Pages

samedi 10 décembre 2016

Vidéo : ALI AARRASS Journée Internationale des Droits de l'Homme.

Il y a deux ans, et plus que jamais d'actualité ! Rejoignez-nous devant le mercredi 14 décembre devant la ministère des affaires étrangères de 12.30h à 14.30h

Vidéo : ALI AARRASS Journée Internationale des Droits de l'Homme.
 https://www.youtube.com/watch?v=JJCq6wsbbkw
ALI AARRASS, ON N'OUBLIE PAS ! ALI AARRASS, NIET VERGETEN ! ACTION 10 DECEMBRE 2014…
youtube.com

Francis Schwan, mon ami va bien

Francis Schwan, mon ami va bien.
L’image contient peut-être : barbe, une personne ou plus et intérieur Je l'ai vu hier. A 86 ans, un peu fatigué, respire mal... mais il est toujours lucide et très curieux sur ce qui se passe au Maroc, pays où il avait parrainé des prisonniers d'opinion quand il était responsable à Amnesty International...
On a piraté son compte et il est navré de ne pas suivre l'actualité sur le Facebook

Nadia Zouine Ton ami devenu le notre, nous a toujours régalés sur ta page ,par ses réflexions et analyses pertinentes.
Qu' il se repose et récupère pour nous revenir au meilleur de sa forme .
Bon rétablissement .

Foyer de collégiennes dans la Vallée d'Imlil


Soyez acteur du développement au Maroc, soutenez la scolarisation des jeunes filles rurales !

Présentation du projet


A 50 km de Marrakech, la Vallée d’Imlil est située au pied du Mont Toubkal, l’un des plus hauts sommets d’Afrique (4167 m). La région est l’une des plus pauvres du Maroc, l’habitat est dispersé et les conditions de scolarisation sont particulièrement difficiles.
La majorité des jeunes filles arrêtent l’école à la fin du primaire en raison de l’éloignement de leur domicile, situé parfois à plus de 20 kilomètres. Un premier foyer a permis d'accueillir 20 collégiennes, dont la brillante Zahira Badi, héroïne du film "Sur le chemin de l'école", qui plaide pour que d'autres jeunes filles aient sa chance et poursuivent leurs études au delà du primaire.
 

vendredi 9 décembre 2016

Il y a un an : Noël Mamère : « La dérive sécuritaire a toujours été mortelle pour la gauche »





LE MONDE |




Noël Mamère, le député écologiste, le 12 novembre 2015, lors d'un meeting à Montpellier | PASCAL GUYOT / AFP

Par Noël Mamère

Ils ont gagné ! La réponse ultra-sécuritaire que le président de la République, François Hollande, et le gouvernement socialiste sont en train de donner aux attentats du 13 novembre en région parisienne n’est, en effet, rien d’autre qu’une capitulation devant l’infâme et un renoncement aux valeurs de notre pacte démocratique. Au nom de la « guerre contre le terrorisme », ils construisent, jour après jour, les fondements d’un régime policier, sous les applaudissements d’une grande majorité de Français, qui se réveilleront demain avec la gueule de bois, quand ils prendront enfin la mesure des atteintes à leurs libertés collectives et individuelles.
Contaminée par les trois maladies du siècle – la tyrannie de l’émotion, la dictature de l’instant et la simplification –, la gauche de gouvernement perd son âme. A force de reprendre, mot pour mot, les formules de la droite la plus sécuritaire, elle a fini par banaliser ses idées. Alain de Benoist et ses amis du Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne peuvent se frotter les mains, leur pari gramscien de l’hégémonie culturelle est en passe de réussir. L’impensé politique de la gauche n’aura pas été pour rien dans cette effarante victoire.
La famille Le Pen était sans doute à cent lieues d’imaginer que ce cadeau viendrait de la gauche devenue une machine à recycler quelques-unes de ces idées les plus folles, comme la déchéance de nationalité pour des doubles nationaux nés Français, première brèche ouverte dans le sacro-saint droit du sol. Pour ceux qui, minoritaires sans doute en ces temps de présentisme perpétuel dont la principale fonction est d’effacer la mémoire, se référeront à l’histoire, ils découvriront que cette abominable disposition remonte à Vichy, quand ce régime, sous-traitant des nazis, pourchassait les juifs et les résistants de la main-d’œuvre immigrée… Que le président de la République veuille inscrire cette infamie dans notre Constitution, pour des raisons bassement politiciennes, est une insulte à leur mémoire.
Il y a juste soixante ans, la IVe République avait entamé son agonie par le vote de la loi de 1955 sur l’état d’urgence, suivie, un an plus tard, des pouvoirs spéciaux au gouvernement de Guy Mollet. On sait ce qu’il est advenu : la guerre d’Algérie, avec ses morts pour rien et la banalisation de la torture, qui s’est terminée, en mai 1958, par la prise de pouvoir du général de Gaulle à la faveur d’un putsch qui ne dit pas son nom, puis par le massacre des Algériens, le 17 octobre 1961, et la tuerie de Charonne en février 1962, sous les ordres du sinistre préfet Papon. Certes, comparaison n’est pas raison et certains crieront à la caricature. Pourtant, en installant l’état d’urgence permanent, François Hollande retrouve les accents de Guy Mollet qui, lui aussi, avait cru engranger une popularité fugace en enfourchant les positions de la droite et de l’extrême droite, déjà représentée par un député poujadiste du nom de Jean-Marie Le Pen.

