Pages

samedi 14 mai 2016

Rapport du Défenseur des droits : “On parle à des étrangers avant de parler à des êtres humains”

Des droits que possèdent toute personne humaine ne sont pas respectés : éloignement des famille, placement en centre de rétention de gens qui n’ont rien à y faire (familles, mineurs, personnes malades…).
La présidente de la Cimade, Geneviève Jacques, revient sur le rapport “Les droits fondamentaux des étrangers en France” qui étrille l’administration et la société sur les pratiques discriminatoires réservées aux non-Français.
Le rapport rendu par le Défenseur des droits Jacques Toubon sur les droits des étrangers en France est loin d’être tendre avec l’administration publique, les préfectures et l’Etat. Il pointe aussi du doigt des préjugés tenaces. Avec, en filigrane des 305 pages qui composent le document, l’application, de facto, d’une sorte de préférence nationale concernant l’accès aux droits fondamentaux. « L’idée de traiter différemment les personnes n’ayant pas la nationalité française, de leur accorder moins de droits qu’aux nationaux est si usuelle et convenue qu’elle laisserait croire que la question de la légitimité d’une telle distinction est dépourvue de toute utilité et de tout intérêt », explique Jacques Toubon en introduction.

Terrorisme : le Rif, bouc émissaire du Makhzen


L'origine des auteurs des attentats contre la France et la Belgique n'est pas quelque chose d'inédit. Les crimes les plus sanglants que l'Europe a connu dans les dernières décennies ont été commis par des marocains. C'était le cas pour le 11-M en 2004, l'assassinat du célèbre peintre hollandais Theo Van Gogh. En raison de cela, l'hebdomadaire Maroc Hebdo s'est demandé si le Maroc n'était pas un pays exportateur de terroristes. 
Durant des années, la France, en vue de pouser l'Union Européenne à octroyer des privilèges au Maroc sous le cachet du Statut Avancé, a présenté le royaume alaouite comme "une exception" en matière d'immunité contre le djihadisme terroriste qui a fait son apparition partout dans le monde arabe.

Sahara occidental Le soutien du Parti de gauche suédois

le 10/5/16 

Ue Parti de gauche suédois a demandé au gouvernement  de son pays de reconnaître la République  sahraouie,  pour contribuer à trouver une solution pacifique au conflit du Sahara occidental,a rapporté hier l’APS citant l’agence sahraouie SPS. 

«La reconnaissance » officielle de la République sahraouie par « le gouvernement suédois  est la meilleure contribution que peut apporter son pays pour trouver une solution  pacifique au conflit au Sahara occidental », occupé par le Maroc depuis 40 ans,  et «une initiative qui pourrait encourager d’autres pays à prendre la même décision », a souligné le Parti suédois dans un communiqué.

14 mai : un petit rappel pour la soirée artistique et de solidarité des femmes avec Wafa


Le 14 mai 2016 à 15 h à la maison des femmes de femmes de Paris.
Adresse : 163 rue de Charenton 75012 Paris métro Reuilly -Diderot

Dîner solidaire à 10 EUROS dont les recettes vont à Wafa, Théâtre, prise de paroles, musique, danse.
inscription recommandée: Association Ailes femmes du Maroc : ailesfm@gmail.com

Commenter

vendredi 13 mai 2016

Ramadan : Sion Assidon appelle les Marocains à boycotter les dattes israéliennes


  •  
Politique Mohammed Jaabouk 10/5/2016 à 11h40


A quelques semaines du début de Ramadan, Sion Assidon appelle les Marocains à boycotter les dattes en provenance d’Israël. Dans le viseur du représentant local de la BDS, les marques « Medjoul ». Il affirme qu’elles sont écoulées sur le marché marocain sous de fausses origines.

Résultat de recherche d'images pour "dattes d'Israël"L’appel de cet activiste anti-normalisation avec Israël est un marronnier qui se répète chaque année à l’approche du mois sacré. Des figures des mouvements islamistes devraient prendre, dans les prochains jours, le relai pour lancer des messages similaires à destination des consommateurs.
Mais ces appels n’empêchent pas pour autant l’entrée de quantités importantes de dattes israéliens au Maroc, et ce au vu et au su des autorités et du gouvernement.  

