Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

lundi 6 février 2017

Le Maroc est entré par la petite porte de l'UA et non par la grande porte comme le prétend le roi

UA : LE MAROC RAPPELÉ À SES OBLIGATIONS DE TRAITER AVEC LA RASD

Par Hocine Adryen, 5/2/2017

« Le Maroc ne rentre pas dans l’Union Africaine par la petite, mais par la grande porte », a déclaré hier le roi du Maroc Mohamed VI dans son discours devant les présidents et chefs de gouvernement africains lors du 28e sommet de l’UA qui a pris fin hier à Addis-Abeba.
Or, son adhésion à l’UA n’a été possible qu’après le vote d’une quarantaine de voix sur 54 possibles alors qu’une quinzaine de pays se sont abstenus de donner leur voix au Maroc. 

A titre d’exemple, le Sud Soudan nouvellement indépendant a recueilli 54 signatures, soit le plein de voix. En quoi le Maroc est-il entré par la grande porte si plus d’une quinzaine de pays se sont abstenus de lui apporter leur confiance ? 
De plus, 32 ans après avoir quitté l’ex-OUA pour protester contre l’admission de la RASD au sein de l’instance panafricaine, le Maroc retourne et nie ses principes défendus ainsi que sa parole durant plus de trente ans en acceptant de siéger aux côtés de la délégation de la RASD, et a même signé par son Parlement l’Acte constitutif de l‘UA sans broncher. A peine a-t-il repris le siège au sein de l’UA que le roi reçoit une gifle cinglante. 
L’Union africaine (UA) a appelé hier à Addis-Abeba le Conseil de sécurité des Nations unies à assumer ses responsabilités en restaurant le « plein fonctionnement » de la Mission des Nations unies pour le référendum au Sahara occidental (Minurso). 
La conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA a dans sa décision relative à la situation au Sahara occidental, exhorté le Conseil de sécurité « à assumer pleinement ses responsabilités en restaurant le plein fonctionnement de la Minurso qui est indispensable à la supervision du cessez-le-feu et à l’organisation du référendum d’autodétermination ». 
Les dirigeants africains ont également appelé le Conseil de sécurité à « trouver des réponses à la question des droits de l’homme et à celle de l’exploration et de l’exploitation illégales des ressources naturelles du territoire, en particulier suite à l’important arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne du 21 décembre 2016 sur les accords signés en 2012 entre l’UE et le Maroc sur la libéralisation mutuelle du commerce des produits agricoles et de la pêche ». 
La Conférence a noté avec une « profonde préoccupation » l’impasse « persistante » dans la recherche d’une solution au conflit au Sahara occidental, et souligné « la nécessité urgente d’efforts internationaux additionnels pour faciliter un règlement « rapide » du conflit. 
A cet égard, la conférence a réitéré son appel à l’Assemblée générale des Nations unie « pour qu’elle détermine une date pour la tenue du référendum d’autodétermination du peuple du Sahara occidental et assure la préservation de l’intégrité du Sahara occidental en tant que territoire non autonome, de tout acte susceptible de la compromettre ».
Par ailleurs, la conférence a réitéré la Déclaration adoptée lors de ses 24e et 26e sessions ordinaires concernant la tenue par le Forum de Crans Montana, une organisation de droit de suisse, d’une réunion sur le territoire occupé du Sahara occidental, appelant Crans Montana à cesser cette activité. 
Enfin l’UA a encore une fois lancé à un appel à tous les Etats membres, aux organisations de la société civile africaine et aux autres acteurs concernés pour qu’ils boycottent un tel événement. 
Le communiqué a été lu devant la délégation marocaine abasourdie et complètement sonnée. Son retour à l’UA est semé d’embûches. Le Maroc doit aussi rendre des comptes à l’UA au sujet de la RASD. L’UA a décidé de reprendre la main sur le dossier du Sahara occidental. 
Le dernier rapport de la Présidente de la Commission de l’UA, ainsi que les décisions du Conseil de Paix et de Sécurité de l’UA ont été récemment remis à la Commission de l’UA, ainsi qu’à celui du Président du Conseil de Paix et de Sécurité de l’UA présidé par l’Algérien Smail Chergui qui a été plébiscité par ses pairs pour engager un second mandat de cinq ans. 
Tout comme pour l’Envoyé Spécial de la Commission de l’UA pour le Sahara occidental, Joaquim Chissano qui doit immédiatement se remettre au travail pour engager des discussions bilatérales entre les deux parties, aujourd’hui que le Maroc est membre à part entière de l’UA. Si le Maroc persiste à ne pas reconnaître comme il l’a toujours fait la mission de l’ex-président mozambicain, il doit rendre des comptes à l’UA. 
L’envoyé spécial de l’Union africaine pour le Sahara occidental a déploré « qu’aucun progrès n’ait été accompli » sur l’organisation d’un référendum d’autodétermination du territoire, une des tâches assignées à la Minurso : « Il faut donner au peuple du Sahara occidental l’occasion de choisir librement son destin », a-t-il insisté. 
Pour Joaquim Chissano, le Conseil de sécurité de l’ONU devrait inclure la protection des droits de l’Homme dans le mandat de la Minurso, fixer une date pour tenir le référendum et dénoncer « l’exploitation illégale des ressources naturelles » du territoire par le Maroc.
Il estime que l’Union africaine doit avoir un « rôle dirigeant » de l’UA pour résoudre le conflit, alors que Rabat refuse de reconnaître cette « décision unilatérale » estimant que le différend « est du ressort exclusif de l’ONU ». Le dira-t-il aujourd’hui ? 

Related Posts