Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

samedi 28 janvier 2017

France : Construction de nouvelles prisons : une politique qui mène droit dans le mur

Two appeals / Deux appels / Twee oproepen : Stop Prison building ! Construction de nouvelles prisons : Stop ! Stop de bouw van nieuwe gevangenissen (UK January 2017/ France septembre 2016)

UK : Pressure mounts for immediate halt to prison building

POSTED BY RECLAIM JUSTICE NETWORK  JANUARY 26, 2017

The Guardian has today published a letter from the Reclaim Justice Network calling for an immediate halt to the government’s prison building programme. The statement, organised by the Network, has amassed more than fifty signatories from service delivery organisations, professionals, activists and academics.
A public meeting is being organised to discuss to the future of the building programme and the opportunities for building safe and healthy communities instead of prisons. Details of this will be announced shortly. To receive updates, join the Reclaim Justice Network mailing list.

The letter printed in The Guardian can be read below.
Wednesday’s opposition day debate on prisons served to highlight the ongoing crisis in the system. At the same time, the government’s “prison-building revolution” is gathering pace, with plans to expand prison capacity by at least 10,000 places. This appears to be a revival of the “Titan prisons” policy opposed by penal reformers and mothballed in 2009. It should be halted immediately. For example, the new prison recently proposed for the site of HMP Wellingborough will more than treble its capacity to 1,600 and grand claims have been made about the opportunities that this will bring in terms of local jobs and financial investment. These plans are being rushed through without full public scrutiny and democratic debate.
The numbers of people criminalised and sent to prison have already spiralled out of control to a record high. Yet prisons do very little to address the needs of people experiencing harm or violence. Building more prisons is not the answer to the current acknowledged failings of the existing system. Rather than investing £1.3bn in building new prisons, the government should be prioritising policies that radically reduce the number of people in prison. This could include meaningful jobs, social housing, healthcare, education, transport – for all.
We are calling for an immediate moratorium on prison construction and a national debate about how to build a safer society and secure communities instead of continuing with a failed policy of criminal justice expansion. We need to build safe and healthy communities – not prisons.

Tom Kemp Reclaim Justice Network Professor Peter Squires British Society of Criminology Will McMahon Centre for Crime and Justice Studies Deborah Coles Inquest Andy Gregg Race on the Agenda Dr David Scott Open University Kate Paradine Women in Prison Jan Cunliffe Joint Enterprise Not Guilty by Association Jodie Blackstock Justice Dionne Nelson Women’s Resource Centre Chryssy HunterBent Bars Project Kevin Blowe Network for Police Monitoring Professor Phil Scraton Dr Sarah Lamble Birkbeck University Professor Pat Carlen Gina Stokes Anawim WWT Professor Joe Sim Pazuzu Gaylord Action for Trans Health Ian Marder Community of Restorative Researchers Margaret Gardener False Allegations Support Organisation Dennis Eady South Wales against Wrongful Conviction Kushal Sood Trent Centre for Human Rights Annys Darkwa Vision Housing Services Gerry McFlynn Irish Council for Prisoners Overseas

The following list of individuals also signed the letter, but were not listed in the published version by The Guardian:

Zack Ahmed, Priscilla Alderson, Helen Baker, Alana Barton, Jessica Bolton, Mary Bosworth, Louise Broadbent, Helen Brown Coverdale, Laura Carrington, Bevali Carver, Kathryn Chadwick, Mary Corcoran, Julie Costley, Jan Cunliffe, Julie Davies, Claire Davis, Anita De Klerk, Deborah Drake, Karen Evans, Finola Farrant, Andrew Henley, Kate Herrity, Anita Hobson, Hope Humphreys, Lisa Ja’afar, David Jones, Terese Jonsson, Stephanie Kewley, Sophie Lewis, Martine Lignon, Jayne Linney, Maureen Mansfield, Agnieszka Martynowicz, Tammy McGloughlin, Gillian McNaull, J M Moore, Alexandra Phillips, Nat Raha, Rebecca Roberts, Abigail Rowe, Rachel Seoighe, Andrew Sperling, Philippa Thomas, Steve Tombs, Rona Topaz, Luk Vervaet, Martin Wright


France : Construction de nouvelles prisons : une politique qui mène droit dans le mur

