Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

samedi 3 novembre 2012


L'ex prisonnier politique El Ghazi  GORTAT (du groupe du procès de 1977) vient de nous quitter.
El Ghazi , arrêté pour appartenance à IlAL AMAM, a  connu comme des centaines de ses camarades marxistes léninistes l'enfer de Derb Moulay Chérif, centre secret de torture.  

El Ghazi est connu pour sa jovialité, pour sa simplicité, pour sa tolérance.
Photo : El Ghazi GORTAT N'est plus

L'ex prisonnier politique El Ghazi Guartat (du groupe du procès de 1977) vient de nous quitter.
El Ghazi , arrêté pour appartenance à IlAL AMAM, a connu comme des centaines de ses camarades marxistes léninistes l'enfer de Derb Moulay Chérif, centre secret de torture. 
El Ghazi est connu pour sa jovialité, pour sa simplicité, pour sa tolérance.
j'ai eu l'honneur de connaître El Ghazi en septembre 1979 (à la prison centrale de Kénitra), où nous avons vécu ensemble 3ans au quartier A. El Ghazi n'était jamais "hors jeu". Il a su nouer des relations de camaraderie avec tous les prisonniers. Marxistes léninistes et ittihadis. Après ma sortie de prison en juin 1982, je l'avais laissé en prison. Des années après , j'ai revu l'ami et camarade El Ghazi toujours de bonne humeur, toujours respectueux et respecté.
Mes condoléances à toute sa petite famille ( à son frère Lhoucine en particulier), et à sa grande famille composée essentiellement des amis et camarades de combat. 
Les funérailles auront lieu à Kénitra. Le plus probable le vendredi 2 novembre 2012 
Ali Fkir, ex prisonnier politiquej'ai eu l'honneur de connaître El Ghazi en septembre 1979 (à la prison centrale de Kénitra), où nous avons vécu ensemble 3ans au quartier A. El Ghazi n'était jamais "hors jeu". Il a su nouer des relations de camaraderie avec tous les prisonniers. Marxistes léninistes et ittihadis. Après ma sortie de prison en juin 1982, je l'avais laissé en prison. Des années après , j'ai revu l'ami et camarade El Ghazi toujours de bonne humeur, toujours respectueux et respecté.
   Mes condoléances à toute sa petite famille ( à son frère Lhoucine  en particulier), et à sa grande famille composée essentiellement des amis et camarades de combat.  
 Les funérailles auront lieu à Kénitra. Le plus probable le vendredi 2 novembre 2012              
                             Ali Fkir ex prisonnier politique
-------------------------------------------------------------------
J'apprends ce décès avec une très  grande tristesse. C'est à Rhazi que je dois d'avoir découvert  Maroc,  à la suite d'une randonnée dans le désert  en 1995 avec Tizi Rando. Mon mari et moi, étions liés à lui par une très forte amitié et de nombreuses rencontres au Maroc et en France. 
 Même si nous nous sommes moins vus ces dernières années je lui suis toujours restée reconnaissante de m'avoir tout appris sur la réalité du Maroc. Dans un de ses derniers messages il me disait qu'il souhaitait me revoir "avant de passer dans l'autre monde". Je prenais cela pour une de ses nombreuses boutades ! J'ignorais que c'était réellement si urgent...
A son épouse Zhor, leurs fils Oussama et Marwan, à Houcine, Fatima, Saïd et leurs familles et à toute l'équipe de Tizi Rando mes attristées condoléances.
 Marie-Jo Fressard, Solidmar
----------------------------------------------------------------------- 


Mes condoléances à tous les membres de la famille de mon compagnon de route El Rhazi, à tous nos anciens amis qui ont partagé avec lui un long trajet sur les activités de développement et sur le projet de tourisme solidaire…
Enfin, mes attristées condoléances à tous nos camarades de combat pour la dignité, la liberté et la démocratie.  
  Brahim Mouis : Ex prisonnier politique.

  --------------------------------------------------------------------
Emouvantes funérailles, le 2 novembre

وداعا ايها الرفيق العزيز

 الرفاق، الأصدقاء، المعتقلون السياسيون السابقون، الحقوققيون يودعون المناضل الغازي كرطاط
 الذي توفي يوم الخميس 1 نونبر 2012 

لقد اعتقل الرفيق الغازي كتلميذ مناضل داخل النقابة الوطنية للتلاميذ، ثم أعتقل من بعد كمناضل في صفوف منظمة "الى الأمام"
 الماركسية اللينينية المغربية، حكم صحبة العشرات من الماركسيين اللينينيين المغاربة سنة 1977. قضى سنين و سنين داخل سجون النظام: درب مولاي الشريف (المركز السري للتعذيب)، ثم سجن غبيلة بالدار البيضاء، ثم السجن المركزي بالقنيطرة 

القيت كلمتان للتأبين: كلمة المناضل محمد العساوي أحد رفاق السجن، و المناضل سعيد الطبل باسم المنتدى المغربي للحقيقة و الانصاف 
:و من كلمو المناضل العساوي المؤثرة 





Saïd Tbel
Hier il a été inhumé  en présence de ses camarades, ses amiEs, et la grande famille de démocrate de la ville.

