Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

jeudi 29 octobre 2015

Six vérités sur les fonctionnaires marocains

Six vérités sur les fonctionnaires marocains

Ils sont concentrés à Rabat et Casablanca, la moitié d’entre eux travaillent pour le compte de l’Éducation nationale et ont une moyenne d’âge plutôt élevée.

Le rapport sur les ressources humaines accompagnant le projet de loi de finances pour l’année budgétaire 2016 lève le voile sur la réalité de la fonction publique au Maroc. Il est riche en enseignements et rompt le cou à plusieurs idées reçues. La première et non des moindres: sur les 11 670 000 personnes en âge de travailler, l’État n’emploie que 585 503 personnes.
La moitié des fonctionnaires travaillent au ministère de l’Éducation nationale, et 19% au département de l’Intérieur. 21% sont concentrés au niveau des ministères de la Santé, de l’Enseignement supérieur, de la Justice, de l’Économie ainsi qu’au niveau de l’administration pénitentiaire. Les autres départements ministériels n’emploient que 9% de l’ensemble des fonctionnaires de l’État.

Des milliers de nouveaux postes budgétaires

En 2015, l’État a créé près de 22 510 nouveaux postes. Les ministères de l’Éducation et l’Intérieur sont les meilleurs recruteurs et emploient respectivement 36% et 31% du total de ces nouveaux postes budgétaires. Le département de la Santé et celui de la Justice ont quant à eux créé 10% et 3%, alors que les autres départements sont concernés que par 20% des postes créés. 15% des postes concernent le personnel classé aux échelles 7 à 9, alors que 52% sont destinés au recrutement des cadres d’échelles 10 et plus.

Des travailleurs âgés

La majorité des fonctionnaires (54%) sont âgés de plus de 45 ans, alors que 8% ont moins de 25 ans et 22% ont moins de 35 ans. La moitié du personnel de l’État ont une ancienneté qui varie entre 10 et 30 ans, et 21% travaillent dans la fonction publique depuis plus de 30 ans. 29% des employés ont une ancienneté inférieure à 10 ans, alors que 8% ont moins de 5 ans d’ancienneté.

La plupart travaillent dans l’axe Rabat-Casa

20% des fonctionnaires travaillent dans la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaer, alors que 10% travaillent à Casablanca. 6,82% des effectifs sont affectés à la région de Tanger-Tétouan et le reste est réparti sur l’ensemble du territoire.

Une (très) faible parité.

Les femmes ne représentent que 36,8% des fonctionnaires. 56,4% d’entre elles travaillent pour le ministère de l’Éducation nationale, 13,4% sont employées par le ministère de la santé et 8% dans le département de l’Intérieur. Le ministère de la Justice et celui de l’Enseignement Supérieur emploient chacun 4,1%, suivi du ministère de l’Économie qui emploie 3,5% de femmes. Le taux des femmes fonctionnaires dans les autres départements ne dépasse pas 10,3%.

La plupart sont mariés

69% des fonctionnaires civils sont mariés et 31% sont des célibataires. Le taux de célibat est plus élevé chez le ministère des Habous, suivi du département de la Santé avec 45%. L’Administration Pénitentiaire et le Ministère de la Justice ont respectivement 43% et 41% de célibataires. Le taux de célibat des autres départements varie entre 25% et 36%.

Une faible rémunération

Près de 9,23% des fonctionnaires perçoivent une rémunération nette mensuelle qui varie entre 3.000 et 4.000 dirhams. 39% touchent moins de 6000 dirhams, que le salaire de 54% des fonctionnaires varie entre 6.000 et 14.000 dirhams. Seul 2,36% des fonctionnaires gagnent plus de 20 000 dirhams.