Pages

dimanche 25 décembre 2016

Au moins 15 Marocains ont été brûlés par le feu cette année pour protester contre le comportement de l'administration de la makhzen

Par Francisco Peregil, Rabat 25/12/2016
Traduit de : Espagnol
 
Chaîne d'immolations au Maroc contre les humiliations du makhzen
Au moins 15 marocains ont mis le feu cette année seulement pour protester contre le traitement de l'administration

Après que le vendeur tunisien Mohamed Bouazizi se soit suicidé en décembre 2010, s'immolant par le feu et déclenchant avec sa mort le printemps arabe, au Maroc, il y a eu plus de 30 cas de personnes qui ont été brûlées immolées. La plupart de ces suicides a enlevé la vie dans un espace public, en signe de protestation devant une prétendue injustice, violation par l'administration. Il n'y a pas de chiffres officiels sur le phénomène, mais le site numérique  Desk a comptabilisé au total 15 personnes au moins qui ont été brûlées "à la bonze" cette année au Maroc.

Au cours des quatre premiers mois de cette année, le Desk énumérait neuf cas de suicides avec le feu, ce qui dépassait en deux les enregistrés en 2011, l'année de printemps arabe. Et depuis avril jusqu'à maintenant ce journal a dit plus de six cas, dont au moins quatre se terminèrent par la mort. Vos données indiquent qu'il y a eu jusqu'à 29 immolation depuis 2011 jusqu'en avril 2016. Et je pensais que le chiffre était très en deçà de la réalité, car il n'étudie pas les faits reflétés dans la presse électronique, où presque jamais ne sont publiées les tragédies qui ont eu lieu dans les endroits les plus isolés.

Le Président de l'association marocaine des droits de l'homme (amdh), Ahmed El Haij, affirme que la plupart d'entre eux se sont suicidés pour protester contre l'humiliation de la hogra, terme que l'arabe dialectal marocain désignant les vexations qu' inflige l'administration vers le citoyen du monde. Les cris contre la hogra se répandirent sur tout le pays en novembre, à la suite de la mort du vendeur de poisson Mouhcine Fikri, qui est mort écrasé dans un camion-poubelle à Al Hoceima quand il essayait d'empêcher la destruction de la  demi-tonne de poissons-épée qui lui avaient été confisqués.

Mais avant cette mort déjà il y a eu un autre cas a été dénoncé. Le 9 avril, un fonctionnaire de Kenitra, à 40 km de Rabat, a confisqué le chariot de petits bonbons pour les enfants à la vendeuse ma Fatiha Fatiha (mère) et lui a arraché aussi le mouchoir de la tête. Les bonbons coûtaient deux centimes d'euro et la valeur de sa marchandise ne dépassait pas les trois euros. Fatiha a pris feu devant le bureau du fonctionnaire qui a pris le charriot  et le foulard. Depuis le bâtiment municipal quelqu'un a filmé de manière impassible l'agonie de la vendeuse qui criait et se tordait dans le sol. Deux jours plus tard, Fatiha mourait dans un hôpital de Casablanca en disant à sa fille : "ils m' ont humiliée". Sa mort a déclenché des manifestations à Kenitra et la révocation d'un fonctionnaire.

Le 3 juin, un imam a été soigné avec des blessures de troisième degré après la brûlure à Sidi Kacem après avoir été viré de son poste par les autorités religieuses. Quelques semaines plus tard, une nouvelle tragédie bouleversait le pays. Khadidja Essouid, une Marocaine de 17 ans, avait été agressée par huit hommes en Nzalet le Adam, un petit village au nord de Marrakech. Elle a été violée et les violeurs ont filmé la scène en vidéo. Elle les a dénoncés, mais pendant le procès, l'un des violeurs l'a menacée de diffuser la vidéo pour qu'elle retire la plainte. Leurs agresseurs sont sortis en liberté conditionnelle et Khadidja a brûlé en pleine rue le 29 juillet. Elle est morte deux jours plus tard. L'autopsie a révélé qu'elle était enceinte.

