Pages

lundi 5 octobre 2015

Ecartez-vous des grands péchés : La désobéissance de la femme à son mari... en quelle année sommes-nous ?



   
Dominique Tolleb
4 octobre, 10:38
Où sont les féministes ? Où sont les ONG des droits humains de France et de Navarre ? ... Que fait la police ? [Vidéo]
<< Lorsque le mari appelle sa femme dans son lit, et que celle-ci refuse, les anges la maudissent jusqu'au matin. (...) Et qu'elle lui obéit lorsqu'il lui ordonne des choses. Et qu'elle se lève et se précipite vers lui lorsqu'il rentre à la maison. Sache que la satisfaction d’Allah est dans la satisfaction de ton mari. Et que la colère d’Allah est dans la colère de ton mari. La considération de la femme [est] envers son mari, comme les gens ont une considération envers leur roi, ou leur gouverneur ou leur empereur.>> !!!!!!!!!!!!!!!!!!

https://www.youtube.com/watch?v=TlRUoyBw3u0      langue : franco/arabe
Mehdi Kabir- 41- La désobéissance de la femme à son mari
Prêche du Vendredi du frère Mehdi Kabir à la mosquée de Villetaneuse (20/09/2013) poursuivant la série des grands péchés, le sujet de sermon est: La désobéissance de la femme envers son mari.

MINES IMIDER: Top secret !!


La société minière ‪#‎SMI‬ qui exploite le gisement d'argent à ‪#‎IMIDER‬ a adapté une nouvelle technique de dissimulation de ses crimes environnementaux ! 

 Comment ? avant 2012, les passagers de la route nationale ‪#‎N10‬ pouvaient chasser des photos sur les rejets gazeux multi-couleurs sortant des cheminées de l'usine de traitement de l'argent à la mine; mais avec l'explosion des protestations et la médiatisation de ces photos de crimes par les protestataires, la #SMI a changé l'horaire de traitement des produits chimiques vers des heures tardives de la nuit !!
c'est du "cache-cache"avec les témoins !

5 octobre : le MRAX, la Ligue des droits de l’homme et Amnesty international pour Ali Aarrass






5 octobre : le MRAX, la Ligue des droits de l’homme et Amnesty international pour Ali Aarrass

Affaire Ali Aarrass – Conférence de presse de la LDH et du MRAX – 5 octobre 2015

Ali Aarrass, citoyen belge et marocain extradé au Maroc par l’Espagne en 2010, a été torturé par les autorités marocaines en vue de lui extorquer des aveux de complicités terroristes. Condamné à 12 ans de prison en 2012, Ali Aarass a entamé sa sixième grève de la faim le 25 août dernier à la prison de Salé II, au Maroc.
Aujourd’hui, suite à 43 jours de grève de la faim, son état de santé devient de plus en plus préoccupant. Mais les conditions de détention le placent dans une situation de violence psychologique et physique telle qu’il est décidé à continuer sa grève jusqu’à ce que les autorités belges répondent à ses demandes :
-  Que le gouvernement belge réclame et obtienne le rapport ou les conclusions de l’enquête sur les tortures qui lui ont été infligées, incluant un examen médical conforme aux standards internationaux, exigée par la Comité contre la torture de l’ONU au Maroc le 27 mai 2014 ;
-  Que le gouvernement belge fasse pression sur les autorités marocaines qui, après un an, n’ont toujours pas donné suite à la demande du Ministère des Affaires étrangères d’autoriser la visite consulaire de la Belgique auprès de son ressortissant détenu. De ce fait, interdire le consul belge de rendre visite à un Belge est une violation directe du droit international et l’État belge se doit de réagir. Sans réaction, nos autorités ne pourront faire cesser les maltraitantes subies et rétablir le respect des droits élémentaires du détenu ;
-  Que le gouvernement belge exige sa mise en liberté immédiate en conformité avec les recommandations venant du Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire ;
Ali Aarrass n’a toujours pas été définitivement jugé ou condamné et la détention provisoire dépasse aujourd’hui tout délai raisonnable prévu par la loi. Sa mise en liberté immédiate après bientôt 8 ans de détention provisoire est la moindre des choses en attendant la réouverture d’un procès équitable.
Les humiliations, coups, insultes, provocations et autres traitements dégradants, révélés en partie par la vidéo projetée lors de la conférence de presse, ont fait d’Ali Aarrass l’un des symboles d’une campagne internationale contre la torture. Sa binationalité ne peut continuer à servir de prétexte à l’indifférence d’un État qui sélectionne les citoyens de sa population qui méritent son assistance et relèguent les autres dans une zone de non-droit où les injustices sont tues.
Le MRAX et la Ligue des Droits de l’Homme se joignent au Comité de Soutien d’Ali Aarrass, appuient les demandes légitimes et urgentes du détenu et dénoncent le silence complice de la Belgique.


