Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

jeudi 10 mars 2016

Après Christopher Ross, Rabat s’attaque à Ban Ki-moon

A la une / International

Il l’a accusé de « dérapages » et d’absence «neutralité» dans le dossier sahraoui

©D.R.
Après avoir refusé d’accueillir l’émissaire de l'ONU pour le Sahara occidental, Christopher Ross, auquel il avait également retire retiré sa confiance en 2012, l'accusant de « partialité », le Maroc s’attaque désormais au secrétaire général de l’ONU. 

En effet, Rabat n’a pas apprécié les déclarations de Ban Ki-moon lors de sa dernière visite dans la région pour relancer les pourparlers entre le Royaume du Maroc et le Front Polisario sur le Sahara Occidental. le gouvernement d’Abdelilah Benkirane a accusé, dans un communiqué rapporté mardi par l’agence de presse officielle « MAP », le numéro un des Nations de «dérapages». Le  gouvernement marocain affirme avoir relevé « avec une grande stupéfaction les dérapages verbaux, les faits accomplis et les gestes de complaisance injustifiés » du secrétaire général des Nations unies lors de sa visite dans la région. La même source souligne que « loin d'atteindre l’objectif déclaré du secrétaire général durant sa visite, de relancer les négociations politiques, l'ensemble de ces dérapages risque de les compromettre ». Pour rappel,  Ban Ki-moon avait déclaré durant son séjour à Alger que Rabat et le Front Polisario « n’ont fait aucun progrès réel dans les négociations devant aboutir à une solution juste et acceptable par tous, fondée sur l'autodétermination du peuple du Sahara occidental ». Le SG des Nations Unies avait notamment affirmé que les membres du personnel de la Mission de l’ONU pour le Sahara occidental (Minurso) étaient « prêts à organiser un référendum s’il y a accord entre les parties ». Ban Ki-moon avait également révélé avoir demandé à son envoyé personnel pour le Sahara occidental, le diplomate américain Christopher Ross de reprendre ses tournées dans la région pour tenter de relancer les pourparlers entre Rabat et le Front Polisario. Ces déclarations du secrétaire général de l’ONU n’ont pas été du goût du Maroc, qui écarte toute idée d’indépendance du Sahara Occidental et veut imposer sa proposition d’une large autonomie de ce territoire sous sa propre souveraineté.
Merzak Tigrine  
(Pour Liberte-algerie.com)