Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

vendredi 16 décembre 2016

Manifestation du Comité Free Ali devant les Affaires étrangères

  • La Capitale
  • Vendredi 16 Décembre 2016

Rédaction en ligne
A l’appel du Comité Free Ali, quelque dizaines de personnes ont déposé au ministère des Affaires étrangères à Bruxelles, mercredi en début d’après-midi, une pétition de 3.178 signatures pour exiger l’application du droit consulaire. Cela fait six ans jour pour jour qu’Ali Aarrass a été extradé au Maroc.
La délégation n’a pas été reçue. Les manifestants reviendront mercredi prochain pour demander à nouveau un entretien.
«J’avais interpellé le ministre en signalant qu’Ali vit des moments difficiles parce qu’il est en isolement depuis déjà deux mois», explique sa soeur Farida Aarrass. «Je crois que les conditions dans lesquelles il se trouve risquent de le détruire psychologiquement. Je le ressens de plus en plus lors de ses coups de fil

Depuis son transfert à la prison de Tiflet, il est seul dans un couloir de cellules vides, selon le Comité Free Ali.
Le président de la Ligue des Droits de l’Homme, Alexis Deswaef, soutient le combat du Comité et estime que «le ministère des Affaires étrangères devrait assurer une assistance humanitaire à Ali Aarrass. La Belgique devrait exiger l’application des décisions des comités des Nations-Unies qui ont ordonné sa libération en attendant un nouveau procès, qui ont établi qu’il avait été torturé et que ses aveux étaient totalement invalides et ne pouvaient pas fonder une condamnation. Nous demandons au ministre des Affaires étrangères le respect du droit international et des obligations de la Belgique, et de ne pas se réfugier derrière la double nationalité».
Ali Aarrass est un Belgo-marocain qui n’a jamais vécu au Maroc. Il a obtenu un non-lieu en Espagne pour son appartenance présumée au réseau Belliraj et le recrutement de combattants pour des camps d’entrainement basés en Algérie. Il a été extradé le 14 décembre 2010 vers le Maroc, où il a été condamné à 12 ans de prison sur la base de ses seuls aveux, obtenus sous la torture selon les Nations-Unies. Il est devenu le prisonnier phare de la campagne d’Amnesty International contre la torture. En février 2014, puis en appel en septembre 2014, la Belgique a été condamnée à requérir de l’État du Maroc de rendre hebdomadairement visite à Ali Aarrass.