Le goutte à goutte tragique a continué. Le 4 septembre, deux jeunes ont mis le feu devant le domicile du ministre de la fonction publique, Mohamed Moubdii, Fkih Bensaleh. Le 15 septembre, une femme de 56 ans a succombé à ses blessures, après une semaine à l'hôpital, après avoir brûlé devant le tribunal de première instance de Larache. Le 2 novembre, un homme de 50 ans, père de quatre enfants et sans emploi,  s'est suicidé avec le feu devant la préfecture de Laayoune. Deux jours plus tard, un autre homme a également essayé d'enlever sa vie dans une station-service de la même ville. Le 14 novembre, quelqu'un a mis le feu après un arrêté de 25 ans à Berkane et il est mort deux jours plus tard. Le 29 novembre est décédé un employé
d'environ 60 ans de l'institut spécialisé du cinéma et de l'audiovisuel à Rabat,  qui a été brûlé dans le bâtiment de l'institut pour protester contre son licenciement.
 
Cette liste ne comprend pas le cas du Marocain qui a pris feu le 7 décembre, devant l'ambassade du Maroc à Madrid pour protester contre sa situation en Espagne. D'autres tentatives dont a à peine  la presse en arabe n' a qu'à peine  parlé.

Le politique Mounia Chaïbi-Bennani et la directrice de l'œuvre collective "Résistance et protestations dans les sociétés musulmanes", expliquent que les victimes sont généralement des personnes isolées, sans ressources sociales pour organiser une protestation  ou une manifestation. " cette augmentation de l'immolation peut être influencée par le suicide de Bouazizi, en Tunisie, qui a provoqué le printemps arabe. Mais il ne suffit pas d'une immolation par le feu pour déclencher une révolution. Derrière la mort et ces émeutes il y a toujours beaucoup d'autres éléments ".

Chaïbi-Bennani estime que bien que les manifestations qui ont eu lieu au Maroc à la suite du printemps arabe n'ont pas réussi à changer le régime politique, elles ont réussi à tisser un réseau de protestations qui est latent dans la société et qui peut être effective à tout moment. " C'est ce qu'on a mis en évidence dans les protestations de alhucema, à la suite de la mort du vendeur ambulant de poisson ", ajoute Chaïbi Bennani." Le régime marocain a réussi à affaiblir les partis politiques, mais  n'a pas affaibli les mouvements qui se déplacent en marge de la politique institutionnelle ".

Seulement quand l'injustice est très flagrante, comme dans le cas de la jeune femme violée ou la vendeuse à la qu'on lui a enlevé le poste et le foulard, les gens sortent dans la rue et l'administration prend des mesures. Pendant ce temps, ces suicides continuent, et sont traités  par la presse et de l'administration, comme des événements isolés et non pas comme un problème social.
 
Le Roi a également dénoncé les abus de pouvoir

La Hogra, le sentiment d'impuissance face à des injustices des autorités devient parfois si évidente au Maroc que le roi Mohamed VI a dénoncé dans son discours d'ouverture du Parlement le 14 octobre, la négligence et l'abus d'autorité de certains fonctionnaires qui ne parviennent pas à comprendre quel est leur devoir. Le Roi a fait allusion aux citoyens qui ont recours à lui au milieu de tout acte officiel dans la rue pour lui faire parvenir leurs plaintes ou demandes. En effet, en juin, un Marocain a été condamné à un an de prison pour s'être jeté sur la décapotable en marche du monarque dans un quartier de Rabat.

" Mais, est-ce que les gens me demanderaient d'intervenir si l'administration ne  s'acquitte pas de son devoir ?", demandait le roi dans son discours. "Ils se tournent vers moi parce qu' ils se trouvent face à huis clos ou parce que l' administration agit avec négligence ou même pour se plaindre d' une injustice dont ils ont souffert".

http://internacional.elpais.com/internacional/2016/12/20/actualidad/1482193796_926096.html
Voir l’original

internacional.elpais.com|Par Francisco Peregil