Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

samedi 12 novembre 2016

Le Maroc intensifie sa politique de colonisation au Sahara Occidental


Publié le 9 novembre 2016 par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Après le cinglant désaveu des Accords de Libre Échange sur les produits agricoles et halieutiques entre le Maroc et l’UE, jugés illégaux en décembre 2015 par la Cour de Justice de l’UE puisque s’appliquant aux territoires du S O, et dans l’attente d’un résultat en sa faveur du pourvoi du Conseil Européen, Mohamed VI décuple son entreprise d’annexion. 

Après avoir violé à plusieurs reprises le cessez-le-feu du 6 septembre 1991, au mépris des injonctions de l’ONU, par des opérations militaires en août 2016 dans la zone tampon de Gargarat, frontalière avec la Mauritanie au Sud du S O et démilitarisée depuis les accords du cessez le feu, le Maroc entreprenait en septembre dernier des travaux pour élargir la route conduisant aux zones libérées d’El Guergarat. Opération suivie par un raid aérien marocain sur la zone.

vendredi 11 novembre 2016

La situation des migrants se gâte à Nador


Aides humanitaires conséquentes mais petit impact sur le terrain




L’aide humanitaire destinée aux migrants fait polémique à Nador.   Elle est de plus en plus insuffisante et sa répartition accuse du retard. Selon certaines sources de l’AMDH – section Nador, les migrants subsahariens ne reçoivent plus d'aides comme auparavant.  
« Nous avons reçu plusieurs plaintes de la part de beaucoup de migrants irréguliers installés dans les forêts de Khamis Akdim et Bolingo qui protestent contre les retards enregistrés dans la distribution de l’aide qui peuvent aller jusqu’à trois mois et contre la médiocrité  des quantités réparties », nous a indiqué une source de l’AMDH sollicitant l’anonymat.
 
Et d’ajouter : « En réaction à ces plaintes, les responsables du projet se sont contentés d’improviser une campagne d’aide où ils ont distribué quelques couvertures alors que il y a des femmes et des enfants qui survivent dans ces forêt sans nourriture et sans abri.  Le hic, c’est que ces projets bénéficient de fonds importants. Il s’agit de programmes financés par la coopération suisse et l'OIM (pilotés par la délégation de la migration et Asticude) et censés procurer des aides médicales, alimentaires et logistiques aux migrants. On se demande à  quoi servent ces projets si les migrants n'en sont pas les premiers bénéficiaires. Ne pouvant pas rester muets devant cette réalité amère, on a le devoir de la dénoncer».   

LETTRE À MON FRÈRE MAROCAIN

Petit extrait du remarquable texte de Fadel Ismael, paru en 2002 et qui reste d’une très grande actualité aujourd’hui: 

LETTRE À MON FRÈRE MAROCAIN
Mon frère, Assalamoualaïka. Que la paix soit avec toi!
Aucun texte alternatif disponible. [..] Le Sahara Occidental n’est pas marocain.
Mon frère, avant la colonisation espagnole, le Sahara Occidental était un pays indépendant. Il n’était pas marocain. Il ne l’est pas devenu depuis. Il peut, peut-être, le devenir, si le peuple sahraoui en décidait ainsi, mais il ne l’a, en tout cas, jamais été. Et ce n’est pas parce que le Maroc occupe illégalement le Sahara – ou plus exactement une partie importante de celui-ci – depuis 1975, que le peuple sahraoui et son territoire doivent être automatiquement marocains. C’est le peuple sahraoui qui décide pour lui et pour son territoire, ce n’est pas le contraire.
Lorsque mes ancêtres sont arrivés au Sahara Occidental, ils n’ont trouvé devant eux aucune autorité marocaine. De même, lorsque l’Espagne est arrivée au Sahara Occidental, elle n’a trouvé que les tribus sahraouies, avec les notables desquelles elle a négocié son installation, d’abord sur les côtes, avant de pousser son expédition vers l’intérieur avec le soutien de la France – puissance coloniale dans les pays voisins immédiats du Sahara Occidental – et même malheureusement avec celui de la monarchie marocaine. [..]

http://www.arso.org/lettrefad2.htm
Mon frère,
Assalamoualaïka,
Que la paix soit avec toi !