#gallery-1 { margin: auto; } #gallery-1 .gallery-item { float: left; margin-top: 10px; text-align: center; width: 33%; } #gallery-1 img { border: 2px solid #cfcfcf; } #gallery-1 .gallery-caption { margin-left: 0; } /* see gallery_shortcode() in wp-includes/media.php */






http://www.le360.ma/fr/politique/video-ali-aarrass-torture-une-odieuse-tromperie-selon-ladministration-penitentiaire-53347

Rappel Le 8 octobtre : Conférence/débat à Rabat



RAPPEL JEUDI 8 OCTOBRE 

Conférence/débat à Rabat (Maroc) le jeudi 8 octobre 2015 à 17 heures au siège de l’AMDH

ANTIDOTE EDITIONS (WWW.ANTIDOTE.BE), LE COMITÉ FREE ALI AARRASS (WWW.FREEALI.EU), L’ASSOCIATION MAROCAINE DES DROITS HUMAINS (HTTP://WWW.AMDH.ORG.MA/FR) ET SOLIDARITÉ MAROC 05 (HTTP://SOLIDMAR.BLOGSPOT.COM)

VOUS INVITENT

JEUDI 8 OCTOBRE 2015 À 17 HEURES

SIÈGE DE L’AMDH,
IMM6, APP 1, RUE AKENSOUS,  SUR AVENUE HASSAN II,  RABAT.

Conférence/débat 

AUTOUR DU LIVRE

« MARRAINE DES DEUX PLUS ANCIENS PRISONNIERS POLITIQUES AU MAROC » DE MARIE-JO FRESSARD

ET

AUTOUR DE L’AFFAIRE ALI AARRASS

EN GRÈVE DE LA FAIM DEPUIS LE 25 AOÛT À LA PRISON DE SALÉ II

AVEC LA PARTICIPATION DE

MARIE-JO FRESSARD, AUTEURE, ET AHMED CHAHID, ANCIEN PRISONNIER POLITIQUE

LUK VERVAET ET FARIDA AARRASS DU COMITÉ FREE ALI

KHALIL IDRISSI ET LAHCEN DADSI, AVOCATS D’ALI AARRASS


Nous vous attendons nombreux.
Possibilité d'achat du livre : "MARRAINE des deux plus anciens prisonniers politiques marocains "


Ali AARRASS : Le MRAX et la Ligue des Droits de l’Homme organisent une conférence de presse ce lundi 5 octobre






Ali AARRASS : Le MRAX et la Ligue des Droits de l’Homme organisent une conférence de presse ce lundi 5 octobre

Belgique Wallone LDH
mrax logo
Dans le contexte d’urgence lié à la grève de la faim de Monsieur Ali AARRASS, citoyen belge emprisonné et torturé au Maroc depuis 5 ans, la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) et le Mouvement contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Xénophobie (MRAX) organisent une conférence de presse conjointe ce lundi 5 octobre 2015 à 14h30 au siège du MRAX – 37 rue de la Poste à 1210 Saint-Josse-Ten-Noode.
Une vidéo exclusive révèlera les réelles conditions de détention de Monsieur Ali AARRASS et un Communiqué de presse sera diffusé à cette occasion.
La Ligue des Droits de l’Homme
Le Mouvement contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Xénophobie





