dimanche 10 décembre 2017

Titres de Solidmar : moments forts de la semaine du 3 au 10 décembre 2017



Pourquoi les enfants marocains fuient-ils leur pays en si grand nombre ? Pourquoi dit-on d'eux qu'ils sont dangereux ? Pourquoi les élèves marocains sont ils les cancres dans les classements internationaux ? Pourquoi tant d'enfants et tant de mineurs sont-ils incarcérés sans raisons sérieuses ? Qu'est ce qui ne va pas au Maroc ?


Afflux de mineurs marocains en errance dans les rues de la Goutte d’or à Paris
Les petits Marocains sont des cancres en lecture : 47è sur 50
Mohamed AMINE, 16 ans a été kidnappé par la police marocaine


Ali, on ne t’oublie pas ! Un appel de Farida Aarrass
Hirak : un an de luttes !
Visite à un certain nombre de prisonniers du mouvement du Hirak
Maroc: la situation des migrants subsahariens est de plus en plus difficile

Le message du Front Polisario à la France
PARTICIPATION DE LA RASD AU SOMMET UA-UE Un "nouveau chapitre" dans la lutte du peuple sahraoui ?
Nous soutenons le projet de l'"école de musique dans les camps de réfugiés  sahraouis"


Le 10 décembre, journée internationale des droits de l'Homme, Emmanuel Macron reçoit le Premier ministre israélien. Incroyable !

Titres de Solidmar : moments forts de la semaine du 19 au 26/11/2017



Titres de Solidmar : moments forts de la semaine du 3 au 10 décembre 2017: moments forts de la semaine du 3 au 10 décembre 2017

La jeunesse sahraouie n'est pas satisfaite de la position de l'ONU à l'égard de la question sahraouie



Aousserd (Camp de réfugiés sahraouis), 8 déc 2017 (SPS) 

Le secrétaire général de l'Union de la jeunesse de Saguia El Hamra et Rio de Oro (UJSARIO), Zine Sid Ahmed, a indiqué vendredi que la jeunesse sahraouie "n'est pas satisfaite" de la position de l'ONU à l'égard de la question sahraouie et "est convaincue que ce qui a été pris par la force ne peut être récupéré que par la force".

"Le processus de paix au Sahara occidental est au point mort depuis 25 ans au cours desquels l'occupant marocain a pillé les richesses du peuple sahraoui, violé les droits de l'Homme dans les territoires occupés et érigé le plus grand mur de séparation qui scinde les territoires sahraouis, d'où la nécessité d'un changement en accord avec la réalité", a déclaré M. Zine Sid Ahmed avant l'ouverture du 9e Congrès de l'UJSARIO au camp de réfugiés sahraouis d'Aousserd.
La jeunesse sahraouie "ne tolère plus les atermoiements de la communauté internationale s'agissant du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination" et "est convaincue que ce qui a été pris par la force ne peut être récupéré que par la force", a affirmé le secrétaire général de l'UJSARIO qui est candidat à sa propre succession.
"En tant que jeunes, nous sommes pour la paix et  le dialogue mais si la guerre est l'ultime solution, alors nous sommes prêts pour la mener", a-t-il dit. "Le sort de toute la région est lié à celui du Sahara occidental d'où la nécessité de régler cette question dans les plus brefs délais", a-t-il prévenu.
De nombreuses associations, organisations juvéniles et personnalités soutenant la cause sahraouie de plusieurs pays comme l'Algérie, la Suède, la France, l'Allemagne, l'Espagne, les Etats-Unis d'Amérique, la Colombie, le Mexique, la Jordanie, la Syrie, la Tunisie et la Namibie sont attendues à cet événement, a fait savoir le responsable.
L'Union de la jeunesse de Saguia El Hamra et Rio de Oro est une organisation qui encadre tous les jeunes sahraouis qui défendent le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et à l'indépendance. Créée en 1984, l'UJSARIO est membre d'organisations arabes, régionales et internationales et participe régulièrement à des colloques régionaux et internationaux où elle défend la cause sahraouie et le droit du peuple sahraoui à la liberté et à l'indépendance.(SPS)
020/090/700