Le greenwashing marocain et l'occupation du Sahara Occidental .




10/11/2016



A la veille de la COP22, le Maroc se présente comme un modèle en matière de respect de l’environnement et de lutte contre les changements climatiques. Mais les projets mis en avant en matière d’énergie solaire ou éolienne sont en partie situés au Sahara occidental, et violent de ce fait le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui. La colonisation du Sahara occidental par le Maroc mène à un épuisement des ressources, terrestres et halieutiques du territoire sahraoui occupé. L’UE est quant à elle impliquée dans la plupart de ces violations du droit international et du droit à l’autodétermination du peuple sahraoui.

Occupé en 1975 par le Maroc (et la Mauritanie jusqu’en 1979), le Sahara occidental vit sous occupation marocaine depuis quarante ans, après avoir été pendant 200 ans une colonie espagnole. Dès 1975, la Cour Internationale de Justice a rendu un avis à la demande de l’Assemblée Générale Nations Unies qui précise qu’il n’existe « aucun lien de souveraineté territoriale entre le territoire du Sahara occidental d’une part, et le Royaume du Maroc ou l’ensemble mauritanien d’autre part » [1]. En 1991, le Maroc et le Front Polisario, représentant légitime du peuple sahraoui, concluent un accord de cessez-le-feu et sur la tenue d’un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui au sein des instances des Nations Unies. A ce jour, le referendum n’a pas encore eu lieu suite aux manœuvres dilatoires du Maroc.

Les équipes de négociateurs du monde entier se rencontrent en ce mois de novembre à Marrakech à l’occasion de la COP22, pour décider des étapes qui doivent suivre l’Accord de Paris. A cette occasion, le Maroc se doit de montrer l’exemple en matière de production d’énergies propres et de protection de l’environnement. Or tant ses efforts que ses manquements en la matière sont liés à son occupation du Sahara occidental.

jeudi 10 novembre 2016

Pour Pierre Rabhi, la COP 22, c’est de la perte de temps…

Newsroom


Par Pauline Maisterra, 8/11/2016
 
4 novembre à Casablanca. Conférence de presse de Pierre Rabhi à l'Eglise Notre Dame de Lourdes. DAVID RODRIGUES / LE DESK
Passer des paroles aux actes pour préserver la planète, c’est tout à fait possible selon Pierre Rabhi, agro-écologiste et amoureux de la nature, célébré comme un messie là où il passe. Mais pour lui, ça ne passera pas à travers la COP 22, loin de là. Pessimisme ou simple réalisme ? Interview
Pierre Rabhi, agro-écologiste et fondateur de différents mouvements comme La Terre et L’Humanisme, est bien connu pour ne pas mâcher ses mots. Ce n’est pas à 78 ans qu’il va se taire. La terre, il l’aime et la respecte. Ce penseur français d’origine algérienne vit depuis plusieurs années en France où il a une ferme agro-écologique. Reconnu comme un spécialiste dans ce domaine, il est invité en Afrique ou en Europe pour prêcher « la bonne parole  ».

41 ANS APRES LES ACCORDS DE MADRID LA RESPONSABILITE DE L'ESPAGNE DANS LA SITUATION AU SAHARA OCCIDENTAL

            

          Le 14 novembre 1975, les gouvernements d'Espagne, du Maroc et de la Mauritanie signaient les « Accords de Madrid » sur le Sahara occidental. En signant ces accords, l'Espagne se retirait du Sahara occidental et laissait le terrain libre au Maroc qui a occupé illégalement le Sahara occidental le 6 novembre 1975 en violation du droit international. De ce fait, l'Espagne renonçait à ses responsabilités historiques et juridiques vis-à-vis  du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et à l'achèvement du processus de décolonisation.

          41 ans plus tard, l'Espagne continue de porter une grande  part de responsabilité dans la situation actuelle puisque le territoire du Sahara occidental est toujours occupé illégalement par le Maroc. La population sahraouie des territoires occupés est victime de la répression et de nombreuses familles sahraouies connaissent l'exil dans les camps de réfugiés. Le peuple  sahraoui n'a pas encore pu exercer son droit à l'autodétermination malgré l'adoption de nombreuses résolutions des Nations unies.

