Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

mercredi 1 février 2017

RESF : situations dramatiques dans les Hautes Alpes

Aux signataire de ce manifeste ou œuvre pour lasolidarité :

Nous vous proposons de nous réunir le jeudi 2 février à 18H30 au (petit
saloon? ou ....) pour voir les différentes actions que nous pourrions
mener dont un grand rassemblement le vendredi 10 février 2017 à Gap.

La date du 10 février correspond à la date du délibéré du procès de
Cédric Herrou, agriculteur solidaire et militant jugé à Nice pour "aide
à l'entrée, à la circulation et au séjour d'étrangers en situation
irrégulière".

Si RESF se mobilise c'est parce qu'il est aussi témoin de situation
dramatiques concernant les enfants dans le département des Hautes-Alpes
(voir ci-dessous) et qu'il est partie prenante et solidaires du
soutien qui leur est apporté.

Manifeste et un point des situations préoccupantes
dans les Hautes-Alpes

Plusieurs « catégories » de personnes laissées dans la précarité ou
plongées dans la précarité par le refus de délivrance de titre de séjour :

1/ Le couperet des 18 ans : dur d’être un ado quand 18 ans signifie un
refus de titre de séjour et un ordre de quitter le territoire. Sans titre de
séjour, pas de possibilités de passer des examens. Plusieurs jeunes sont
dans cette situations et scolarisés à Paul Héraud, au lycée Sévigné.

2/ Les enfants de parents dont l’un a une pathologie de longue durée. Le
parent malade a un titre de séjour et le droit de travailler, le parent en
forme n’a ni l’un ni l’autre… puis le parent malade perd aussi son titre au
moment du renouvellement. D’abord, la préfecture entretient la précarité
en ne donnant le titre avec autorisation de travail qu’à la personne
malade, puis achève son travail de précarisation des familles en bloquant
tout. Comment les enfants peuvent poursuivre sereinement leur scolarité
dans ces conditions ?
Une famille a connu la violence de cette situation cette automne, 2 autres
sont en attente de la réponse de leur renouvellement de titre.
Écoles concernées : PEV, Collège Mauzan et centre, Anselme Gras.

3/ Les enfants de femme isolée : malgré le parcours de ces femmes dans
leur migration, les violences subies, la préfecture refuse toujours de leur
délivrer un titre de séjour. Elles se retrouvent seules, sans aucun droit, à
élever des enfants, souvent nés en France, dans des conditions très
difficiles, sans perspective autre que les 4 murs d’une minuscule chambre
d’hôtel.
4 femmes sont dans cette situation. École de Beauregard, La Gare,
Anselme Gras, Lycée Sévigné.

4/ Les familles qui ont le tort de ne pas avoir été acceptées par la
procédure asile, très restrictive en France. Elle se retrouvent sous la
pression constante des autorités avec : refus de titre de séjour, ordre de
quitter le territoire, interdiction de retour sur tout l’espace Schengen,
pointage au commissariat, prise de photos d’identité de force au
commissariat,
Les enfants sont scolarisés depuis plusieurs années, ont des copains mais
subissent tous les jours les violences que leurs parents vivent
quotidiennement dans la criminalisation de leur situation.
Ecoles concernées : PEV, Pasteur, la Gare, Collège Mauzan,
--
RESF05
Réseau éducation sans frontière dans les Hautes Alpes


https://www.mediapart.fr/journal/france/290117/croquis-la-grande-lessive-des-primaires?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-66
Sur le web : Hamon : "Président, j'abrogerai la loi travail"
Video Smart Player invented by Digiteka