Venezuela : dictature ou démocratie ? un citoyen belge témoigne


Jonas Boussifet est un jeune militant belge, engagé dans les mouvements de solidarité et des droits humains à Bruxelles. Après avoir vu des reportages sur la “répression” au Venezuela, il a décidé d’aller voir de ses propres yeux et de recueillir des témoignages. Mais en arrivant, il a découvert une réalité bien différente de celle qu’avaient présentée les médias. Dans cet entretien, nous abordons ses impressions sur le Venezuela, la propagande occidentale et ce qu’elle nous cache…

Vous avez un témoignage à contre-courant sur le Venezuela. Racontez-nous…

En fait très simplement j’y suis allé avec un regard de citoyen du monde, et pour plus précis : de citoyen européen. Et je me posais la question de savoir ce qui se passait réellement au Venezuela, j’avais entendu parler des fameux 120 morts qu’il y avaient eu sur place, les 120 morts que le gouvernement avait soi disant abattus ou laissé tuer pendant les manifestations. Et voilà, mon premier objectif était d’aller là-bas pour observer, voir ce qui s’y passait.
Et aussi dans un second temps je reconnais que c’était un objectif très naïf et très, très égoïste : en tant que photographe amateur et militant, je voulais prendre des photos des manifestations sur place. Je voulais revenir avec des clichés représentant les manifestations et la répression policière…

C’était dans le cadre de votre travail?

Non, c’était totalement personnel. Et c’est ce que j’expliquais : j’étais « déçu » à mettre entre guillemets ; parce que sur les trois semaines où j’étais là-bas, il n’y a eu que deux manifestations. Une était une mobilisation du gouvernement et l’autre une manifestation de l’opposition et qui était très, très loin de ce que de ce qu’on pouvait voir ici aux informations par rapport aux répressions et aux valeurs défendues par l’opposition. Les manifestations que j’ai vues se sont toujours déroulées dans un cadre bienveillant et où la répression policière était aux abonnés absents… les policiers étaient là pour encadrer mais il n’y a eu aucune répression telle qu’on peut voir sur nos écrans.
J’avais aussi entendu parler des fameux “cacas bambas”, le principe était de lancer des bouteilles contenant des excréments pour éviter de lancer des cocktails molotov et voilà sur le temps que je suis resté là-bas je n’ai pas pu assister aux manifestations tels que les médias mainstream la diffuse. Je n’ai pas pu prendre le cliché parfait non plus. Donc ça m’a permis de creuser et de me renseigner sur ce qui se passait là-bas. Pourquoi les informations qui étaient relayées ici étaient si tronquées ? et donc mon ambition après était de me balader dans les rues de Caracas, de Miranda de Bello Monte et d’apprendre à connaître la population.

Vous y êtes resté combien de temps et aussi à quelle période ?

samedi 9 décembre 2017

Afflux de mineurs marocains en errance dans les rues de la Goutte d’or à Paris

Devant l’afflux de mineurs marocains en errance dans les rues de la Goutte d’or (XVIIIe), la ville débloque un dispositif exceptionnel chiffré à près de 700 000 €.

 
 
Paris, le 25 février dernier. Des enfants d’une dizaine d'années se retrouvent régulièrement dans le square Alain-Bashung, rue de Jessaint (XVIIIe). Aujourd’hui, ils seraient une soixantaine à errer dans les rues de la Goutte-d’or. LP/ DR
Multiplication des maraudes, dispositif de prise en charge nuit et jour, suivi physique et psychiatrique, avec à la clé, une enveloppe de près de 700 000 €. Et une demande de renforcement policier et judiciaire. A situation inédite, mesures exceptionnelles.
Devant l’ampleur qu’a pris, ces derniers mois, l’afflux des enfants migrants marocains, réfugiés dans le quartier populaire de la Goutte-d’Or (XVIIIe), leur toxicomanie, leur violence, et l’échec des dispositifs déployés depuis le printemps dernier, la ville a décidé de mettre en place un plan d’ampleur, sous convention avec le Centre d’action sociale protestant (CASP) qui travaillera en partenariat avec des associations rompues à la prise en charge des jeunes en errance : Aux Captifs la Libération et Trajectoires.
Lundi, lors du prochain Conseil de Paris, une subvention de 684 967 € sera soumise au vote de l’assemblée. 