La gauche le paiera cher

L’état d’urgence a été instauré et prolongé, nous dit-on, pour donner à la police une efficacité qu’elle n’aurait pas en temps normal. Mais en quoi les interdictions de manifestations, en raison « de troubles à l’ordre public », comme celles des écologistes, ou en faveur des migrants, servent-elles à la lutte contre le terrorisme ? Comment peut-on affirmer respecter l’État de droit quand tout individu peut être suspecté en fonction de son « comportement », être assigné à résidence ou empêché de se déplacer librement en fonction de « menaces fondées sur des présomptions sérieuses » ? Comment ne pas s’inquiéter de perquisitions administratives, qui relèvent de la décision des préfets, en dehors de tout cadre judiciaire ? Sans oublier la mise sous contrôle d’Internet, la conservation de données informatiques ou des fadettes de téléphone… Trop, c’est trop.
La dérive sécuritaire a toujours été mortelle pour la gauche et celle-ci le paiera cher. Les démiurges cyniques qui gèrent la communication de l’Elysée et de Matignon s’imaginent sans doute qu’ils peuvent à eux seuls remplacer la société et décréter quelles sont les bonnes et les mauvaises manières de se mobiliser contre le terrorisme. Ils pensent que la démagogie sécuritaire, inefficace mais spectaculaire, va leur permettre de déstabiliser leurs adversaires politiques de droite et de gauche, tout en rassurant les citoyens. Ils ont peut-être raison à très court terme, mais dans quelque temps, au prochain attentat, à la prochaine catastrophe, ceux qui les applaudissent aujourd’hui se retourneront contre eux.

Démagogie sécuritaire, inefficace, mais spectaculaire
En ayant fait le choix de gouverner par la peur, François Hollande et Manuel Valls – l’homme qui n’a pas hésité à parler de « menace chimique » quelques jours après les attentats – sont en train de donner les derniers coups de marteau sur le cercueil de la gauche.
Cette tentation libérale autoritaire n’est pas née en janvier ou le 13 novembre. Elle est, en fait, le révélateur d’une faillite politique, qui a conduit la gauche de gouvernement dans cette tragique impasse. Les premiers signes forts sont apparus avec la mort de Rémi Fraisse, que le pouvoir a d’abord présenté comme un dangereux zadiste, alors que ce jeune militant écologiste et pacifiste était bel et bien la victime des décisions d’une chaîne de commandement.