La caravane des Mineurs Marocains du Nord-Pas-de-Calais

Omar Saad, un jeune Druze qui refuse de servir dans l’armée israélienne

  
 Par Omar Saad, Palestinien druze de 17 ans, qui refuse d’être incorporé dans l’armée israélienne et il explique pourquoi. Ci-dessous sa lettre aux autorités israéliennes.


A l’attention de

Monsieur le Premier ministre
Monsieur le Ministre de la Défense
Sujet : Refus de comparution au service militaire
Je soussigné, Omar Zahreddine Mohamed Saad, venant de al-Maghar, Galilée, Israel, ayant reçu une convocation, selon la loi dictant le service militaire obligatoire pour les personnes de rite druze, aux bureaux du service militaire le 31/10/2012 afin de procéder aux examens médicaux et formels,

Je refuse de me présenter à ces examens, et je déclare mon opposition à la loi de conscription imposée aux individus de rite druze. Je m’oppose à cette loi de toutes mes forces car je suis un homme de paix, car je réfute la violence et la haine sous toutes leurs formes.
Je tiens alors à affirmer ce qui suit :
Je considère que l’institution militaire est l’incarnation-même de la violence physique et psychologique ; et ma réception de l’ordre de comparution aux examens a basculé ma vie, a incité ma colère, et a distrait mes pensées.
Mille images violentes me ressurgirent, et il m’était impossible et douloureux de m’imaginer en costume militaire, assujetti en complice de l’oppression des peuples palestinien et arabe auxquels j’appartiens.
Je refuse la torture des enfants, des femmes et des personnes âgées. Je m’oppose à l’injustice, à l’occupation, au racisme, à la restriction de nos libertés.
Je refuse le service militaire israélien pour des raisons éthiques et patriotiques.
Je suis musicien, et j’ai joué de mon alto en compagnie d’amis et de collègues venant de Ramallah, Jéricho, Jérusalem, Hébron, Naplouse, Jénine, Shfaram, Eilabun, Rome, Athènes, Amman, Beyrouth, Damas et Oslo. Ensemble, nous avons joué pour la paix et pour la liberté... et l’arme que nous avons choisie est la musique, et nulle autre.
La société druze à laquelle j’appartiens est victime d’une loi injuste et illégitime.
Comment pourrait-on m’imposer le port des armes contre mes frères Palestiniens, Syriens, Libanais, Jordaniens ?
Comment pourrais-je être assigné au service au checkpoint de Qalandia ou au checkpoint de toute autre colonie, moi qui ai subi l’amère expérience du passage au checkpoint tant de fois ?
Comment pourrais-je interdire aux habitants de Ramallah d’accéder à Jérusalem, leur ville ?
Comment pourrais-je protéger le mur de l’apartheid ?
Comment devenir le geôlier de mon propre peuple, moi qui ai conscience que la majorité des prisonniers sont des prisonniers politiques et des militants pour la justice et la liberté ?
Je joue de la musique au nom du bonheur et de la paix. Je joue de la musique au nom de la fin de la colonisation et de l’établissement d’un état Palestinien souverain, ayant pour capitale Jérusalem. Je joue de la musique au nom de la libération des prisonniers palestiniens, et du retour des réfugiés à leur pays.
Beaucoup de nos jeunes se sont pliés à la loi du service militaire obligatoire. Et quels bénéfices en avons-nous tirés ? La discrimination à tous les niveaux, la précarité de nos villages, la confiscation de nos terres, la hausse des taux de chômage.
Cette loi nous a obligé à renoncer à notre appartenance arabe
Je continuerai cette année mon enseignement secondaire, et j’aspire à poursuivre plus tard des études universitaires.
Je suis confiant que vous vous efforcerez à éconduire mes ambitions, mais je déclare, et à vive voix :
Moi, Omar Zahreddine Mohamed Saad, ne serai pas la flamme animant le feu de votre guerre, et je ne serai jamais un soldat parmi vos rangs.
Omar Saad