Journaliste Yabiladi.com

Politique Publié Le 10/05/2016 à 11h40

Ramadan : Sion Assidon appelle les Marocains à boycotter les dattes israéliennes

A quelques semaines du début de Ramadan, Sion Assidon appelle les Marocains à boycotter les dattes en provenance d’Israël. Dans le viseur du représentant local de la BDS, les marques « Medjoul ». Il affirme qu’elles sont écoulées sur le marché marocain sous de fausses origines.
L’appel de cet activiste anti-normalisation avec Israël est un marronnier qui se répète chaque année à l’approche du mois sacré. Des figures des mouvements islamistes devraient prendre, dans les prochains jours, le relai pour lancer des messages similaires à destination des consommateurs.
Mais ces appels n’empêchent pas pour autant l’entrée de quantités importantes de dattes israéliens au Maroc, et ce au vu et au su des autorités et du gouvernement.  


...Suite : http://www.yabiladi.com/articles/details/44454/ramadan-sion-assidon-appelle-marocains.html?utm_campaign=social&utm_source=twitterfeed&utm_medium=facebook
Politique Publié Le 10/05/2016 à 11h40

Ramadan : Sion Assidon appelle les Marocains à boycotter les dattes israéliennes

A quelques semaines du début de Ramadan, Sion Assidon appelle les Marocains à boycotter les dattes en provenance d’Israël. Dans le viseur du représentant local de la BDS, les marques « Medjoul ». Il affirme qu’elles sont écoulées sur le marché marocain sous de fausses origines.
L’appel de cet activiste anti-normalisation avec Israël est un marronnier qui se répète chaque année à l’approche du mois sacré. Des figures des mouvements islamistes devraient prendre, dans les prochains jours, le relai pour lancer des messages similaires à destination des consommateurs.
Mais ces appels n’empêchent pas pour autant l’entrée de quantités importantes de dattes israéliens au Maroc, et ce au vu et au su des autorités et du gouvernement.  


...Suite : http://www.yabiladi.com/articles/details/44454/ramadan-sion-assidon-appelle-marocains.html?utm_campaign=social&utm_source=twitterfeed&utm_medium=facebook
Politique Publié Le 10/05/2016 à 11h40

Ramadan : Sion Assidon appelle les Marocains à boycotter les dattes israéliennes

A quelques semaines du début de Ramadan, Sion Assidon appelle les Marocains à boycotter les dattes en provenance d’Israël. Dans le viseur du représentant local de la BDS, les marques « Medjoul ». Il affirme qu’elles sont écoulées sur le marché marocain sous de fausses origines.
L’appel de cet activiste anti-normalisation avec Israël est un marronnier qui se répète chaque année à l’approche du mois sacré. Des figures des mouvements islamistes devraient prendre, dans les prochains jours, le relai pour lancer des messages similaires à destination des consommateurs.
Mais ces appels n’empêchent pas pour autant l’entrée de quantités importantes de dattes israéliens au Maroc, et ce au vu et au su des autorités et du gouvernement.  


...Suite : http://www.yabiladi.com/articles/details/44454/ramadan-sion-assidon-appelle-marocains.html?utm_campaign=social&utm_source=twitterfeed&utm_medium=facebook

Le système carcéral norvégien / Norway's Prison System.

Mohamed Oufkir 10/5/2016

Le système carcéral norvégien ! Je vous préviens, c'est vraiment un autre monde !
Ça mérite vraiment le coup d’œil ! (activez les sous-titres en bas à droite sur la vidéo s'ils ne s'affichent pas automatiquement.)
La plupart des sociétés ne sont pas encore prêtes à accepter que des détenus puissent être traités de cette façon (ça donne presque envie d'aller en prison). Pourtant la Norvège a l'un des plus bas taux de récidive du monde, 20% des détenus libérés retournent en prison dans les 5 ans contre 80% aux USA par exemple.
Ces images proviennent du dernier documentaire de Michael Moore "Where to Invade Next".

Attention, certaines images filmées dans des prisons aux Etats-Unis peuvent choquer.

https://www.facebook.com/foirestauree/videos/vb.1615675608696999/1698345370430022/?type=2&theater

Sahara occidental: un nouvel avis de la Cour internationale de justice est nécessaire



BRUXELLES -10/5/2016

 La population sahraouie pourrait saisir l’Assemblée générale de l'ONU pour demander un nouvel avis consultatif de la Cour internationale de justice de La Haye sur les conséquences de la non application des conclusions auxquelles la Cour était parvenue en 1975 afin d’imposer l’exercice du droit à l’autodétermination des Sahraouis, a plaidé mardi l’expert belge en droit internationale, Eric David.
"Tout ce que les Sahraouis pourraient éventuellement faire, c’est essayer d’obtenir de l’Assemblée générale des Nations unies qu’elle demande un nouvel avis consultatif sur les conséquences de la persistance par le Maroc de ce refus d’appliquer les conclusions auxquelles la cour était parvenue en 1975", a-t-il déclaré à l’APS en marge de la semaine d'hommage aux prisonniers politiques sahraouis, organisée depuis lundi à Bruxelles.