Depuis le mois de février 2016, le quartier voit affluer ces silhouettes juvéniles. 
Les premiers arrivants avaient 9 ou 10 ans. La seconde vague, entre 14 et 17 ans. Certains sont à peine majeurs. Aujourd’hui, ils sont une soixantaine. Ces enfants des rues venus du Maroc via l’enclave espagnole de Melilla, à bord de camions, puis de bateaux de marchandises, ont souvent transité par l’Espagne avant d’échouer sur les trottoirs de la Goutte-d’Or.
Dans quel but ? Totalement livrés à eux-mêmes, ils sniffent de la colle, boivent, agressent les passants, volent et refusent les prises en charge proposées. Beaucoup se disent orphelins. « Ceux qui ont accepté d’être hébergés ont fugué rapidement, ou commis des actes violents », souligne Dominique Versini, adjointe de la maire de Paris Anne Hidalgo à la protection de l’enfance. « Ils sont dangereux pour eux-mêmes et les autres. En piètre état physique, en proie à différentes addictions… Je ne promets pas de résultats dans les huit jours, mais nous allons tenter un dispositif expérimental inédit face à ces profils qui sont connus en Afrique ou en Amérique latine, mais que nous découvrons seulement en France. C’est un véritable défi. » 

Le 10 décembre, Emmanuel Macron reçoit le Premier ministre israélien. Incroyable !

Il le reçoit demain à Paris après l’avoir invité à venir en Juillet présider la commémoration du Vel d’Hiv. C’est dans la suite logique d’Hollande qui l’avait invité à manifester en tête après les massacres de Charlie Hebdo et de l’Hypercacher en 2015.
D’un gouvernement à l’autre, ils reçoivent en ami le bourreau du peuple palestinien, alors qu’ils criminalisent la campagne BDS, qu’ils laissent le franco-palestinien Salah Hamouri en détention administrative en Israël ou qu’ils refusent ici de libérer Georges Ibrahim Abdallah."


Amnesty International France

Incroyable...
Pour la journée internationale des droits de l’homme le 10 décembre, Emmanuel Macron reçoit le Premier ministre israélien.
Cessons de soutenir économiquement les colonies israéliennes ! http://bit.ly/2AnRo17
L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes qui dorment et bébéL’image contient peut-être : ciel, nuage, feu, nuit et plein airAucun texte alternatif disponible.
 
URGENCE GAZA :






GAZA sous les bombes israéliennes. Déjà 1 mort 1 bébé déclaré mort et finalement sauvé à l'hôpital de Gaza, Youcef Abu Chakiane...Plus de 10 blessés à Bait Lahia.

Info de notre amie Nabila Kilani !