          41 ans après la signature des Accords de Madrid, nous appelons à un

         
          RASSEMBLEMENT LUNDI 14 NOVEMBRE 2016
       A 15H30 PLACE PIERRE BRISSON
       FACE A L'AMBASSADE D'ESPAGNE
       22 AVENUE MARCEAU 75008 PARIS 
 métro Alma-Marceau

-      pour dénoncer les Accords de Madrid du 14 novembre 1975 
-      pour demander au gouvernement espagnol de réparer les injustices commises envers le peuple sahraoui qui souffre depuis des années et de contribuer activement à une solution définitive   du conflit avec la libération des prisonniers politiques sahraouis et l'organisation rapide du référendum d'autodétermination permettant au peuple sahraoui de décider librement et démocratiquement de son avenir.

SOLIDARITE AVEC LA LUTTE DU PEUPLE SAHRAOUI POUR SON INDEPENDANCE!

            
             Association des Sahraouis en France (ASF)     asso.sahraouis.france@hotmail.fr
             Association de la Communauté sahraouie en France (ACSF)     asso.acsf1@gmail.com
             Plateforme pour la solidarité avec le peuple du Sahara occidental  plateformeSO@gmail.com

Madrid : manifestation pour le référendum au Sahara Occidental

La CCNUCC questionne le Maroc sur l'expulsion d’une parlementaire



Un porte-parole de la CCNUCC a déclaré aux médias qu'il avait demandé aux organisateurs de la Cop22 de donner les raisons pour lesquelles ils ont expulsé la vice-présidente du Parlement panafricain.
"Nous sommes conscients de la situation et demandons des éclaircissements auprès des autorités marocaines", a déclaré un porte-parole de la CCNUCC à l'agence de presse Climate Home.
La vice-présidente du Parlement panafricain, Suelma Beirouk, a été expulsée lundi du Maroc, l'hôte de la COP22. Le Maroc occupe le Sahara Occidental, un territoire dont Mme Beirouk est originaire.

COP22 : Ban Ki-Moon aborde la propagande marocaine avec la CCNUCC


Le porte-parole du secrétaire général de l'ONU a déclaré le 7 novembre que les cartes erronées représentant le Sahara Occidental comme une partie du Maroc sur le site web de la COP22.ma avaient été abordées avec l'organisation climatique de l'ONU, la CCNUCC(United Nations Framework Convention on Climate Change) . Pendant ce temps, les organisateurs de la COP22 continuent à propager l'occupation marocaine.
Mis à jour le 9/11/2016
Dans un point de presse du 7 novembre, le porte-parole de Ban Ki-Moon, M. Stéphane Dujarric, a déclaré que les fausses cartes présentées sur COP22.ma ont été discutées au sein de l'ONU.

« A propos du site Web, nous avons abordé avec nos collègues de la CCNUCC ces préoccupations pour lesquelles nous avons été sensibilisés, je sais qu'ils sont en contact avec les organisateurs », a-t-il répondu à Inner City Press. Voir la vidéo à droite.

WSRW a publié le 2 novembre un nouveau rapport sur l’importante croissance prévue pour les infrastructures énergétiques au Sahara Occidental occupé. Une partie de ce rapport a également rapporté comment le site officiel COP22.ma contenait des cartes qui incluaient le Sahara Occidental comme partie du territoire national marocain. Aucun État au monde ne reconnaît les revendications marocaines sur le Sahara Occidental.

Le 6 novembre, tout le site Web a été relancé, et les cartes avaient disparu.

Le 7 novembre, le ministre marocain des Affaires étrangères a rappelé la célébration de l’invasion du Sahara Occidental par son pays lors à l'ouverture officielle de la conférence.

Le porte-parole de l'ONU a également été interrogé aujourd'hui sur la détention de la vice-présidente du Parlement africain Suelma Beirouk. Il n'avait pas connaissance de la question.

  
  

Lettre ACAT à J-M Ayrault : Militants, avocats, politiques et journalistes refoulés pour leur intérêt à la question sahraouie.

