Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

mercredi 28 octobre 2015

MOBILISATION à Gap le 30/10/2015,POUR EXIGER LE LOGEMENT DURABLE DE 3 FAMILLES





La Cimade à Gap

-------------------------------

MOBILISATION MERCREDI 30 OCTOBRE DEVANT LE BÂTIMENT DE LA DDCSPP* (5 rue des silos à Gap) POUR EXIGER LE LOGEMENT DURABLE DE 3 FAMILLES, ACTUELLEMENT SANS HÉBERGEMENT

A l’heure qu'il est, 3 familles (6 adultes et 9 enfant dont un petit de 18 mois) sont sans solution d'hébergement. S'ils ne sont pas en danger dans le froid de la rue, c'est uniquement grâce à une solidarité précaire, un bricolage de survie.

C'est pourquoi nous avons alerté la DDSCPP, à travers son directeur, ainsi que la mairie de Gap, dès la première semaine d'octobre, par de nombreux courriers de la Cimade et des structures partenaires. Tout ceci est resté sans réponse.

Il est temps que l’État et les pouvoirs publics, et notamment la DDCSPP, dont c'est la mission, prennent la mesure de l'urgence. Allons nous attendre le pire pour nous offusquer ?

Notre requête est claire et non négociable : nous souhaitons que chacune de 3 ces familles soit logée de manière pérenne, non pas en hôtel comme à chaque fois, mais dans un appartement.

La solution de l’hôtel est aberrante. Souvent, les chambres sont mises à disposition du soir au matin 10h. S'il y a des enfants, même si elle peut y rester la journée, toute la famille est serrée dans cette chambre sans possibilité de cuisiner ou même de faire chauffer le lait pour les petits, de leur faire faire une sieste convenable, de suivre une scolarité dans des conditions qui permettent la réussite ...

L’hôtel est aussi une aberration en ce qui concerne le prix, exorbitant pour la collectivité, comparé justement à un hébergement en appartement (45€ à 65€ par jour et par famille en hôtel, soit 1400€ à 2000€/mois contre 350€ pour un petit appartement social, forcément plus confortable). C'est à se demander à qui profite ce marché juteux. Et aussi à qui profite le maintient de nombreux bâtiments habitables hors du parc locatif. Certainement pas aux familles ni à tous les habitants du département.

D'autant que ce ne sont pas les logements vides qui manquent, tant au niveau du privé que du public (plus de 1 800 logements vacants uniquement sur Gap en 2014 d'après l'INSEE, sans compter les bâtiments en attente, inutilisés, tant du parc public que de privé).

L'impossibilité d'accéder à un logement malgré la multitude d'appartements vides concerne chacun d'entre nous. Et les solutions qui doivent être mises en place par les pouvoirs publics sont dans l'intérêt de tous. Il n'est pas question ici de séparer les « migrants » du reste de la population. Nous sommes tous concernés. Ne serait ce que par le tarif impressionnant des loyers par rapport aux salaires, qui nous maintient dans une situation inconfortable, voire dramatique selon nos revenus.

Le logement est un droit fondamental. C'est à la fois une question de dignité humaine que de refuser l'inacceptable : des familles, des enfants à la rue. Mais c'est aussi une question politique :

Si la DDSCPP a de l'argent pour les chambres d’hôtel, elle a nécessairement de l'argent pour des appartements. Qu'ils ne nous disent pas qu'ils ne peuvent rien faire...

Que les collectivités et l’État cessent de se renvoyer la balle et qu'ils prennent leurs responsabilités. Ou alors, nous saurons au moins à quoi nous en tenir face à leur refus.

Tous ensemble, nous pouvons créer un rapport de force suffisant pour obtenir le logement pérenne de ces 3 familles. Est-ce trop demander...