Décisions irresponsables

La commission parlementaire sur « le maintien de l’ordre dans le respect de la liberté d’expression et du droit de manifester », que j’ai présidée à la suite de cette tragédie, a été détournée. Au lieu de se demander comment adapter le maintien de l’ordre au respect du droit de manifester, elle a prôné une série de mesures visant à criminaliser les manifestants, à restreindre le droit de manifestation et à mettre en cause les libertés fondamentales. La belle unanimité des commissaires de droite et de gauche (moins la députée PC Marie-George Buffet et moi-même) laissait présager le pire. Il est arrivé.
C’est sur ce terreau que Mme Le Pen et ses amis du Front national pourront accéder demain à la présidence d’une ou de plusieurs régions et peuvent penser sérieusement aux plus hautes fonctions de l’Etat… Imaginez, alors, ce qu’un état d’urgence constitutionnalisé pourrait devenir entre les mains d’un gouvernement dirigé par le Front national ! Nous n’aurions alors que nos yeux pour pleurer.
Ceux qui prennent des décisions irresponsables aujourd’hui auront des comptes à rendre demain. Non seulement ils vont perdre le pouvoir, mais ils font disparaître pour longtemps les principes fondateurs et l’imaginaire de la gauche : Clemenceau remplacera Jaurès ; l’état de guerre deviendra l’ordinaire ; l’ordre policier se substituera à l’égalité et à la liberté. L’État socialiste n’aura pas terrorisé les terroristes, mais la société, au prétexte de la sauver. Qu’il ne compte pas sur moi et quelques autres pour l’accompagner dans cette descente aux enfers !
La Ve République est née de l’excès de l’état d’urgence. Elle peut aussi en mourir. Jamais le combat pour une VIe République, fondée sur la citoyenneté sociale et la démocratie, n’a été aussi impérieux. Décrétons l’état d’urgence démocratique !
Par Noël Mamère (Député écologiste)
aA Google + Linkedin Pinterest

Aucun commentaire:


Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.

jeudi 8 décembre 2016

Un innocent de plus emprisonné au Maroc. Justice pour THOMAS.


MOBILISONS NOUS CONTRE l'INJUSTICE! NOUS AVONS LE SOUTIENT DES ONG QUI LUTTENT POUR LES DROITS DE L'HOMME (AmnestyInternationnal, Human Rignts Watch, la FIDH)
#thomasgallay     #soutienthomasgallay
Thomas, 36 ans, ressortissant français, catholique, casier judiciaire vierge, ingénieur d’une société française, installé au Maroc, a été emprisonné le 18 février 2016. La justice marocaine s’appuie sur de faux aveux, et le maintient incarcéré dans des conditions très difficiles.

Récit de ce qui pourrait arriver à chacun d'entre nous.
Arrestation le 18/02/2016 à son domicile.
Garde à vue de 12 jours au BCIJ (Bureau Central d’Investigations Judiciaires, Rabat) sans chef d’accusation précis, sans possibilité de prévenir sa famille ni de voir un avocat.
Signature d’un procès-verbal écrit en arabe hors présence de tout traducteur (contrairement à ce qui est prévu par la loi), présenté comme un simple document interne destinée à le relâcher alors qu’il s’agissait en réalité du procès-verbal définitif  et mensonger.

 CE DOCUMENT EST LA SEULE PREUVE DE CULPABILITE RETENUE CONTRE THOMAS DANS LE DOSSIER JUDICIAIRE.
Thomas ne lit pas l'arabe.
Thomas n'est pas converti à l'islam.
Thomas n'a rien à voir avec tout cela.
Nous faisions confiance en la justice Marocaine, à tort.
Sur la base des PV de police mensongers Il a été condamné à 6 ans de prison en première instance.
Depuis 10 mois, Thomas croupit au fond d’une cellule sombre, sans voir la lumière plus de 2 heures par jour, dans la laideur et le sordide … Des jours de vie volés !
Nous faisons appel, cette fois défendu par Maître Berton.
Prochaine audience le 21 Décembre 2016.
Aidez-nous à le sortir de cet enfer.
SOYONS CITOYENS FRANÇAIS, EXIGEONS QUE L’ON TRAITE NOS RESSORTISSANTS COMME IL SE DOIT. NUL NE PEUT SE PERMETTRE D’ENLEVER LIBERTE ET DIGNITE A N’IMPORTE QUI, EN BAFOUANT LA CONSTITUTION UNIVERSELLE DES DROITS DE L’HOMME!
SIGNEZ ! PARTAGEZ !
Site Web: http://soutien-thomas-gallay.com  plus de détail dans le dossier « Histoire »
la page Facebook : https://www.facebook.com/SoutienThomasG/
la page Twitter : https://twitter.com/SoutienThomasG

