Pages

mercredi 10 juin 2015

BENKIRANE ACCUEILLI PAR UNE HUMILIATION A SON ARRIVÉE EN FRANCE




Le gouvernement marocain n’a pas fini d’être humilié en France, bien que les relations entre les deux pays se soient améliorées après une brouille de plus d’une année. Alors qu’il était censé effectuer un rapide séjour à Paris pour présider en compagnie de son homologue français Manuel Valls, la réunion interministérielle pour faire le point sur l’état de la coopération et envisager l’avenir sous les meilleurs auspices, Abdelilah Benkirane a eu la surprise désagréable de son mandat. 
Le premier ministre français n’était pas là pour l’accueillir lui et les douze ministres qui l’accompagne, s’étant contenté de lui envoyer un secrétaire d’état, Harlem Désir, qui plus est, s’occupe des relations avec l’Europe et non le Maghreb. Faut-il voir dans cette gaffe protocolaire un signe de nouvelle tension, ce qui serait inélégant et peu diplomatique de la part des responsables français qui ont tout fait pour rétablir les relations de leur pays avec le royaume sur le rail.
Contrairement à cette tournure, le premier ministre français avait été reçu en grande pompe lors de sa visite il y a quelques semaines à Rabat et avait trouvé au bas de la passerelle de son avion, son homologue marocain qui doit avoir regretté son empressement à mettre les petits plats dans les grands pour se voir humilié de la sorte sur le sol français.
Voir les vidéos : www.chohra.com

mardi 9 juin 2015

PROVOCATION ? PIERRE STAMBUL ARRÊTÉ COMME UN TERRORISTE !

C’est aujourd’hui à 1h30 du matin que le Raid a débarqué au domicile de notre camarade Pierre Stambul, co-Président de l’Union Juive Française pour la Paix.
Les forces de police ont utilisé le protocole pour neutralisation de terroriste retranché armé : portes cassées, et devant les habitants pacifiques réveillés recherche immédiate de caches d’armes.
Faisant évidemment chou blanc, le Raid n’en a pas moins appelé la police nationale qui a emmené Pierre menotté.
A cette heure, Pierre n’est toujours pas relâché.
Tout porte à croire que cette mise en scène dont on ne sait qui est à l’origine vise à empêcher Pierre d’assurer l’intervention prévue ce soir à Toulouse par l’UJFP et le comité BDS (Boycott, Désinvestissement Sanctions tant que Israël ne se conforme pas au droit international).
Cette intervention grotesque et scandaleuse doit faire l‘objet d’une protestation unanime de toutes les personnes attachées aux droits humains.
Le Bureau National de l’UJFP le 09-06-2015 à 10h20
http://www.ujfp.org/spip.php?article4204

Note additionnelle: non seulement le meeting prévu ce soir à 20h30 avec Pierre Stambul ce soir à la salle Barcelone, 22 allées de Barcelone, Toulouse, est maintenu, mais l'UJFP et BDS FRance Toulouse appellent à une participation massive pour protester contre les méthodes de voyou utilisées par les soutiens d'Israël pour nuire à la solidarité avec le peuple palestinien.

---------------------------------------------------------------------------
Lire aussi :

Un activiste du boycott contre Israël arrêté comme un terroriste en France



Aujourd’hui, à 1h30 du matin, le Raid, une unité spéciale de la police française chargée de la neutralisation de criminels issus du grand banditisme ou de terroristes...




www.demainonline.co

Urgent : Pierre Stambul, Président de L'union Juive pour la Paix a été arrêté cette nuit

  • COMMUNIQUÉ ÉDITÉ DANS LE GROUPE 
    GÉNÉRATION PALESTINE :
     " Pierre Stambul, Président de L'union Juive pour la Paix a été arrêté cette nuit par les équipes du RAID ou GIGN suite à un appel les informant qu'il avait des armes chez lui, ou qu'il battait voire avait tué sa compagne. Il est actuellement en garde à vue au Commissariat du 8ème arrondissement à Marseille avenue d'Haifa ! 
     Il est temps pour nous tous de réagir face aux attaques des fascistes sionistes de Tel-Aviv qui menacent nos camarades juifs antisionistes !

    URGENT Appelez courtoisement le commissariat du 8ème arrondissement à Marseille, la Préfecture à Marseille, et le ministère de l'Intérieur à Paris pour exiger la libération de Pierre ! 

