Pages

samedi 11 mars 2017

Rappel : La Campagne de diffamation envers Maati Monjib et les opposants au régime continue..

Hicham Mansouri a répondu à un commentaire sur une publication du 26 janvier 
Larbi Benotmane, professeur et politologue, explique quant à lui que la diffamation est égale à la torture et est devenue un «outil du gouvernement». Il a ajouté que l’Etat use d’accusations contre la vie privée pour dissimuler les véritables raisons de la politique de répression.
«Les campagnes de diffamation touchent plusieurs individus et organisations et recourent à des arguments politiques et sécuritaires, en plus de ceux liés à la vie privée», a déclaré Abdelaziz Nouaydi, avocat et défenseur des droits de l’homme.
La diffamation est une «sorte de meurtre qui ne mène pas à la liquidation physique», éclaire l’historien français Maurice Goldring, présent lors de la conférence.
Tous les arguments ont été brandis : adultère, sionisme, athéisme, antisémitisme, homosexualité ou menace à la sécurité de l’Etat, pour n’en citer que quelques uns.