Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

dimanche 3 avril 2016

MESSAGE DU PRISONNIER POLITIQUE SAHRAOUI NAAMA ASFARI AU 31e JOUR DE LA GRÈVE DE LA FAIM


Les choses vont bien malgré la dégradation de notre état de santé. Le plus important est que notre lutte est juste. C’est le combat de tout notre peuple, mais aussi celui des peuples d’Espagne avec qui nous avions une relation coloniale dans le passé, mais qui nous soutiennent aujourd’hui malgré la position de leurs différents gouvernements, à qui nous n’accordons aucune confiance. Aujourd’hui les peuples d’Espagne sont avec nous parce qu’ils voient en nous un exemple de résistance contre toutes les formes d’injustice.

Le camp de Gdaim Izik, c’est la résistance de notre peuple, petit par le nombre mais grand comme symbole pour tous les peuples du globe. Après Gdaim izik, d’autres peuples nous ont imités. Mais le problème reste la mondialisation capitaliste et impérialiste qui a créé les dictatures et Daech, et qui a fait du monde un lieu où l’ONU, qui devrait assurer la justice, ne fait rien face à un régime tortionnaire, un régime d’occupation comme le Maroc.

Nous vous remercions beaucoup pour votre soutien. Notre combat est le vôtre. Notre libération n’aura pas de sens si notre peuple reste en exil et sous l’occupation - tout le monde sait qu’il s’agit d’une occupation.

Ban Ki-Moon est le premier responsable de l’ONU, l’organisation de tous les peuples et tous les États du monde.

Aujourd’hui, par la force des choses, nous ne sommes pas des prisonniers politiques mais des civils séquestrés par un régime d’occupation, condamnés par un tribunal militaire.

Mon message d’aujourd’hui, je souhaite que vous le diffusiez dans toute l’Espagne ; que vous fassiez savoir que nous sommes déterminés à continuer notre combat par tous les moyens justes. Aujourd’hui, la grève de la faim est notre arme. C’est l’arme de ceux qui n’ont pas d’arme. Mais elle peut mettre en évidence la faiblesse et l’incohérence de l’occupant marocain.
Merci beaucoup.
Ce message était une réponse à une amie. Il est devenu un remerciement à tous les amis dans toute l’Europe.

Naama ASFARI,
31 mars 2016
Prison de Salé, Rabat
Dans la même cellule n° 3 que Mohamed Mbark Lafkir.