    PARTAGER LARGEMENT L'INFORMATION ! !

    LA CONFÉRENCE PRÉVUE CE SOIR A TOULOUSE QUE LES FASCISTES ANTISÉMITE SIONISME VEULENT FAIRE ANNULER EST MAINTENUE ! "

Comment éviter de nouveaux drames comme à Sivens ?



Après de nombreuses occupations de site, comme celles de Notre-Dame-des-Landes ou de Sivens, un rapport a été remis mercredi 3 juin au ministère de l’Écologie pour améliorer le « dialogue environnemental ».

3/6/15 
Manifestation d’opposants à l’aéroport sur le site de Notre-Dame-des-Landes.
JEAN-SEBASTIEN EVRARD/AFP
Manifestation d’opposants à l’aéroport sur le site de Notre-Dame-des-Landes.

Ses auteurs encouragent notamment la participation des citoyens dans l’élaboration des grands projets. Charline Diot-Labuset, chargée de projets démocratie et gouvernance à la Fondation Nicolas Hulot, qui soutient ces dispositions.
« Le modèle de démocratie participative français est aujourd’hui encadré par plusieurs textes de loi et reconnu à l’international. Mais il y a encore des conflits autour de grands projets car dans la pratique, il fonctionne mal, notamment parce que la participation du public n’est pas suffisamment définie. De plus, les méthodes utilisées pour mettre en œuvre la démocratie participative, comme les réunions publiques, ne sont pas adaptées.

Des solutions à trouver

Il faut donc trouver de nouveaux outils qui permettraient, sinon d’éviter les conflits, du moins de mieux les traiter. Le rapport Richard remis mercredi à Ségolène Royal évoque la mise en place d’un droit d’initiative citoyenne.
Actuellement, pour qu’il y ait un débat public autour d’un projet, celui-ci doit répondre à un certain nombre de critères. Mais ces derniers sont si stricts qu’ils ne s’appliquent qu’à de très gros chantiers. Le barrage de Sivens, par exemple, n’était pas éligible.

L’initiative citoyenne est un outil novateur qui permettrait à des citoyens de se réunir pour exiger un débat même lorsque celui-ci n’est pas prévu, grâce à une pétition. Le rapport estime qu’il faudrait que celle-ci soit signée par 10 % de la population concernée pour être recevable. Cette condition paraît irréaliste : il faudrait abaisser ce seuil à 0,1 %.

Une nécessaire concertation préalable

Il est également important de renforcer la concertation en amont. Aujourd’hui, lorsque des projets sont soumis au débat public, ils sont déjà presque concrétisés. La participation publique intervient à un moment où les scénarios ne varient qu’à la marge et où il est impossible de décider finalement de ne rien faire.

Le référendum au niveau local, idée avancée par Ségolène Royal, est l’outil de démocratie directe idéal à première vue. Mais il peut être instrumentalisé et le système binaire du « oui » ou « non » n’encourage pas les propositions alternatives. Il doit donc être combiné avec une forte implication du public et une information neutre, ou du moins pluraliste.
Le rapport, qui suggère un référendum consultatif, charge la Commission nationale du débat public d’établir un dossier d’information en appelant toutes les personnes et les organisations intéressées à participer. Cela va dans le bon sens. Il faut désormais que le gouvernement s’empare concrètement de ces propositions. »

Toulouse 9 juin : ANTISIONISME / ANTISEMITISME A qui profite l'amalgame ?



REUNION PUBLIQUE
Mardi 9 juin à 20h30 - 
Salle Barcelone
 22, allée de Barcelone – Métro Compans Caffarelli
 Toulouse

