Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

mercredi 25 janvier 2017

AFRIQUE / Le Maroc poursuit l'expulsion arbitraire d'observateurs internationaux du Sahara occidental



Date de publication sur Tlaxcala : 25/01/2017

Adala UK



Tout au long de 2016, Adala UK a enregistré 85 cas d'expulsion arbitraire d'observateurs internationaux (dont des défenseurs des droits humains et des journalistes) du Sahara Occidental par le Maroc. Ils ont été accusés de «troubles à l'ordre public» pour leurs tentatives d'observer la situation en matière de droits humains.
 
Le 21 janvier 2017, les autorités marocaines ont expulsé un groupe de militants norvégiens de la ville de Smara au sud du Sahara occidental. Le groupe envisageait de rencontrer des groupes de la société civile et des ONG des droits humains dans la ville. Le groupe a été détenu par la police qui a confisqué ses passeports. Ils ont été interrogés avant d'être mis dans une voiture pour Agadir, à 600 km du Sahara occidental.
 
Les personnes expulsées, Mari Fjordheim Fjermedal, Eva Benedikte Skogli et Jor Hjulstad Tvedt font partie d'une délégation de jeunes d'un parti politique norvégien et Marthe Jaeger Tangen, jeune militante, fait partie d'une organisation norvégienne de défense des droits humains. De nombreux Sahraouis, dont des militants des droits humains, ont manifesté en faveur du groupe et ont tenté d'empêcher leur expulsion.
Le 21 janvier, deux militants norvégiens ont été enlevés par la police de la maison d'un militant sahraoui, Fatimatou, à El Aaiún, où ils tentaient de mener une interview.
Des agents de renseignement marocains, dirigés par le chef de la police régionale, ont encerclé la maison dans le quartier de Douïrat. Ils ont confisqué les passeports des deux militants norvégiens, Sofie Brunvoll et Peder Østring, après avoir attaqué la voiture dans laquelle ils voyageaient.
La décision d'expulser les militants des territoires occupés du Sahara occidental suggère que les autorités marocaines ont quelque chose à cacher et constitue une tentative flagrante d'entraver l'enquête légitime sur les allégations de violations des droits humains et de faire taire les critiques concernant la situation vécue par les Sahraouis.
Le Maroc considère qu'une telle observation des droits humains au Sahara occidental constitue une ingérence dans ses affaires internes et a adopté une politique de la porte fermée en ce qui concerne les observateurs internationaux qui tentent d'enquêter dans les territoires occupés du Sahara occidental.
Adala UK saisit cette occasion pour rappeler au Maroc son devoir de garantir l'application du droit  en matière de promotion et de défense des droits humains. Il doit défendre cette loi et protéger toutes les personnes qui défendent les droits humains, quel que soit leur pays d'origine.




Merci à Tlaxcala
Source: https://adalauk.org/2017/01/22/morocco-continues-the-arbitrary-expulsion-of-international-observers-from-western-sahara/
Date de parution de l'article original: 22/01/2017
URL de cette page: http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=19754

 

Libellés: Sahara occidental occupéOccupation marocaineObservateurs droits humainsSolidarité internationaleNorvège
 







t