Déclaration Universelles des droits de l'Homme: http://www.un.org/fr/universal-declaration-human-rights/
Cette pétition sera remise à:
  • Premier ministre
    Manuel Valls
  • President of the French Republic
    François Hollande
  • jean marc ayrault


Alain GALLAY a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 253 signataires. Lancez votre pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir.


Nabil Benabdellah: Les prisonniers de « Gdeim Izik » sont peut-être victimes d’arrestations arbitraires

  • rss
  • contact
  • vimeo
  • youtube
  • Google+


Dans des déclarations qui risquent de faire couler beaucoup d’encre, Nabil Ben Abdallah, le ministre marocain de l’Habitat et de la politique de la ville, et le secrétaire général du Parti du Progrès et du socialisme (PPS), a remis en doute l’implication des vingt-trois détenus de l’affaire de « Gdeim Izik » ayant causé en novembre 2010, 11 morts dont 9 des forces de l’ordre.  
Nabil Benabdallah alors qu'il assistait aux familles des forces de l’ordre, victimes de « Gdeim Izik », devant le tribunal militaire de Rabat Source : lakome2.com
Nabil Benabdallah alors qu’il assistait les familles des forces de l’ordre, victimes de « Gdeim Izik », devant le tribunal militaire de Rabat
Source : lakome2

« C’est possible… qu’il n’y ait pas de rapport direct… c’est possible… C’est possible que dans le flou global, et dans les événements… » (en faisant un mouvement tourbillonnant du bras), a-t-il affirmé, devant une délégation de la marie d’Ivry-sur-Seine, où habitait Naâma Asfari et Claude Mangin, son épouse française. 

Ces déclarations sont parues dans le documentaire « Dis-leur que j’existe », projeté jeudi soir dernier au cinéma « Le Brady » à Paris. Le film, qui a nécessité trois ans de travail selon l’équipe, raconte l’histoire du prisonnier sahraoui Naâma Asfari et de ses codétenus de la prison Zaki de Salé. Tous condamnés à des peines allant de vingt ans à la perpétuité.
Ben Abdellah a été le seul membre du gouvernement ayant accepté de rencontrer la dite délégation. On ignore si Ben Abdellah a été un émissaire du Palais ou un représentant du gouvernement. Ou, encore,s’il a été convaincu par sa collègue dans le parti, Gajmoula Bent Abi, qui a assisté à cette rencontre, et qui a déjà réfuté la thèse officielle à travers de nombreux médias espagnols.
Il faut rappeler que Nabil Ben Abdallah a récemment été violemment attaqué par Fouad Ali El Himma, le conseiller du roi Mohammed VI, via un communiqué officiel du Cabinet Royal dans lequel on l’accusait de «tromperie politique ».


mercredi 7 décembre 2016

Le 14 décembre 2010, en extradant Ali Aarrass au Maroc, l’Espagne et la Belgique, se sont comportées comme des états voyous !



Rassemblement, 14 décembre 2016, devant le Ministère de Didier Reynders (12.30-14.30h).

dans ACTIONS/EXTRADITION par



L’histoire choquante d’une extradition illégale.
Le 1er avril 2008, le Belgo-Marocain Ali Aarrass avait été arrêté à Melilla à la demande du Maroc dans le cadre du démantèlement d’une organisation terroriste au Maroc, le réseau dit Belliraj. Le Maroc demandait son extradition immédiate. Mais la Justice espagnole, en la personne du juge antiterroriste Baltazar Garzon, décida de garder Ali Aarrass en détention sous haute sécurité en Espagne et de faire sa propre enquête antiterroriste sur son cas.
Le 16 mars 2009, après un an d’examen minutieux du  dossier, l’impitoyable juge Garzon prononce un non-lieu dans l’affaire Ali Aarrass : il n’y a rien contre Ali Aarrass, il n’y a même pas lieu d’organiser un procès.

mardi 6 décembre 2016

Au Canada, des écharpes sont accrochées aux arbres tout l'hiver pour aider les SDF ! En France aussi !