La guerre que mènent les dirigeants israéliens contre le peuple palestinien n'est ni raciale, ni religieuse, ni communautaire.
C'est une guerre coloniale.
Il faut dire les mots sur ce que subissent les Palestiniens : occupation, colonisation, discriminations, apartheid, nettoyage ethnique, crimes de guerre.
A la base de cette situation insupportable, il y a une idéologie, le sionisme. C'est une théorie de la séparation qui proclame que Juifs et non-Juifs ne peuvent pas vivre ensemble. Les sionistes ont toujours eu comme projet d'expulser les Palestiniens ou d'en faire les "Indiens" du Proche-Orient, parqués dans leurs réserves et privés de tout droit.
Les sionistes instrumentalisent l'antisémitisme en considérant que toute critique d'Israël est antisémite. C'est leur ultime défense pour continuer à violer le droit international.
Le sionisme n'est pas seulement criminel contre les Palestiniens. Il est suicidaire pour les Juifs. Il s'est construit contre toutes les traditions juives laïques ou religieuses. Il manipule l'histoire, la mémoire et les identités juives. En prétendant représenter tous les Juifs, il favorise les confusions. Il ne combat pas l'antisémitisme. Il le favorise.
Pour toutes ces raisons, l'Union Juive Française pour la Paix (UJFP) soutient totalement l'appel palestinien au BDS (Boycott – Désinvestissement - Sanctions) contre l'Etat d'Israël et ses revendications : fin de l'occupation et de la colonisation, égalité des droits, droit au retour des réfugiés. L'UJFP participe activement aux actions deBDS-France et dénonce comme scandaleuses toutes les tentatives de criminalisation du BDS.
Pierre Stambul, coprésident de l'UJFP , fils de résistants déportés, donnera un point de vue juif contre le sionisme et l'apartheid au cours de la réunion publique qui aura lieu MARDI 9 JUIN à 20h30 à la salle Barcelone (22, allée de Barcelone – Métro Compans Caffarelli). Cette réunion est organisée par l'UJFP Toulouse et soutenue par BDSFrance Toulouse.

Sahara Occidental : Le Conseil portugais pour la paix appelle au respect des droits de l'homme


Le Conseil portugais pour la paix et la coopération (CPPC) a appelé au respect des droits de l'homme au Sahara occidental et à la libération des prisonniers politiques sahraouis des prisons marocaines.PUBLIE LE : 8/6/2015
D.R
Le Conseil portugais pour la paix et la coopération (CPPC) a appelé au respect des droits de l'homme au Sahara occidental et à la libération des prisonniers politiques sahraouis des prisons marocaines.
Dans un communiqué publié vendredi et relayé par l'agence d'information sahraouie (SPS), le CPPC dénonce l'aggravation de la situation dans les territoires occupés du Sahara Occidental, la garde dans les prisons marocaines de plus de 50 militants sahraouis victimes de persécution et de jugements illégaux, ainsi que la violation des droits fondamentaux de la population
sahraouie».
Le CPPC appelle à la solidarité du peuple portugais avec la cause sahraouie conformément aux stipulations de la Constitution portugaise, tout en exprimant sa solidarité avec Takbar Haddi qui observe une grève de la faim depuis plus de 21 jours devant le consulat du Maroc à Las Palmas. Mme Haddi réclame la dépouille de son fils, assassiné dans les territoires occupés du Sahara occidental par des colons marocains avec la complicité des autorités marocaines.
Une délégation du CPPC dirigée par la présidente de la direction nationale Ida Figueredo et Carlos Carvalho, membre de la direction nationale tiendra le 9 juin une réunion avec tous les groupes parlementaires et la commission des affaires étrangères pour «dénoncer le grave situation dans les territoires du Sahara Occidental occupés par le Maroc».

Des associations espagnoles appellent le gouvernement à assumer ses responsabilités
La plateforme nationale d'associations solidaires avec le Sahara (CEAS - Sahara) a appelé le gouvernement espagnol à faire preuve de «décision» et de «courage» à assumer ses responsabilités vis-à-vis du Sahara occidental.  Le collectif pro-sahraoui, dans un communiqué publié sur une réunion de haut niveau hispano-marocaine, tenue samedi à Madrid, a demandé à l'Espagne de s’«impliquer de manière décisive dans la recherche d'une solution politique qui reconnaît les droits légitimes du peuple sahraoui et de ne plus céder au chantage du Maroc et de cesser d'éviter de parler de la décolonisation» du Sahara Occidental.
Il s'agit, selon ce collectif d'associations cité par l'agence de presse sahraouie (SPS),d'«un problème de responsabilité commune qui fera, tant qu'il dure, que les relations entre les deux pays soient basées sur le chantage et la méfiance».
Dans ce sens, CEAS-Sahara a rappelé que le Maroc «ne ménagera aucun effort» pour «traîner» l'Espagne dans un «scénario permanent de violation de la légalité internationale et de violation des droits de l'homme», comme c'est le cas dans le drame de la citoyenne sahraouie Takbar Haddi.
Mme Haddi est en grève de la faim depuis plus de 21 jours devant le consulat du Maroc à Las Palmas pour réclamer la dépouille de son fils, assassiné dans les territoires occupés du Sahara occidental par des colons avec la complicité des autorités marocaines.


lundi 8 juin 2015

Respect des lois: le Maroc encore à la traine en matière de libertés



Respect des lois: le Maroc encore à la traine en matière de libertés

Selon l’ONG World justice project, le gouvernement prive la justice marocaine de son indépendance.

