Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

vendredi 16 décembre 2016

Mohammed VI, chahuté en Afrique

Mohammed VI, chahuté en Afrique


                                         Au Maroc, la version officielle sur la tournée africaine du roi Mohammed VI est édulcorée dans le but de maintenir le délire créé autour de la question du Sahara Occidental.

La réalité n'a rien à voir avec la propagande du régime qui vise á embellir l'image du roi et à dissimuler l'échec de son périple dans le continent noir. Périple qui fait partie d'un plan minutieusement conçu pour saboter le Sommet Afro-arabe de Malabo, dans le cadre de la tentative marocaine de faire imploser l'Union Africaine.

Dans cette tentative, les dirigents de Rabat étaient certains de pouvoir compter sur leurs alliés traditionels de la Françafrique. A Malabo, leur déception était on ne peut plus grande. Aucun pays africain ne s'est solidarisé avec la délégation marocaine. Même le Sénégal, le pays qui constitue l'avant-garde de l'offensive marocaine en Afrique, a refusé d'emboîter les pas des représentants marocains.


Les dirigents africains ont démontré qu'ils ne sont pas dupes et qu'ils tiennent à la cohésion dans leurs rangs. C'est ce qui explique peut-être le fait que le roi du Maroc a été chahuté dans presque toutes ses escales en Afrique.

A Libreville, il a été accueilli par le journal Echos du Nord avec un éditorial sous le titre "Mohammed VI, le Gabon n'est pas une province du Maroc". A cause de cette publication, le souverain marocain a été contraint de raccourcir son séjour au Gabon alors qu'il avait l'intention de passer quelques jours avec son ami intime Ali Bongo.

L'accueil de la presse sénégalaise n'était pas plus chaleureux. Elle a profité de la visite de Mohammed VI pour rappeler que le Maroc est le seul bénéficiaire du partenariat entre les deux pays et que Rabat se trouve derrière la faillite d'Air Sénégal. Au pays de la Teranga, tout le monde sait que si le Maroc a carte blanche au Sénégal c'est grâce au nombreux "cadeaux" qu'il offrait aux autorités de ce pays où la corruption règne en maître.

Au Kenya, l'avion royal a atterri au milieu de la nuit et n'a eu droit à aucun accueil officiel de la part des autorités de Nairobi. 

En Ethiopie, sa visite est passé presque inaperçue.

Mais les cauchemars africains du roi du Maroc ne s'arrêtent pas là. A Antananarivo aussi, il a été chahuté par la presse malgache. Selon celle-ci, la véritable raison de sa présence à Madagscar est la participation au XVI Sommet de la Francophonie et non pas visiter la Grande Ile. Mohammed VI a été obligé de répondre à ce commentaire. Un communiqué de sa délégation a précisé que "il existe un certain amalgame au niveau de la presse entre la visite royale et le Sommet de la Francophonie". 

"En vérité, il s’agit d’une visite strictement bilatérale et qui a été décidée de longue date», signale le communiqué. 

C'est dire que la tournée du roi du Maroc en Afrique a été un véritable fiasco et qu'il a été malmené dans des pays qu'il considérait comme acquis à sa "cause" et sur lesquels il comptait pour faire exploser l'organisation panafricaine.

Maintenant, dans le but de justifier le flagrant échec de son roi, la presse marocaine s'en prend à la présidente la Commission Africaine, Dlamini Zuma. Après les responsables onusiens, Ban Ki-moon et Christopher Ross, c'est au tour de la diplomate sudrafricaine de devenir le bouc émissaire des mésaventures royales marocaines en Afrique.

Related Posts