Le gouvernement annonce la construction de 10 000 nouvelles places de prison pour l’horizon 2024. Une réponse ambitieuse et audacieuse ? Non, une vieille recette qui a déjà fait la preuve de son inefficacité.
69 375 : c’est le nombre de personnes qui étaient détenues dans les prisons en juillet dernier, la France atteignant ainsi des taux de détention inégalés depuis le 19e siècle. Contraignant 3 à 4 personnes à partager des cellules de 9m2 en maison d’arrêt et autour de 1 500 personnes à dormir chaque nuit sur des matelas posés au sol. Au mépris du principe de l’encellulement individuel et de la dignité des personnes, près de 15 000 personnes sont en « surnombre » et une quarantaine de maisons d’arrêt connaissent un taux d’occupation de plus de 150%.
Pour y remédier, le gouvernement annonce la construction de 10 000 nouvelles places de prison pour l’horizon 2024. Une réponse ambitieuse et audacieuse ? Non, une vieille recette qui a déjà fait la preuve de son inefficacité et que les gouvernements successifs continuent pourtant de nous servir comme la seule solution pragmatique… restant sourds aux résultats de nombreuses études et statistiques qui la pointent au contraire comme inopérante, que ce soit pour endiguer la surpopulation carcérale ou pour réduire la récidive.

procès des militants sahraouis de Gdeim Izik (compléments d'informations)


L’image contient peut-être : 9 personnes, personnes debout

L'image de la salle d'audience en salé / Rabat documente le fantôme du groupe gdim izik dans la lutte pour le droit de son peuple.
Photo : Ali salem tamek




(il faut l'imprimer en A3 paysage sinon c'est trop petit)


Said Labadil
Sans oublier que le colonisateur marocain est en train de construire le centre pénitentiaire le plus grand du continent africain , aux alentours de la ville d'ESMARA (Smara)


Le Keelbeek Libre contre la Maxi-Prison de Bruxelles 2017



Voir la vidéo : Jan 21, 2017
Proposition d'utilisation d'un des seuls espaces verts à proximité de Bruxelles.  Le Keelbeek Libre contre la Mi-Prison de Bruxelles 2017

vendredi 27 janvier 2017

Vous faites partie des 99 % ?

Vous faites partie des 99 % ? Dites stop aux inégalités et agissez dès maintenant en signant notre pétition pour une économie centrée sur l’humain.

Le pouvoir citoyen contre la pauvreté
actions.oxfam.org

Key Bay , déchargé en France, est arrêté sur la rive gauche dans le canal à mi chemin entre Gand et Terneuzen

 
Le Key Bay a déchargé toute sa cargaison à Fécamp en France.
À son arrivée à Gand, en Belgique, le navire controversé le Key Bay - transportant de l'huile de poisson du Sahara Occidental vers l'UE - sera vide.
Hier, WSRW publiait ne pas savoir si le Key Bay contiendrait de l'huile de poisson à son arrivée en Belgique. L'information est maintenant clarifiée.
... Afficher la suite
Moises Ponce de Leon
Le navire Key Bay est arrêté sur la rive gauche dans le canal à mi chemin entre Gand et Terneuzen et il y a des Sahraouis, dont Jamal Zakaria, qui manifestent en ce moment même sur le quai à coté du navire. Le navire n'a pas de charge il est arrivé vide. Les manifestants ont parlé avec l'équipage et leur ont donné une lettre de protestation selon ce que vient de me dire Jamal Zakaria qui m'a envoyé plusieurs photos et vidéos...
http://www.marinetraffic.com/…/centerx…/centery:51.2/zoom:15


Le Key Bay a déchargé toute sa cargaison à Fécamp en France.
À son arrivée à Gand, en Belgique, le navire controversé le Key Bay - transportant de l'huile de poisson du Sahara Occidental vers l'UE - sera vide.
Hier, WSRW publiait ne pas savoir si le Key Bay contiendrait de l'huile de poisson à son arrivée en Belgique. L'information est maintenant clarifiée.
... Afficher la suite

Dlamini-Zuma humilie le ministre marocain des Affaires étrangères à Addis-Abeba








Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la Commission de l'Union africaine. D. R.