Mounia Belkadi
Belle idée!  L'Humanité n'a pas de religion....

Une chaîne de solidarité est mise en place au Canada pour aider les plus démunis. Au Canada, le froid est si intense que les températures négatives descendent parfois…
buzzutopia.co

Sahara occidental. Des deux côtés du mur des sables

  • Le premier vit à El Ayoun, au Sahara Occidental occupé, annexé en 1975 par le Maroc. La seconde est née dans les camps de réfugiés de Tindouf, au sud-est de l'Algérie. Hassana Abba, 34 ans et Abida Mohamed Bouzeid, 30 ans, vivent de part et d'autre du mur de séparation érigé par le Maroc sur 2700 kilomètres pour isoler les territoires libérés. 

     Tous deux luttent pour le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination. Ils appartiennent à cette nouvelle génération de militants attachés à la défense des droits humains, au combat pacifique pour l'émancipation de la dernière colonie d'Afrique. De passage à Paris, ils témoignent de leurs conditions de vie, de la frustration d'une jeunesse sans perspectives, de la violence des forces de sécurité marocaines dans les territoires occupés.

Maroc: repaire des "déchus"?



Après avoir été "battu" par Hollande aux dernières élections présidentielles, puis battu aux primaires de la droite française, Nicolas Sarkozy, viendra "méditer" sur son sort au Maroc où il passera les fêtes de Noël. Selon TELQUEL du 2 au 8 décembre, il aurait comme projet de se lancer dans des investissements lucratifs dans le bled.
Rappelons que le Maroc avait accueilli (au départ) le déchu Chah d'Iran, le fuyard Mobutu, le "retraité" Chirac..., sans oublier certains princes qui avaient fui la révolution bolchevique.

lundi 5 décembre 2016

Algérie: après les arrestations massives à Alger, les migrants vivent cachés





La plupart des migrants arrêtés ont été conduits dans un camp à Tamanrasset, dans le sud du pays. 
 



En Algérie, une expulsion collective de 1400 migrants ouest-africains est en cours. Une première depuis 2012. Arrêtées dans la capitale, des centaines de personnes sont enfermées dans un camp de Tamanrasset. D'autres sont toujours bloquées dans un camp à Alger. Toutes seront renvoyées du pays. Le Snapap, un syndicat autonome, a dénoncé dimanche 4 décembre «la plus grande chasse à l'homme noir depuis l'indépendance». Un collectif de militants, le RAJ, a demandé l'arrêt des expulsions. Dans la capitale, où ils sont plusieurs milliers, les migrants vivent désormais cachés.

Ce jeune Camerounais a tenté de joindre ses collègues de chantier toute la matinée. En rentrant du travail, jeudi soir, certains ont été arrêtés.

Solidarité et aventure lors du marathon du Sahara

Carlos Cristobal
Vivre avec une famille Sahraoui dans les camps de réfugiés est une expérience inoubliable
·
El 28 de febrero del 2017 se celebrará un año más el Maratón del Sáhara. Una carrera solidaria que se celebra en los campamentos de refugiados...


«Le Maroc doit comprendre que les Africains ne sont pas des sujets du Roi»


1/12/2016
 

Le Premier ministre sahraoui, Abdelkader Taleb Omar, a affirmé, hier à Boujdour (camp des réfugiés sahraouis), que «le Royaume du Maroc doit comprendre enfin que les Africains ne sont pas des sujets du Roi et l'Union africaine n'est pas une organisation relevant du makhzen». L'Union africaine (UA) «est une organisation continentale digne de respect, que le Maroc, à l'instar des pays d'Afrique, doit se conformer à son règlement sans espérer la soumettre ni a son contrôle ni a ses désirs», a indiqué M. Taleb Omar à l'ouverture des travaux du 8e congrès de l'Union des travailleurs sahraouis au nom du président de la République arabe sahraouie démocratique (Rasd), secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali.