vendredi 8 décembre 2017

Ali, on ne t’oublie pas ! Un appel de Farida Aarrass 9 décembre 2017

dans ACTIONS/EXTRADITION par
 
« Farida Aarrass, retraçant le calvaire de son frère durant ses 10 années de prison, nous invite à lui écrire. Dans notre pays, peu de personnes symbolisent mieux les dérives dans la guerre antiterroriste du Maroc, de la Belgique et de l’Espagne qu’Ali Aarrass. Son cas est tellement criant, l’injustice si flagrante, son innocence tant de fois démontrée… et pourtant, pour certains politiciens et journalistes d’extrême-droite, c’est un fantôme qui hante leur quotidien, leurs rêves et leurs fantasmes. Ils ne laissent passer aucun événement, que ce soient les attentats de Paris ou les incidents lors de la fête à la Bourse pour la qualification du Maroc au Mondial, pour y associer le nom d’Ali Aarrass.
En absence d’éléments qui l’inculpent dans son propre dossier, il faut l’associer à des événements qui suscitent la haine, la tristesse ou la peur du grand public. Tout en sachant qu’il ne peut pas se défendre et en faisant oublier qu’il est incarcéré depuis près de dix ans, coupé de quasi tout contact avec le monde extérieur.
Ainsi, lors de l’émission « À votre avis » du 22 novembre 2017 intitulée « Émeutes : le signe d’une société fracturée ? », Alain Destexhe, sénateur, député bruxellois, membre du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour le MR, à court d’arguments contre Alexis Deswaef, le président de la Ligue des droits de l’Homme, lui lançait à la figure qu’il est « un défenseur du terroriste Ali Aarrass ».  Même propos chez Étienne Dujardin, juriste et le chroniqueur d’extrême droite du Vif express dans un article du 16 novembre intitulé « Vents de violence à Bruxelles : le résultat du laxisme et du communautarisme d’une certaine gauche ? ». Là, tenez-vous bien, Dujardin dénonce le fait qu’une certaine gauche, je cite, « soutient une BD sur Ali Aarrass ».
Ne nous laissons pas impressionner par un Dujardin ou un Destexhe, d’ailleurs poursuivi aujourd’hui par la justice pour corruption dans un dossier sur la situation des droits de l’Homme en Azerbaïdjan.
Poursuivons notre combat et mobilisons-nous pour répondre à l’appel de Farida Aarrass« .
Luk Vervaet

Ali, on ne t’oublie pas ! 

Le message du Front Polisario à la France

Conflit du Sahara Occidental
Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte
le 06.12.17 
 
 
 Mohamed Salem Ould Salek, ministre sahraoui des Affaires étrangères
             Mohamed Salem Ould Salek, ministre sahraoui des Affaires...

Le ministre sahraoui des Affaires étrangères, Mohamed Salem Ould Salek, a saisi l’opportunité de la visite, aujourd’hui en Algérie, du président Emmanuel Macron pour adresser quelques messages à la France, pays accusé par le Front Polisario de bloquer la marche du peuple sahraoui vers la liberté.

Lors d’une conférence de presse animée, hier, à l’ambassade de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) à Alger et destinée à faire le point sur la participation de son gouvernement au Sommet Afrique-Europe d’Abidjan, le chef de la diplomatie sahraouie a une nouvelle fois dénoncé avec véhémence le soutien de la France à l’entreprise coloniale du Maroc au Sahara occidental.
Mohamed Salem Ould Salek a soutenu que «le Maroc n’aurait pas pu se permettre de fouler aux pieds la légalité internationale et les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU relatives au conflit du Sahara occidental sans la complicité active de la France». Pour lui, «le discours de la France sur la paix et sa volonté de participer à la stabilité du Maghreb n’ont pas de sens dans la mesure où en appuyant la colonisation du Sahara occidental, l’Etat français participe de facto à une déstabilisation de la région».

«Et l’attitude hostile de la France à l’égard du peuple sahraoui n’a malheureusement à ce jour pas changé», a indiqué Mohamed Salem Ould Salek, tout en disant espérer néanmoins que le successeur de François Hollande à l’Elysée fera  opérer à son pays un changement de cap concernant le dossier du Sahara occidental.
La direction du Front Polisario, a fait savoir en outre Mohamed Salem Ould Salek, considère que par le fait qu’il appartienne à une génération éprise de liberté et respectueuse des valeurs républicaines, Emmanuel Macron est le premier président français à être réellement qualifié pour mettre fin à la tragédie que vit le peuple sahraoui depuis 42 ans.
Pour le ministre sahraoui des Affaires étrangères, la question du Sahara occidental sera même un véritable test qui permettra de juger le degré de sincérité du discours novateur tenu par le nouveau président français sur la colonisation, la paix et les relations entre la France et l’Afrique. Selon lui, Emmanuel Macron a le pouvoir et l’occasion historique de contribuer à mettre fin à l’agression du Maroc contre les Sahraouis, un peuple qui n’a jamais constitué une menace pour la France et les Français.

