Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

vendredi 30 décembre 2016

Un rapport de 2016 de l’Union européenne accuse le Maroc d’être le fournisseur number «one» en drogues illicites.

Banditisme, corruption, terrorisme.

Maroc : fournisseur number «one» en drogues illicites. 

Un marché de 24 milliards d’euros par an.

Publié le 20 mai 2016 -Auteur: La rédaction | Actualités
Les marchés des drogues illicites constituent l’une des «principales menaces» pour la sécurité de l’Union européenne (UE), selon un rapport 2016 sur les marchés des drogues dans l’Union, notant que le Maroc est le principal pourvoyeur de l’Europe en résine de cannabis.
«Il ne fait aucun doute que les marchés des drogues illicites sont l’une des principales menaces pour la sûreté de l’UE», souligne ce rapport, une publication conjointe de l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (EMCDDA) et de l’office européen de police (Europol).

Les ressortissants européens dépensent chaque année plus de 24 milliards d’euros (entre 21 et 31 milliards) en drogues illicites, révèle ce rapport qui met l’accent sur l’impact négatif des marchés des drogues sur la société, mais surtout sur la connexion entre les marchés des drogues et les autres formes de criminalité, particulièrement le terrorisme.


Les drogues illicites constituent « un marché très lucratif », soutiennent les rédacteurs de ce rapport qui avancent même que ce marché représenterait environ un cinquième des produits de la criminalité dans le monde.
«D’après les estimations, elles génèrent en Europe entre 0,1% et 0,6% du PIB des huit Etats membres pour lesquels des données sont publiées», est-il souligné dans ce document.
Selon ce rapport, publié par l’office des publications de l’UE, le cannabis est la drogue la plus consommée en Europe (38% du marché) et le marché de l’héroïne (28%) est le deuxième plus gros marché de drogues illicites dans l’UE, tandis que la cocaïne (24%) est le stimulant illicite le plus consommé dans cette région du monde.
«Nous estimons qu’il (le cannabis) représente environ 38% du marché de détail des drogues illicites, pour un montant supérieur à 9,3 milliards d’euros par an (entre 8,4 et 12,9 milliards d’euros), alors que celui de l’héroïne représente 6,8 milliards d’euros par an (entre 6 et 7,8 milliards), contre  5,7 milliards d’euros par an (entre 4,5 et 7 milliards d’euros) pour celui de la cocaïne», précise le document.

Les estimations publiées dans ce rapport montrent que  plus de 80 millions d’adultes ont déjà consommé du cannabis, dont plus de 22 millions au cours de l’année écoulée, et environ 1% des adultes européens en consomment presque tous les jours, ce qui en fait de loin la drogue illicite la plus consommée dans l’UE.

Le Maroc, principal pourvoyeur de l’Europe en résine de cannabis

Les Groupes Criminels organisés marocains, qui exploitent les liens avec les communautés marocaines établies en Europe et travaillent en partenariat avec les groupes européens, jouent de longue date un rôle dans l’importation de grandes quantités de résine de cannabis, souligne le rapport.
En termes d’évolutions du marché, l’Espagne, qui est traditionnellement le principal point d’entrée de la résine produite au Maroc, a récemment fait état d’un nombre croissant de saisies d’herbe, indique le rapport qui suggère une croissance de la production intérieure locale.
Selon ce document, la résine de cannabis à très forte teneur en provenance du Maroc augmente et cette drogue pourrait être trafiquée vers l’UE en même temps que d’autres produits illicites et des êtres humains, une tendance potentiellement exacerbée par l’instabilité dans des pays d'Afrique du Nord et au Moyen-Orient.
«Il semble que de nombreux consommateurs de cannabis assimilent la teneur à la qualité, ce qui crée une demande et une surenchère pour les produits à forte teneur. La concurrence sur le marché est suffisamment vive pour que ce phénomène représente une incitation pour les producteurs marocains de résine, qui ont introduit de nouvelles variétés hybrides de la plante à haut rendement et à forte teneur», préviennent les rédacteurs du rapport.

Connexions entre le trafic de drogues et le terrorisme

De récents rapports « particulièrement préoccupants » établissent un lien entre le trafic de cocaïne et le financement de groupes terroristes actifs dans le conflit en Syrie et dans les pays voisins, relève le rapport.
Selon ce document, «il existe des éléments probants» de certains liens entre des Groupes criminels organisés impliqués dans le trafic de drogue et des organisations terroristes. «Il en ressort qu’en général, ces liens ont un caractère principalement fonctionnel, les organisations terroristes utilisant le commerce de drogue pour financer leurs activités», est-il expliqué.
Citant les menaces potentielles susceptibles de découler à l’avenir de connexions entre le marché des drogues et le terrorisme, le rapport met l’accent sur les fonds issus de la production d’opiacés en Afghanistan et dans les pays voisins, ainsi que de la production et du trafic de drogues en Afrique et au Moyen-Orient.