 Sahara Info n°102 Npovembre 2016

Merci d'écrire en urgence à M. JM Ayrault, Ministre des Affaires Etrangères

L'Association chrétienne contre la torture, l'ACAT, intervient depuis de nombreuses années pour défendre les prisonniers politiques sahraouis soumis au moment de leur arrestation à la torture et traitements cruels. Claude Mangin- Asfari, épouse du militant et prisonnier politique Naama Asfari, vient de se voir interdire l'entrée du territoire du Maroc ce 29 octobre dernier, alors qu'elle venait visiter son mari, en prison depuis 2010. Face à cette nouvelle atteinte au droit, l'ACAT a réagi en adressant à tous ses adhérents et sympathisants un appel urgent, sous forme d'une lettre à adresser à Monsieur JM Ayrault ; appel repris par plusieurs élus attentifs comme M.Lecoq, ancien député et maire de Gonfreville-l-Orcher.

Pour donner encore plus de force à cet appel, merci d'en reprendre l'essentiel et d'envoyer un courrier au quai d'Orsay :
Monsieur Jean-Marc Ayrault
Ministre des Affaires Etrangères
37, quai d'Orsay 75007 Paris


Monsieur le Ministre,
« Je vous fais part de ma consternation face au refoulement de Madame Claude Mangin par les autorités marocaines, alors qu'elle venait rendre visite à son époux, Naama Asfari, emprisonné depuis 2010. Depuis cette date, Madame Mangin se rend régulièrement au Maroc, pour visiter son mari, c'est la première fois qu'elle est ainsi refoulée.
Elle rejoint la longue liste des militants, avocats, personnalités politiques et journalistes refoulés du Maroc en raison de leur intérêt pour la question sahraouie.
Les autorités marocaines tentent ainsi d'isoler les prisonniers politiques et de les réduire au silence à l'approche de la réouverture de leur procès.
Le Maroc est un État souverain et peut à ce titre refouler et expulser qui bon lui semble. Il semble toutefois nécessaire que le motif et la durée de l'interdiction du territoire soient portés à la connaissance de l'intéressée.
Par ailleurs, la France a la possibilité de porter à l'attention du Maroc une demande humanitaire. Aussi je vous demande de bien vouloir solliciter auprès des autorités marocaines la levée de l'interdiction d'entrée sur le territoire pour des raisons humanitaires, en accord avec le droit des prisonniers aux visites familiales, garanti par l'ensemble des règles relatives au traitement des détenus.
Dans cette attente, je vous prie d'agréer, Monsieur le Ministre, l'expression de ma très haute considération »
Vous pouvez consulter le site de l'ACAT :
Association des Amis de la RASD 356 rue de Vaugirard 75015 Paris
www.sahara-info.org / www.ecrirepourlesliberer.com

_______________________________________________
Eucoco2010 mailing list
Eucoco2010@listes.eucocolemans.org
http://listes.eucocolemans.org/mailman/listinfo/eucoco2010

Collectif pour l'éradication du travail des "petites bonnes" au Maroc

EXPLOITATION DES « PETITES BONNES » AU MAROC

A l’occasion de la JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L’ENFANT, voici, en plusieurs publications, des informations sur la loi 19.12 sur « les conditions d’emploi et de travail des travailleur(e)s domestiques » votée, le 26.07.2016 par le Parlement et publiée dans le BO N°6493, le 22.08.2016.

UNE LOI QUI PERPETUE L’EXPLOITATION DES MINEURES JUSQU’AU DELA DE … 2023
Pendant les sept années qu’aura duré l’élaboration de la loi 19.12, les porteur(e)s du projet n’ont pas été après à comprendre le grave impact de ce texte sur les droits de l’enfant, ni les signes de frilosité de l’État devant la prolifération de la traite des mineur(e)s entre des intermédiaires cupides et des employeur(e)s sans scrupules.
Ce n’est pas faute, depuis 2009, d’actions d’explication, de recommandation et de plaidoyer de la part de la société civile, dont principalement le Collectif « Pour l’éradication de l’exploitation des mineur(e)s dans le travail domestique »,......ainsi que des instances internationales.

Lecture synthétique des articles 6 et 27
 
ASPECT POSITIF :
- Article 6 : Age minimal fixé à 18 ans.

