Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

samedi 6 septembre 2014

Le LIVRE : ces deux-là se méritaient sans doute, l'un l'autre !!!

Le livre de Valérie Trierweiler est une honte à plus d'un égard. Il est d'abord dénué de cette décence qui fait la dignité d'un être humain.
Il est ensuite l'expression la plus indigente et la plus violente d'une vengeance, dont tout porte à croire qu'elle a été méditée et concoctée de longue date. A ce titre, la perfidie est sans nom.
Si l'ouvrage éclaire d'un jour particulier l'ampleur d'une déception amoureuse, il n'en révèle pas moins un opportunisme coupable à convoiter, à tout prix, la place de première dame, fut-ce au prix de toutes les humiliations que lui inflige un compagnon tout aussi misérable, comme lorsqu'il l'oblige sa compagne à trotter, en public et face caméra, à quelques centimètres derrière lui, accrochée désespérément, à son bras ou qu'il refuse de partager un coin de parapluie, alors qu'il tombe des cordes.
Aurait-elle commis tout ce raffut si notre ami n'avait été qu'un simple citoyen, un peu enrobé, un peu dégarni, un peu gauche, un peu velléitaire ? rien n'est moins sûr !
Une seule réflexion à tout ce barnum, pour rien: ces deux-là se méritaient sans doute, l'un l'autre !!!

------------------------------------------------------------------------- 

Alors là, c'est une Vraie bonne colère de Laurent Sabater:

