. 
A tel point que lorsque enfin je me suis retrouvé avec un codétenu en cellule, ce dernier me faisait tout le temps des remarques du genre : Mange avec la bouche fermé tu fais trop de bruit!" Ou encore d'autres remarques qu'il ne citera pas tant cela le gênait.

 Ali avait le regard triste et nous disait que l'isolation est une torture horrible que l'être humain ne peut pas supporter ça! Qu'il a accepté toutes les remarques en s'excusant et en retrouvant les bonnes manières à adopter! Il nous dit, "je suis resté si longtemps tout seul que même les bruits que je faisais en mangeant me rassuraient de mon existence, mais voilà que j'en était venu à oublier que c'était malpoli."

lundi 21 mai 2012

La villa de Sarkozy à Marrakech : un cadeau...royal

Une retraite dorée pour Sarkozy à Marrakech?
par Ali Amar, SlateAfrique, 18/5/2012

L’ex-locataire de l’Elysée rejoint le club des VIP français qui se mettent au vert à Marrakech dans leurs demeures de rêve. Nicolas Sarkozy, accompagné de sa femme Carla et de leur petite Giulia, devrait y séjourner quelques mois dans une villa. 

Lire ici

La villa de Sarkozy à Marrakech, un cadeau de Mohammed VI?

par Ali Amar, SlateAfrique, 21/5/2012

Nicolas Sarkozy aurait reçu une villa à Marrakech, cadeau d’une entreprise détenue conjointement, à l’époque des faits, par un groupe émirati et par une holding de Mohammed VI. 

Lire ici

Mohammed VI décore Nicolas Sarkozy de la médaille de l'ordre de Mohammed V, la plus haute distinction marocaine REUTERS/POOL New

Ali Aarrass : procès encore reporté ...

Par Greta Alegre 21 /5/2012

 DERNIERES NOUVELLES : LE PROCES DE ALI AARASS EST A NOUVEAU REPORTÉ... 
AU 18 JUIN CETTE FOIS, JUSTE AVANT LES VACANCES JUDICIAIRES.

Les ouvriers du roi français de la tomate marocaine (et sahraouie) en grève de la faim

Par Moha OUKZIZ, AMDH, 21/5/2012 

Le groupe agroalimentaire français Soprophile Idyl, installé au Maroc, produit le tiers des exportations de tomates de la région du Souss-Massa-Draâ. C’est environ 35 grandes remorques par jour.  

Le groupe produit aussi les melons, les pêches, les raisins, les oranges et les dattes dans la région d’Errachidia. Il emploie plus de 12000 ouvrier(e)s. En sus de nombreuses grandes fermes agricoles (un millier d’hectares), le groupe Soprophile Idyl comporte deux stations d’emballage de 15000m2. Une dans la commune E Safa Bouyekra, l’autre dans la commune Ait Amira, les deux communes sont du département Chtouka Ait Baha. Le groupe dispose d’une plateforme logistique de distribution (11000m2). Les produits du groupe sont commercialisés en France par Idyl, l’autre identité juridique de l’entreprise.

Les deux grands responsables du groupe sont le français Patrick PUECH et l’Istiqlalien sahraoui Hassan EDERHEM. Le groupe a son siège dans les Bouches-du-Rhône, à Châteaurenard, son dirigeant principal est Patrick PUECH, son secteur d’activité est le commerce de gros (inter-entreprises) de fruits et de légumes. Sa première implantation est à Dakhla au Sahara Occidental. Et puis Chichaoua, Marrakech, Errachidia et Agadir. L’arboriculture, la nurserie, le maraichage, la packaging, et même la presse sont les domaines de production du groupe. Il commercialise les divers produits sous les marques suivantes : Idyl, Etoile du Sud, dattes Filali, Bongoo of Morocco, agriculture du Maghreb. 95% des exportations du groupe sont destinées à l’Europe, au Canada et à la Russie. 150 000 tonnes de tomates par an passent par la plateforme logistique du groupe, sans parler des autres fruits et légumes. 
idyl-carrefour.jpg
 Le groupe ne manque pas de travail à longueur d’année, et pourtant les ouvrier(e)s sont dans une précarité constante ( pas d’embauche). 
  L’entreprise ne respecte pas le droit du travail, des ouvrier(e)s ne sont pas inscrits auprès des caisses sociales(CNSS). Le harcèlement sexuel est le traitement réservé aux ouvrières. Des accidents de travail sont en augmentation sans cesse. Un bureau syndical attaché à la CDT (la Confédération Démocratique de Travail) s’est constitué. Le patron français en l’occurrence, monsieur Patrick PUECH, a licencié (exclu) les ouvriers fondateurs du bureau ainsi que ses membres. 