Les tortures en images du belgo-marocain Ali Aarrass dans une prison au Maroc





RTBF avec Belga
Le MRAX, la Ligue des Droits de l'Homme et Amnesty International ont lancé un nouvel appel, lundi, en faveur de la libération d'Ali Aarrass, un citoyen belgo-marocain extradé en 2010 par l'Espagne vers le Maroc, où il a été condamné en 2012 à douze années de prison. Aarrass, soulignent les trois associations, a été torturé par les autorités marocaines en vue de lui extorquer des aveux de complicités terroristes.
L'homme, âgé de 53 ans, a entamé sa sixième grève de la faim le 25 août dernier à la prison de Salé II, au Maroc, pour dénoncer les sévices et les conditions de détention qui lui sont infligés. Ses jours sont en danger, selon le MRAX et la Ligue des Droits de l'Homme.
Mais les conditions de détention le placent dans une situation de violence psychologique et physique telle qu'il est décidé à continuer sa grève jusqu'à ce que les autorités belges répondent à ses demandes, ont expliqué les deux organisations, lundi, au cours d'une conférence de presse.
Ali Aarrass, qui est représenté par Me Christophe Marchand, avocat belge spécialisé dans les droits de l'homme, a la double nationalité, belge et marocaine. Les autorités marocaines demeurent résolument hermétiques à ses requêtes. Ali Aarrass demande notamment que le gouvernement belge réclame et obtienne le rapport ou les conclusions de l'enquête sur les tortures qui lui ont été infligées, incluant un examen médical, exigée par le Comité contre la torture de l'ONU au Maroc le 27 mai 2014.
Le gouvernement, poursuivent le Mrax, Amnesty et la Ligue des Droits de l'Homme, doit faire pression sur les autorités marocaines qui, après un an, n'ont toujours pas donné suite à la demande du ministère des Affaires étrangères d'autoriser la visite consulaire de la Belgique auprès de son ressortissant détenu.
Le gouvernement belge, enfin, doit exiger la mise en liberté immédiate en conformité avec les recommandations venant du Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire.
Ali Aarrass n'a toujours pas été définitivement jugé ou condamné et la détention provisoire dépasse aujourd'hui tout délai raisonnable prévu par la loi. Sa mise en liberté immédiate après bientôt 8 ans de détention est la moindre des choses en attendant la réouverture d'un procès (en cassation) équitable, lancent les associations qu soutiennent notre compatriote.
Les humiliations, coups, insultes, provocations et autres traitements dégradants, sont révélés en partie par un document vidéo "tourné" en 2012.
Le belgo-marocain Ali Aarrass a été condamné à 12 ans de prison au Maroc à la suite d'accusations portées directement contre lui par Abdelkkader Belliraj, qui faisait du premier un membre de son réseau. Il a été condamné pour avoir introduit des armes au Maroc, armes destinées à des groupes djihadistes actifs notamment en Algérie.
Ali Aarrass nie formellement les accusations portées par Belliraj, également obtenues, semble-t-il, sous la torture.
Belliraj, Belgo-Marocain lui aussi, a été condamné en 2011 au Maroc à la perpétuité pour appartenance à une organisation terroriste et pour six assassinats commis à Bruxelles à la fin des années 80. Ce dossier portait sur six assassinats qualifiés de politiques, mais aussi sur des préventions de terrorisme.
Le profil de l'intéressé apporte des arguments aux défenseurs d'Ali Aarrass, qui font dès lors valoir l'absence de fondement des charges retenues contre celui-ci.

De la xénophobie d'état
Pour Carlos Crespo, président du MRAX, "la Belgique donne des leçons de civilisation à la tribune des Nations-Unies mais est incapable de protéger ses citoyens nationaux. Le désintérêt total manifesté envers le sort d'Ali Aarrass est emblématique d'une certaine xénophobie d'état."
Alexis Deswaef, président de la Ligue des Droits de l'Homme, déplore l'existence de citoyens de seconde zone. "Celui qui possède la double nationalité - même s'il ne l'a pas souhaité comme c'est le cas d'Ali Aarrass - sera toujours un citoyen de seconde zone, ce qui est inacceptable". Enfin, pour Amnesty, Zoé Spiret rappelle qu'Ali Aarrass a été choisi comme emblème pour la campagne de l'association contre la torture et que le Maroc fait partie des cinq pays choisis comme cible de cette campagne.




Dakhla : Plusieurs personnes condamnées ...deux jours après les faits.