ASPECTS A AMELIORER :
- Article 6 : « Transition » de 5 ans, à partir de l’entrée en vigueur, pendant laquelle :
* Exploitation 16-17 ans permise.
* Signature contrat travail sur autorisation tuteur(e).
- Article 27 : Entrée en vigueur / Une année après publication des décrets d’application dans le BO.
Soit une entrée en vigueur réelle, 6 ans, après publication textes d’application

COMMENTAIRES
- Transition non justifiée et injustifiable :
-Contraire aux textes de référence concernant les droits de l’enfant ;
- Confirme l’absence de vision et de volonté et la frilosité de l’Etat ;
- Entrée en vigueur aléatoire (Ex : décret « Couverture CNSS » dépend du Conseil d’administration et risque de retarder au-delà de 2023) ;
- Autorisation tuteur(e) consacre et légitime « commerce » lucratif et traite des mineur(e)s qui prolifèrent ;
- Signature contrat incompatible avec la non-habilitation de mineur(e)s et autres aspects liés (recours, compte bancaire, etc.).
#loi_19_12 #petites_bonnes_maroc #droits_enfant

Des nouvelles ( pas bonnes ) d'#Ali_Aarrass : Compte rendu de ma visite à mon époux Ali Aarrass :



Des nouvelles ( pas bonnes ) d'#Ali_Aarrass, par Houria El Ouazghari, épouse d'Ali Aarrass
Continuez a lui écrire et continuer a faire circuler la pétition.
Signez la pétition pour une assistance consulaire pour Ali Aarrass / Consular protection for Ali Aarrass / Consulaire bijstand voor Ali Aarrass / Assistencia consular para Ali Aarrass : http://www.petitions24.net/assistance_consulaire_pour_ali_a…



Mardi 8 novembre 2016


Salam Farida Aarrass, je te résume la situation dans laquelle est Ali à l'heure actuelle. 
Il m'a demandé à ce que je t'en parle, mais insiste pour que tu ne t'inquiètes pas pour lui. Il est enfermé dans cellule 23h/24 dans un long couloir où il y a plus de 30 cellules, toutes vides. Son lit est en béton. On lui a remis 2 couvertures militaires toutes fines. Celles qu'il avait avant, il a du me les remettre car interdites, ainsi que les draps et tous les objets qui lui servait pour cuisiner. Ainsi que les réserves qu'il avait encore en pâtes, café, infusions,....... En plus de ça tout ce que je lui ai apporté, lui a été interdit, ils me l'ont donc rendu. Exception faite des fruits, des cahiers et bics. Dans cette prison le régime est très stricte, l'unique chose que peuvent apporter les familles est la nourriture préparée et les fruits. 
 C'est apparemment la même chose pour tous les détenus dans cette prison. C'est du moins ce qu'ils disent. J'ai demandé à un fonctionnaire comment était-ce possible et il m'a répondu que tout ce que nous apportons peut être acheté dans le magasin qu'ils ont à l'intérieur de la prison. Je ne sais pas s'il faut vraiment croire cela, j'ignore à quel moment Ali pourrait s'acheter quoi que ce soit alors qu'il est enfermé 23h/24. Mais nous veillerons à renflouer autant que possible en argent, son compte à l'économat de la prison.

mercredi 9 novembre 2016

ACAT : Un adepte de la torture à la Maison Blanche


L'ONG CHRÉTIENNE CONTRE LA TORTURE ET LA PEINE DE MORT- 9/11/2016

Donald Trump sera le prochain président des Etats-Unis. Très tôt durant la campagne pour les élections présidentielles, celui-ci a pris position en faveur de la torture. L’ACAT s’engage à redoubler de vigilance sur les violations des droits de l’homme aux Etats-Unis. 
donald_trump
Crédits : Gage Skidmore / Flickr Creative Commons