Une source africaine de haut niveau a révélé que la présidente de la Commission de l'Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma, a infligé, hier jeudi à Addis-Abeba, au ministre marocain des Affaires étrangères, Salah-Eddine Mezouar, une leçon de droit, de politique et d’éthique qu’il n’oubliera pas de sitôt. 
 La scène s’est déroulée en présence de nombreux responsables de l’organisation panafricaine. Accompagné du responsable des services secrets marocains, Salah-Eddine Mezouar était venu dans la capitale éthiopienne spécialement pour demander à Mme Dlamini-Zuma des laissez-passer afin de lui permettre ainsi qu’à sa délégation de participer aux travaux du prochain sommet de l’Union africaine. Mais le ton extrêmement déplacé, à la limite de l’insulte, avec lequel la demande a été formulée a mis hors d’elle la présidente de l’Union africaine qui ne s’est pas privée de dire tout ce qu’elle pensait du représentant du Makhzen, surtout que le chef de la diplomatie marocaine l’a accusée de ne pas avoir été neutre dans le traitement de la demande d’adhésion du Maroc à l’UA. Une manière sans doute de la mettre sur la défensive pour l’obliger à répondre favorablement à sa demande.
Mme Dlamini-Zuma, qui a reçu en audience ses «invités marocains» en même temps que les huit commissaires de l’Union africaine et un certain nombre d'autres fonctionnaires, ne s’est ainsi pas fait prier pour remettre à sa place de la plus humiliante des façons l’impertinent ministre marocain des Affaires étrangères. En plus de lui avoir exigé de changer «immédiatement» de ton, la présidente de la Commission de l’Union africaine lui a fait clairement comprendre, «avec une voix orageuse», selon la source africaine, que son comportement indigne n’avait pas sa place dans l’enceinte de l’Union africaine, cela non sans lui avoir interdit de ne plus jamais s’adresser de la sorte à un responsable ou à un fonctionnaire de l’organisation panafricaine.
Toujours hors d’elle, Dlamini-Zuma a signifié une fin de non-recevoir à l’envoyé du roi Mohammed VI, lui expliquant, arguments juridiques à l’appui, que le Maroc n’avait pas le droit d’assister aux travaux du sommet de l’UA pour la simple raison qu’il n’en est pas membre. Elle a ajouté, sur un ton ferme, qu’elle avait été élue pour faire appliquer les règlements de l’UA et qu’il n’était pas question pour elle de les transgresser. Devant la dureté et l’intransigeance de la réaction de Mme Dlamini-Zuma, le chef de la diplomatie marocaine a dû présenter ses excuses les plus plates. 
Néanmoins, et ne s’arrêtant pas là, Mme Dlamini-Zuma a soutenu que le comportement de Mezouar était loin de correspondre aux valeurs nobles de l’Union africaine à laquelle son pays aspirait adhérer. Elle a, par ailleurs, précisé que la demande d’adhésion du Maroc était inscrite à l’ordre du jour des travaux du sommet de l’UA et qu’il revenait aux chefs d’État et de gouvernement africains de décider des suites à donner à cette demande.
Aussi, Mme Dlamini-Zuma a-t-elle demandé au chef de la délégation marocaine d’attendre le 30 janvier pour connaître le résultat de la délibération du sommet. La présidente de la Commission de l’Union africaine a expliqué à son interlocuteur qu’il était inadmissible de se comporter comme si l’UA n’avait pas de règles. «Et ses règles, a-t-elle dit, s’appliquent à tout le monde, y compris au Maroc.»
La mise au point de la présidente de la Commission de l'Union africaine rappellera certainement – et pour longtemps – à Rabat que l’UA n’est pas le prolongement de la monarchie marocaine et que celle-ci n’y fera pas sa loi.
Khider Cherif


