Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

jeudi 23 juillet 2015

Le gouvernement marocain doit délivrer son passeport à M. Ali Lmrabet


EuroMed Droits exprime sa profonde préoccupation concernant la situation du journaliste marocain Ali Lmrabet, actuellement en grève de la faim à Genève. Son travail de journaliste et son attachement à la liberté de la presse lui ont valu depuis l‘an 2000 la fermeture des journaux qu’il dirigeait, des amendes et finalement une interdiction professionnelle et une lourde condamnation de prison. Ali Lmrabet a reçu une dizaine de prix internationaux et fut l’objet d’une vaste campagne internationale pour sa libération en 2005.

Le journaliste, qui a purgé les dix ans d’interdiction professionnelle et avait annoncé publiquement la reprise de son activité journalistique dans son pays, est désormais sans passeport dont le renouvellement a été refusé.
Cette situation marque la volonté du gouvernement marocain de faire taire une voix dérangeante alors que la liberté d’expression est un instrument fondamental pour la consolidation d’un État démocratique et est essentiel à l’éducation des citoyens et des citoyennes et contre l’obscurantisme et l’intolérance.
Quelles que soient les arguties administratives mises en avant, il s’agit bel et bien d’un retour d’anciennes pratiques tendant à faire prévaloir l’arbitraire de l’Etat sur les libertés individuelles. Cette sorte de pratiques arbitraires, dont la société civile est aussi l’objet, se multiplie, contredisant les changements qui ont été engagés au Maroc et portant atteinte à l’État de droit et aux dispositions constitutionnelles.
EuroMed Droits demande au gouvernement marocain de délivrer, sans délai, son passeport à M. Lmrabet. Il est essentiel, de manière plus générale, que la société civile et les défenseurs des droits humains retrouvent une liberté d’action totale et que le gouvernement garantisse la liberté d’expression.