En novembre 2015, Donald Trump avait déclaré qu’il rétablirait « absolument » la simulation de noyade comme technique d’interrogatoire et « ferait même bien pire encore ». La méthode de torture du waterboarding consiste à verser de l'eau sur un tissu placé sur le nez et la bouche d'un prisonnier. Elle a été interdite par l’administration Obama, après avoir été mise en place sous la présidence de George W. Bush à la suite des attentats du 11 septembre 2001. Un rapport du Sénat américain a montré que la torture utilisée par l’administration Bush n’avait jamais permis de recueillir des renseignements fiables.
M. Trump a en outre justifié la torture en arguant qu’il fallait «  frapper les sauvages ».  Il avait considéré après les attentats de Paris que torturer le terroriste Salah Abdeslam aurait pu éviter les attentats de Bruxelles. Le futur président américain a par ailleurs déclaré qu’il garderait ouvert le centre de détention de Guantanamo et qu’il le « remplirait de sales types ».
Début 2016, Donald Trump avait aussi déclaré que « le problème, ce sont les Conventions de Genève », qui régissent le droit international humanitaire. Selon lui, les soldats américains ont peur de se battre dans le cadre de la lutte antiterroriste à cause de « toutes les sortes de règles et régulations » qu’elles contiennent. Il demande par conséquent « des changements, des ajustements » des Conventions de Genève.
A propos de la peine de mort, Donald Trump a affirmé que la peine de mort dissuadait les criminels - ce qu'aucune étude statistique n"a jamais réussi à prouver - et que l'injection létale était « une façon trop confortable pour (les) criminels de mourir ».
Il faudra juger Donald Trump par ses actes. Mais après une campagne empreinte de racisme, misogynie et xénophobie, on peut craindre le pire. C’est pourquoi l’ACAT s’engage à rester vigilante.

Génocides dans le Sahara occidental: “La recherche de la mémoire historique est un outil pour visualiser ce qu’on ne peut pas voir”


Madrid, 8 nov 2016 (SPS)  

Le professeur et psychologue espagnol Carlos Beristain a souligné que “la recherche de la mémoire historique et des violations actuelles des droits de l’homme” au Sahara occidental occupé est “un outil pour visualiser ce qu’on ne peut pas voir”.
Le problème central dans le cas du conflit au Sahara occidental est “l’oubli”, a-t-il dit dans une déclaration au journal électronique espagnol “el diario.es”

“La recherche de la mémoire historique et des violations des droits de l’homme est un outil pour visualiser ce qu’on ne peut pas voir ou c’est systématiquement refusé ou utilisé politiquement car il est difficile et dans certains cas dangereux d’atteindre les victimes”, a-t-il expliqué.

6ème anniversaire de l'agression de Gdeim Izik


Diaspora Saharaui, 8/11/2016


Le 8 novembre est une date macabre pour le peuple du Sahara Occidental. Aujourd'hui, mais de l'année 2010, l'armée et les forces de police marocaines sont tombées sur un camp de civils sahraouis qui s'étaient soulevés pacifiquement contre la politique d'appauvrissement prônée par le Maroc pour mettre à genoux la population sahraouie.
Au détriment des règles les plus élémentaires des droits de l'homme, le Maroc a violemment démantelé le camp levé par près de 20.000 Sahraouis dans la banlieue de la ville d'El Aaiun, capitale du Sahara Occidental occupée par le Maroc depuis le retrait de l'Espagne en 1975.

Le Maroc à l’épreuve de la grogne sociale et des critiques aux niveaux national et international


Sahara Press Service, 7/11/2016

 La grogne sociale ayant suivi la mort “atroce” de Mouhcine Fikri, a transformé le paysage politique au Maroc qui fait face à une vague de critiques à l’échelle nationale et internationale mais aussi au niveau du continent africain, a rapporté l’agence de presse algérienne (APS).
L’affaire de Mouhcine Fikri, un marchand de poisson mort broyé par une benne à ordures après la confiscation de sa marchandise par la police, a indigné le Maroc et poussé des milliers de personnes à manifester dans plusieurs villes du pays. A Al-Hoceima (Rif) d’où est originaire la victime, les habitants vivent au rythme d’une révolte sociale qui frise l'”insurrection”, et qui fait craindre un nouveau mouvement comme celui du 20 février 2011.

La vice-présidente du Parlement panafricain expulsée par le Maroc

8/11/2016

Résultat de recherche d'images pour "Souielma Beirouk"
Souielma Beirouk
  La délégation sahraouie en Espagne a exprimé protestation la plus forte et a condamné «l'attitude provocatrice» du Maroc qui a expulsé la députée sahraouie et vice-présidente du Parlement panafricain, Souielma Beirouk de l'aéroport de Marrakech, a indiqué la représentation du Front Polisario à Madrid mardi dans un communiqué de presse. 

