Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

mercredi 6 avril 2016

"Mohammed VI derrière les masques. Le fils de notre ami", en Poche.



Photo de Omar Brouksy.Chers amis, mon livre "Mohammed VI derrière les masques. Le fils de notre ami" (éd. Nouveau Monde, septembre 2014), préfacé par Gilles Perrault, vient d'être édité en format "Poche". Il est distribué par Flammarion et peut être acheté (à huit euros) dans toutes les librairies de France. 

La décision de l'éditer en "Poche" s'explique, notamment, par le fait que le livre a été un succès de librairie et les ventes ont dépassé toutes nos prévisions, moi et mon éditeur. C'est une bonne raison d'être satisfait. Mais il y a une autre source de satisfaction : la confiance et l'intérêt qu'un tel essai ont suscités parmi mes amis mais aussi de la part de dizaines et dizaines de personnes (Marocains et étrangers) que je ne connais pas personnellement. Les messages via Facebook, sur ma boîte e-mail, par poste ou par téléphone ont été ma plus grande récompense. Vos remarques selon lesquelles le livre était "très bien fait, bien écrit, clair et précis", celles qui critiquent certains passages ou certains choix, mais aussi celles qui rectifient quelques erreurs dans le livre, tout cela me comble de fierté et me pousse à vous dire : Merci. Merci pour tout.
 Évidemment, mon livre a été interdit de vente au Maroc, dans mon pays, par le roi Mohammed VI et les zozos qui l'entourent et décident souvent à sa place. Hélas, on ne peut pas tout avoir, me diriez-vous, mais il y aurait eu plusieurs versions PDF circulant sur le net. Je n'ai jamais cherché à les supprimer même si ces versions n'étaient pas définitives. Peu importe. Cela a permis à nombre de mes compatriotes de lire le livre et tordre le cou à la censure que voulait leur imposer M6, le "Roi soleil". La particularité de cette nouvelle édition "Poche" (toujours interdite au Maroc) est évidemment son prix bas, mais elle comporte une postface inédite qui actualise en quelque sorte le livre même si les thématiques déjà traitées restent d'une actualité troublante.
Je tiens enfin à remercier les personnes qui m'ont aidé. A leur tête, Claude Durand, ancien PDG de Fayard décédé il y a près d'un an à Paris. C'est lui qui a lu et corrigé de sa main le manuscrit. Sans ce grand humaniste, le livre n'aurait peut être pas vu le jour. Je lui rends un hommage appuyé et des plus sincère : Merci Claude. Je remercie également Gilles Perrault, mon "maître" et ami, qui a accepté sans hésiter de préfacer le livre après l'avoir lu. Mes remerciements vont également à certains de mes amis proches comme Ignace Dalle et Fouad Abdelmoumni, qui ont lu, dans la discrétion, la première version du bouquin et émis des conseils pertinents. Merci surtout à vous et au... prochain livre. Vive la liberté. OB