Les ouvriers ont protesté contre cette décision et ont organisé des manifestations et sit in. La justice marocaine au service du patronat a condamné, en première instance, les ouvriers selon l’article 288 du droit pénal qui criminalise le droit à la grève et a exercé des poursuites contre les syndicalistes. Il faudrait rappeler que Soprofel Idyl a licencié plus de 2000 ouvrier(e)s depuis 2008, sans dédommagement ni indemnité ou alors avec de vraies miettes 500DH ( 47€). 

L’accord du comité de conciliation stipule :
 - Le retour à l’emploi des licenciés,
 -Le rattachement syndical de trois ouvriers.

 Seulement 9 ouvriers sur 30 ont retrouvé leur poste, les autres seraient indemnisés 3000DH (285€) l’année de travail. Après de multiples et vaines démarches auprès de la direction du groupe et des autorités locales et régionales, pour application des termes de l’accord, les ouvriers par le biais de leur syndicat ont adressé des correspondances aux responsables pour les informer de leur action de lutte.

 Monsieur Abdellah RAHMOUN, secrétaire général de la centrale syndicale CDT à AGADIR, ignore complètement leur dossier. Les patrons français et marocains trouvent qu’à « Souss-Massa il y a trop de grèves dans les exploitations agricoles » titre le journal l’économiste. «Les syndicats ne contrôlent pas vraiment leurs troupes» ajoute le journal. Et le responsable syndical à Agadir, monsieur RAHMOUN, est-il à l’écoute des patrons ou des ouvriers ? 

Six ouvriers ont alors décidé d’entamer la grève de la faim le 26 avril 2012 devant le siège du groupe dans des tentes de misère.
 Ils réclament la satisfaction de leurs revendications : -indemnités de licenciement et dommages et intérêts de licenciement abusif depuis trois ans. 
- Rayer leurs noms de la liste noire dont disposent les entreprises de la région et leur permettre de trouver du travail dans d’autres unités de production.
 Les six ouvriers en grève de la faim sous leur tente de misère devant le siège de l’entreprise, sont menacés de poursuite judiciaire. L'huissier s’est rendu sur place pour menacer les grévistes, faire appliquer les termes des jugements à l’encontre de Abdelhadi EL AZAOUI, condamné à une amende de 15000 DH et menacer deux autres dans une affaire de piquets de grève. L’huissier faisait l’émissaire du patron, il a proposé à l’ouvrier en grève de la faim, monsieur Abdelhadi EL AZAOUI de quitter les lieux et de se désolidariser de ses camarades, seule condition d’arrêt des poursuites. Deux de ses camarades sont menacés également menacés de poursuite. La centrale syndicale CDT, à qui appartiennent les grévistes de la faim, ne traite pas leur dossier et ne s’intéresse pas à leur combat. Les ouvriers du groupe français, Soprofel Idyl, producteur au Maroc, considèrent que la direction de leur syndicat est complice avec le patronat et l’État marocain contre leurs intérêts. Ils sont sans défense et ne peuvent plus compter sur leur syndicat. Ils considèrent que le patronat et l’Etat sont les deux faces de la même pièce. Il faut signaler que le code de travail est en la faveur des patrons et qu’aucune convention n’a vu le jour dans le secteur pour cadrer l’exploitation et l’emploi des ouvriers agricoles. 
NDLR SOLIDMAR :

Le roi, El Himma, Sahara, Algérie et Sebta et Melilla, voilà ce qu’en pense Benkirane !