Incompréhensible et indéfendable ! L'affaire des deux journalistes


Journalistes soupçonnés de chantage : une aubaine pour le régime marocain

LE MONDE | Par
Dans une édition du quotidien Al-Massae.

Du pain bénit pour le Palais royal. L’affaire impliquant les deux journalistes français Eric Laurent et Catherine Graciet, accusés d’avoir voulu faire chanter le roi du Maroc, est une aubaine pour un pouvoir marocain qui ne goûte guère les critiques sur sa gestion. Au-delà du fait divers, l’affaire jette un voile de suspicion sur ceux, journalistes notamment, qui enquêtent de façon indépendante sur le régime. Désormais, le Palais royal aura beau jeu de discréditer les critiques venues de l’étranger.

Les éléments aujourd’hui connus sont accablants pour les deux journalistes. Aucun doute que des rencontres ont bien eu lieu, qu’un accord financier a été scellé entre l’émissaire du Palais, l’avocat Hicham Naciri, et les deux journalistes, et que la contrepartie était la non-publication d’un ouvrage critique sur le makhzen. L’enquête et l’affrontement des avocats porteront sur l’origine de la transaction : qui le premier a été à l’initiative du deal financier ? Les deux journalistes dénoncent un piège tendu par le Palais qui, lui, affirme n’avoir fait que répondre à la demande des accusés. 

Pas en mon nom : des survivants de la Shoah condamnent le massacre des Palestiniens à Gaza


8 mai 1945. Massacres coloniaux français en Algérie (vidéo)

8 MAI 1945 : son armée détruite par l’Armée Rouge, l’Allemagne capitule !

Soyez tranquilles, il n’y a aucun lien entre les portables et le cancer du cerveau



Le Régiment immortel fait le tour du monde


Pas en mon nom : des survivants de la Shoah condamnent le massacre des Palestiniens à Gaza

Je suis fière de me joindre à plus de 250 survivants et descendants de survivants de la Shoah pour condamner « le massacre des Palestiniens à Gaza » et « le génocide en cours contre le peuple  ». Notre déclaration de solidarité appelle à « une cessation immédiate du siège et du blocus contre Gaza » et à un «  économique, culturel et académique total à l’encontre d’ ».
Nous pensons que « plus jamais », la leçon maintes fois répétée issue de l’ d’Hitler, « doit signifier plus jamais pour qui que ce soit! » – surtout les Palestiniens.