La députée sahraouie, Sueilma Beiruk, en sa qualité de vice-président du Parlement panafricain était retenue par les autorités marocaines à l'aéroport de Marrakech, quand elle était sur le point de se joindre à la délégation de l'Union africaine participant à la COP22, l'empêchant ainsi de prendre part à ce sommet sous les auspices de l'Organisation des Nations Unies, a souligné la représentation du Front Polisario à Madrid. 

Journées nationales de la prison en Belgique

L’image contient peut-être : texte

Le Parlement Africain ne participe pas à la Cop22.

 Sa Vice-Présidente Suelma Beiruk, sahraouie avec un passeport diplomatique de L'Union Africaine, a été arrêtée à l'entrée du Maroc et, par conséquent, sa participation à la conférence de 2016 à la COP 22 est interdite. Aujourd'hui, elle a été expulsée du Maroc puis   d'Algérie dans son pays d'exil  .
Le Parlement africain envoie l'annulation de sa participation à Salah Eddine Mezouar après expulsion de Suelma Beiruk ( qui a le tort aux yeux du Makhzen d'être sahraouie ndlr)

IL Y A UN AN : Pourquoi la Belgique ne mérite pas son siège au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies

solidmar05@gmail.com

lundi 9 novembre 2015





 A Rabat devant l'Ambassade
  A relire :Pourquoi la Belgique ne mérite pas son siège au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies


 La vidéo choc d'Ali Aarrass : « odieuse tromperie » ou irréfutable preuve de torture ?
Par Luk Vervaet
   
http://lukvervaet.blogspot.fr/2015/10/la-video-choc-dali-aarrass-odieuse.html

--------------------------------------------------------------------------------------------------- 

La Belgique n'a toujours rien fait pour Ali Aarrass , aucune assistance consulaire. En répression à la publication des deux livres sur l'affaire Ali Aarrass il a été transféré à la prison de Tiflet où il a été mis à l'isolement complet.(ndlr)

 Signer cette pétition

mardi 8 novembre 2016

L’Afrique n’a point besoin de l’expérience du Maroc dans “l’invasion, l’agression et l’expansion”


Par Chaheh El-Hafedh, 7 /11/ 2016 (SPS)


Le gouvernement sahraoui a souligné lundi que l’Afrique n’avait pas besoin de l’expérience du Maroc dans “l’invasion, l’agression, l’expansion, la répression et les graves violations des droits de l’Homme.”
“L’Afrique n’a pas besoin de l’expérience du royaume qui bloque les résolutions et les efforts internationaux pour parvenir à une solution pacifique et juste, pour l’organisation d’un référendum sur l’autodétermination du peuple sahraoui”, a indiqué le gouvernement de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) dans un communiqué publié lundi.

“Dans un nouveau défi à la légitimité internationale, avec un ton arrogant et imprudent, le roi du Maroc a dans un discours prononcé depuis la capitale sénégalaise, réitéré son intention de poursuivre son agression contre le peuple sahraoui et son intransigeance à l’égard de la volonté des peuples africains et la communauté internationale dans la décolonisation de la dernière colonie en Afrique”, a déploré le gouvernement sahraoui, rappelant que “le Royaume du Maroc ne reconnaît pas les frontières internationales”.

Le gouvernement sahraoui a condamné fermement “le contenu du discours colonial du roi du Maroc”, soulignant que “le peuple sahraoui poursuivra sa lutte pour arracher sa liberté et son indépendance”, d’après le texte.
Il a lancé “un appel urgent à la communauté internationale, en particulier au Conseil de sécurité de l’ONU, pour faire pression sur le Maroc pour se conformer aux résolutions internationales concernant le Sahara occidental, mettant fin à l’occupation illégale, et aux provocations continues qui ajoutent plus d’instabilité et de tension dans la région”, conclut le gouvernement dans le communiqué.
Inscrit depuis 1963 sur la liste des territoires non-autonomes, donc éligible à l’application de la résolution 1514 de l’Assemblée générale de l’ONU portant déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et peuples coloniaux, le Sahara occidental est la dernière colonie en Afrique, occupée depuis 1975 par le Maroc, soutenu par la France.(SPS)