1 des 48 Commentaires










Bravo Madame pour avoir remonté les bretelles à ce malpropre au ,service d'un monarque prétentieux qui prend ses désirs pour des réalités. Vous avez fait preuve de pédagogie en lui faisant la leçon, insistant sur cette vérité bien établie que contrairement à ce que disait l'infâme Hassan II, l'UA n'est pas une conférence Tam-Tam. Je vous admire aussi pour ne pas avoir compromis les règles incontournables d'adhésion à l'UA. Il y va de sa respectabilité. Si le Maroc veut DEVENIR( pas réintégrer sa place) membre à part entière, il doit au PRÉALABLE quitter le Sahara Occidental et accepter son INDÉPENDANCE, Il n'y a pas de place au sein de l'UA à un pays africain colonialiste. Ah si tous les macho-présidents africains se comportaient aussi dignement, la voix de l'Afrique serait respectée dans le concert des nations!
----------------------------------------------------------------------------
Lire aussi :  http://fr.africanews.com/2017/01/26/commission-de-l-union-africaine-la-candidate-du-kenya-se-met-a-dos-le-maroc/

Lettre de la mère de Cédric Herrou


Monsieur le Procureur, je vous fais une lettre......
Je suis la mère de celui contre lequel vous vous acharnez . Ma grand -mère paternelle a elle aussi , en 1918 passé la frontière d'Italie à pied, par les montagnes, elle a perdu le bébé qu'elle portait au cours de ce périple, (peut être a t'elle croisé à ce moment là les grands mères de messieurs Ciotti et Estrosi,qui sait ?) elle s'est louée telle une bête de somme pour tirer les « charetons »je me souviens d'elle avec la lanière de cuir qui lui barrait le torse .. 

Revenu universel : dix économistes à la rescousse de Benoît Hamon crédible et audacieux

Le revenu universel "peut être économiquement crédible et socialement audacieux", estiment dans une tribune publiée dans Le Monde les dix signataires, dont Thomas Piketty, Emmanuel Saez (université de Californie à Berkeley), ou Antoine Bozio (Ecole d'Economie de Paris).
Voilà voilà !
Dix économistes, dont Thomas Piketty, signent dans Le Monde une tribune certifiant que le revenu universel voulu par Benoît Hamon est "crédible." A condition de n'être…
lexpress.fr

Respect de la Convention de Genève pour les prisonniers de Gdeim Izik !

Le procès de Gdeim Izik ne pourra jamais être équitable tant que le tribunal bafoue le droit international humain et la convention de Genève qui s'applique dans un territoire occupé. Le destin des militants de Gdeim Izik reste donc lié aux décisions du cercle royal; une pression immense des Sahraouis, des ONG des droits de l'Homme, et de toute la communauté internationale est déterminente pour leur liberté !!

Rappel : (extrait article de l'ACAT)
"Le Sahara occidental est considéré par les Nations Unies comme un territoire non autonome, occupé par le Maroc depuis 1975. Cette occupation est illégale, le Maroc n’étant pas reconnu par les Nations Unies comme la puissance administrante. 
Le droit international humanitaire s’applique à ce territoire et fixe des règles impératives pour la puissance occupante, parmi lesquelles l’interdiction de la torture, de la détention arbitraire, l’obligation de respecter les droits de la défense et de détenir et juger les Sahraouis dans le territoire occupé. En violation de ces normes, les accusés de Gdeim Izik sont détenus et jugés sur le territoire marocain et aucune enquête n’a été diligentée concernant les violations graves du droit international humanitaire qu’ils ont subies depuis leur arrestation."

jeudi 26 janvier 2017

Plainte de Maâti Monjib contre le 360 pour la diffamation et le mensonge


Pour la diffamation et le mensonge

https://t.co/FuIlSrSEuu
#Justice #moyens
·



POR DIFAMACIÓN Y FALACIAS

Par RED Marruecos

Maâti Monjib a déposé une plainte contre le360.ma en France

Maâti Monjib a déposé une plainte en France contre le portail d'informations le360.ma pour "une diffamation et des affirmations fallacieuses après la publication de quelques articles, en dénigrant l'intéressé et des membres de sa famille", indique un communiqué versé par le Comité International de l'Appui à l'historien. Monjib a confié le dossier à Patrick Baudoin, un avocat parisien qui a la charge de président d'honneur de la Fédération Internationale de Ligues de Droits de l'Homme.
Baudoin raconte qu'il a parmi ses clients et clientes   Moulay Hicham, dans le dossier qui l'oppose  au journaliste Ali Amar, actuellement directeur du portail d'informations Le Desk, et l'ex-champion du monde de Kick Boxing Zakaria Moumni, dans le différend qui l'oppose au principal responsable de la Direction générale

