Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

lundi 30 janvier 2017

Rabat : manifestations contre le gouvernement



Les uns protestaient contre la “corruption”, les autres pour défendre la cause de 150 professeurs stagiaires disqualifiés d’un concours de la Fonction publique et certains en soutien à la cause amazigh… Les rues de Rabat, la capitale marocaine ont connu du mouvement ce dimanche.
Estimés à plusieurs milliers, les manifestants se sont massés devant le Parlement pour faire entendre leur voix. Un premier cortège a rassemblé en début de matinée un peu plus d’un millier de marcheurs : des membres de plusieurs syndicats de travailleurs — notamment l’Union marocaine du travail (UMT) et la Confédération démocratique du travail —, de partis de gauche et des militants associatifs. 

Ils s’insurgent notamment contre la “gabégie”, la “corruption” dont fait preuve le gouvernement, a affirmé l’un de leurs représentants.
Un peu plus tard dans la matinée, un autre groupe s’est formé, toujours devant le Parlement. Il s’agissait là de deux à trois mille enseignants venus apporter leur soutien à 150 d’entre eux récemment recalés à une épreuve d’admission dans la fonction publique. Une affaire qui dure depuis mi-2015.
Dans la foulée, des manifestants ont brandi des slogans en soutien à la cause amazigh (berbère), au Mouvement du 20 février, né dans le sillage du Printemps arabe, ou encore au mouvement islamiste Al Adl Wal Ihsane (Justice et dignité, interdit mais toléré).
Certes, Rabat est habituée à ce genre de manifestations, mais celles de dimanche ont enregistré une supériorité numérique par rapport aux précédentes.
Fait à souligner, ces manifestations se tiennent à la veille du sommet des chefs d‘État de l’Union africaine. Une rencontre au cours de laquelle est présent le roi Mohamed VI qui milite pour un retour du Maroc sein de l’organisation. Le verdict est attendu pour ce lundi.