Mr le président des « Sans-Dents »
OUI Mr le président, cela vous fait-il donc tant rire d’être le président des “ SANS-DENTS “, des “ SANS-TRAVAIL“, des “SANS-SOUS “ des “ SANS-TOITS“ bref, des “ SANS-RIEN “ ?
Auriez –vous donc déjà oublié que c’est grâce à tous ces gens-là que vous êtes aujourd’hui assis sur votre trône ? “ SANS-EUX “ vous n’auriez jamais été élu !!!!
Êtes-vous donc à ce point “ SANS-GÊNE “, “SANS-CONSIDÉRATION “, “SANS-HONTE “, “SANS-COURAGE“, “ SANS-RESPECT “ ????
OUI vous, qui êtes né avec une cuillère en or dans le cul !! c’est vrai , être “SANS-DENTS“ ne risque pas de vous arriver !!!! vous ne pouvez pas savoir , VOUS, ce que c’est que de vivre avec un smic à 1 100 -1 200 € net par mois pour payer votre crédit maison, crédit voiture (et oui mais c’est pas pour ‘crâner’ c’est juste que lorsque l’on vit à la campagne, on est juste OBLIGÉ d’avoir une voiture !!! car notre salaire de “ SANS-DENTS “ ne nous permet pas d’acheter une voiture “SANS-CRÉDIT “ !!!!!!) vos factures d’électricité, d’eau et les assurance qui vont avec tout ça ! ah mince j’oubliais aussi un détail qui n’est pas “ sans-importance “ : avec ce qu’il reste, quand il reste quelque chose, IL FAUT MANGER !!!! oh mais c’est pas grave, de toute manière les “ SANS-DENTS “ ne peuvent pas se nourrir “ SANS-MAL “ !!!!
OUI vous, au lieu de vous foutre de la gueule de ceux qui vous ont bêtement élu, n’avez-vous donc rien de mieux à faire ?? Je ne sais pas, par exemple, faire en sorte que les “SANS-DENTS “ne le soient plus ?
Peut-être serait-il temps de réformer vraiment ce système de santé qui ne bénéficie qu’aux familles aisées (oui, elles, “SANS-DIFFICULTÉ “ peuvent d’une part se payer une bonne mutuelle avec un niveau élevé de remboursement, et d’autre part peuvent quoiqu’il en soit sortir l’argent quelle que soit la période du mois, sans avoir à attendre avec stress les dits remboursements de la sécurité sociale ou de la dite-mutuelle) ou ceux qui ont les minima sociaux tel le RSA car eux même s’ils ne peuvent pas franchement choisir, ont leurs soins de santé pris à 100% par la CMU !!
MAIS les autres, vous savez, ces cons de SMIC ars, qui se crèvent le cul pour 1 200 € et à qui, à la fin du mois, il ne reste plus que les yeux pour pleurer ? Et encore je dis « à la fin du mois « mais dans la réalité c’est plutôt vers le 15 !!!! Eux n’ont pas les moyens de prendre autre chose qu’une mutuelle de base, avec des remboursements tout juste de base, et encore parfois en choisissant de se priver de manger pour pouvoir la payer ! Mais ça, ce n’est pas le pire : quand il nous arrive un problème de santé (notamment les DENTS justement ou les yeux) il faut toujours sortir l’argent avant d’être remboursé !! Et quand on sait que le 10 ou 15 du mois vous n’avez quoiqu’il en soit plus rien dans le porte-monnaie, vous faites comment ?? Et ben OUI, vous vous retrouver entre autre “ SANS-DENTS “, voir “ SANS-YEUX “ (SANS-LUNETTES), et donc “ SANS-ESTIME “ de vous-même !!
ALORS ?? Ça VOUS FAIT TOUJOURS RIRE ??????????
Bien sûr avec votre cuillère dans le cul, vous avez du mal à ouvrir vos yeux !! On se doute bien que vous ne vous êtes pas ÉCORCHÉ VIF comme nous pour soigner vos yeux ou vos si BELLES dents !!!
Désolée d’être ironique sur les bords, mais quand on est “ SANS-DENTS “ on a du mal à s’accepter et à accepter que les autre en aient de belles !!!!
VOUS, qui vous êtes prétendu de gauche, socialiste, quand allez-vous donc faire en sorte que la sécurité sociale rembourse plus les soins vitaux comme les dents ou les yeux ?? Quand allez-vous faire en sorte que les médecins spécialisés (dentiste, chirurgiens –dentistes, ophtalmologue …) se fassent systématiquement rembourser par la mutuelle quelle qu’elle soit, quand on en a une ????
Au moins on ne se sacrifierait pas à en payer une pour rien et surtout ainsi tout le monde pourrait se soigner chaque fois que nécessaire !!! Et ainsi surtout, VOUS NE VOUS FOUTRIEZ PLUS DE NOTRE TRONCHE “SANS-DENTS “ !!!!
Alors Mr le président des “SANS-DENTS“, des “SANS-TRAVAIL “, DES “ SANS-TOIT“, des “ SANS-RIEN “, des “chômeurs-tricheurs “, des “ RSA-profiteurs “allez-vous donc encore rire longtemps sur notre dos ?? ou allez-vous donc enfin agir pour ceux qui pour 1 200 € se ruine la santé au travail, sans pouvoir se payer les soins qui vont avec, mais qui payent bien malgré eux vos indécents salaires ???
OUI il est plus que temps de faire tout ce qu’il faut pour ceux qui se donnent du mal pour ne rien gagner contrairement à vous qui gagner beaucoup pour ne rien faire !!!!

Liberté d'expression et de rassemblement au Maroc ? Parlons-en !