  www.elwatan.com/.../le-message-du-front-polisario-a-la-france-06-12-2017-358072
S’agissant du 5e Sommet Union africaine – Union européenne, qui s’est déroulé les 29 et 30 novembre dernier dans la capitale ivoirienne, Mohamed Salem Ould Salek a qualifié de «victoire de la cause sahraouie» la participation de la RASD à l’événement. Selon lui, ce sommet, auquel ont pris part tous les Etats africains membres de l’UA, a démontré que «l’Etat sahraoui est une réalité irréversible». «La France et le Maroc ont eu tout le loisir de constater, lors de ce rendez-vous, que l’on ne pouvait pas ignorer la RASD, membre fondateur de l’Union africaine», a martelé le ministre sahraoui des Affaires étrangères.
M. Ould Salek a rappelé, à ce propos, que la RASD a pris part à ce rendez-vous malgré les fortes pressions de lobbies qui ont tout tenté pour obliger la Côte d’Ivoire à ne pas inviter la RASD. «La participation de la RASD au 5e Sommet UA-UE confirme l’échec cuisant des plans et manœuvres incessants du Maroc visant à porter atteinte à la qualité de membre et aux droits d’un Etat africain, membre de l’UA, une attitude rejetée en bloc et à l’unanimité par les pays africains qui ont exprimé leur attachement à l’unité et à la cohésion de l’UA», a-t-il précisé, ajoutant que «Rabat ne pourra changer l’UA ni de l’intérieur ni de l’extérieur».

L’ANC dénonce les manipulations de la presse marocaine

 Les informations faisant état d’un prétendu changement de position de l’Afrique du Sud vis-à-vis de la cause sahraouie et du Polisario ont été qualifiées de «mensongères et tordues» par une ministre sud-africaine. La ministre sud-africaine des Affaires environnementales, Edna Molewa, qui est également présidente du sous-comité des relations internationales de l’African National Congress (ANC), a démenti, dans une déclaration au journal sud-africain News 24 les informations rapportées par des publications marocaines qui ont fait état d’un «changement majeur» de position de l’Afrique du Sud à l’égard de la cause sahraouie. La ministre a qualifié ce qui a été rapporté de «méchant, mensonger et trompeur», réaffirmant que «le soutien total et sans équivoque au Sahara occidental n’est pas une inimitié au Maroc». «La position du gouvernement sud-africain et de l’ANC n’a pas changé en ce qui concerne la question du Sahara occidental. Notre soutien au droit à l’autodétermination du peuple sahraoui est indéfectible», a déclaré Mme Molewa, soulignant que «c’est une position réitérée et réaffirmée par tous les dirigeants qui se sont succédé à la tête de l’ANC». R. I.
 

La reconnaissance par Donald Trump, président des Etats-Unis d'Amérique, de Jérusalem comme capitale d'Israël

La reconnaissance par Donald Trump, président des Etats-Unis d'Amérique, de Jérusalem comme capitale d'Israël n'est pas seulement un coup porté au processus de paix israélo-palestinien qui ajoute au désordre du monde. Elle accélère une course vers le pire où trois États aux classes dirigeantes aveuglées, indifférentes au sort commun de l'humanité, tentent de nous entraîner : désormais alliés, les USA, Israël et l'Arabie Saoudite nous emmènent vers un conflit imprévisible et dévastateur. C'est ce que Mediapart vous explique dans son édition spéciale. Voici les liens des trois articles :
- https://www.mediapart.fr/…/un-coup-de-force-et-une-alliance…
- https://www.mediapart.fr/…/jerusalem-est-la-bataille-des-pa…
- https://www.mediapart.fr/…/jerusalem-qu-en-pensez-vous-sept…

Le cercle de silence de Gap vous invite




A Gap
Le 2ème samedi de chaque mois

Esplanade de la Paix
                                                                                               de 11h. à 11h30,depuis le Samedi 10 octobre 2009

Nous refusons que des hommes, des femmes et des enfants subissent des traitements dégradants du seul fait qu'ils n'ont pas de papiers
                              Nous appelons toutes celles et tous ceux qui souhaitent   s'associer à cette protestation, non-violente et silencieuse, à nous rejoindre.

Film : LA BOMBE ET NOUS


Mouvement de la Paix 05 - Comité départemental des Hautes-Alpes via gmail.com 




À



Hirak : un an de luttes !