 

 


La gaffe qui complique pour le Maroc son retour au sein de l’UA


Lakoom-info

 

En se retirant du Forum Afro-Arabe de Malabo, la délégation Marocaine a probablement cru que son geste et la motivation qu’elle a invoquée en l’occurrence lui vaudront l’appui des Etats Africains « amis » de leur pays qui donneront de la voix pour que soit satisfaite son exigence du retrait à la RASD de son statut d’Etat participant à la rencontre.
Rabat s’est vite rendu compte que le chantage auquel sa délégation a soumis la famille Africaine n’a pas eu l’effet escompté et que sa diplomatie a commis une faute qui en choquant même les plus activistes États du continent dans le soutien aux thèses annexionnistes du Maroc sur le dossier du Sahara Occidental, a entraîné l’Union Africaine à rappeler les fondamentaux qui conditionnent l’adhésion d’un Etat en son sein, à savoir que le postulant ne peut remettre en cause le statut de l’un de ses Etats membres et qu’il s’engage à respecter le dogme continental du respect de l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation. 

José Mujica, un Président heureux avec peu de choses

● La vidéothè(K)que ●
Témoignage extrait du film © HUMAN de Yann Arthus-Bertrand.

« Peu importe que je sois président.
J’ai passé plus de dix ans seul dans un cachot, et 7 années sans ouvrir un livre avec beaucoup de temps pour penser. Et voilà ce que j’ai découvert :
Soit on est heureux avec peu de choses, sans trop s’encombrer – car le bonheur, on l’a en soi – soit on n’arrive à rien.

Je ne fais pas l’apologie de la pauvreté mais l’apologie de la sobriété. En cela, je ne préconise pas un retour à la caverne, mais de mettre un terme au gaspillage inutile et au superflu. L’important, c’est demain. »
Quelle sagesse…

Les Sahraouis souhaiteraient la bienvenue au Maroc

Les Sahraouis souhaiteraient la bienvenue au Maroc, c'est conforme aux normes de l'Union Africaine.
La République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD) offrirait la bienvenue au Maroc au sein de L'Union Africaine (UA) à condition que ce pays soit prêt à " se conformer aux dispositions de l'acte constitutif de l'organisation", a affirmé aujourd'hui l'Ambassadeur Sahraoui à Alger Buchraya Biyun Hammudí lors d'une conférence. Le diplomate a fait valoir que par sa demande d'adhésion à l'UA, le royaume maghrébin " reconnaît l'échec de sa politique coloniale et le fait qu'il doit respecter les Africains"
·


Les accusés du procès Monjib de nouveau devant la justice


25.01.2017
Par Issam Yadari
aic-press-3-8 A l’occasion de la tenue d’une nouvelle audience du procès (la 6ème) de Maati Monjib, Rachid Tarik, Samad Ayach, Hicham Mansouri, Maria Moukrim, Hicham Khribchi et Mohamed Essabr, ce mercredi 25 janvier 2017 devant le tribunal de première instance de Rabat, en présence d’observateurs internationaux, le Comité national de Soutien à Maâti Monjib et aux Six Autres Activistes des Droits humains, a organisé une conférence de presse au Club des Avocats à Rabat. 

L’historien Maâti Monjib y a notamment fustigé l’instrumentalisation de son dossier par certains médias qui l’accusent comme Le360 de détournement de fonds. Hors du Maroc, Samad Ayach (Ait Aicha) et Hicham Mansouri conviaient au même moment une réunion à Dijon avec projection d’un court-docu intitulé « Les nouvelles techniques de répression au Maroc ». 

Allégations de la défense lors du troisième jour du procès de Gdeim Izik et le report à 13 Mars

par porunsaharalibre , Salé (Rabat) 25/1/ 2017 Aujourd'hui, 25 janvier, on a repris pour un troisième essai, la journée des prisonniers politiques du groupe Gdeim Izik. La séance d'aujourd'hui, comme les deux jours précédents, a mis l'accent sur la forme sans avoir encore abordé le contenu du processus. La défense des prisonniers a présenté divers arguments, y compris le souhait de déplacer le procès à la Cour pénale d'El Aaiun, puisque étant extraterritorial, le tribunal de vente n'est pas compétents pour juger les Sahraouis et certains événements qui ont eu lieu au Sahara occidental. Cette demande a été rejetée. La demande de la présence de plusieurs témoins a été acceptée partiellement, n'admettant que certains d'entre eux.

mercredi 25 janvier 2017

La neige n'est pas agréable pour tout le monde

  • Salah Elayoubi et 3 autres personnes ont partagé un lien.

