Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

lundi 17 octobre 2016

Ne pas oublier : 17 octobre 1961, un crime d’État Indigènes TV





  • Ajoutée le 22 oct. 2014
    Le 17 octobre 1961, 300 Algériens étaient massacrés par la police française, des centaines étaient grièvement blessés, 15 000 autres étaient détenus, interrogés et parfois torturés, pendant près d’une semaine dans des stades parisiens. Leur crime : avoir manifesté pour l’indépendance de l’Algérie et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. A ce jour, la lumière n’a toujours pas été faite sur les acteurs institutionnels de ce crime d’État, de même que sur les complicités actives ou passives de celui-ci. 
     Alors que l’on connait la responsabilité du préfet de police Maurice Papon, les responsables politiques français au plus haut niveau, le 1er ministre Michel Debré et même le président de la République Charles de Gaulle, sont curieusement épargnés jusqu’à ce jour. Mais au-delà des responsables directs, comment expliquer le peu de réaction de la classe politique d’opposition, celle qui aurait dû manifester à grands cris sa réprobation et qui par son silence a couvert ce massacre ? A commencer par la SFIO.

    Rencontre autour du film de Jean-Jacques Beryl : « 17 octobre 61, l’ordre français »

    -------------------------------------------------------------------------------
    Lire aussi
     http://www.monde-diplomatique.fr/mav/82/STORA/56309