Nous protestons également contre la publicité en pleine page dans le New York Times et ailleurs du Sioniste Elie Wiesel qui maintient que les Palestiniens sont responsables des morts des centaines d’enfants palestiniens de Gaza tués par des bombes israéliennes. « Rien ne peut justifier de bombarder des refuges de l’ONU, des maisons, des hôpitaux et des universités, » disons-nous. Wiesel, un lauréat du prix Nobel et survivant de la Shoah, accuse le groupe de résistance palestinienne Hamas d’avoir prétendûment rejoint un « culte morbide » de « sacrifice d’enfants » parce que le Hamas a tiré des roquettes vers Israël. En , c’est Israël qui a délibérément bombardé des zones résidentielles densément peuplées, affirme Raji Sourani, directeur du Centre Palestinien pour les Droits de l’Homme. Parmi les cibles israéliennes se trouvait une école de l’ONU à Rafah qui servait de refuge – une attaque que même le State Department US a qualifiée comme « horrible » et « honteuse ».
La ‘Doctrine de Gaza’
Sourani parle des actions d’Israël comme de la « Doctrine de Gaza » – une « politique de punition collective » dans laquelle « la force disproportionnée est utilisée pour provoquer la terreur chez la population civile afin d’exercer une pression politique » sur leur gouvernement. « Bombarder les résidences densément peuplées de Gaza est un  », dit-il.
Une telle punition collective était la réponse standard des aux actes de résistance à leur règne génocidaire durant la Seconde Guerre Mondiale. Quand des résistants tchèques ont assassiné Reinhard Heydrich, l’un des principaux architectes de la Shoah juive, les ont massacré plus de 1300 personnes en représailles.
Les Nazis se sont livrés à de tels actes en France où je vivais alors, enfant. En juin 1944, le village d’Oradour-sur-Glane, à quelques 150 kilomètres du lieu où j’étais cachée à l’époque, fut attaqué par un détachement de Waffen-SS allemands sur les bases de fausses informations selon quoi un officier allemand y était retenu captif. En l’espace de quelques heures, 600 civils furent tués.
Les combattants juifs étaient une force en pointe de la résistance armée en France, comme ils l’ont été dans d’autres pays à travers l’Europe. Et même quand les Juifs étaient isolés dans des ghettos et dans des camps de concentration, ils ont malgré tout trouvé des moyens de combattre.
Dans la fameuse révolte du Ghetto de Varsovie en 1943, seulement 750 combattants, munis d’armes primitives introduites avec de la nourriture le long de tunnels creusés à la main, ont tenu pendant un mois, avant que les Nazis lourdement armés n’anéantissent la résistance, bombardant et rasant le ghetto jusqu’au sol.
Il y a eu des représailles nazies à travers l’Europe. Ils ont tué 205 enfants à Oradour – mais personne n’a jamais accusé les résistants héroïques d’être un « culte morbide de sacrifices d’enfants ».
La solidarité face à la plus grande adversité
À l’époque de ces événements, j’ai été marquée à vie par les Nazis. Mon histoire est un exemple de l’établissement de la solidarité face à la plus grande adversité.
En 1942, la police française a commencé à rassembler les résidents juifs par dizaines de milliers – hommes, femmes et enfants – et à les livrer aux Nazis pour être tués à , le camp de la mort en Pologne. Parmi les victimes s’est trouvée ma mère, qui est morte à en 1943. L’objectif des Nazis était de rassembler, déporter et tuer tous les Juifs de France – comme se faisait à travers l’Europe. Mais au sein de cet abominable massacre, une vague de dégoût est montée en France contre les attaques sur les Juifs. Par le biais des efforts d’organisations sociales comme d’initiatives individuelles, des milliers de Juifs ont été cachés. En tout, les trois-quarts des Juifs français ont échappé à la Shoah.
Le premier grand raid de 1942 a pris les organisations juives de France par surprise. Ce n’est qu’alors que la population juive a réalisé que ses enfants devaient être cachés. Ils ont embrassé le slogan, « Sauvez les enfants en les dispersant ». Des recherches ont été initiées pour trouver des havres sûrs, des faux papiers ont été fabriqués, et le transport a été organisé dans une atmosphère d’urgence et de désespoir. Plus de 10000 enfants juifs ont été soustraits à leurs familles et cachés. J’étais parmi eux. En 1943, quand j’avais 2 ans, une organisation de la Résistance m’a prise en charge et placée dans une famille de paysans en Auvergne, une région agricole du centre-sud de la France.
Récemment, je suis retournée en Auvergne avec mon compagnon, John Riddell, pour apprendre comment j’avais été sauvée. J’ai parlé à des personnes en Auvergne qui se souvenaient de ces années. Les enfants juifs étaient placés discrètement, loin des villes et parfois dans des hameaux reculés. Pourtant ils vivaient ouvertement, allant à l’école et à l’église.
Pourquoi n’ont-ils pas été trahis par la police? Les villageois les ont protégés, mettant ainsi leurs propres vies et celles de leurs familles en danger. Malgré ces dangers, les paysans ont recueilli les enfants avec amour au sein de leurs communautés tissées de liens solides.
Les enfants ont été sauvés, dans la plupart des cas, par les actes non pas de héros individuels mais de communautés entières, qui les ont cachés non pas dans des caves mais en plein jour. Ils ont été sauvés par une résistance qui embrassait non seulement les combattants du maquis, mais ceux qui mettaient en place des réseaux civils pour défier des décrets anti-juifs, et, d’une autre manière, par ceux qui ont détourné le regard, qui n’ont pas posé de questions, et qui – même si hostiles à la présence de Juifs – ne les ont pas trahis.
La Résistance accueillait les Français et les immigrés; les Chrétiens, les Juifs et les Musulmans; et les réfugiés d’Espagne, d’Italie et des territoires occupés par les . C’était une solidarité issue de l’expérience sociale commune de fermiers, de travailleurs et de ceux qu’ils influençaient.
Cessez le blocus de Gaza
La situation à Gaza n’est pas comme celle qu’ont connue les Juifs d’Europe sous Hitler. Le gouvernement israélien a converti le territoire en plus grand camp de concentration au monde, aux issues scellées et soumis à un bombardement régulier et meurtrier. Pour le peuple de Gaza, il n’y a pas d’endroit où mettre leurs enfants à l’abri; pas de campagne accueillante où ils pourraient trouver refuge.
Pas étonnant qu’à Gaza, selon les termes de Raji Sourani, « un cessez-le-feu ne suffit pas. Nous réclamons la justice. Nous réclamons d’être traités comme des êtres humains. Nous réclamons la fin de la fermeture de la bande de Gaza. »
Et dans les termes de l’auteur et journaliste londonien Tariq Ali, nos politiciens « doivent comprendre qu’il n’y a pas d’équivalence entre la résistance palestinienne et l’ israélienne. Quand un pays est occupé, une résistance émerge. Si vous voulez qu’il n’y ait plus de tirs de roquettes, plus de tunnels qui soient creusés, sortez de Gaza. »
Mais le peuple de Gaza n’est pas tout seul. Pour citer Barnaby Raine, organisateur étudiant d’un Bloc Juif contre le Sionisme s’adressant à un rassemblement de solidarité à Londres le 9 août, « Des gens de toutes origines, de tous horizons, tout autour du monde, nous nous rassemblons et disons par nos milliers, « Nous sommes tous des Palestiniens. »
Aujourd’hui, les peuples du monde s’expriment sans équivoque dans leur dénonciation de l’apartheid et du massacre israélien. Ils expriment ceci lors de géantes répétées arborant des pancartes et des banderoles appelant à: Cessez le massacre à Gaza, levez le siège de Gaza, liberté pour la Palestine.
Le rassemblement "Tous Dehors Pour Gaza" à Toronto, le 10 août 2014
Le rassemblement « Tous Dehors Pour Gaza » à Toronto, le 10 août 2014
Plusieurs gouvernements – Bolivie, Brésil, Chili, Cuba, Salvador, Nicaragua, Pérou et Venezuela – ont pris des mesures contre l’assaut israélien, comprenant un boycott et des sanctions.
Aujourd’hui, notre dignité humaine est mise au défi par la cruauté d’Israël envers les Palestiniens. Les Palestiniens appellent à un mouvement mondial de solidarité. Nous devons prendre la parole pour leur droit à défendre leurs vies et leur patrie. Nous soutenons leur appel à susciter une pression économique sur Israël avec une campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS).
Les doléances de cette campagne sont: Pour le droit des Palestiniens à rentrer dans leur patrie, l’égalité des droits pour les Palestiniens en Israël et la fin de l’occupation israélienne. Aujourd’hui la campagne de boycott engrange un soutien croissant sur plusieurs continents.
Redoublons nos efforts pour le boycott, le désinvestissement et les sanctions contre l’apartheid israélien.
Libérez Gaza! La Palestine sera libre!
Suzanne Weiss est une survivante de la Shoah basée à Toronto, au Canada. Elle est membre de la Coalition Contre l’Apartheid Israélien (CAIA) et Pas En Notre Nom: Des Voix Juives Opposées Au Sionisme.