 Abdelilah Benkirane (Photo El Pais) Tanger.- 

Lors de sa visite « privée » en Espagne, le chef du gouvernement marocain, Abdelilah Benkirane, a donné une longue interview au quotidien espagnol El Pais. Plus que par ses idées politiques ou par sa vision du futur, éléments essentiels pour comprendre un homme d’Etat, Benkirane donne l’impression, comme le signale à juste titre El Pais, d’un homme qui cherche avant tout à défendre « sans fissures le particulier modèle autocratique du royaume alaouite ». Au Maroc, on a connu des premiers ministres serviles et malléables à profusion, mais ils gardaient certaines formes, disons une certaine dignité. Celui-là a l’air d’apprécier la laisse avec laquelle il est tenu … Jamais un premier ministre marocain, et dieu seul sait qu’ils ont tous été des marionnettes consentantes, ne s’est montré aussi lèche-bottes envers le pouvoir royal que Benkirane. Pour lui, le roi est non seulement le chef de l’Etat, le patron de « l’église » marocaine et le maître du palais, mais aussi et surtout le « propriétaire suprême du pouvoir », dixit Benkirane. Même du sien, c’est-à-dire de la petite parcelle que lui octroyée le « propriétaire ».

 Pour éviter les malentendus et les interprétations intéressées, nous avons décidé de traduire intégralement et soigneusement cette interview qui est un régal et un chef-d’œuvre d’hypocrisie et de soumission. 


«Le jour où l’Algérie le voudra, la question du Sahara se résoudra » 
 Question : Quel est le bilan de vos premiers six mois à la tête du gouvernement ? 

 Réponse : Le Maroc a vécu, comme tous les pays de la région, le printemps arabe. Heureusement, les Marocains ont demandé des réformes mais sans rupture ; dans la stabilité. Et dire stabilité au Maroc c’est dire monarchie, la pièce maîtresse avec laquelle on ne peut pas plaisanter. Notre parti politique n’a pas participé aux marches du 20 février parce que nous considérions que c’était trop dangereux au moment où les régimes tombaient autour de nous. Sa Majesté a été très courageuse, le 19 mars il a annoncé une nouvelle constitution et de nouvelles élections. Grâce à cet exercice de transparence, notre parti, qui était dans l’opposition et était maltraité par une équipe hégémonique qui voulait conserver le pouvoir entre ses mains à n’importe quel prix, a gagné les élections. 
Q : Et maintenant vous êtes au pouvoir. 
 R : Disons au gouvernement.

 Q : C’est pas la même chose ? 

 R. Ce n’est pas la même chose. Nous avons une partie du pouvoir, mais au Maroc il n’existe pas de cohabitation comme en France. Sa Majesté est le chef de l’Etat et nous travaillons avec lui, selon qu’établit la Constitution. 

 Q : Peu après votre nomination le roi a nommé conseiller à Fouad Ali El Himma avec lequel vous n’êtes pas en bonne syntonie. 
R : Au Maroc le chef du gouvernement a un pouvoir, mais Sa Majesté est le propriétaire suprême de ce pouvoir. Le roi intervient dans les décisions du chef du gouvernement et peut choisir le conseiller qu’il veut. Moi et M. El Himma nous ne sommes pas des ennemis, nous avons des rivalités et nous essayons de maintenir de bonnes relations. Des fois ça marche, des fois non. Ma relation avec le roi va bien ; il est très aimable avec moi et je jouis de sa confiance. Nous ne sommes pas une monarchie parlementaire et les Marocains ne veulent pas changer ça. C’est la même chose avec la religion. C’est une prérogative qu’a Sa Majesté, qui est le commandeur des croyants depuis des siècles. C’est l’une des essences du Maroc, un pays où il y a des Sahraouis, des Berbères, des Amazighs, des Arabes… qui ont un pacte religieux avec un chef. Dans notre pays il n’y a pas de différence entre l’église et le palais, les deux institutions sont réunies en une seule personne : le roi. Les Européens doivent cesser de nous comparer avec eux.