Communiqué reçu de la part de Hisham Almiraat, Président de l'Association ADN

Rabat, le 4 septembre 2014
Du 29 au 30 août 2014 s’est tenu à Rabat un atelier sous le thème : "Liberté d'expression et droits humains à l'âge numérique". Un évènement co-organisé par l’Association marocaine des droits humains (AMDH) et Privacy International, une organisation de défense de la vie privée basée à Londres.
L’événement qui devait avoir lieu à l’hôtel Mercure (Groupe Accor) au quartier Hassan de Rabat devait se conclure par une conférence de presse le samedi 30 Août annonçant la constitution d’une nouvelle association marocaine portant le nom d’Association des droits numériques (ADN).
L’évènement, auquel étaient conviés des experts internationaux, venant de Grande Bretagne, de Belgique, de France, du Kenya, de l’Ouganda, du Canada et de la Tunisie avait pour but l’échange d'expériences et la rencontre avec les acteurs de la société civile marocaine œuvrant pour la défense de la liberté d’expression, de la vie privée et de l’accès à l’information sur internet.
La veille de l’événement, nous avons été surpris par la direction de l’hôtel Mercure nous informant d'une décision "orale" des autorités nous interdisant l’accès aux salles de conférence louées pour l’occasion. La direction de l’hôtel n’ayant désigné aucun responsable administratif spécifique ni aucune autorité particulière en rapport avec l’incident.
Prenant conseil auprès d’avocats, nous avons conclu à une interdiction qui s’apparente à une violation arbitraire sans fondement légal.
Suite à cela, l’ADMH a bien voulu accueillir l’événement au siège de son bureau central de Rabat, permettant ainsi le dénouement d’une situation fort délicate pour les organisateurs et les participants venus de divers pays étrangers.
Par ce communiqué, le bureau d’ADN :
1/ Tient à témoin l'opinion publique nationale et internationale ;
2/ Exprime sa vive protestation contre cette atteinte au droit de rassemblement garanti par la Constitution marocaine et les lois en vigueur ;
3/ Se réserve le droit de recourir à la justice pour se prévaloir d’une liberté publique érigée au rang constitutionnel et dont la censure administrative témoigne d’un déficit évident en termes de démocratie et de liberté pour l’autorité qui l’a commandée ;
4/ Rappelle aux autorités administratives de Rabat, à l’origine de cet acte inconstitutionnel, les engagements internationaux de l'Etat marocain en termes de respect des droits d’association et de rassemblement découlant des différentes conventions et traités internationaux dont le Maroc est partie.
Bureau exécutif ADN

Nouveau cas de virus Ebola détecté au Maroc


Plusieurs sources médiatiques marocaines se sont fait écho matin d’un cas de virus Ebola détecté à Marrakech. Il s'agit d'un marocain provenant du Sénégal où il vit depuis quinze ans. Il est mort à l'hôpital, trois jours après son arrivée au Maroc.
Les autorités marocaines ont adopté un plan d'urgence pour empêcher la propagation du virus et pour identifier et analyser les risques de contamination. 
D'après Abderrahmane Maaroufi, directeur de la Section d'épidémiologie et de lutte contre les maladies au ministère de la Santé, suite à cette découverte, des mesures drastiques furent adoptées avec la participation de la Gendarmerie, l'Office des aéroports, l’Office des ports, les services de contrôle des frontières et la compagnie aérienne marocaine Royal Air Maroc.
Le Maroc est devenu le sixième pays africain touché par le virus Ebola après la Guinée, la Sierra Leone, le Liberia, le Nigeria et le Sénégal. 

Valérie Trierweiler révèle comment le roi du Maroc corrompt les dirigeants politiques français