L’organisation américaine World justice project a publié le 3 juin son indice de respect des lois 2015. Le Maroc y occupe la 55e place sur 102 pays. Le royaume figurait au 52e rang en 2014.
Pour établir son étude, l’ONG américaine, qui a effectué un sondage sur 100 000 ménages et a consulté 2 400 experts internationaux, s’est basée sur les critères suivants : la corruption, l’ouverture du gouvernement sur les citoyens et le respect des libertés fondamentales et individuelles.

Peu d’interactivité entre le gouvernement et les citoyens

Le gouvernement semble peu ouvert aux requêtes des citoyens. Classé 60e avec une note de 0.51 (sur 1) derrière la Tunisie (59e), le Maroc, à travers son exécutif, n’offre pas tous les droits légaux et les informations suffisantes pour l’ensemble de la population marocaine. De même, la participation des citoyens dans la vie politique reste en deçà des attentes.

Droits et libertés, points faibles du Maroc

Le royaume peine encore à accorder les droits fondamentaux et les libertés à ses citoyens. Dans ce domaine, le Maroc figure au 86e rang avec une note de 0.46. Pour l’ONG américaine, l’État n’offre pas à tous ces citoyens une justice équitable et ne leur garantit pas une sécurité optimale.
En matière de libertés individuelles, peu de place est réservée à la liberté de conscience ainsi qu’au droit à une vie privée. Au même titre, World justice project estime que le royaume doit faire des efforts en matière de liberté d’expression.

Une avancée en matière de lutte contre la corruption

Comparé à l’année 2014, le Maroc a enregistré une légère avancée en matière de lutte contre la corruption. Alors qu’il était classé 53e en 2014, le Maroc est actuellement 48e avec une note de 0.49. Pour l’ONG,  la corruption est de moins en moins présente dans les différents appareils de l’État. Toutefois, elle note que le phénomène est présent dans les domaines de la sécurité et de la justice.
L’ONG remarque également que le gouvernement exerce une influence sur le pouvoir judiciaire et plus précisément en matière de justice pénale.

Maroc. Au royaume de la torture, l’impunité est reine



Rosa Moussaoui, 20/5/2015


Photo : Paul Schemm /AP
                                                                                       Le rapport d’Amnesty international a aussi été présenté à Rabat, au Maroc, hier. Au cours de la conférence de presse, Abderrazak Jkaou, a témoigné des coups reçus par la police marocaine.
Photo : Paul Schemm /AP
Amnesty International a recueilli les témoignages de 173 victimes de torture et de traitements inhumains et dégradants. Le rapport de l’ONG brise l’image d’un pays respectueux des droits humains que veulent cultiver Mohammed VI et ses soutiens occidentaux, Paris en tête. 
«Ils ont menacé de me violer avec une bouteille – ils ont amené une bouteille devant moi. (…) Ils m’ont fouetté la plante des pieds avec des cordes, tandis que j’étais suspendu dans la position du poulet rôti et ils ont aussi trempé mes pieds dans de l’eau glacée. (…) Alors que j’étais suspendu, ils m’ont mis une serviette dans la bouche et m’ont versé de l’eau dans le nez pour me faire étouffer. Ils ont ensuite versé de l’urine. Puis ils m’ont (…) déshabillé, me laissant en sous-vêtements et m’ont fouetté les cuisses à l’aide de ceintures. » 

La lutte continue des farachas pour la survie: les deux prisonniers ont maintenant libres

Par Souad et Ali Attac Maroc, 4 /6/2015


Le jugement a été prononcé aujourd'hui ce jeudi 4 juin 2015 par le tribunal de Casablanca après deux reports : Deux mois de prison avec sursis +500dh pour AHMED ARMOUCH et KARIM AMRIR  les 2 vendeurs ambulants dits "farachas" de Casablanca.
Leurs camarades étaient présents . Près de 150 personnes qui sont venus devant le tribunal, des jeunes chômeurs et des femmes pour revendiquer le droit au travail et dénoncer la répression. Parmi les slogans:
«je suis faracha(vendeur ambulant), pour ma dignité »,
 « je suis faracha pour survivre, pour ne pas voler ni dealer du hachich »