Par ASVDH, 1/10/2015
El Aaiun,Sahara Occidental
Des activistes sahraouis ont comparu, le jeudi 01 octobre 2015, devant le tribunal de première instance de la ville de Dakhla. Des accusations à caractère de’ flagrant délit’ leur ont été imputées par le parquet. Le Tribunal a prononcé des peines lourdes pour six d’entre eux et a décidé de reporter le procès pour les mineurs d’entre eux.
Il s’agit des ex-détenus politiques : 
-Abdelaziz Barrai
-Mohamed Lefdhil 
Des activistes :
-Sidi haiba laaroussi (Sannad) 
-Ahmed salem mouloud ahl lehmeidat 
-Yahdheih mohamed salem echelh 
-Mohamed isalmo taleb omar 
Et les mineurs :
-Youssef ikhallihenna
-Ahendi abdeslam
   Pour rappel, ce groupe a été arrêté, après les manifestations pacifiques qu’ont connu les quartiers “ ksaikisat”, “lebbaichat” et “ oum tounsi” à la ville de Dakhla et qui ont duré toute la semaine en commémoration du 1er anniversaire de la mort (en détention) du martyr hassanna El Ouali et le quatrième du décès du martyr maichan Mohamed lamine, agressé à mort lors de sa participation à des manifestations dans la ville.
Nos sources confirment la violente intervention des forces de police marocaine contre les manifestants qui revendiquaient le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui. Le groupe susmentionné a été arrêté à la suite du siège policier formé autour des quartiers. Ils auraient été battus et torturés, selon les mêmes sources, avant d’être embarqués dans les fourgons de police. Les membres de leur famille qui ont organisé, le lendemain, un sit-in pour réclamer leur libération, ont subi une intervention violente de la part des agents de la police. Plusieurs blessés ont été déplorés .
L’ASVDH considère les peines prononcées contres ces activistes comme arbitraire et non appropriés. Le déroulement du procès ne présentait aucune garantie d’équité. Les familles des « accusés » se sont vu interdire d’accès à la salle d’audience. Le tribunal a connu un blocus policier intense. Les « accusés » n’avaient pas eu ni le  droit de se défendre ni celui de prendre un avocat. 
Partant, l’ASVDH considère que ce procès n’est qu’un simulacre de procès et ne présente pas ni les conditions ni les garanties de base d’un procès équitable.
L’ASVDH dénonce ces peines contre les activistes pacifistes sahraouis et demande à l’Etat marocain leur libération inconditionnelle
L’association sahraouie demande également à l’Organisation des Nations Unies d’assumer ses responsabilités vis-à-vis des violations des droits de l’Homme qui sévissent et se perpètrent dans le  territoire, en élargissant le mandat de la MINURSO au rapport et à la surveillance des droits de l’homme au Sahara Occidental.
ASVDH
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

la version officielle...

  Dakhla : Plusieurs personnes condamnées pour agression contre les forces de l'ordre
 
La justice marocaine peut se montrer extrêmement rapide dans certains dossiers. Et pour preuve, 7 des 9 neufs personnes arrêtées le 29 septembre dernier pour l’agression de policiers à Dakhla, ont été condamnés hier par le tribunal de première instance d’Oued Eddahab, à une peine de 6 mois de prison ferme et à 2 000 dirhams d’amende, selon une dépêche de la MAP et un site d'information local. Les 2 autres prévenus, mineurs, ont été acquittés.
Pour rappel, mardi dernier vers 3 heures du matin, une quarantaine de personnes, en majorité des mineurs, se sont soudainement attaqués avec des cocktails molotov, des pierres et des bâtons, à des agents des forces de l’ordre en faction dans les quartiers de Tounsi, Ksiksate et Labchate dans le centre-ville de Dakhla. 9 personnes avaient été arrêtées après que plusieurs éléments des forces de l’ordre ont été victimes de blessures plus ou moins graves.


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Par Khalil Asmar
Un des plus rapides verdicts prononcés contre les Sahraouis! Seulement après deux jours d' incarcération, le juge marocain sous les ordres du ministère de l'intérieur verrouille le dossier par prononcer de jugement miraculeux !! Ce  juge criminel doit cacher l'état misérable dans lequel ces jeunes sahraouis ont été! Ils ont subi une torture hideuse; des dents cassées, des blessures corporelles profondes et un état sanitaire indicible! et les affres de l'occupation marocaine du Sahara Occidental continuent dans l'impunité !!

dimanche 4 octobre 2015

Voilà ce qui se passe à Jérusalem avec le soutien de la LDJ

 la LDJ - toujours pas dissoute en FrancePhoto de Jean-Claude Lefort.

Le PSU serait le mieux armée pour défendre la position du Maroc sur le SO ?!?