Nicolas Sarkozy et Mohammed VI à Rabat. D. R.
 Nicolas Sarkozy et Mohammed VI à Rabat. D. R
Pendant la cérémonie des obsèques de Nelson Mandela, en conversation détendue avec Hollande, «Sarkozy lui détaille la somptueuse propriété que le roi du Maroc met à disposition de sa famille». Le fait, peu honorable pour le souverain marocain et, en même temps, révélateur de la connivence de Paris avec Rabat, est rapporté par Valérie Trierweiler, témoin de premier plan – en qualité d’ancienne compagne du président François Hollande – dans son livre Merci pour ce moment, qui fait des ravages en France actuellement. 
Cette petite phrase a une grande signification. Elle confirme la collusion entre le Makhzen et l’Elysée et montre surtout que le pouvoir français, qu’il soit de gauche ou de droite, entretient une relation plus qu’étroite avec la monarchie marocaine, bâtie sur la corruption et des intérêts qui concernent moins les peuples des deux pays que leurs dirigeants, ainsi que l’a fait remarquer Algeriepatriotique dans plusieurs articles. Que Maroc soit perçu par les dirigeants français comme une partie de la France, la preuve en est justement donnée par le fait qu’ils s’y conduisent comme s’ils étaient chez eux. «La somptueuse propriété» dont parle Sarkozy est certainement ce grand domaine qui porte bien son nom, Jnane Lekbir, situé à trois kilomètres de Marrakech, appartenant bien sûr à Mohammed VI, et où a séjourné l’ancien président français, en mars 2013, avec Carla Bruni. Quelques mois après, durant cet été, c’est Chirac qui a bénéficié d’une résidence royale conforme à ce que voulait son épouse Bernadette : spacieuse et entourée de murs pour garantir la discrétion. Il y était au moment où un détenu en grève de la faim décédait dans une prison marocaine. Le roi, sourd aux plaintes de «ses sujets», est par contre très attentif aux desiderata des présidents français qui viennent passer des vacances au Maroc. Il va même plus loin en mettant carrément le royaume au service de la France. En affaires, les dirigeants marocains sous-traitent pour leurs protecteurs français, dont les multinationales cherchent des ouvertures en Afrique, par l’entremise de ses filiales déjà existantes au Maroc. En retour, la France s’efforce d’être un allié inconditionnel du royaume chérifien. C’est une entreprise difficile pour l’Elysée. Les couacs sont nombreux, comme lorsque l’acteur espagnol Javier Bardem a relaté crûment ce que pense du royaume chérifien l’ambassadeur de France aux Etats-Unis : «Le Maroc est une maîtresse avec laquelle on couche toutes les nuits, dont on n’est pas particulièrement amoureux mais qu’on doit défendre.» Mais le plus important pour le Makhzen, c’est que la France accorde une véritable protection au Maroc. C’est la contrepartie offerte aux largesses du roi. Tout le monde a fini par comprendre pourquoi les responsables français ferment les yeux sur les atteintes aux droits de l’Homme commis sous les ordres du Makhzen.

Bravo pour l'initiative ! Skateboarding en Palestine !



palestine 1Charlie Davies est un jeune étudiant anglais féru de skate et de voyages. Depuis 2006, il voyage fréquemment en Palestine sa board sous le bras, et a initié pas mal de kids sur place aux joies du skateboard. En 2012, il fonde SkatePal, une organisation caritatives dédié à la promotion du skate dans un pays où sa pratique se fait encore rare…
palestine 3 
Après avoir mis en place des mini rampes éphémères pendant des années, Charlie Davies a enfin réalisé son rêve grâce aux dons que son association a reçus à travers le monde : le premier skatepark de Palestine a ouvert ses portes et ses curbs à Zabadeh il y a quelques jour! Des cours de skate pour débutants sont dispensés, et Charlie et ses potes rêvent d’en ouvrir d’autres à travers le pays… Si le projet vous plaît, vous pouvez le soutenir ici!

Maroc : 40.000 demandes de mariage avec des mineures en 2013

Bladi net, 5 /9/2014
Maroc : 40.000 demandes de mariage avec des mineures en 2013

Plus de 40.000 autorisations ont été demandées l’année dernière au ministère de la Justice marocain pour des mariages avec des jeunes filles mineures. Et devant le refus de ce dernier, certains vont même jusqu’à le contracter illégalement.

Ces chiffres ont été révélés au journal Akhbar Al Yaoum par l’antenne marocaine d’Unicef, qui prévoit la publication dans les prochaines semaines d’une étude approfondie sur ce phénomène.
Le problème est que ce type de mariage est quasiment interdit dans le pays. Depuis la réforme de la Moudawana en 2004, soit il y a déjà plus de 10 ans, l’âge du mariage des mineurs est passé de 14 à 18 ans. Il est toujours possible de contracter des mariages avec des mineures, mais une autorisation du juge est obligatoire.
Dans son enquête, reproduite par le le site MWN, le journal révèle que dans certaines régions reculées du royaume, des dizaines de jeunes filles, faute d’autorisation du juge, se marient religieusement, ont des enfants et finissent par être répudiées, tout cela sans l’intervention de la justice.
Dans la région de Midelt (Moyen-Atlas) par exemple, plus d’une cinquantaine de très jeunes filles (entre 11 et 16 ans) ont été mariées avec des adultes.
La fondatrice de la Fondation Yetto, Najat Ikhich, a révélé quant à elle le cas d’une jeune fille de 11 ans qui a été obligée par ses parents à se marier avec un adulte, car ce dernier lui a promis de financer ses études jusqu’à ce qu’elle obtienne son baccalauréat.
« La place de ces jeunes filles est à l’école et non dans la maison de leur mari » se désole Ikhich. Elle déplore que dans le plupart des cas ces jeunes filles, surtout celles mariées religieusement, deviennent des femmes de ménages dans leur nouveau foyer.
- Par: Bladi.net
-------------------------------------------------------------------------------