La honte...Hollande déroule le tapis rouge à Netanyahou…


Dans sa confé­rence de presse du 31 octobre, où il affiche sa proximité avec B. Neta­nyahou, F. Hol­lande s’aligne sans com­plexe ni état d’âme sur les posi­tions israéliennes.
Sur l’Iran, s’il ne reprend pas la notion de ligne rouge brandie par Neta­nyahou, il fait sienne l’analyse israé­lienne du danger nucléaire sans jamais mettre en cause le nucléaire israélien et appeler à une dénu­cléa­ri­sation de la région.
Sur le « pro­cessus de paix », il s’aligne sur la position de Neta­nyahou en appelant à une négo­ciation sans condi­tions ni préa­lables et en écartant « la ten­tation de l’Autorité pales­ti­nienne d’aller chercher à l’AG des Nations unies ce qu’elle n’obtient pas par la négociation ».
C’est refuser l’idée même d’une quel­conque pression sur celui qui jour après jour viole le droit. C’est choisir de laisser l’occupant user de sa force pour faire plier l’occupé et le contraindre à l’inacceptable. Tout cela en contra­diction com­plète avec les enga­ge­ments du can­didat, de son premier ministre et les posi­tions du parti socialiste.
Dans ces condi­tions l’annonce de la visite commune des deux hommes à Tou­louse a quelque chose de pro­fon­dément malsain mettant en scène une pré­tendue « soli­darité contre le ter­ro­risme » entre la France et un acteur majeur du ter­ro­risme d’état.
Au len­demain de la publi­cation, par 22 ONG inter­na­tio­nales, d’un rapport acca­blant sur la colo­ni­sation et ses consé­quences sur les Pales­ti­niens, dans lequel elles pré­co­nisent des mesures concrètes pour sau­ve­garder la pos­si­bilité d’un état pales­tinien confor­mément au droit inter­na­tional, le Pré­sident de la Répu­blique a oublié son 59ème enga­gement en faveur de la « recon­nais­sance inter­na­tionale de l’état palestinien ».
Nous ne le tenons pas pour quitte, non plus que sa majorité, et ne ces­serons de le lui rappeler.
Le Bureau National AFPS
!DSPAM:50938dbd318772140716781

Le racisme anti-noirs se banalise-t-il au Maroc?


Coup de tonnerre dans le landerneau médiatique marocain. La Une  de Maroc Hebdo datée du 2 novembre soulève une vague de protestation et d’indignation dans les médias et sur les réseaux sociaux. En cause, son titre choc : «Le péril noir» en référence à l’immigration clandestine des subsahariens considérée par l’hebdomadaire comme une «menace sécuritaire pour le pays».
Les sous-titres de Maroc Hebdo annoncent d’emblée la couleur : «des milliers de subsahariens au Maroc dans la clandestinité, vivant de mendicité et s’adonnant au trafic de drogue et à la prostitution». Certes le magazine n’omet pas de rappeler qu’ils sont victimes de racisme et de xénophobie, mais la stigmatisation ne fait pas de doute pour nombre d’observateurs qui se disent «choqués» par un tel traitement. 
 Dans l'attente d'une lecture plus approfondie, une couverture d'un hebdomadaire marocain, connu pour son apologie de la tyrannie makhzenienne, couverture dont les titres de la UNE  risquent  d'éclabousser le peuple marocain connu pour sa tolérance. Ces messieurs oublient que le Maroc est un pays africain. Qu'une partie de son peuple est constituée de marocainEs noirEs, que malheureusement ces marocainEs se retrouvent en dehors des responsabilités politiques.
        Ali Fkir
«Ce n’est pas sans rappeler le péril jaune, ce fantasme de la menace asiatique remontant au 19e siècle, sauf que l’on est en 2012 et que même les enfants ne croient plus aux croquemitaines depuis des décennies» assène le site Yabiladi  qui ose le parallèle avec la couverture du Point   de cette semaine, jugée offensante pour l’islam.
«On se plaint en France du racisme anti-arabe et anti-noir mais aussi de l’islamophobie, pour retrouver au Maroc, où l’Islam est religion d’Etat, des unes scandaleuses et essentialistes. Rappelons qu’être noir au Maroc n’a jamais été chose aisée. Les Marocains au teint plus foncé que leurs compatriotes ont depuis toujours eu à essuyer les sarcasmes et railleries les plus abjectes» insiste l’éditorialiste de Yabiladi.
Le dossier de Maroc Hebdo est-il révélateur de la banalisation du racisme anti-noirs au Maroc? Un journaliste de l’hebdomadaire marocain Actuel, le Sénégalais Bassirou Bâ en avait témoigné.
La réalité est certainement plus complexe. La ligne éditoriale de Maroc Hebdo est réputée être proche de la frange sécuritaire du pouvoir marocain.
La récente «arrestation et de la détention arbitraires» de Camara Laye, ancien président et actuel coordinateur du Conseil des migrants subsahariens au Maroc (CMSM) dénoncée par des ONG de défense des droits de l’Homme (la FIDH entre autres ) souligne ce tour de vis sécuritaire que certains médias voudraient ainsi justifier. 

Lu sur Yabiladi
A lire aussi
Dans la peau d'un noir au Maroc
L'enfer des Subsahariens au Maroc
Maroc - Le calvaire des noirs dans le royaume chérifien
Maroc - La «chasse aux Sénégalais» est ouverte
-------------------------------------------------------------------------------

Par Ali Fkir
Dans l'attente d'une lecture plus approfondie, une couverture d'un hebdomadaire marocain, connu pour son apologie de la tyrannie makhzenienne, couverture dont les titres de la UNE risquent d'éclabousser le peuple marocain connu pour sa tolérance. Ces messieurs oublient que le Maroc est un pays africain. Qu'une partie de son peuple est constituée de marocainEs noirEs, que malheureusement ces MarocainEs se retrouvent en dehors des responsabilités politiques.