Rappel :
Ahmed ARMOUCH et Karim AMRIR, deux vendeurs ambulants dits "farachas" sont arrêtés le 16 mai 2015  puis présentés devant le juge le 26 mai 2015  sous inculpation d' " occupation illégale d'espace public et menace à fonctionnaire". Leur procès a été reporté deux fois.
Pour les droits des farachas, la fin de la répression, la proposition d'alternatives telles sont les revendications portées par la coordination nationale  des "farachas". Organisés dans plusieurs villes, ils poursuivent leur lutte pour survivre dans la crise économique et sociale, trouver des alternatives, défendre leur dignité. "Nous sommes tous des Bouazizi" rappellent les farachas du Maroc en mémoire au jeune vendeur ambulant tunisien qui s'était immolé à Sidi Bouzide le 4 janvier 2011.
C'est une première victoire du mouvement des farachas à Casablanca qui se bat pour le droit à la survie dans une ville livrée à la prédation et mafia immobilière, les privatisations et liquidation des secteurs sociaux de base, une gestion urbaine désastreuse, les fermeture d’usines et licenciements massifs des ouvrières et ouvriers . Le mouvement des farachas s'organise et se développe dans plusieurs autres villes : Beni Mellal, Marrakech, Elkssar lkbir, Taza, Bengrir, Beni Mellal...,
.... du nord au sud, confronté au chômage massif, au mépris, aux abus des agents d'autorité, à l’injustice et  la répression,
vidéo tournée en décembre 2011, au début du M20F : qui dénonce une situation qui perdure, ne fait que s’aggraver pour atteindre l’insupportable sans qu’aucune mesure ne soit  prise  par les responsables, élus, gouvernement, décideurs.

G7 – l’insoutenable légèreté d’un prétendu pouvoir



Édition : Eurojournalist(e)

Une poignée de manifestants contre 22000 policiers...
 
Une poignée de manifestants contre 22000 policiers...
Le show d’Angela Merkel a commencé au Château d’Elmau en Bavière. Pour que sept représentants occidentaux puissent passer un week-end de luxe, on dépense 300 millions d’euros. (KL) – Il faut croire que Dieu soit un capitaliste et supporteur d’un monde ordo-libéral. Car avant même l’arrivée des Obama, Cameron & Cie., il a envoyé un orage violent sur le camp des manifestants, les derniers qui trouvent encore l’énergie nécessaire pour lever la voix contre ce show onéreux qui non seulement, apportera aucune nouvelle orientation de la politique occidentale, mais qui ne fait que creuser davantage le clivage entre la politique et les peuples. 300 millions d’euros de dépenses pour un week-end dans le luxe douillet de ce magnifique château – et ce, à un moment où la paupérisation des populations ne fait pas uniquement ravage dans les pays du Sud, mais également partout ailleurs.
Protégés par 22.000 policiers, les représentants politiques des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne, du Japon, du Canada, de l’Italie et de la France n’auront pas le temps de se pencher sérieusement sur les vrais problème du monde – comment peut-on envisager sérieusement une telle rencontre en l’absence de la Russie et de la Chine, sans participation de la plus puissante organisation mondiale qui est celle des pays BRICS ? A croire que les dirigeants occidentaux ferment les yeux devant les réalités de ce monde. Mais à ce moment-là, à quoi bon dépenser une fortune pour ce show PR ?
Ce qui fait peur à ces politiques, ce ne sont pas les inégalités dans le monde qui tuent, mais les quelques manifestants qui s’expriment contre ce cynisme politique. Les 22000 policiers déployés envoient un message clair aux peuples : «Nous pouvons faire tout ce que nous avons envie de faire et si vous n‘êtes pas contents, on a de quoi vous matraquer». Un avertissement destiné à calmer les esprits de ceux qui rêvent déjà du soulèvement des peuples malmenés. Une sorte de déclaration de guerre du monde politique aux citoyens. Comme si cette poignée d’hommes et de femmes politiques avaient vraiment un pouvoir réel.
Incapables de résoudre ne serait-ce qu’un des grands dossiers de notre époque, que ce soit le conflit ukrainien, la politique des réfugiés, la pauvreté dans le monde entier, le climat, les gens qui se retrouvent en Bavière ne sont pas aussi puissants qu’ils ne le pensent. Les vraies décisions politiques ne se prennent plus au niveau politique, mais dans les étages feutrés des grands fonds d’investissement et des groupes multinationaux – les politiques ne sont plus que des marionnettes qui exécutent les désirs d’un libéralisme devenu fou et qui marche sur les intérêts des peuples.
En réalité, le groupe G7 n’a aucune emprise sur la marche des affaires dans le monde. Le sommet en Bavière, par conséquent, est donc un show totalement superflu, une pure démonstration d’un prétendu pouvoir, concerté par une chancelière qui s’est une nouvelle fois agenouillée devant le président américain en lui promettant que personne n’allait parler des scandales d’écoutes à répétition. Cela aurait fait désordre. Mieux vaut sortir la nième déclaration condamnant l’annexion de la Crimée par le grand absent de ce show, Vladimir Poutine.
Heureusement qu’il reste des gens qui n’ont pas encore totalement baissé les bras devant cette mise en scène onéreuse de la politique occidentale. Mais ce week-end constitue une véritable épreuve pour les manifestants. Quelle différence d’images entre le luxe débordant du Château Elmau et le camp des manifestants inondé avec ses tentes et sacs de couchage trempés, encerclé par les forces de l’ordre !
Il ne faut pas s’attendre à un quelconque résultat de ce sommet. Il y aura, bien entendu, une très belle déclaration à la fin de ce sommet qui dégoulinera de bonne volonté de faire tout le nécessaire pour que ce monde devienne un endroit meilleur. On parlera du climat, des maladies rares, des droits des femmes, de la paix – et après, tout le monde rentrera à la maison pour continuer à polluer, à laisser mourir des gens atteints de maladies rares, à discriminer les femmes et à produire et à vendre des armes à tout va. Business as usual. Révoltant.
Crédit photo : Indymedia / de.indymedia.org / Wikimedia Commons / CC-BY-SA 3.0