Malika Filali

Insupportable! Bernée, battue puis jetée dans la rue avec son enfant par un salopard au prétexte que le mariage n'était pas valable puisque seulement assorti de la Fatiha mais pas homologué par les adouls!!!! La perversité des lois religieuses est à son comble et il faut se battre POUR LE MARIAGE CIVIL et pour la non-ingérence du religieux dans les actes officiels! VIVE LA LAICITE !
Mais où sont passées les associations marocaines de défense des droits humains ou de défense des droits des femmes? Pourquoi ne tendent-elles pas la main à cette jeune femme démunie et sans défense? Pourquoi ne se mobilisent-elles pas aux côtés de cette victime des machinations d'un salopard, qui, selon son témoignage, se sert de la violence pour l'intimider et qui ne cesse de répéter qu'il est intouchable?

A 65, 70 ou 81 ans, des chibanis se battent pour garder un toit



4/9/2014

Capture d'écran d'une vidéo du 3 septembre 2014 montrant des Algériens et Marocains, menacés d'ex...Capture d'écran d'une vidéo du 3 septembre 2014 montrant des Algériens et Marocains, menacés d'expulsion, qui se battent pour garder leur chambre dans un hôtel meublé de l'Est parisien

Neuf mètres carrés, deux lits simples, pas d'eau chaude, de toilettes ou de douche : malgré la vétusté des lieux, de vieux Algériens et Marocains, menacés d'expulsion, se battent pour garder leur chambre dans un hôtel meublé de l'est parisien.
"On ne voudrait pas finir SDF, ou bien en errance, comme des Roms, des gitans... des métèques", confie avec un demi-sourire Mohamed Amrouni, 65 ans, qui avec une trentaine de chibanis (cheveux blancs en arabe) se retrouve prisonnier d'un conflit entre le propriétaire des lieux et le gérant.
Le premier, la Compagnie des immeubles de la Seine (Cise), tentait depuis des années d'obtenir le départ du second, arrivé en fin de bail commercial. En juillet 2013, la justice a ordonné l'expulsion des occupants mais la gérante de l'hôtel a omis d'en informer ses pensionnaires.
Près d'un an - et douze loyers - plus tard, l'un d'eux a appris de manière fortuite qu'ils devaient quitter les lieux. Et quelques jours après, des policiers ont débarqué avec un huissier.
Un courrier officiel a suivi: "à défaut de départ spontané, vous vous exposez à être expulsés sous quelques semaines".
Sonnés, les résidents n'ont pas baissé les bras. "La visite de la police, ça nous a choqués. Mais on s'est dit qu'on n'allait pas se laisser faire", raconte M. Amrouni.
Avec ses camarades d'infortune âgés de 65, 70 et même 81 ans, il a contacté un avocat puis frappé à une permanence de l'association Droit au logement (DAL) qui connaît bien ce type de dossier.
"C'est un problème qu'on rencontre souvent, détaille son porte-parole, Jean-Baptiste Eyraud. On a un hôtel meublé ancien, pas cher, pas loin du logement indigne, mais tout le monde s'y retrouve car les habitants ne peuvent pas se loger ailleurs. Là-dessus arrive un spéculateur, qui veut gagner de l'argent en virant les locataires."