--------------------------------------------

En France aussi, le racisme fleurit sur les couvertures de certains magazines

La couverture du Point sur l’islam : « Décomplexée »


Le Point en février 2011 
La couverture du Point du 31 octobre 2012 

Pendant que la droite française se droitise de façon « décomplexée », l’hebdomadaire Le Point cavale derrière. L’an dernier, l’hebdo faisait déjà son miel des peurs islamophobes avec sa couverture « Le spectre islamiste » après les révolutions arabes.
Cette année, il accroît sa furieuse campagne d’un cran, passant de « l’islamisme » à « cet islam ». Sans aucune « gêne ».
Comment les musulmans peuvent-ils vivre l’apparition d’une telle image, qui viendra orner les dos des kiosques ?

vendredi 2 novembre 2012

Déclaration de la société civile africaine : appel pour une interdiction des OGM


Introduction
Nous soussignées, organisations de la société civile de l’ensemble du continent africain, appelons par la présente à une interdiction immédiate et totale de la culture, de l’importation et de l’exportation d’organismes génétiquement modifiés (OGM) sur le continent africain.

Nous exhortons les gouvernements d’Afrique à prendre les mesures nécessaires à la protection de la santé de leurs populations, en soutenant le présent appel et en s’engageant à mener à bien, sur le long terme, des études indépendantes et faisant autorité en matière de sécurité alimentaire.

Nous appelons également les gouvernements d’Afrique à bien vouloir prendre note de nos objections supplémentaires concernant les OGM. Celles-ci concernent le brevetage du vivant et la privatisation de l’agriculture, qui a plongé les paysans, les communautés rurales et les peuples autochtones dans la dépendance vis-à-vis du monopole des entreprises semencières privées. Nous sommes par ailleurs extrêmement préoccupés par les impacts négatifs sur la biodiversité et les changements climatiques de l’agriculture industrielle basée sur la technique transgénique.
 Nous ne pouvons ignorer l’épidémie de suicides qui a frappé les paysans indiens, résultat direct de la dépendance de ces derniers vis-à-vis du coton génétiquement modifié et des coûts croissants qui en résultent, sans parler de la dette ingérable qu’ils ont ainsi contractée.

Incertitude scientifique concernant la sécurité alimentaire
En septembre 2012, le Professeur Gilles-Eric Séralini et son équipe de recherche à l’Université de Caen, en France, ont publié les résultats d’une étude toxicologique de deux ans, lors de laquelle des rats nourris avec du maïs transgénique tolérant à l’herbicide de Monsanto, le NK603, et des résidus de glyphosate, ont développé des tumeurs et présenté des signes de lésions du foie et des reins. L’étude, révisée par des pairs, publiée dans une revue scientifique hautement respectée, a été la cible d’attaques violentes et nourries de la part de l’industrie des biotechnologies.
Cependant, un consensus scientifique a surgi de la controverse, selon lequel les méthodes actuelles utilisées par Monsanto et les autres entreprises du secteur pour tester la sécurité des aliments GM sont dangereusement inappropriées et que des études de long terme, indépendantes et publiques, sur la sécurité alimentaire de ces produits, doivent être menées à bien de manière urgente. Nous notons également avec une préoccupation certaine l’absence de protocole internationalement reconnu en ce qui concerne les tests d’OGM à long terme. 

Le principe de précaution
Notre appel à une interdiction s’appuie sur le principe de précaution, qui stipule que face à une menace de préjudices sérieux ou irréversibles, l’absence de certitudes scientifiques totales ne peut justifier l’ajournement des mesures pour éviter ces préjudices. Ce principe est la pierre angulaire du Protocole de Carthagène sur la Biosécurité des Nations Unies, le seul accord à portée internationale sur les OGM. Même l’accord sur l’application des mesures sanitaires et phytosanitaires (accord SPS) de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) soutient un tel moratoire dans ces circonstances d’incertitude scientifique.[1] <#_ftn1> 

Le maïs est un aliment de base en Afrique
Nous insistons sur le fait que le continent africain est particulièrement vulnérable aux risques liés à la sécurité alimentaire, si l’on tient compte du fait que le maïs constitue l’un de nos aliments de base importants. Des millions d’Africaines et d’Africains consomment du maïs quotidiennement, sous forme semi transformée. Bien que l’Afrique du Sud soit le seul pays du continent à cultiver du maïs transgénique à l’échelle commerciale, des milliers de tonnes de maïs transgénique sont exportées vers divers pays africains depuis l’Afrique du Sud, tandis que les rayons des supermarchés du continent tout entier regorgent de produits à base d’OGM. De plus, des tonnes d’aliments transgéniques provenant des Etats-Unis et d’autres pays producteurs d’OGM sont distribuées aux Africains sous forme d’aide alimentaire. 