    2 h ·

  •  Quand un accouchement se complique et qu'on ne peut pas évacuer la femme, elle finit par décéder. Samedi une jeune maman vient de perdre la vie dans le Haut Atlas suite à une hémorragie. Face à cette injustice on a commencé par former les sages femmes et on poursuit avec les instituteurs afin de prévenir les complications… Parce que les humains priment sur le matériel...

Film : Dis-leur que j'existe

Pascal Colé


A voir le jeudi 26 janvier à l'Espace culturel de la Pointe de Caux à Gonfreville l'Orcher. Attention, la projection est à 18h. Une petite restauration est proposée à l'issue du débat. Entrée libre.

Commenter

AFRIQUE / Le Maroc poursuit l'expulsion arbitraire d'observateurs internationaux du Sahara occidental



Date de publication sur Tlaxcala : 25/01/2017

Adala UK



Tout au long de 2016, Adala UK a enregistré 85 cas d'expulsion arbitraire d'observateurs internationaux (dont des défenseurs des droits humains et des journalistes) du Sahara Occidental par le Maroc. Ils ont été accusés de «troubles à l'ordre public» pour leurs tentatives d'observer la situation en matière de droits humains.
 
Le 21 janvier 2017, les autorités marocaines ont expulsé un groupe de militants norvégiens de la ville de Smara au sud du Sahara occidental. Le groupe envisageait de rencontrer des groupes de la société civile et des ONG des droits humains dans la ville. Le groupe a été détenu par la police qui a confisqué ses passeports. Ils ont été interrogés avant d'être mis dans une voiture pour Agadir, à 600 km du Sahara occidental.
 
Les personnes expulsées, Mari Fjordheim Fjermedal, Eva Benedikte Skogli et Jor Hjulstad Tvedt font partie d'une délégation de jeunes d'un parti politique norvégien et Marthe Jaeger Tangen, jeune militante, fait partie d'une organisation norvégienne de défense des droits humains. De nombreux Sahraouis, dont des militants des droits humains, ont manifesté en faveur du groupe et ont tenté d'empêcher leur expulsion.
Le 21 janvier, deux militants norvégiens ont été enlevés par la police de la maison d'un militant sahraoui, Fatimatou, à El Aaiún, où ils tentaient de mener une interview.
Des agents de renseignement marocains, dirigés par le chef de la police régionale, ont encerclé la maison dans le quartier de Douïrat. Ils ont confisqué les passeports des deux militants norvégiens, Sofie Brunvoll et Peder Østring, après avoir attaqué la voiture dans laquelle ils voyageaient.
La décision d'expulser les militants des territoires occupés du Sahara occidental suggère que les autorités marocaines ont quelque chose à cacher et constitue une tentative flagrante d'entraver l'enquête légitime sur les allégations de violations des droits humains et de faire taire les critiques concernant la situation vécue par les Sahraouis.
Le Maroc considère qu'une telle observation des droits humains au Sahara occidental constitue une ingérence dans ses affaires internes et a adopté une politique de la porte fermée en ce qui concerne les observateurs internationaux qui tentent d'enquêter dans les territoires occupés du Sahara occidental.
Adala UK saisit cette occasion pour rappeler au Maroc son devoir de garantir l'application du droit  en matière de promotion et de défense des droits humains. Il doit défendre cette loi et protéger toutes les personnes qui défendent les droits humains, quel que soit leur pays d'origine.




Merci à Tlaxcala
Source: https://adalauk.org/2017/01/22/morocco-continues-the-arbitrary-expulsion-of-international-observers-from-western-sahara/
Date de parution de l'article original: 22/01/2017
URL de cette page: http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=19754

 

Libellés: Sahara occidental occupéOccupation marocaineObservateurs droits humainsSolidarité internationaleNorvège
 







t