 Q : En quoi s’est concentré votre gouvernement ? 
1 R : A essayer d’installer un climat de confiance sur le plan économique. Vous ne trouverez plus de gens qui occupent des administrations ou qui s’approchent du parlement pour demander des prébendes. Tout ceci est entrain de finir. J’ai été sincère avec eux ; je leur ai dit que s’ils voulaient occuper un poste dans la fonction publique ils devaient approuver des concours, comme tout le monde. Nous avons aussi revu le droit de grève pour éviter les arrêts sauvages et faciliter le travail des entrepreneurs. Malheureusement, dans le passé l’administration pensait avoir le droit de tirer des bénéfices des affaires privées. Nous allons combattre la corruption. Il y a encore du chemin à faire mais nous y sommes. 

 Q : Comment se porte l’économie ? 
 R : Nous évoluons de façon positive. Nous avons besoin que les entrepreneurs espagnols se rendent compte qu’ils peuvent trouver un ballon d’oxygène au Maroc. Il y a une bonne présence espagnole, non seulement des entreprises mais aussi des citoyens espagnols qui, par exemple, travaillent dans la construction et apportent leurs connaissances. Nous pensons que sur le plan de la coopération il y a beaucoup à faire, il faudrait revoir les taux pour les étudiants marocains en Espagne et revitaliser l’étude de l’espagnol dans notre pays. 

 Q : Dans la région, beaucoup de choses ont changé depuis le printemps arabe. Il y a des partis politiques d’orientation similaire à la votre qui ou bien ils sont au pouvoir comme en Tunisie ou bien ils peuvent l’être comme en Algérie. Quels effets cela peut-il avoir dans le futur ? 
 R : Sincèrement, nous ne savons pas comment vont évoluer les choses entre nous et l’Algérie. J’espère que les choses vont s’améliorer pour que s’ouvre une nouvelle étape et qu’Alger prenne la décision d’ouvrir les frontières qui continuent d’être fermées. Avec la Tunisie, les relations ont toujours été bonnes et le sont encore plus maintenant. C’est un pays qui évolue dans le sens démocratique. C’est vrai qu’aujourd’hui le gouvernement est présidé par les islamistes, mais les islamistes de Tunisie sont très évolués, même plus que nous. Ils ont une vision très claire de la démocratie et ça c’est positif pour toute la région. D’autre part, il y a ce mouvement de gens vers le sud, certains originaires des anciens régimes, qui ont trouvé une zone dans laquelle il y avait des mouvements indépendantistes et cela perturbe la zone du Mali et des environs. Les Européens doivent prendre en considération la stabilité du Maroc et entendre l’importance que cela a dans la région. 

Q : Où en est-il de la question du Sahara ? 
 R : Sincèrement, le jour où l’Algérie voudra résoudre la question du Sahara, elle se résoudra. Je suis convaincu que si l’Algérie le veut, le problème se résoudra en quelques jours ou semaines, mais pas tant qu’elle maintiendra cette position que moi fraternellement je l’invite à revoir. Je ne comprends pas comment on peut avoir avec un pays frère ce problème qui dure depuis des années et qui suppose une perte d’énergie et d’énormes moyens de part et d’autre. 

 Q : Les gens qui vivent au Sahara pensent différemment… 
 R : Oui, chacun pense différemment et on ne peut pas dire que tous les Sahraouis sont du
même côté. 

 Q : Et Sebta et Melilla ? 

  R : Sur cette affaire il faut réfléchir. Ce n’est pas un problème que nous allons résoudre d’un jour à l’autre. 

 Marti Pont, Barcelone (El Pais) URL courte: http://www.demainonline.com/?p=17424

Bientôt la fin des tribunaux correctionnels pour mineurs ?