Interdisons les OGM en Afrique
Reconnaissant que des millions d’Africaines et d’Africains ont consommé et consomment du maïs transgénique et d’autres produits GM à leur insu ou sans leur consentement ;  
Et considérant le nouveau consensus concernant la nécessité de mener de manière urgente des études indépendantes, sur le long terme, portant sur la sécurité alimentaire de ces produits ;
Nous encourageons fortement les gouvernements d’Afrique du Sud (en sa qualité de producteur unique d’aliments GM sur le continent), ainsi que tous les autres gouvernements africains important des OGM ou des produits GM, à répondre de manière urgente à notre appel en faveur d’une interdiction.
Nous encourageons les décideurs politiques à suivre les recommandations de l’IAASTD (Evaluation internationale des sciences et technologies agricoles pour le développement, de l’anglais International Assessment of Agricultural Science and Technology for Development). L’IAASTD recommande que les décideurs politiques abandonnent l’agriculture industrielle et les OGM, et se tournent vers les systèmes de production alimentaire appropriés aux millions de paysans et petits producteurs de par le monde, qui sont à l’origine de la plupart des aliments produits pour la population mondiale.
----
1]  « Art 5.7—Dans les cas où les preuves scientifiques seront insuffisantes, un Membre pourra provisoirement adopter des mesures sanitaires ou phytosanitaires sur la base des renseignements pertinents disponibles, y compris ceux émanant des organisations internationales compétentes ainsi que ceux qui découlent des mesures sanitaires ou phytosanitaires appliquées par d’autres Membres. Dans de telles circonstances, les Membres s’efforceront d’obtenir les renseignements additionnels nécessaires pour procéder à une évaluation plus objective du risque et examineront en conséquence la mesure sanitaire ou phytosanitaire, dans un délai raisonnable. »
-(Please distribute and sign at www.acbio.org.za/activist)--

TV Lobotomie - La vérité scientifique sur les effets de la télévision


Pour les spécialistes, tel Michel Desmurget, il n'y a plus de doute : la télévision est un fléau. Elle exerce une influence profondément négative sur le développement intellectuel, les résultats scolaires, le langage, l'attention, l'imagination, la créativité, la violence, le sommeil, le tabagisme, l'alcoolisme, la sexualité, l'image du corps, le comportement alimentaire, l'obésité et l'espérance de vie.
http://www.youtube.com/watch?v=NvMNf0Po1wY
Sans commentaire ...

(voir le lien dans le 1er commentaire)
Sans commentaire ...

jeudi 1 novembre 2012

Loi de finance 2013 : Budget réservé au palais est de: 2.576.769.000 Dh.

Par Soufiane Boujnane, 1/10/2012

C'est 4,5 fois le budget du ministère de la culture, 3,7 fois le budget du ministère de la Solidarité".

وكالة انباء الشمال#عاجل وخطير من مدينة امنتانوت: 

Abou Rayhan Otmazirt


حالة ثانية للوفاة بالشارع بامنتانوت لغياب اسعاف ومستشفى بالمدينة :الصورة حقيقية من عين المكان
على مراى ومسمع من المارة وسط سوق المدينة شخص يغمى عليه ويسقط ارضا وبعد انتظار طويل لاسعاف .وافته المنية في الشارع قرب مقهى المحطة .انها فاجعة جديدة وماساة انسانية بعد عيد الاضحى..
فبعد موت سيدة عجوز بالشارع العمومي قبل ايام دون اسعاف او طبيب .هذه لمرة رجل في الستينات من عمره ينحدر من حي سيدي علي اسحاق.يعني الدور ات علينا وعليكم.فلننتظر .انا معكم منتظرون .

Premier jour de la visite de Ross au Sahara Occidental

A Laâyoune, Christopher Ross s’entretient avec le Polisario de l’intérieur



Christopher Ross
L’envoyé spécial du secrétaire général des Nations Unies, l’Américain Christopher Ross, s’est entretenu aujourd’hui avec plusieurs représentants du Polisario à Laâyoune, au Sahara occidental.

Ross, qui était accompagné de responsables de la MINURSO, la mission des Nations unies au Sahara occidental, avait face à lui l’avocat Mohamed Lahbib Rguibi, le frère de Mohamed Abdelaziz, Ali Salem Tamek, Aminatou Haïdar, Mohamed Moutaouakil et Larbi Messaoud.
De 9h du matin à 11h10, les cinq indépendantistes ont fait au représentant onusien un long exposé sur la situation dans la région. Selon un témoin, « ils se sont plaints de la militarisation de la région, de l’interdiction de manifester et de s’exprimer librement, de la  la torture dans les commissariats de police et les geôles de la DST, ainsi que du problème général des droits de l’homme au Sahara occidental ».
Les drames de Gdeim Izik et celui, postérieur, de Dakhla ont été évoqués, ainsi que le cas des 526 Sahraouis toujours disparus depuis le début du conflit.
Selon la même source, après les avoir longuement écouté, Ross a posé des questions précises sur les droits de l’homme dans cette zone en conflit.
 Demain
URL courte: http://www.demainonline.com/?p=22610

Vague d’arrestations contre les militants subsahariens: Dernières mises à jours

Publier sur Mamfakinch Mamfakinch 24 Follow us on Facebook


Voici les dernières mises à jour de notre article publié hier par Mamfakinch concernant l’arrestation d’une trentaine de militants migrants subsaharien et le traitement inhumain qu’ils subissent :

D’après M. Amari de la section d’Oujda de l’AMDH les migrants ont été transportés par la police hier soir aux alentours de 19h depuis le commissariat central d’Oujda ou ils avaient été transférés la veille depuis Rabat, vers une caserne des forces auxiliaires qui se situent à quelques mètres seulement de la frontière algérienne. Les migrants, une trentaine, seraient restés là, regroupés dans la cour de la caserne, menottés, dans le froid, sans nourriture depuis 24h qu’ils avaient été arrêtés à Rabat le soir du mardi. Ils auraient été rejoints en milieu de soirée par un autre groupe de migrants, menottés eux aussi, venus de Nador et Houseima. L’AMDH estime leur nombre à 22.

