Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

mardi 3 novembre 2015

Mohammed VI dit "Mehdi Ben Barka était un homme de paix"

Déclaration Citoyenne. Les voyous qui servent de conseillers au roi-prédateur M6 l'ont "aidé" une fois de plus, une fois de trop à franchir "le mur du çon". Contrairement à son criminel de père, Hassan II, M6 s'est donc vu contraint de faire "entrer dans l'Histoire", Mehdi Ben Barka, et d'affirmer que MBB "était proche de la famille royale". Et c'est à l'insignifiant (pour rester poli), Abderrahmane El Youssoufi qu'il a été imposé de lire cette étrange Oraison funèbre écrite par le Palais. Ce dernier a donc célébré à sa manière la 50 e commémoration de l'enlèlevement/disparition de MBB. Cette mascarade n'avait aucun autre objectif que celui de tuer une seconde fois MBB et d'associer à ce crime d'État, ses ex-compagnons et membres du directoire de l'UNFP/USFP. Avec cette forfaiture de Youssoufi, l'USFP a définitivement enterré la formule historique de Abderrahim Bouabid d'une clarté, pour l'époque, absolue, A. BOUABID déclarait au nom de l'USFP, "désormais entre le palais et nous, il y a le cadavre de Mehdi Ben Barka!" Ahmed Benani, le 2/11/2015i.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Maroc

Mohammed VI: « Mehdi Ben Barka était un homme de paix »



Pour le cinquantenaire de la disparition de Mehdi Ben Barka, le roi a adressé un message aux participants de la rencontre organisée par Abderrahmane El Youssoufi.

C’est une première. Le roi Mohammed VI a adressé un message aux participants à la rencontre organisée, vendredi 30 octobre à la bibliothèque nationale de Rabat, à l’occasion de la commémoration du cinquantenaire de la disparition de Mehdi Ben Barka.
« Nous nous rappelons ensemble qu’il était un homme de paix, et qu’il était proche de la famille royale« , commence le souverain. Et de poursuivre: « Et bien que cet anniversaire vienne à un moment où de nombreuses questions restent sans réponse, Nous avons tenu à partager avec vous cet événement, sans inhibition ni complexe par rapport à cette affaire, et en témoignage de l’estime dont il jouit auprès de nous et des Marocains. »
Le roi a aussi insisté : « Quoi qu’il en soit, Ben Barka est entré dans l’Histoire« .
Abderrahmane El Youssoufi a pesé de tout son poids pour réussir le cinquantenaire, qu’il espère être l’occasion d’un rapprochement et d’une réconciliation entre les forces de gauche au Maroc. Le premier ministre de l’alternance a invité des personnalités de premier plan au cinquantenaire, à l’image de Lakhdar Ibrahimi, qui arrive dans un contexte où le Maroc fête les 40 ans de la Marche verte, ce qui donne une profondeur régionale et internationale à cette visite.
L’organisation par El Youssoufi d’un tel événement est un fait inédit, depuis l’annonce de la retraite politique de l’ancien chef socialiste.
Partager

Ahmed Benani


Déclaration Citoyenne. Les voyous qui servent de conseillers au roi-prédateur M6 l'ont "aidé" une fois de plus, une fois de trop à franchir "le mur du çon". Contrairement à son criminel de père, Hassan II, M6 s'est donc vu contraint de faire "entrer dans l'Histoire", Mehdi Ben Barka, et d'affirmer que MBB "était proche de la famille royale". Et c'est à l'insignifiant (pour rester poli), Abderrahmane El Youssoufi qu'il a été imposé de lire cette étrange Oraison funèbre écrite par le Palais. Ce dernier a donc célébré à sa manière la 50 e commémoration de l'enlèlevement/disparition de MBB. Cette mascarade n'avait aucun autre objectif que celui de tuer une seconde fois MBB et d'associer à ce crime d'État, ses ex-compagnons et membres du directoire de l'UNFP/USFP. Avec cette forfaiture de Youssoufi, l'USFP a définitivement enterré la formule historique de Abderrahim Bouabid d'une clarté, pour l'époque, absolue, A. BOUABID déclarait au nom de l'USFP, "désormais entre le palais et nous, il y a le cadavre de Mehdi Ben Barka!" Ahmed Benani, le 2/11/2015i.