Par TF1, 20/5/2012 
 La nouvelle ministre de la Justice a confirmé dimanche l'intention du gouvernement de supprimer les tribunaux correctionnels pour mineurs et de garantir la spécificité de la justice des mineurs. LUMP parle de "retour de l'angélisme" et de "laxisme".


Christiane Taubira, à Paris le 2 octobre 2011


Christiane Taubira, à Paris le 2 octobre 2011 © AFP/J.Leguerre

 Christiane Taubira a
 décidé d'en
 faire une
 "priorité".
 La nouvelle ministre de la Justice a
 confirmé dimanche l'intention du
 gouvernement de supprimer les tribunaux correctionnels pour mineurs et de garantir la spécificité de la justice des mineurs, comme annoncé par François Hollande durant la campagne. 

 Instaurés par la loi du 10 août 2011 et fonctionnant depuis janvier 2012, les tribunaux correctionnels pour mineurs, composés de trois juges professionnels, jugent les récidivistes de 16 à 18 ans encourant une peine égale ou supérieure à trois ans. Avant la réforme, ces jeunes comparaissaient, comme les autres mineurs, devant un tribunal pour enfants composé d'un juge des enfants et de deux assesseurs citoyens ayant une expérience des questions liées à l'enfance. Cette réforme avait été vivement critiquée par nombre de professionnels, estimant qu'elle va à l'encontre de l'esprit de l'Ordonnance de 1945 sur la justice des mineurs qui privilégie l'éducatif par rapport au répressif. 

D'où l'annonce de la Garde des sceaux. "Le président de la République s'y est engagé, nous ferons en sorte que la justice des mineurs redevienne spécifique et qu'on annule les dispositions consistant à traiter les mineurs comme les majeurs", a déclaré Mme Taubira après une visite aux services de la justice des mineurs de permanence au palais de justice de Paris. "Le principe est posé" de leur suppression, "cela fait partie des priorités" du nouveau gouvernement, a ajouté la ministre de la Justice.

 "Culture de l'excuse" 
  Dans un courrier adressé le 26 avril à l'Association française des magistrats de la jeunesse et de la famille (AFMJF), qui l'avait interpellé sur la justice des mineurs, François Hollande disait vouloir "réaffirmer la spécificité de cette justice sur la base des principes de l'Ordonnance de 1945: spécialisation des magistrats et des juridictions pour mineurs, primauté de l'éducatif sur le répressif, prise en considération du parcours et de la personnalité du mineur permettant l'individualisation et l'atténuation de la peine liée à la minorité". "Cela implique notamment la suppression des dispositions de la loi du 10 août 2011 créant un tribunal correctionnel pour mineurs", ajoutait-il, tout en affirmant qu'il n'aurait "aucune indulgence à l'égard des petits caïds" qui sèment la peur dans les quartiers. 

 A droite, on goûte peu ce retour en arrière : l'UMP a dénoncé dimanche le "retour de l'angélisme" et au "laxisme" après la déclaration de la ministre de la Justice. Le Secrétaire national de l'UMP en charge des questions de sécurité, Bruno Beschizza s'en est pris dans un communiqué au "retour de l'angélisme et de la culture de l'excuse", jugeant que "la gauche n'a jamais abandonné ses vieux clichés angéliques sur les ‘jeunes'".












gauche n'a jamais abandonné ses vieux clichés angéliques sur les ‘jeunes'". le 20 mai 2012 à 19:01 http://lci.tf1.fr/france/justice/bientot-la-fin-des-tribunaux-correctionnels-pour-mineurs-7258489.html?xtor=EPR-1-1007056[--4346-- 9h00 L'info - TF

Non, le Mouvement du 20 Février n’est pas mort !