A 01h30, le matin du jeudi, les migrants sont sommés par des militaires du poste frontière de quitter la caserne et de marcher vers la frontière. « Vous allez tous marcher jusqu’à l’autre bord » leur cria un militaire, nous décrie M. Eric William, un migrant camerounais faisant partie du groupe et que nous avons pu joindre par téléphone. « La frontière à cet endroit est une rivière asséchée. Au bout de quelques mètres de marche dans le noir ils durent vite se retrouver nez à nez avec les gardes-frontières algériens à l’autre côté du oued, » nous explique notre contact à Oujda. Après quelques mètres de marche dans le noir les migrants affirment que les militaires algériens ont tiré plusieurs balles dans l’air pour les dissuader de traverser. Dans la panique, les migrants durent se disperser le long du oued.

Un groupe a dû marcher plusieurs heures dans la direction du Maroc dans l’espoir de retrouver la route nationale numéro 6, leur seul espoir à cet endroit de retrouver de l’aide, nous explique toujours notre contact à l’AMDH.

Certains portables, restés « miraculeusement chargés, » nous explique l’un des migrants, leur ont permis d’entrer enfin en contact avec des militants de l’AMDH à Oujda. Ceux-là même qui avaient essayé de leur apporter à manger la veille.

Des militants, dont M. Amari, purent les rejoindre vers 2h45 sur la route nationale. Ils les accompagnèrent à pied jusqu’à Oujda qui se trouvait à 11km de là.

Parmi les migrants, l’AMDH a pu identifier deux mineurs âgés respectivement de 16 et 17 ans.

Les migrants sont actuellement regroupés près du campus de la faculté de Oujda, dans la forêt de Sidi Maafa ainsi qu’au nord de Hay Salam ou ils ont pris refuge à proximité de la faculté des Lettres.

Nous avons tenté de joindre un responsable au ministère de l’intérieur pour une déclaration à propos cette histoire mais sans succès.

Nous vous tiendrons au courant dès réception de nouvelles informations.

Communiqué de soutien à Ahmed Benseddik et lettre ouverte

Par  A. EL FEHLI président MRE International, 23/10/2012

Suite à la lecture de plusieurs publications (articles de presse, communiqués, compte-rendus…etc.) concernant ce que nous appelons désormais « l’affaire Benseddik », à la rencontre l’un de nos représentants avec l’intéressé et à l’étude de toutes les pièces qu’il nous a fournies, nous, l’organisation mondiale des marocains résidant à l’étranger (MRE International) :

- Attestons de la révélation d’importantes malversations financières dilapidant les deniers publics et mettant en péril la sécurité des biens et des personnes.

- Engageons la responsabilité de l’Etat marocain à son plus haut niveau de gouvernance quant aux conséquences qui pourraient se révéler catastrophiques

- Condamnons ce mépris réservé à tous les citoyens honnêtes détruisant leur vie socio-professionnelle dans l’indifférence et le déni irresponsable de leurs droits fondamentaux

- Exigeons une enquête impartiale rendant justice à M. Benseddik et condamnant les coupables quelque soit leur stature

- Rappelons que malheureusement, il y a beaucoup de cas similaires à celui de M. Benseddik qui doivent être résolus sans délais et que ceci prouve qu’il s’agit là d’un modèle destructeur de toute initiative positive pour notre pays au profits d’intérêts bassement matérialistes et immoraux

Vu tout ce qui a précédé :
- Nous déclarons notre soutien à M. Benseddik et tous les autres cas similaires et notre engagement à tout faire pour que justice soit rendue.
- Nous nous mettons à la disposition de son comité de soutien pour toute action qu’il jugera utile dans la résolution de cette affaire

URL courte:http://www.demainonline.com/?p=22437

------------------------------------------------------

Lettre ouverte à M. Le Chef du Gouvernement Marocain


Rabat, 30 octobre 2012

Lettre ouverte à M. Le Chef du Gouvernement Marocain
De la part du comité de soutien à Ahmed Benseddik

Objet : Attitude irresponsable

Comme vous le savez  notre comité a été créé le 26 mai 2012 afin d'assurer le suivi des affaires de « corruption » et d'abus de pouvoir révélés  par M. Ahmed Benseddik et prendre toutes les initiatives possibles pour contrer l'indifférence des autorités.

C’est ainsi que nous vous avons saisi par écrit le 8 juin 2012 pour vous solliciter un rendez-vous  et vous rappeler aussi la pétition de solidarité signée fin octobre 2011 par des acteurs civils, politiques et des défenseurs des droits de l'homme, y compris deux ministres  de votre gouvernement, M. Khalfi et M. Boulif. Ce dernier avait même déclaré que si M.Benseddik n’était pas réhabilité dans ses droits, la Constitution de 2011 n’aurait aucun sens, ajoutant que les Marocains jugent les actes et non les paroles.