- Fuites et cafards -
Vider le 73 rue du Faubourg Saint-Antoine, près de la place de la Bastille, multiplierait "par deux ou trois" le prix de l'immeuble. "Un jackpot", résume le militant.
"Oui, on veut gagner un peu d'argent, reconnaît une responsable de la Cise. Mais depuis des années, on ne touche pas un euro de loyer et on doit payer des procédures entamées par les voisins à cause de la vétusté des lieux."
Car, l'"Hôtel Voltaire", qui facture 250 à 480 euros par mois, n'a d'hôtel que le nom. Ici pas de room service ni de réceptionniste: à chaque locataire de se battre contre les fuites d'eau et les cafards. Sur les murs extérieurs, des fils électriques sont à nu.
"Je ne pensais pas du tout qu'au 21e siècle, en plein coeur de Paris, on pouvait encore habiter dans des logements aussi indécents", commente Chafia Mentalecheta, députée de la communauté algérienne établie en France, qui soutient les résidents.

- "Retraite en paix" -
Et les lieux, étroits et sans ascenseur, ne sont pas faits pour des hommes âgés. Le doyen doit ainsi être accompagné par ses voisins pour aller aux bains douches à deux kilomètres de là.
"Il faut que la France leur donne un logement décent, estime Mme Mentalecheta. Ce ne sont pas des clandestins, ils sont venus dans les années 60 pour travailler, pour participer à l'enrichissement de la France."
Le message semble avoir été reçu. "On a pris contact avec la Préfecture de police pour qu'elle sursoit à l'évacuation", a déclaré à l'AFP Ian Brossat, adjoint au logement à la mairie de Paris, qui envisage ensuite de proposer au propriétaire de leur acheter l'immeuble pour le transformer en résidence sociale.
La préfecture, qui a bien été saisie d'une demande de "concours de la force publique" souligne pour sa part ne pas l'avoir accordée "à ce stade". "Le dossier fait l'objet d'une instruction très attentive", ajoute-t-elle.
Achour, 70 ans, espère donc une issue favorable. "On cherche seulement un logement décent, pour qu'on finisse notre retraite en paix, c'est tout!"

L’État marocain continue d’interdire, de manière informelle, les activités des organisations « qu’il n’apprécie pas ».

"Ce jeudi, 4 août 2014, l’AMDH vient d’être informée par téléphone, c’est-à-dire de manière informelle, que le local du centre BOUHLAL ( centre sous tutelle du ministère de la jeunesse ), qu’elle a réservé pour une formation des membres de sa commission administrative est interdit ; le 5 aout 2014 les membres de l’association se sont présentés devant le centre BOUHLAL avec l’autorisation écrite de l’utiliser ; la porte du centre était cadenassée et le responsable du centre les a informé que ce n’était pas lui le responsable de cette interdiction ; à signaler que des estafettes des forces auxiliaires étaient stationnées devant le local
Les exemples suscités montrent clairement que l’ETAT marocain s’achemine vers une interdiction de fait ( sans base juridique) et en ne prenant même pas la peine de justifier par écrit son interdiction) des activités des organisations qui « ne sont pas à son goût » c’est-à-dire des associations qui continuent à faire leur travail de défense et de promotion des droits humains tels que reconnus universellement"
--
Salutations militantes,
Pour le bureau de l'AMDH-Paris/IDF

Crimes au nom de la Françafrique

Il s’appelait Charles Paul Alphonse Ndour et il n’avait que 25 ans. Parti du Sénégal en direction d’El Dorado européen il se retrouve coincé au Maroc à quelques kilomètres de l’Europe. A Tanger, plus précisément. 


Charles Paul Alphonse Ndour
Vendredi dernier, il a été égorgé par un marocain dans le quartier où il résidait dans des conditions infrahumaines. L’agresseur faisait partie d’un groupe mobilisé par la police marocaine pour agresser les immigrés subsahariens et provoquer la polémique. Le Maroc dans les circonstances actuelles, traverse une mauvaise passe dans l’affaire du Sahara Occidental. Le pays a besoin d’attirer l’attention des européens sur lui, leur rappeler le problème de l’immigration. Leur rappeler aussi que le Maroc peut à tout moment lâcher prise et laisser des milliers d’africains regagner les côtes espagnoles comme il l'a fait le 11 août.