L’UNIVERSITÉ DE BRUXELLES (ULB) S’OUVRE PENDANT UNE SEMAINE À LA CAUSE SAHRAOUIE Gdeim Izik, le campement au campus


Gdeim Izik, le campement au campus




De notre bureau de Bruxelles, Aziouz Mokhtari

L’Université libre de Bruxelles (ULB) abrite, depuis lundi, une série d’activités sur le Sahara occidental.

Autour de l’exposition du photographe français Anthony Jean «Gdeim Izik, le campement de la dignité», des manifestations, des prises de parole et des actes de soutien au peuple sahraoui sont prévus à cet effet.

Pierre Galand, ex-sénateur, président du Comité européen de solidarité avec les populations de Saguia El Hamra et Oued Eddahab (Eucoco) a été l’un des premiers à intervenir pour relever : «Toutes les résolutions de l’ONU, l’ensemble des actes et décisions du droit international vont dans le même sens, celui de permettre au peuple sahraoui de jouir, pleinement, de son droit à l’autodétermination.»
 
 Lui succédant à la tribune, Eric David, éminent juriste récemment expulsé de Rabat parce que soutenant les prisonniers politiques sahraouis, n’a pas été tendre avec le palais royal et le Makhzen dans leur aveuglement à ne pas voir «la réalité en face», «le Sahara occidental n’est pas, n’a jamais été et ne sera jamais marocain». Le comportement des autorités marocaines envers les Sahraouis constitue, à lui seul, la preuve irréfutable que le Maroc est une puissance coloniale à laquelle, d’ailleurs, pas même le statut de puissance administrante n’est pas attribué par l’ONU, ce dernier étant dévolu à l’Espagne qui, rappelons-le, quitta, dans la honte son ex-colonie pour permettre aux armées de Hassan II de remplacer un colonialisme par un autre.