 Face à votre silence et votre refus de nous recevoir, nous avons organisé le 16 Octobre 2012 un sit-in, première action de protestation pour exprimer notre condamnation de votre attitude irresponsable et de votre refus d’honorer vos engagements en matière de lutte contre la corruption.

Notre comité estime que la politique de la sourde oreille adoptée par le gouvernement vis-à-vis de cette affaire  est inacceptable et n’entamera en rien notre détermination à persévérer dans notre juste combat visant à rétablir la justice et connaitre la vérité.

Nous vous tenons pour responsable, en tant que chef de l’Exécutif qui dispose de l’administration Marocaine, de tout développement futur que pourrait  connaitre cette affaire.

Salutations cordiales.

Signé :
Khadija Riyadi
Abdelkader Alami
Mohamed Hakiki,
Abdelilah Benabdeslam
Ahmed Merzouki
Ahmed Wayhman




 

ACAT : Appel urgent en faveur de Houcine Elghourmi prisonnier sahraoui



 ACAT Semaine 44 (29 octobre - 4 novembre 2012)

Intervenez avant le 25 novembre 2012
 
Maroc
Vous souhaitez intervenir en faveur de Houcine Elghourmi :
  • Écrivez au roi du Maroc
Par courrier : affranchir à 0,89 euros - Fax : 00.212.53.77.68.515
  • Adressez une copie de votre lettre à l'Ambassade du Maroc
5 Rue Le Tasse - 75116 Paris- Fax : 01.45.20.22.58 - info@amb-maroc.fr

Sa Majesté le Roi Mohammed VI
Palais Royal
Rabat
MAROC

Sire,

Sur la base d’informations communiquées par l’ACAT-France, je vous exprime ma plus grande préoccupation concernant la situation de Houcine Elghoumri, un Sahraoui incarcéré à la prison de Mohammedia où il purge une peine de dix ans d’emprisonnement pour constitution d’une bande criminelle vraisemblablement en raison de son militantisme en faveur de l’indépendance du Sahara occidental.
Après son enlèvement par la DGST le 1er avril 2010, Houcine Elghoumri a été interrogé pendant 24 jours dans ce qu’il a identifié ensuite comme étant le centre de détention secret de Temara. Pendant l’interrogatoire, il a été roué de coups de bâtons, de poings et de pieds et contraint à boire de l’eau de javel, entre autres méthodes de torture. On lui a fait signer des documents qu’il n’a pas eu le droit de lire.
Il n’a pu voir un avocat pour la première fois que plus de cinq mois après son arrestation.
Dans la prison d’Oukacha, puis dans celle de Mohammedia, il a été victime de harcèlement de la part des gardiens et a été torturé à deux reprises en avril 2011 et en août 2012. Son avocat a porté plainte pour torture mais l’enquête en est au point mort.
Le 11 septembre dernier, l’ACAT-France a adressé une communication au Rapporteur spécial des Nations unies sur la torture le concernant.

Conformément à la Convention contre la torture et au PIDCP auxquels le Maroc est partie, je vous demande de :
·       ordonner la libération immédiate de Houcine Elghoumri si sa condamnation n’est motivée que par l’expression de son engagement politique ;
·       diligenter une enquête sur les allégations de torture et de mauvais traitements.

Je vous prie d’agréer, Votre Majesté, l’expression de ma plus haute considération.

APSO/Reseau : lettre à François Hollande, président des français

Par APSO/Réseau, 31/10/2012


Lettre à François Hollande, président des Français

Ce courrier a été envoyé il y a une semaine à Monsieur le Président de la France, il est sans réponse. 
Aujourd'hui mercredi 31 octobre, Monsieur Christopher Ross est arrivé vers 14h locale à Elaiun, au Sahara Occidental. Le déploiement des forces militaires, policières, sécuritaires est démesuré. Que craint le gouvernement colonial marocain? ou que démontre-t-il ? 
Est ce pour protéger Ross des Sahraouis qui lui font confiance, des colons marocains qui n'ont qu'une très faible compréhension de la situation, se protéger des manifestants sahraouis pacifiques ??? 
À suivre, et surtout notre France face à ses responsabilités. 
APSO, 31 octobre 2012

----------------------------------- 
Le 24 octobre 2012

M le Président de la République Française

Vous allez recevoir prochainement M. Christopher Ross, envoyé spécial de l’ONU pour le Sahara Occidental.

Notre organisation d’Amis du Peuple du Sahara Occidental (APSO) -, et son réseau d'associations françaises signataires ci-dessous, soutiennent solidairement les Sahraouis dans leur lutte au quotidien pour la défense du droit légitime de leur autodétermination.

Nous souhaitons vous alerter et vous questionner sur le rôle de la France qui est aujourd’hui le principal Etat protecteur au sein du Conseil de Sécurité de l’occupation par le Maroc du Sahara Occidental.