Le Maroc, depuis qu’il a perdu le soutien de la France, ne peut plus se permettre de défier la communauté internationale en poursuivant la colonisation du Sahara Occidental et les violations des droits de l’homme dans ce territoire considéré comme territoire non-autonome. Alors, Rabat sort ses cartes de pression : l’immigration, le terrorisme, la drogue.

L’assassinat du jeune Ndour n’est pas un cas isolé: entre 2013 et 2014, plus de 14 migrants ont été tués soit par la police marocaine soit par des citoyens marocains poussés par les services de sécurité. Une violence envers les populations noires, associée à un racisme permanent et toujours impuni, est devenue récurrente au pays de Mohammed VI.

Ces immigrés ont un point commun : ils sont tous originaires de l’Afrique de l’Ouest, le jardin secret de la France. Ils sont venus du Sénégal, Côte d'Ivoire, Gambie, Cameroun... Tout comme le Maroc, ces pays ont des liens forts tissés avec l’Hexagone. Au nom de ces liens, ils ont abandonné leurs ressortissants à la merci des tortionnaires marocains. Ils se trouvent au Maroc comme des orphelins. Leurs pays refusent de demander des explications au Maroc sur le traitement que ce pays réserve à leur citoyens. Au nom de la Françafrique.

Mohammed VI derrière les masques

Photo de Omar Brouksy.
  • Najib Ibn Khayat a partagé une photo de Omar Brouksy.
    humm !! avec plaisir !!!! démystifier désacraliser sont deux conditions strictement indispensables mais non suffisante pour se débarrasser du cancer marocain !!!!

Rappel : Ne pas oublier les deux Français en vacances au Maroc, en grève de la faim depuis le 5 juin, après avoir été arrêtés et torturés



Par M-J Fressard, Solidarité Maroc 05, 17/8/2014

Relire la cyberaction n° 634 et l’histoire ahurissante qui est arrivée à  trois paisibles vacanciers arrêtés, torturés, emprisonnés !

 ( 907 participants le 9/9/2014, il en faudrait beaucoup plus !)

Lire les dernières nouvelles dans les  commentaires de la pétition

Souad, la sœur d’Abdel-Aziz donne régulièrement des nouvelles de son frère et de son ami Yassine. 

Tayeb, le Franco-Marocain, qui n'a pas "fréquenté" de Marocaine, a été gracié lors de la fête du trône.

 Abdel-Aziz et Yassine en sont aujourd’hui 3/9/2014 à près de 3 mois jour de grève de la faim, ce qui fait froid dans le dos quand on apprend la mort de Mustapha Meziani,  la semaine dernière, menotté dans son lit d’hôpital, au 72ème jour de sa grève de la faim… 
 Malheureusement, de ces prisonniers grévistes de la faim, les associations des ddH ne parlent pas ( mis à part le Collectif des familles de prisonniers européens en prison au Maroc ).

Pour être maintenus en vie, Abdel-Aziz et son compagnon sont  « nourris » d’eau et de sucre. Rappelons que du temps d’Hassan II des prisonniers étaient maintenus en « vie » pendant des années avec de l’eau, du sucre et du sel.

Sonia, l'autre sœur d’Abdel-Aziz, est en ce moment à Tanger : elle trouve son frère très affaibli et démoralisé. Elle l’a forcé à manger un peu devant elle. Rappelons que la famille d’Abdel-Aziz vit en France, et que la maman et les deux sœurs se relaient pour lui rendre visite au minimum tous les trois mois.

Pour les pousser à mettre fin aux grèves de la faim à la prison de Tanger, le directeur de la prison fait fouiller et voler parmi les affaires des grévistes




 En attendant il est urgent de signer la Cyberaction si ce n'est déjà fait, d'en parler autour de vous, de signaler cette affaire incroyable à la presse, aux associations, aux autorités en France et au Maroc ! Merci !