Dans son allocution lors des travaux du congrès ouvert ce matin avec la participation de plus de 600 délégués, il a estimé que «la seule solution est que le Maroc respecte les principes, lois et décisions de l'UA en abandonnant ses méthodes expansionnistes hostiles autrement, il deviendra un Etat hérétique qui viole la Charte de l'Union». 
 

Non aux Grands Projets Inutiles, non à la méga-prison !

Non à la méga-prison à Haren !

Bonjour les Doriphores, En plein hiver on vient vous réveiller!
La ZAD et Le Keelbeek sont VIVANTS et LIBRES.
Depuis le mois de septembre 2016 nous réoccupons le terrain grâce à un jugement en notre faveur.
Tous les dimanches atelier de construction, de détente et rencontre. Une belle cabane collective cachée dans les bois vous attend pour discuter et inventer de nouvelles méthodes de luttes contre les grands projets inutile comme La Maxi Prison, Dockxs, U-place ou L’Aéroport de Notre Dame des landes en France!
En plus nous avons installé à Haren en ville notre mini-zadinfotheek avec le P'tit Chicon, gratuit!
Le 10 janvier 2017 nous risquons une nouvelle éviction et comptons sur vous pour venir défendre ces 20 ha de nature!
A bientôt?

Les vacheries du Makhzen contre Amar Belani


LE DIPLOMATE ALGÉRIEN IRRITE LE ROYAUME

  Imane B, 4/12/2016


Le Makhzen a une nouvelle fois lâché la bride à ses médias stipendiés pour lancer des attaques frontales contre l’Algérie et ses responsables. Il ne se passe pas un jour sans que l’on ne lise un nouveau chapitre de  la mauvaise littérature distillée par des plumes obligées du roi et sa cour. 

 Face à ses échecs diplomatiques en série sur le dossier sahraoui et sur sa volonté d’investir l’union africaine, le Maroc fait appel à ses sbires  de service pour tomber à bras raccourcis sur son meilleur ennemi : l’Algérie. Le dernier forfait en date est particulièrement vache. C’est l’agence officielle, MAP, qui signe l’ignominie contre l’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles, Amar Belani. 

dimanche 4 décembre 2016

Mensonges sur les DETOURNEMENT DE L’AIDE DES REFUGIES SAHRAOUIS : Le Cabinet du Commissaire européen de l’aide humanitaire dément


Posted on by
  Le Cabinet du Commissaire européen chargé de l’aide humanitaire a démenti les “informations” colportées par le Maroc sur un prétendu détournement d’une partie de l’aide humanitaire européenne destinée aux réfugiés sahraouis dans les camps de Tindouf, a indiqué l’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles, Amar Belani. “Le Cabinet du Commissaire européen chargé de l’aide humanitaire, Christos Stylianides, a catégoriquement démenti l’information sur un soi-disant détournement d’une partie de l’aide humanitaire européenne destinée aux réfugiés sahraouis dans les camps de Tindouf”, a déclaré M. Belani, ajoutant que l’objectif était de “manipuler l’opinion publique marocaine et internationale dans une vaine tentative de porter atteinte à l’image de l’Algérie dont le soutien au peuple sahraoui et la solidarité agissante à l’égard de ses réfugiés, ne souffrent d’aucune contestation”. 

 Le 28 novembre dernier, l’agence officielle de presse marocaine MAP a rapporté une dépêche “calomnieuse” visant à “dénaturer la réalité du soutien européen aux réfugiés sahraouis”, en attribuant à Christos Stylianides “une déclaration sortie de son contexte sur le prétendu détournement d’une partie de l’aide humanitaire européenne destinée aux réfugiés sahraouis de Tindouf”.