Christopher Ross travaille à la résolution du conflit sur le territoire du Sahara Occidental pour sa décolonisation, et va accomplir du 28 octobre au 15 novembre prochain, une tournée de rencontres des protagonistes directs ou indirects dans ce conflit, dont la France.
Vous le savez, le Sahara Occidental est un territoire non autonome, et les déclarations et résolutions de l’ONU, comme la position de l’Union Africaine reconnaissent au peuple sahraoui le droit à l’autodétermination sur son avenir et sur sa terre.

Les gouvernements précédant le vôtre ne se sont pas illustrés par leur rigueur à respecter le droit international. Ils ont soutenu une position illégale, une autonomie imposée au peuple autochtone sahraoui sans respecter leur droit à l’autodétermination, droit réaffirmé par de nombreuses déclarations de l’ONU tous les ans depuis les années 60.

Ce soutien à une solution irréalisable n’a fait que maintenir le blocage dans une situation paradoxale, dans laquelle nous subvenons aux besoins urgents des réfugiés Sahraouis, pendant que le Maroc, pays colonisateur d’une importante partie du Sahara Occidental, exploite pour son compte, en toute illégalité, mais pour d’importants bénéfices, les ressources naturelles du Sahara Occidental.

Les positions probablement vénales de vos prédécesseurs ont éloigné la France de la position exemplaire qu’exigent nos valeurs historiques. Malgré toutes les évidences, notre pays s’est montré lâche ou corrompu, soutenant le renouvellement de l’accord de pêche UE Maroc alors que le service juridique du Parlement Européen en avait établi l’illégalité en l’état. Validant l’accord UE Maroc de libéralisation des produits agricoles alors que de la même façon que pour l’accord de pêche, les frontières marocaines ne sont pas explicitement signifiées dans le document. Ou utilisant la menace de son droit de veto pour empêcher la mission de l’ONU pour le référendum au Sahara Occidental (MINURSO) de surveiller le respect des droits de l’homme, notamment de dénoncer les exactions quotidiennes des représentants du gouvernement marocain sur les habitants autochtones sahraouis dans la partie occupée du Sahara Occidental.

À ce sujet, l’actualité est alarmante et si vous suivez les actualités internationales pour cette région du monde, vous avez eu connaissance des conclusions du rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, du Centre Robert F. Kennedy pour la justice et les droits de l'homme, du département d’Etat américain, de la Ligue française des droits de l'homme (LDH) qui tous dénoncent les violations graves des droits de l’homme du Maroc sur les Sahraouis.

Notre France ne peut avoir deux visages, agir pour soulager la souffrance des peuples syriens et libyens et ignorer encore la souffrance des Sahraouis qui dure depuis plus de 37 ans.

La position de la France est une clé de ce conflit, parce qu’elle a le pouvoir d’au minimum une neutralité, qu’elle n’a jamais respecté et au maximum d’une pression sur le Maroc.

Monsieur le Président de la République, nous espérons que vous accorderez toute votre attention à M. Christopher Ross, qui œuvre en fait comme notre agent international.

- Allez-vous en notre nom soutenir le référendum d’autodétermination et exiger sa mise en place dans les plus bref délai ?
- Allez vous de nouveau en avril prochain nous faire boire le calice de la honte jusqu’à la lie, en utilisant à nouveau le droit de veto français pour empêcher la protection par la MINURSO des droit humains de résistants pacifiques sahraouis ?
- Allez-vous respecter la position de votre propre parti exprimé dans des documents publics, et signés par votre actuel Premier Ministre, M Ayrault?


Puisque vous êtes abondamment informé de la version marocaine de la situation, à un point qu’il vous est peut-être difficile de retrouver les fondamentaux de la vérité, de la neutralité ou du droit international ;
- Allez vous, en accord avec l’engagement de votre discours d’investiture de respecter tous les peuples, recevoir le président de la RASD  et œuvrer pour reconnaître cette République, de même que l’UA  et 81 Etats l’ont fait jusqu’à aujourd’hui?

Ce geste sera le seul signe d’un vrai changement de la politique française dans la région, le reste ne serait que la rhétorique habituelle de la politique extérieure française dans le Maghreb, avec ses inavouables conflits d’intérêts y compris de la part des membres de votre gouvernement.

Nous espérons que vous entendrez notre attachement en nos valeurs nationales et pensons pouvoir croire en la probité de votre gouvernement.
Nous sommes à votre disposition, Monsieur le Président de la République, et vous prions d’agréer l’expression de nos salutations les plus respectueuses.

APSO, Amis du Peuple du Sahara Occidental, apsolument @yahoo.fr
APSO 35 Bretagne, apso35 @free.fr
APSO Avignon, apsoavignon @yahoo.fr
APSO Lyon, lautrecotedumur @yahoo.fr
ARSF, Association des Sahraouis Réfugiés en France, associationarsf @gmail.com
Arcadie, Aubagne, arcadie5 @caramail.com
Association des Sahraouis en France, asso.sahraouis.france @hotmail.fr
Cercle du livre progressiste (Givors)
COMIPSO Toulouse, isabellec816 @yahoo.fr
Of2ps, Marseille, talebga @yahoo.fr
Solidarité Maroc 05, solidmar05 @gmail.com
Solensahr 38, solensahr @yahoo.fr