Site collaboratif d’infos alternatives

Le dimanche 19 novembre 2017, un événement tragique a encore secoué le Maroc : 15 femmes sont mortes piétinées dans un mouvement de foule lors d’une distribution d’aide humanitaire après une bousculade meurtrière à Sidi Boulaalam, à 60 km d’Essaouira, soulignant ainsi l’état d’extrême pauvreté dans lequel certaines régions du Maroc sont plongées depuis des décennies.
JPEG - 109.1 koAinsi au Rif, dans une autre de ces régions, une année vient de s’écouler après le déclenchement du plus grand mouvement de contestation que le pays ait connu depuis l’arrivée au pouvoir en 1999 du roi Mohammed VI. Le 28 octobre 2016 dans la ville d’Al Hoceïma, Mouhcine Fikri, vendeur de poisson, était broyé dans un camion poubelle en essayant de récupérer sa marchandise, le tout sur ordre de la police. Depuis, un vaste mouvement de contestation agite le Rif, une région traditionnellement rebelle à l’autorité du Makhzen (le Makhzen désigne un système de népotisme, d’enrichissement et de privilège reposant sur la proximité avec le pouvoir monarchique).

Le Rif est une région dans laquelle les habitant.e.s, à l’avant-garde du combat anticolonialiste contre les colons français et espagnols au cours du vingtième siècle, se sont soulevé.e.s en 1958 pour protester contre les politiques gouvernementales de marginalisation et de négligence. Une révolte écrasée militairement par les troupes d’un royaume qui persistera à marginaliser cette région de résistance.

Lire la suite :https://rebellyon.info/Hirak-un-an-de-luttes-18445

jeudi 7 décembre 2017

Les petits Marocains sont des cancres en lecture : 47è sur 50

Les petits Marocains sont des cancres en lecture

Source : Lesinfos.ma
05/12/2017

Une étude publiée ce mardi montre que les petits marocains ont un niveau faible en lecture et en compréhension des écrits. Le Maroc se classe 47ème sur 50. 

Les résultats de l’enquête internationale PIRLS 2016 (Progress in International Reading Literacy Study) pour évaluer les performances en compréhension de l’écrit des élèves de CM1 ont été publiés mardi 5 décembre. Le Maroc figure à la 47ème place du classement sur un total de 50 nations ayant participé à l’enquête.
L’étude est organisée par l’International Association for the Evaluation of Educational Achievement (IEA), une association scientifique indépendante à but non lucratif, créée en 1958, qui met en œuvre des études comparatives à échelle internationale dans le domaine de l’éducation.
Les élèves marocains obtiennent un score moyen de 358. Ce score est significativement inférieur à la moyenne internationale de l’échelle PIRLS fixée à 500. 47 pays ont un score supérieur au Maroc et à peine 2 pays, un score inférieur. Il s’agit de l’Egypte et de l’Afrique du Sud.
La Fédération de Russie (581), Singapour (575), Hong Kong (569) se partagent les meilleurs résultats. Le premier pays de l’Union européenne est l’Irlande (567).
L’étude indique que les filles obtiennent des performances supérieures à celles des garçons dans tous les pays à l’exception du Portugal, où la différence n’est pas significative.

La nécessité d’un apprentissage précoce
Il a été demandé aux petits marocains de lire 12 textes courts, soit des histoires, soit des articles, dont le vocabulaire était adapté à leur âge. Les responsables de l’IEA n'ont pas uniquement observé si les élèves savaient lire ces textes mais aussi s'ils étaient en mesure de les comprendre et les interpréter. Le niveau enregistré est globalement faible.
La classe-cible de l’enquête est celle qui représente quatre années d’enseignement après le début des apprentissages systématiques de la lecture, de l’écriture et des mathématiques.
Au moment des tests, la moyenne d’âge internationale est de 10,2 ans. Les politiques de chaque pays en matière d'âge de scolarisation, de promotion et de redoublement, ne permettent pas d’établir un lien direct entre résultats et âge moyen des élèves.
L’étude a montré que les scores sont meilleurs lorsque l’environnement de l’école est agréable et quand le milieu familial encourage l’apprentissage de la lecture.
Le déterminisme social y est aussi pour quelque chose : plus l’école dispose de ressources et accueille des élèves issus de milieux aisés, meilleurs sont les scores.
Pirls 2016 a enfin permis de constater qu'un démarrage précoce de la lecture a des effets positifs durables. En effet, les élèves qui ont fréquenté l'école maternelle ou ceux qui ont appris à lire tôt ont obtenu des résultats en lecture supérieurs à ceux de leurs camarades qui ont commencé l'école primaire avec un niveau d'alphabétisation moyen ou faible. Un apprentissage précoce difficile à généraliser au Maroc puisque l’enseignement préscolaire n’y est pas obligatoire. Le taux brut de scolarisation au niveau du préscolaire s'établit à 73.3% pour les garçons et atteint à peine 52.9% pour les filles. 