 *Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la protection des Populations


RESF05
Réseau Éducation Sans Frontière 05
resf05@laposte.net
RESF-05 / BP 111 / 05003 GAP CEDEX
n° de tél pour les urgences: 04 92 24 45 95
-----------------------------------------------------------------------------
Lire aussi : 

De : Elisabeth Griot <griotelisa@gmail.com>

Objet : Migrants Calais dunkerque
Date : 18 octobre 2015 16:19:38 HAEC

Depuis 10 jours je suis à Calais en mission pour MSF auprès des migrants.
MSF d'habitude n'intervient pas en France. Nous intervenons partout dans le monde pour porter aide dans des situations d'urgence. Mais à Calais / Dunkerque oui il y a urgence : LE FROID.
Je n'ai pas de mot pour décrire  mon ressenti devant ce que je vois. Calais le bidonville est appelé la "jungle" le mot me semble convenir. 4000? 5000? personnes kurdes iraniens, irakien, syrien érythréens, éthiopiens, soudanais.
 Dans mes séjours en Afrique je n'ai jamais vu un bidonville d'une telle insalubrité.


Des toilettes, des points d'eau inutilisables vu leur état et leur nombre tellement insuffisant. L'état a fait une plateforme d'accueil près du camp où 150 femmes/enfants peuvent se réfugier... les autres sont dans le camp, où sont distribués 2000repas par jour, où il y a accès aux douches (mais le nombre de douche est tellement insuffisant..) La jungle c'est le grand bazar , n'importe qui vient individus ou associations (beaucoup d'anglais) n'importe quoi est distribué non adapté aux besoins, pas de coordination. Et on voit des anar venir faire leur propagande, leur musique, des individus venir se faire photographier comme dans un zoo! Certains migrants sont là depuis longtemps d'autres viennent d'arriver. La vie s'organise des restos, épiceries à l'africaine se montent par qui? Maffia? Passeurs? Il y a même une église et des mosquées.
J'ai consulté à Calais; des plaies des mains (barbelés) des fractures des talons (quand ils retombent du grillages) et ils toussent tous ILS ONT FROID. Ils vivent sous des tentes, bâches de plastique, dans l'humidité les matelas sont faits de couches d'habits ou couvertures qu'ils ont récupérés. Certains s'installent plus: cabane de bois et plastique. Un bordel s'est monté, c'est ainsi que les femmes érythréennes espèrent financer la fin de leur passage. L'état devrait monter 1500 places plus au chaud dans le camp... j'espère et les autres?
Je fais partie d'une équipe de 3 nous mettons en route l'aide de MSF dans les camps autour de Dunkerque. nous en avons répertoriés 5, plus petit qu' à Calais. C'est compliqué la situation, le FN se développe, les opposants agressent ceux qui aident les migrants. Les municipalités qui œoeuvrent pour les migrants n'osent plus faire plus (et portant l'insalubrité est comme dans la jungle) par peur des opposants et de perdre les élections. Je rencontre des gens merveilleux qui depuis des années aident les migrants. Ceux ci sont émouvants homme seuls, femmes en famille et seules ils sont  tellement gentils. que ce doit être dur de se retrouver comme cela dans un pays dont ils ne comprennent pas un mot de langage, cette famille de syrien avec 3 enfants, bébé de 6 mois est malade...et ces femmes érythréennes, soudanaises qui ont vécu ce voyage, ces peurs dans le désert, sur le bateau... ces agressions...  
Ils veulent tous passer en Angleterre. On commence à voir (notamment les soudanais) chez les personnes qui sont là depuis des mois des demandes d'asile. Tous les soirs à Calais ils vont à l'assaut du grillage près du tunnel mais de moins en moins  arrivent à passer. Il y a beaucoup beaucoup plus de morts que le dit la presse, il y a 2 soirs encore 3 morts Dans les camps autour de Dunkerque ils vont plus autour des stations service de l'autoroute là où les camions s'arrêtent. Cette jeune femme soudanaise, toute maigre, avec un regard très profond, cela fait 9 mois qu'elle essaye "j'y arriverais" et une fois en grande Bretagne "je ferais venir mes 2 enfants" (sa sœur et en Angleterre)
Bon j'arrête pour aujourd'hui
Bonne semaine à tous

Elisabeth Griot