Pages

lundi 22 août 2016

Torture : le Centre Primo-Levi répare les survivants

«Quand une personne a perdu un bras, on le voit. Quelqu’un de torturé a l’air d’aller bien.»
«Je préfère qu’on me tire une balle dans la tête plutôt qu’on me dise de ne pas parler. Il y a des médicaments pour les maladies. Quand on est torturé, RACONTER CE QUI S'EST PASSÉ EST LE SEUL MÉDICAMENT»
Zakaria Moumni
Unique en France, cette association parisienne aide les exilés victimes de torture à reconstruire leur vie. Une tâche d’autant plus ardue que les conditions de vie matérielles des migrants se dégradent.
liberation.fr