Zagora, révolte de la soif octobre 2017 : peines de prison

Zagora révolte de la soif, plusieurs manifestations :
24 septembre 2017
8 octobre 2017
15 octobre 2017
28 octobre 2017
Chambre criminelle près la Cour d’appel de Ouarzazate
7 personnes ont été inculpées :
4 personnes à 4 mois de prison ferme
une seule à 12 mois de prison
2 mineurs avait été acquittés


29 octobre 2017 une caravane de solidarité
 Jeudi 31 octobre 2017
Tribunal de première instance
8 mineurs condamnés à 2 mois de prison ferme chacun
Ils sont poursuivis en état de liberté provisoire.
Leur tort :
officieusement : avoir manifesté pour le droit à l’eau
officiellement : Rassemblement non autorisé
Atteinte à la dignité de fonctionnaires publics
Vandalisme

mardi 5 décembre 2017

Mohamed AMINE, 16 ans a été kidnappé par la police politique marocaine

Mouvement citoyen dans le RIF , 6/12/2017
Imzouren
Mohamed AMINE, 16 ans a été kidnappé par la police politique marocaine devant son domicile
En cause, et selon son propre père, ses publications sur le réseau social Facebook, publications qui par ailleurs n'ont rien de criminel.

TRUMP EST DANGEREUX

JÉRUSALEM N’EST PAS UN TERRITOIRE ISRAÉLIEN ET TRUMP EST DANGEREUX
L’image contient peut-être : 1 personne, costumeCet homme est dangereux, il s’apprête à commettre une grave erreur dont les conséquences seraient désastreuses pour le monde entier. Il veut transférer l’ambassade des États-Unis à Jérusalem ce qu’ aucun pays n’a fait jusqu’à maintenant et qu’aucune administration américaine n’a osé mettre en œuvre. Il joue avec le feu et met des vies en danger en transformant un conflit politique en un conflit religieux.

Nous soutenons le projet de l'"école de musique dans les camps de réfugiés de sahraoui"


Dans les camps de réfugiés sahraouis, il y a une école de musique depuis deux ans. L' initiatrice du projet est Violeta Ruano. Elle est ethno musicologue avec Stave House Uk et Sand Blast Charity à Londres. Beccy Allen, est professeur d'anglais et pédagogue de théâtre actuellement dans les camps pendant plusieurs mois.
 Elle enseigne l'anglais sur une base volontaire et dirige l'école de musique en collaboration avec trois jeunes femmes sahraouies - Fati Metu Melainin, Gajmula Mohamed et Tekwen Mohamed. Les cours d'anglais et les cours de musique sont menés en collaboration avec l'école primaire de la wilaya et le ministère local. Des adaptations  ont été nécessaires aux spécificités culturelles et sociales de la communauté des réfugiés sahraouis dans le désert algérien.

Si vous voyez un SDF dans la rue,

Nadine Rosa-Rosso, Ostende, Flemish Region, Belgique · 
 Urgent, recommandation :
Si vous voyez un SDF dans la rue, par ce froid glacial, veuillez composer le numéro vert - 0800 - 99 -340.Ils auront un toit pour passer l'hiver.Cher(e)s ami(e)s, pourriez-vous partager ce message.Merci pour eux.