France : Jeudi 11 juin, l’hôpital public dans la rue !

 Là-bas si j'y suis

FAO: Deux millions de Marocains vivent avec 12 DH par jour

Par Fatima Moho (Twitter) le 5/6/2015
  © Copyright : DR
 
Kiosque360. Près de deux millions de Marocains vivent au-dessous du seuil de pauvreté, avec 12 DH seulement par jour. C’est ce qui ressort d’un récent rapport de la FAO. Le milieu rural demeure le plus touché.
Ce sont les conclusions d’un nouveau rapport dont on se serait bien passé. Selon un récent rapport de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) dont se fait l’écho Akhbar Al Yaoum dans sa livraison de ce vendredi 5 juin, près de deux millions de Marocains vivent sous le seuil de pauvreté avec à peine un peu plus de 12 DH par jour, soit l’équivalent d’un ticket de bus aller-retour à Casablanca! Le journal a bâti ses estimations sur le dernier recensement de la population et de l’habitat de septembre 2014, mené par le HCP. Autre cruelle conclusion qui dit toute l'ampleur des disparités régionales: l’écrasante majorité des Marocains vivant sous le seuil de pauvreté se concentre plutôt en milieu rural où l’on recense pas moins de 13.4 millions d’âmes.

En page intérieure, le journal donne plus de détails sur ce constat inquiétant à plus d’un titre. Akhbar Al Yaoum affirme, entre autres, que le Maroc, selon la FAO, n’a pas atteint ses objectifs en matière de lutte contre la malnutrition qui devait être réduite de 50% à l’horizon 2015. Par contre, d’autres pays arabes ont réussi ce pari, dont le Koweït et le sultanat d’Oman. Petite victoire: le royaume est quand même classé parmi les 15 pays à être venus à bout de la famine.

Au pays des aveugles…
La situation n’est pas aussi dramatique au Maroc que dans d’autres contrées arabes et africaines. Car, si l’ONU fixe le seuil de pauvreté à 1.25 dollar américain par personne, le Maroc échappe à une shortlist où l’on retrouve des pays comme la Mauritanie, le Soudan ou le Yémen, où la pauvreté touche plus de 10% des populations. Et encore, car il existe un grand gap entre milieux rural et urbain. Au Maroc, la pauvreté touche ainsi 14.4% des habitants des campagnes, alors que ce taux atteint 40% au Yémen et plus de 35% en Syrie et en Irak. Bref, le royaume reste certes loin des objectifs qu’il s’est fixés à travers ses politiques publiques et ses engagements internationaux. Mais, si tout le monde ne mange pas de brioche, presque tous peuvent prétendre à un bon «Msemmen», garant de notre sécurité alimentaire, comme dirait le hilarant ministre Mohamed El Ouafa!

