Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

jeudi 29 octobre 2015

À Calais, le gouvernement est passé de la fermeté à l'inhumanité


  • Je partage avec vous mon dernier communiqué quant aux mesures prises par les autorités françaises au cours des derniers jours. Pratiques simplement inadmissibles.
    À Calais, le gouvernement est passé de la fermeté à l'inhumanité
    Après un énième déplacement à Calais le 21 octobre dernier, Bernard Cazeneuve avait annoncé que quiconque refuserait la soi-disant main tendue des autorités françaises et le dépôt d'une demande d'asile en France, pourrait s'exposer à une reconduite à la frontière
    Après les paroles, les actes. Plusieurs ONG ont mis en lumière les pratiques mises en œuvre depuis une semaine afin de "vider la jungle de Calais".

     
    Le message envoyé par les autorités françaises ces derniers jours est on ne peut plus clair.
    Depuis le 21 octobre dernier, plus de 350 demandeurs d'asile, réfugiés et migrants ont été massivement arrêtés, transférés et maintenus en rétention dans d'autres centres de rétention aux quatre coins de France (Nîmes, Toulouse, Perpignan, Mesnil-Amelot, etc). Et cela devrait se poursuivre durant trois semaines.
    On comprend pourquoi depuis quelques jours les autorités interdisent l'accès de "la jungle" aux bénévoles des associations. Personne ne doit voir ce qui se passe.
    Syriens, Erythréens, Irakiens, Soudanais, Afghans... Mineurs, femmes, hommes ... Peu importe leur situation, peu importe leur nationalité, peu importe leur vulnérabilité et peu importe leur statut : tous ont été massivement arrêtés et ont très majoritairement reçu des obligations de quitter le territoire français frappées de la mention "sera reconduit vers tout pays dans lequel il établirait être légalement admissible."
    Déplacements forcés, enfermement abusif, privation de liberté illégale, détournement de pouvoir : les autorités françaises bafouent de plus en plus ouvertement les droits les plus fondamentaux de ces réfugiés au mépris du droit international.
    Comme si les traumatismes vécus tout au long de leurs parcours par ces femmes et ces hommes ne suffisaient pas, on en rajoute et même quand on les libère, sur décision judiciaire, on le fait à toute heure du jour et de la nuit et on les abandonne à leur sort sans hébergement, sans moyens de transport et dans la précarité la plus totale.
    Le traitement de ces réfugiés par les autorités françaises, justifié par le seul fait qu'ils refusent de déposer une demande d'asile dans notre pays est simplement inadmissible.
    L'usage de la peur et de la dissuasion ne peut devenir un moyen de gestion des demandeurs d'asile et des réfugiés.
    Trouver des solutions pour les demandeurs d'asile et les réfugiés, à Calais comme ailleurs, passe par le respect de leur dignité et de leurs droits les plus fondamentaux.
    Décidément la Patrie de la Déclaration des droits de l'Homme tourne de plus en plus le dos aux valeurs qu'elle prétend défendre.
    http://www.eurocitoyenne.fr/…/calais-le-gouvernement-est-pa…