Sahara
 Crise Maroc-Suède : Nabila Mounib tente de corriger les erreurs de la diplomatie officielle 
Avant son départ en Suède, la secrétaire générale du PSU s’est entretenue avec l’ambassadrice de ce pays. Mme Mounib essaie de corriger les erreurs de la diplomatie officielle.
 
Nabila Mounib, 
secrétaire générale du PSU / Ph. ALM


Depuis sa désignation à la tête de la délégation des partis de gauche qui se déplacera en Suède, la secrétaire générale du PSU a pris très au sérieux sa mission. Hier elle s’est réunie avec l’ambassadrice de Stockholm à Rabat, Mme Erika Ferrer, qui affronte sa première grande crise depuis sa nomination à ce poste en septembre dernier.
« L’entrevue a abordé la question du Sahara et la tension que connaissent les relations maroco-suédoises dans le sillage du projet de résolution de reconnaissance d’une entité au sud du Maroc », indique un communiqué du PSU parvenu à notre rédaction.

Un tour de chauffe avant son départ en Suède
Mme Mounib a présenté à l’ambassadrice « un exposé sur l’évolution du conflit opposant le Maroc et les séparatistes du Polisario », axé sur « l’Histoire » et « les enjeux des relations internationales et régionales ». Elle a par ailleurs saisi cette occasion pour réitérer la position de son parti à l'égard du différend territorial, privilégiant une « solution politique négociée accordant une autonomie de cette région sous la souveraineté marocaine », ajoute la même source. Ce qui cadre parfaitement avec la proposition du Royaume présentée au Conseil de sécurité en 2007.
Cet entretien avec l’ambassadrice est un tour de chauffe pour la n°1 du PSU. Nabila Mounib devra répéter le même exercice avec les mêmes arguments, du 4 au 7 octobre, à l’occasion des réunions qu’elle tiendra avec ses interlocuteurs suédois. Une visite à laquelle l’autre partie est déjà préparée. La ministre des Affaires étrangères, Mme Margot Wallström, s’est dite prête à entendre la position marocaine sur le dossier du Sahara occidental.
Sur ce dossier, la démarche de Mme Mounib suit les traces de Abderrahman El Youssoufi. L’ancien premier ministre était à l’origine de suspensions ou de retraits de la reconnaissance de la prétendue "RASD" par quelques Etats d’Amérique du sud. La gauche, aujourd'hui plus particulièrement le PSU, est la mieux armée pour défendre la position du Maroc dans des pays gouvernés par les sociaux-démocrates.

Invitation : A l'AMDH de Rabat, conférence/débat : Prisonniers politiques d'hier et d'aujourd'hui
















Conférence/débat à Rabat (Maroc) le jeudi 8 octobre 2015 à 17 heures au siège de l’AMDH

ANTIDOTE EDITIONS (WWW.ANTIDOTE.BE), LE COMITÉ FREE ALI AARRASS (WWW.FREEALI.EU), L’ASSOCIATION MAROCAINE DES DROITS HUMAINS (HTTP://WWW.AMDH.ORG.MA/FR) ET SOLIDARITÉ MAROC 05 (HTTP://SOLIDMAR.BLOGSPOT.COM)

VOUS INVITENT

JEUDI 8 OCTOBRE 2015 À 17 HEURES

SIÈGE DE L’AMDH,
IMM6, APP 1, RUE AKENSOUS,  SUR AVENUE HASSAN II,  RABAT.

Conférence/débat 

AUTOUR DU LIVRE

« MARRAINE DES DEUX PLUS ANCIENS PRISONNIERS POLITIQUES AU MAROC » DE MARIE-JO FRESSARD

ET

AUTOUR DE L’AFFAIRE ALI AARRASS

EN GRÈVE DE LA FAIM DEPUIS LE 25 AOÛT À LA PRISON DE SALÉ II

AVEC LA PARTICIPATION DE

MARIE-JO FRESSARD, AUTEURE, ET AHMED CHAHID, ANCIEN PRISONNIER POLITIQUE

LUK VERVAET ET FARIDA AARRASS DU COMITÉ FREE ALI

KHALIL IDRISSI ET LAHCEN DADSI, AVOCATS D’ALI AARRASS


Nous vous attendons nombreux.
Possibilité d'achat du livre : "MARRAINE des deux plus anciens prisonniers politiques marocains "


FREE ALI AARRASS