Selon la célèbre formule, pour se consoler, "grâce à Dieu, chez les autres c'est pire !"

Un Marocain impliqué dans l’affaire des viols d’enfants en Centrafrique?


Un Marocain impliqué dans l’affaire des viols d’enfants en Centrafrique?

👤 Par AFP, 5/6/2015

La mission de l’ONU en Centrafrique (Minusca) a annoncé jeudi 4 juin l’ouverture d’une enquête sur un nouveau cas d’agression sexuelle présumée sur une enfant, impliquant l’un de ses Casques bleus.

Babacar Gaye, le chef de la Minusca, a ordonné l’ouverture d’une enquête après la divulgation mardi d’informations accusant un militaire de la force de maintien de la paix d’avoir abusé sexuellement d’une enfant. Le pays d’origine du Casque bleu n’a pas été communiqué, mais une source diplomatique a affirmé qu’il s’agissait d’un Marocain.
« Des mesures immédiates ont été prises pour protéger la victime et lui prodiguer des soins appropriés« , a assuré la Minusca dans un communiqué. L’ONU a par ailleurs appelé le pays d’origine du Casque bleu à mener sa propre enquête.
L’ouverture de l’enquête onusienne intervient au lendemain de l’annonce d’une investigation sur la gestion par l’ONU d’une autre affaire d’agressions sexuelles présumées d’enfants en Centrafrique par des militaires étrangers n’étant sous l’autorité des Nations unies.
Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a décidé mercredi de mettre en place une enquête externe indépendante sur la façon dont l’ONU a géré cette affaire, mettant en cause des soldats français et africains entre décembre 2013 et juin 2014.
Lire aussi: Viols d’enfants en Centrafrique: 14 militaires français mis en cause

Répression marocaine au Sahara Occidental

La partie apparente de l'iceberg


Oran (Algérie), 07/06/2015 (SPS).- Tout ce que rapportent les médias et les ONG sur les violations des droits de l'homme par le Maroc au Sahara Occidental “n’est qu’une minuscule portion de la partie apparente de l’Iceberg”, souligne le journaliste Smaïl Daoudi dans un article publié au journal algérien Ouest Tribune.
“Ce que voient et racontent les défenseurs des Droits de l’homme au Maroc n’est qu’une minuscule portion de la partie apparente de l’Iceberg. Le système est bien plus cruel qu’il n’y paraît”, écrit Daoudi. “Il est de notoriété publique au Maroc que les services de renseignements sont tellement bien protégés par le Palais royal que ses éléments peuvent faire ce que bon leur semble, sans être inquiétés”, ajoute-t-il, rappelant que “si les policiers accomplissent au quotidien des actes féroces en présence de personnalités étrangères, qu’auraient-ils fait sans témoins. On n’ose à peine y penser. C’est cela le véritable visage de la colonisation marocaine au Sahara occidental: une brutalité quasi-animale”. 
 Les rapports des ONG l’attestent. Ils devraient ouvrir les yeux à certaines grandes puissances et à quelques «conseillers spéciaux» réputés parmi d’anciens chefs d’États très soucieux de la défense des droits de l’homme partout dans le monde.

Il n’échappe à aucun observateur de la scène maghrébine de constater, lors de sa visite aux territoires occupés du Sahara occidental, la brutalité de la police secrète marocaine. Les rapports faisant état de comportements policiers transgressant les Droits de l’homme, sont quotidien dans les territoires sahraouis occupés par le Maroc. Dans bon nombre de pays, ce genre de manquement à la dignité humaine n’aurait pas eu lieu pour la simple raison que des consignes auraient été données aux membres des services de sécurité.

"Il faut que cela cesse. Les nombreux témoignages collectés par de très nombreux observateurs doivent, un jour, faire l’objet d’une étude sérieuse. Il faut tirer les conclusions qui s’imposent, à savoir que le Maroc est un royaume encore moyenâgeux dans ses relations aux populations sahraouies. Mais de simples ONG sincères sauront-ils faire bouger les choses ? Rien n’est moins sûr. Et pour cause, les intérêts des uns et des autres feront obstacle à l’éclatement de la vérité", conclut l'article.

SPS
12081959