Quelques vidéos, parmi d’autres, de manifestations du dimanche 20 mai 2012, comme chaque dimanche 
Tanger
Tanger :

 BRAVO BENI BOUAYACH ! ‫ 

Casa médina 
Par : CasaMedia.TV ancienne médina casa 
http://youtu.be/fB1UaNXsPiY blessures graves à Casa 

Rabat 

Khouribga

Khouribga
http://www.youtube.com/watch?v=8jLW_8MG0SY

dimanche 20 mai 2012

La radio France-Culture revient sur l'affaire Mouad Lhaqed

Zineb EL Rhazoui : "La véritable modernité, c'est la démocratie"

Par Johanne Simon

 Dans le concert parfois ronronnant des discours sur les médias et l'information, le propos de Zineb el Razouhoui a le mérite de trancher. Interdite d'exercer sa profession de journaliste au Maroc, Zineb El Rhazoui a pris le parti de s'exprimer sur internet. 
 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 Par Ahmed Benani

"Modernité" du Maroc !

 Y-at-il un terme plus fort que vomitif, oui, à gerber peut-être- Enfin Dieu-Roi met en scène l'abjecte humiliation de ses représentants, lesquels sont supposés l'imposer aux sujets dans toutes les provinces (26). Mais ce dernier acte ne passera pas, rideau sur la farce grotesque ! 

Festival de Cannes : "Les Chevaux de Dieu", plongée dans le quotidien de jeunes kamikazes

Par Tony Gamal, Jeune Afrique, 18/5/2012

 Scène du dernier film du réalisateur marocain Nabil Ayouch, 
"Les chevaux de Dieu". © DR  

Avec "Les Chevaux de Dieu", présenté au Festival de Cannes dans la catégorie "Un certain regard", Nabil Ayouch se penche sur l’enrôlement par les mouvements islamistes radicaux des jeunes des quartiers défavorisés. Ce sont les attentats de Casablanca du 16 mai 2003 qui ont largement inspiré « les Chevaux de Dieu », dernier film du célèbre réalisateur marocain, Nabil Ayouch. Librement adapté des Étoiles de Sidi Moumen, un roman de Mahi Binebine paru en 2010, le film relate l’endoctrinement religieux de Yachine et Hamid, deux frères du bidonville de Sidi Moumen, par un imam extrémiste, qui leur annonce qu’ils ont été choisis pour devenir des martyrs. 

 Le quotidien d’un kamikaze 
Dans son film, Nabil Ayouch souhaitait raconter le quotidien de ces jeunes kamikazes, leur environnement, leurs parents, « et tous les microtraumatismes de la vie qui font qu’à un moment ou un autre cela se transforme, quand ils grandissent, en ressentiment désespéré, insupportable », explique le réalisateur. Il affirme avoir mené un travail quasi-anthropologique dans le quartier de Sidi Moumen. Il est allé régulièrement dans le bidonville pour parler à ses habitants et aux associations qui s’y investissaient. Une démarche qui lui a permis de comprendre que « les victimes étaient des deux côtés. » 

Extrait des Chevaux de dieu, de Nabil Ayouch 

 Et si le plus célèbre des réalisateurs marocains s’est autant intéressé aux attentats de Casablanca, c’est parce qu’il connaissait bien Sidi Moumen, d’où étaient originaires les jeunes kamikazes. Il y avait tourné quelques scènes d’un film précédant. « Les habitants de ce quartier étaient dans mon souvenir très pacifistes, très ouverts, alors, lorsqu’il s’est passé les attentats de 2003, je n’ai pas compris. Quatorze gamins de Sidi Moumen se sont fait sauter. On se dit : “Non, ce n’est pas possible !” », ajoute Nabil Ayouch.
 De père musulman et de mère juive, Ayouch s’était déjà intéressé aux questions de religions, avec son premier documentaire sorti en 2011, My Land. Il y traitait du conflit israélo-palestinien et de la manière dont il impactait les rapports entre juifs et musulmans. Le réalisateur de 43 ans, qui a grandi à Sarcelles, a représenté à deux reprises le Maroc au Festival de Cannes : en 1997, avec son premier film Mektoub, et une seconde fois en 2000, avec Ali Zaoua.

 Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Festival de Cannes : "Les Chevaux de Dieu", plongée dans le quotidien de jeunes kamikazes
Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120518153347/